Denyse Raymond

L'Arsaz, 1862, Les Mosses
024 491 14 77

Formation : Université de Lausanne, licence es Lettres, 1975
(français, anglais, histoire de l'art)


Mémoire de licence : «Chalets anciens de la région des Mosses» (1975), sous la direction du professeur Marcel Grandjean, histoire de l'art momunental régional.

Travaille actuellement à:

ETUDE DES MAISONS RURALES DU CANTON DU VALAIS
Edité par la Société suisse des traditions populaires, Bâle

Volume publié:
Les maisons rurales du canton de Vaud, t. 2, Préalpes, Chablais, Lavaux, Bâle : Société suisse des traditions populaires, 2002 (Collection Les maisons rurales de Suisse vol. 17)
 
Articles publiés :
«Chalets anciens des Mosses», dans Annuaire 1980 , Société d'art public vaudoise, p. 4-7.
 
«L'architecture de bois au Sépey et à La Forclaz, Ormont-Dessous», dans Nos monuments d'art et d'histoire No XXXII, 1981, Société d'histoire de l'art en Suisse, p. 292-300.

«La maison de bois des Préalpes», dans Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud, volume 11, La vie quotidienne II, Editions 24 Heures, Lausanne 1984, p. 24-27.

«Quelques maisons paysannes en maçonnerie aux Ormonts au XIXe siècle, une architecture très minoritaire et ses artisans» dans Des pierres et des hommes, hommage à Marcel Grandjean, Bibliothèque historique vaudoise, Lausanne 1995, p. 567-575


Collaboration aux ouvrages suivants:
Les couvertures en bois , avec Daniel GLAUSER, Musée du bois, cahier No 9, Arboretum d'Aubonne 1986.

Ormont-Dessous, une commune de montagne devant son avenir, Municipalité d'Ormont-Dessous, 1987, pour les chapitres suivants:

«Quatre communautés montagnardes»

«Architecture rurale»

La Vallée des Ormonts, édité par Henri-Louis Guignard, Lutry 1994, pour les chapitres suivant concernant Ormont-Dessous:

«Les sociétés musicales»
«L'agriculture»

«Les pâturages»

«Les laiteries»

«Les foires»

«Les moulins, battoirs et scieries»

«L'église de Cergnat»

«L'église des Mosses»

«Les écoles»

«Les maisons de commune»

«L'art des charpentiers »

«Le château d'Aigremont»

«Pintes et logis aux XVIIe et XVIIIe siècles».
Partagez: