Urbanisme et mobilités durables

Orientations principales de recherche

 Aménagement urbain durable

L’aménagement urbain durable est aujourd’hui convoqué pour tenter de réguler, de manière encore incertaine, le jeu des dynamiques économiques, sociales et écologiques. Mais la conception et la mise en ouvre de politiques de transformation de l’espace urbain dans une perspective durable passe certainement par la production de nouveaux récits de l’urbanité conférant à l’espace urbain de nouvelles valeurs d’usage, d’une capacité à signifier et à donner un sens à la ville.
La réflexion recouvre un triple enjeu : décrire et comprendre les processus par lesquels l’urbain se construit et se transforme sur la longue durée afin de mieux déchiffrer l’originalité des mutations récentes du régime d’urbanisation ; diagnostiquer les principaux enjeux économiques, sociaux, environnementaux de ces transformations ; analyser les possibilités d’une bifurcation créative vers un autre modèle de développement urbain (DA CUNHA & RUEGG 2003 ; DA CUNHA 2005).

Mobilité durable 

L’analyse du microrecensement de la mobilité de la Suisse (OUM 2008) et différentes enquêtes réalisées sur le terrain ont permis d’acquérir une idée précise du comportement de mobilité et de la propension au changement de moyen de transport. Il apparaît que la disposition et l’usage de la voiture dans les parties denses des grandes villes est en baisse et l’usage de la marche et du vélo en forte hausse. Toutefois, la propension au changement de comportement modal est faible : les individus tout en reconnaissant l’existence des externalités négatives de la mobilité qu’ils réalisent continuent à utiliser la voiture.


Des plans de mobilité pour les administrations des collectivités publiques (OUM & OUVDD 2010), des entreprises privées (Logitech, Honeywell) et semi-privées (OUM & OUVDD 2011) ont été réalisés. Si l’objectif de ces plans reste le même, à savoir la diminution de l’usage de la voiture individuelle, les motivations sont différentes : donner l’exemple qu’une mobilité réalisée plus durable est possible et réduire la consommation énergétique et les émissions de CO2 pour les administrations publiques, optimiser l’usage de la ressource rare qu’est le stationnement pour les entreprises privées et semi-privées.


La maîtrise de la réalisation et de la génération de la mobilité par les autorités devient alors une condition incontournable dans la recherche de la durabilité (BOILLAT & PINI 2005). Cela se traduit, notamment, par la coordination entre urbanisme et mobilité qui oblige les autorités à modifier la façon de concevoir leur territoire et les services à rendre à la population, afin que cette dernière réduise la demande de mobilité réalisée par les transports individuels. Cette problématique est étudiée selon une approche prospective répondant aux questions de savoir quels effets sur la mobilité, l’économie, l’urbanisation et l’environnement générera la réalisation d’une infrastructure de transport tel un RER et quel potentiel de changement cette infrastructure induit (PINI 2009). Le défi des acteurs publics consiste alors à anticiper le comportement de mobilité des individus tout en mettant en place une politique et des infrastructures capables de faire évoluer leurs territoires vers la durabilité.

 

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Géopolis  -  CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 36 09  -  Fax +41 21 692 30 75
Swiss University