Sciences criminelles

Les formations proposées par l’Ecole des sciences criminelles mènent à des postes dans les organisations judiciaires (polices, laboratoires, contrôles), tout en offrant aussi des perspectives plus larges, parfois éloignées de la spécialité (banques, assurances, sécurité, organes de contrôle, journalisme d’investigation, administrations publiques).

Le marché de l’emploi est difficile, mais il se modifie peu à peu avec l’augmentation des demandes de compétences, notamment grâce à une utilisation plus systématique des moyens scientifiques de détection et d’administration de la preuve dans les enquêtes judiciaires.

L’ouverture des frontières permet d’envisager une carrière en Europe, malgré de nombreuses restrictions encore imposées par certains pays (la majorité des pays de l’Union européenne réservent encore les domaines de la justice, de la police et de l’armée aux ressortissantes et ressortissants nationaux). Les titres de l’Ecole des sciences criminelles ne dispensent pas des concours qui sont parfois imposés dans le cadre de la procédure de sélection.

Secteurs d’activité

Services de police aux niveaux cantonal, municipal (grandes villes uniquement) et fédéral

Les titulaires d’un Master en science forensique peuvent briguer des postes dans les services d’identité judiciaire, ou ceux de responsables de divers secteurs d’activités (analyse criminelle, formation, gestion). Les criminalistes peuvent également accéder aux différents postes de la hiérarchie (par ex. cheffe ou chef de la Sûreté, voire commandante ou commandant). Il s’agit des emplois les plus couramment brigués, et aussi ceux qui exigent les compétences les plus proches de la formation reçue. Le développement de l’analyse criminelle, d’unités spécialisées, exige des compétences à la portée des titulaires d’un Master ou d’un doctorat en science forensique.

Magistrature

La magistrature pénale, chargée d’appliquer le droit pénal, est habituellement constituée de juristes. Cependant, les titres de l’ESC permettent dans certains cantons d’accéder à des postes dans la magistrature ou au greffe d’un tribunal (procédure pénale uniquement). Le Master en Droit en sciences criminelles, mention magistrature est particulièrement adaptée pour les personnes qui souhaitent se profiler dans ces domaines.

Assurances

Les postes de gestionnaire de sinistres (niveau employée ou employé) ou d’inspectrice ou inspecteur de sinistres (niveau cadre) sont ouverts aux criminalistes. Cependant, ils requièrent peu de compétences scientifiques poussées, mais plutôt des capacités de gestion, de négociation et le sens des contacts humains.

Banques

Dans le domaine bancaire, ce sont les services de sécurité qui peuvent intéresser au premier chef les graduées et gradués en science forensique. Dans les postes de cadres, la part de gestion, d’organisation et de conduite du personnel est prépondérante. Une expérience professionnelle préalable ou un complément de formation en gestion s’avèrent souvent indispensables.

Recherche

La recherche en science forensique évolue parallèlement aux développements scientifiques. Des spécialités nouvelles apparaissent, comme l’exploitation de l’ADN dans l’identification des individus. Les postes de recherche à l’université sont souvent de durée limitée, mais peuvent conduire à des emplois dans les grands laboratoires, les hautes écoles ou à des responsabilités dans des unités spécialisées des polices, de la magistrature et de l’administration publique.

Domaines et secteurs divers

Les titulaires d’un titre de l’ESC peuvent briguer des postes de cadres dans les administrations publiques (par ex. le système pénitentiaire), les entreprises privées (par ex. sociétés de surveillance) ou les grands établissements fédéraux (La Poste, CFF). Ces personnes entrent ici en concurrence avec des titulaires d’autres grades, particulièrement en droit ou en sciences économiques. Les criminologues peuvent par exemple travailler dans des services pénitentiaires et de probation (aide à la réinsertion, formation d’adultes) ou dans des observatoires de la sécurité.

Quelques chiffres

L’Office fédéral de la statistique mène tous les deux ans une enquête sur la situation des nouvelles et nouveaux diplômé∙e∙s des hautes écoles suisses sur le marché de l’emploi. Selon l’enquête réalisée en 2013, 93% des personnes ayant obtenu un Master de l’Ecole des sciences criminelles en 2012 et entrées sur le marché du travail étaient en activité professionnelle un an après les études.

Exemples de postes occupés

Vous pouvez aussi vous insérer dans d'autres secteurs professionnels. Découvrez-les sur cette page!

Suivez nous:    

Pour aller plus loin

Que font les Alumni en droit après les études ?

Découvrez les résultats de l'enquête Gradué·e·s : quatre ans après les études réalisée auprès des personnes ayant obtenu un titre académique de l'UNIL en 2011.

Débouchés après l'Un​iversité

Vous trouverez également de nombreuses informations sur www.orientation.ch/débouchés.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35