EN    FR  
StartingDoc
Vous êtes iciStartingDoc mentoring > Le programme

Le programme

StartingDoc en quelques mots: | Le but | Fonctionnement du programme (le programme-cadre) | Le début du doctorat : un moment-clé | Le contenu
 

StartingDoc en quelques mots:

StartingDoc est un programme de mentoring de groupe pour les femmes au tout début de leur doctorat. Ce programme offre aux doctorantes débutantes un encadrement de type « group-mentoring » et permet la constitution de réseaux favorisant la transmission d'informations entre des femmes plus avancées dans leur parcours académique et d'autres débutantes.

Le programme a été élaboré en partenariat par les quatre universités de Suisse romande et l'EPFL.

Ce programme est lié au Programme fédéral « Egalité des chances », dont le deuxième volet est consacré au financement de projets de mentoring. Le projet a été déposé par l'Université de Lausanne, qui coordonne le programme.

TOP ^

Le but

StartingDoc vise à encourager et à former les doctorantes débutantes, par le biais de rencontres de groupe avec une chercheuse plus avancée dans son parcours académique. Le but est de permettre aux doctorantes débutantes d'acquérir des compétences par rapport au monde académique.

Que peut vous apporter un tel programme ?

  • Des outils pour aborder les étapes spécifiques de la thèse.
  • La mise sur pied d'un réseau, qui vous permettra d'effectuer votre thèse sans être isolée, et que vous pourrez mobiliser même une fois le programme terminé.

 

TOP ^

Fonctionnement du programme (le programme-cadre)

Le programme fonctionne avec des groupes de 6 mentees (doctorantes) maximum, qui se réunissent avec leur mentore à plusieurs reprises pendant 16 mois. Chaque groupe est libre, à l'intérieur du cadre général du programme, de moduler les rencontres ainsi que les contenus des séances, selon les besoins exprimés.

Une journée de lancement du programme, ainsi qu'un colloque de clôture, réuniront à l'Université de Lausanne toutes les participantes.

Les savoirs développés pendant les séances de mentoring seront postés au fur et à mesure sur le site internet et rassemblés en fin de programme dans une publication à l'intention des futures doctorantes.

StartingDoc =

  • Un mentoring de groupe : une mentore et env. 6 mentees (doctorantes)
  • 6 séances de mentoring en groupe d’env. 2 h (recommandé, d’autres formats peuvent être envisagés)
  • 2 rencontres larges réunissant toutes les participantes (d’une demie journée chacune)
  • 2 ateliers de formation pour les mentores
  • 2 jours de rencontre des mentees : ateliers et moments de réseautage

Voir les dates du programme

TOP ^

Le début du doctorat : un moment-clé

Le début du doctorat est un moment-clé dans la carrière académique. Il pèse sur l'élaboration, puis l'achèvement de la thèse, et peut conditionner le parcours académique. Comment bien gérer son démarrage, ne pas prendre du retard, éviter les voies de garage, se motiver, s'organiser, ne pas se perdre, ne pas abandonner... ? Les difficultés sont nombreuses.

Actuellement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à à entammer des études universitaires. Mais après le doctorat, leur nombre chute progressivement. Ces abandons et évictions s’expliquent notamment par des lacunes dans l’intégration et le manque d’encouragement. Les études sur la relève académique en Suisse montrent que les jeunes chercheuses sont moins spontanément encadrées par le corps professoral que leurs homologues masculins. Elles se voient plus souvent privées d’un soutien informel indispensable qui « accroît la probabilité de poursuivre la voie scientifique et la mobilité géographique à l’étranger, augmente les chances de bénéficier du soutien de mentors dans des phases ultérieures de la carrière, favorise le dépôt de requêtes pour des bourses au FNS, soutient le développement du réseau de contacts scientifiques et amplifie la fréquence des publications »1.

Pas de temps à perdre donc, d'autant que le parcours académique des femmes est aussi ponctué de pauses pour cause de maternité.

 

1 LEEMANN Regula Julia et STUTZ Heidi (2010), Sexes et encouragement de la recherche (GEFO) – Résumé du rapport de Synthèse, Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, p. 3

TOP ^

Le contenu

Il ne s'agit pas d'aborder les problèmes scientifiques de la thèse (qui est le rôle de la supervision de thèse), mais bien les aspects structurels qu'il faut connaître pour assurer l'aboutissement d'une thèse, comme :

  • les étapes du parcours académique,
  • le fonctionnement de l'université et des facultés,
  • les droits des chercheuses (cahier des charges),
  • l'organisation du travail entre recherche et enseignement,
  • le rapport personnel avec son sujet de thèse,
  • l'identité de chercheuse dans un monde scientifique,
  • la participation à des colloques,
  • la constitution de réseaux,
  • la question des publications,
  • l'organisation entre vie professionnelle et vie privée.

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69220 59  -  Fax +41 21 69222 11