<a name="ancre_10"></a>Syndicat

Maurizio Colella, syndicat Unia, section Lausanne

Maurizio Colella étudie les sciences sociales à l’UNIL entre 2000 et 2006. Durant ses études, il développe un intérêt pour les questions liées aux conditions de travail, notamment en suivant des cours d’histoire et de sociologie du travail. A côté de ses études, Maurizio travaille dans la vente et l’hôtellerie. Côtoyer des situations d’emploi précaire lui permet de concrétiser les problématiques abordées en cours.

Après avoir terminé ses études et après une période de recherche d’emploi, Maurizio est engagé comme secrétaire syndical chez Unia, d’abord pour le secteur de la vente, puis pour celui du bâtiment. Principal syndicat du pays, Unia est composé de 200'000 membres et représente environ 10% des travailleurs suisses, principalement dans les secteurs de la construction, de l’industrie et des arts et métiers.

La journée type d’un secrétaire syndical

Le quotidien de Maurizio Colella s’articule à la fois sur le terrain et dans son bureau. Chaque matin, il visite les chantiers pour informer les travailleurs sur leurs droits de base et pour les sensibiliser sur certaines questions, comme par exemple les accidents de travail liés aux intempéries. Lorsque les conditions de travail sont difficiles, il doit lancer des actions comme le blocage du chantier. Le terrain lui permet ainsi d’aller à la rencontre des travailleurs, de développer le lien de confiance avec eux, de recruter des nouveaux membres et de diffuser les actualités du syndicat. C’est l’aspect déterminant de l’activité, en ce sens que c’est celui qui prépare à d’éventuelles mobilisations et à l’organisation collective des salariés.

L’après-midi, Maurizio travaille à son bureau sur ses dossiers en cours, par exemple en effectuant des recherches ou en rédigeant des requêtes pour le tribunal. La fin de la journée est dévolue à sa permanence syndicale où il accueille les travailleurs pour leur fournir de l’aide pour des litiges variés (contrats de travail, assurances sociales, mobbing, etc.). Cet aspect du métier est également très important pour Maurizio, car il est fortement en lien avec le terrain. De plus, il lui permet d’accéder à des secteurs ou des entreprises moins syndiqués et de trouver des moyens de mobiliser davantage de travailleurs.

Un engagement concret

Pour lui, il n’y a pas deux jours qui se ressemblent, tant les activités, les personnes et les situations sont différentes. Maurizio reste passionné par ce qu’il fait, même si certaines situations traitées lors des permanences sont difficiles, et que son travail demande une certaine souplesse dans les horaires. C’est pour lui une façon de s’engager concrètement dans l’amélioration des conditions de travail et cela lui apporte beaucoup au niveau humain.

Quelles compétences faut-il avoir pour travailler dans un syndicat ?

La compétence première dont il faut faire preuve est l’engagement militant et le partage de valeurs communes, comme la solidarité, la justice sociale et l’égalité. Et si les syndicats ont, dernièrement, eu plus souvent recours aux universitaires que par le passé, il n’en demeure pas moins que les secrétaires syndicaux proviennent d’horizons sociaux et professionnels divers et variés. De nombreux secrétaires syndicaux travaillent ou ont travaillé dans le secteur qu’ils représentent et, de fait, connaissent les réalités du terrain. Ces savoirs sont tout aussi importants que ceux enseignés à l’université, et donnent vie à une grande complémentarité entre collègues.

Perspectives professionnelles

Actuellement, il existe de bonnes possibilités d’emploi et une bonne progression salariale, par rapport aux conditions générales dans le monde associatif. Les offres d’emploi sont principalement diffusées en interne, voire sur le site internet du syndicat, et il arrive qu’elles soient publiées dans la presse. D’où l’importance de se créer un réseau.

Pour Maurizio, réseauter est important, ne serait-ce pour ne pas rester dans une bulle à l’université. Que ce soit en rejoignant une association culturelle ou un conseil de fondation, il est facile de se créer un réseau dans le monde associatif. C’est d’ailleurs par ce biais que Maurizio a appris la mise au concours du poste qu’il occupe aujourd’hui. Et clairement, connaître les réalités du monde du travail est un atout lors d’une postulation.

Formation continue

Il existe des formations continues en interne où les questions relatives au droit du travail ou aux assurances sociales sont abordées. Un brevet en assurances sociales et un en mobilisations politiques sont aussi possibles. Un brevet fédéral en gestion et développement des organisations syndicales vient également d’être mis en place et montre que le métier de secrétaire syndical se professionnalise.

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
youtube  facebook  twitter  instagram  linkedin  google 

Pour aller plus loin

Syndicat Unia

www.unia.ch

Brevet fédéral en gestion et développement des organisations syndicales

www.movendo.ch

Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 69221 30
Swiss University