Vous êtes iciUNIL > Centre des sciences historiques de la culture > Projets en cours > Lumières.Lausanne

Lumières.Lausanne

| Lumières.Lausanne | Publications autour du projet
 

 

Lumières_surgeweb-resize361x392.jpg

                               Charrière de Sévery, papier découpé; © ACV, P Charrière de Sévery

Lumières.Lausanne examine les conditions de la vie intellectuelle particulièrement riche des terres romandes de la République de Berne au XVIIIe siècle. Le flot continuel de représentants étrangers des Lumières à Lausanne a mis la cité au contact des plus récents développements des idées sur un plan européen. Au-delà d'un réceptacle de courants exogènes, la ville est aussi, par ses pasteurs et diplomates présents dans les cours étrangères, un véhicule important de diffusion d'un protestantisme modéré. En étudiant cette interaction culturelle, ses rapports avec de nouvelles pratiques socio-culturelles et politiques, l'ancrage social de la transmission des savoirs, Lumières.Lausanne entend contribuer à une meilleure compréhension des transferts culturels et des relations complexes entre centre et province dans les Lumières européennes.

Lumières.Lausanne

Projet de recherche et d'enseignement

Responsables du projet: Béla Kapossy (Unil, section d'Histoire), François Rosset (Unil, secion de Français), Danièle Tosato-Rigo (Unil, section d'Histoire)

Tout au long du XVIIIe siècle, Lausanne et le pays de Vaud protestant, ancienne terre de refuge, ont joui d'une scène culturelle et intellectuelle étonnamment riche qui a attiré des étrangers de toute l'Europe, parmi lesquels Voltaire et Gibbon, tandis qu'un nombre élevé de Vaudois séjournaient de leur côté dans des cours de plus ou moins grande importance à titre de précepteurs ou de conseillers, tels Frédéric-César de La Harpe, Pierre-Maurice Glayre ou Marc Reverdil. Avec Jean Barbeyrac, Jean-Pierre de Crousaz, Gabriel Seigneux de Correvon, Auguste Tissot ou le groupe de Coppet et Benjamin Constant, la ville a abrité des représentants clé du mouvement de réforme des Lumières. Elle a en outre connu un petit âge d'or de l'édition, un essor notable des mouvements associatifs et des sociétés de pensée, tout comme du théâtre de société.

Lumières.Lausanne est une plateforme qui met à disposition des chercheurs et de tout public intéressé par le riche passé culturel de la Suisse francophone des sources, pour la plupart inédites, de la littérature secondaire et des fiches biographiques sur des personnalités qui l’ont marqué. Il s’agit d’un instrument de recherche et d’un support de publication, mais également d’un outil d'enseignement académique, puisqu'elle associe des étudiant-e-s de niveau master et des doctorant-e-s à la saisie et à la valorisation des données. A ce titre, la plateforme sert également de laboratoire en humanités digitales, permettant de développer des connaissances dans ce domaine en expansion. La base de données se transformera continuellement en intégrant de nouveaux éléments afin d'améliorer l'échange entre les chercheurs et un public plus large.

Quatre projets, dont certains en partenariat avec d'autres universités, sont actuellement visibles sur la plateforme Lumières.Lausanne. Il s'agit, dans l'ordre chronologique de leur développement, des projets Société du comte de Lippe, Journal helvétique, Mirabeau et La Harpe et la Russie.

TOP ^

Publications autour du projet

  • Béla Kapossy (dir.), L'Europe en province: la Société du comte de la Lippe (1742-1747), Actes du colloque organisé à l'Université de Lasusanne le 25-26 juin 2009, Lausanne, Lumières.Lausanne, 2013.
  • Béatrice Lovis, "Les troupes de théâtre professionnelles à Lausanne: étude d’un réseau culturel parcouru par les artistes itinérants (1750‐1800)", xviii.ch, 2/2011, pp. 147‐170.

  • Béatrice Lovis, "Les lieux de comédie à Lausanne au XVIIIe siècle. Histoire d’un lent éveil à l’architecture théâtrale", Art+Architecture en Suisse, 4/2011, pp. 36‐43.

  • Miriam Nicoli, "Médecine civile et gestion des pauvres malades à la fin de l’Ancien Régime: le cas de la Police de la Médecine de Samuel Auguste Tissot", in André Holenstein, Béla Kapossy, Danièle Tosato-Rigo et Simone Zurbuchen (éd.), Richesse et pauvreté dans les Républiques suisses au XVIIIe siècle, Genève, Slatkine, 2010, pp. 215-225.

  • Miriam Nicoli (éd.), Samuel Auguste Tissot, De la Médecine civile ou de la police médicale, avec une introduction de Danièle Tosato-Rigo et Miriam Nicoli, Lausanne, Editions BHMS, 2009.

  • François Rosset, "Il pensiero del Gruppo di Coppet: le condizioni e i temi", in Madame de Staël e il Gruppo di Coppet. Atti del convegno del 2 aprile 2008, Roma, Biblioteca della Camera dei deputati, 2009, pp. 23-35.

  • François Rosset, "Benjamin Constant dans les Mélanges de littérature et de politique: penseur de l'Europe ou penseur européen?", Annales Benjamin Constant, 2009, N° 34, pp. 119-129.

  • Miriam Nicoli, "Au service de l’utilité publique: le Journal de Lausanne et la vulgarisation des sciences", in André Holenstein et alii (éd)., Berns Goldene Zeit. Die 18. Jahrhundert neu entdeckt, Berne, Stämpfli, 2008, p. 421.

  • François Rosset, "Les Potocki et la Suisse", in E. Jastrzebowska, M. Niewojt (éd.), Archeologia, Letteratura, Collzionismo, Atti del convegno dedicato a Jan e Stanislaw Kostka Potocki 17-18 aprile 2007, Roma, Accademia Polacca delle Scienze Biblioteca e Centro di Studi a Roma, 2008, pp. 20-31.

  • François Rosset, "Les Lumières en pays romands", in A. Holenstein et alii (dir.), Berns goldene Zeit. Das 18. Jahrhundert neu entdeckt, Bern, Stämpfli Verlag AG, 2008, pp. 406-408.

 

Pour une liste plus complète des publications se référer aux rapports d'activité du Centre SHC.

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom

La base de données

Internef - bureau 276.5 - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 38 34  -  Fax +41 21 692 38 35
Swiss University