Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 
Vous êtes iciUNIL > Statistiques > Thèmes statistiques

Thèmes statistiques

Etudiants

Le nombre d'étudiant·e·s fréquentant l'Université de Lausanne suit un mouvement général de croissance. Au semestre d'automne 2014 l'UNIL comptait 522 étudiant·e·s de plus qu'au semestre d'automne 2013, ce qui représente une croissance de 3.8%. 14'165 étudiant·e·s étaient inscrit·e·s au semestre d'automne 2014 dont 3'401 nouvelles et nouveaux étudiant·e·s. Parmi ceux-ci 2'520 débutaient des études universitaires de niveau bachelor pour la première fois à l'UNIL.

La proportion de femmes était de 55% en 2014 à l'UNIL tous niveaux d'études confondus. Elles représentent 52% des doctorant·e·s de l'UNIL.

Remarque: les auditeurs et les étudiant·e·s arrivé·e·s à l'UNIL dans le cadre d'un programme de mobilité ne sont pas comptabilisé·e·s dans les statistiques; les étudiant·e·s externes (=qui suivent quelques cours à Lausanne) sont aussi exclu·e·s.

Grades

La statistique des grades est une statistique annuelle. En 2014, l'UNIL a décerné 1'474 Baccalauréats universitaires, 16 licences et diplômes (inclus les titres de l'EFLE et de médecine), 1'296 Maîtrises universitaires, 160 diplômes post-grades et 230 doctorats.

Remarque: les doctorats sont comptabilisés à partir du moment où la thèse a été déposée à la Bibliothèque cantonale et universitaire et non à partir de sa date de soutenance.

 

Personnel

La statistique du personnel se heurte à plusieurs difficultés:

  • La séparation administrative entre l'Université et les Hospices cantonaux fait que la statistique du personnel ne prend en compte pour la médecine clinique que les porteurs d'un titre d'enseignement. Pourtant, un grand nombre d'autres personnes contribuent aux activités d'enseignement et de recherche dans les cliniques.
  • De nombreux enseignants ne sont pas rémunérés par l'Université, ni par le SPEV (Service du Personnel de l'Etat de Vaud), mais par les Service des Hospices cantonaux, des institutions associées telles que l'ISREC (Institut Suisse de Recherche sur le Cancer) ou l'Institut Ludwig, voire par d'autres tiers. L'UNIL ne gère de ce fait pas toutes les données de ces personnes.
  • Jusqu'à la fin 2005, une partie du personnel de l'Université est rémunérée par le SPEV , l'autre directement par l'Université. Depuis le 1.1.2006, l'UNIL a repris la gestion et la paie des salariés antérieurement gérés par le SPEV.
  • Une même personne a souvent plusieurs contrats, pour des fonctions différentes, assumées dans des unités d'enseignement et de recherche différentes, avec des financements parfois différents. De ce fait, la statistique détaillée ne peut être éditée qu'en nombre de contrats et EPT (équivalent plein-temps), mais pas en terme de nombre de personnes. Une base de données plus sommaire par personne est toutefois disponible.

A des fins statistiques, on attribue un taux d'activité aux fonctions non mensualisées (Privat-docent, chargés de cours) et aux personnes non rémunérées par l'UNIL qui tente de mesurer l'importance de la contribution de la personne aux activités de l'UNIL.

Pour les assistants dont le traitement émarge au budget Etat de l'UNIL, une statistique est établie selon le nombre d'EPT moyen calculé sur l'année civile.

Disponibilités actuelles: Des bases de données avec l'effectif du personnel au 31 décembre et avec le nombre d'EPT sur l'année civile sont créées chaque année. Le personnel rémunéré par des sources de financement non cantonales n'a été pris en compte qu'à partir de 1995, mais de manière exhaustive qu'à partir de 1999. Les fonctions y sont regroupées en un nombre de catégories adéquat pour l'usage statistique. Ces bases de données sont enrichies par des relevés propres à la comptabilité analytique (taux d'activité par type de tâche). Les principaux attributs retenus sont: fonction, sexe, date de naissance, nationalité, source de financement du traitement.

Finances

La statistique des finances est établie sur la base d'une extraction des données du système comptable et financier de l'UNIL effectuée à la clôture des comptes.

Pour les besoins de la statistique fédérale, puis de la comptabilité analytique, des données externes sont introduites (partie des dépenses de la Bibliothèque cantonale et universitaire, données des fonds de recherche des médecins cliniciens, etc.).

La statistique pour l'usage interne s'efforce de rester proche des grandeurs connues (comptes officiels de l'Etat de Vaud), alors que les prescriptions de l'Office fédéral de la statistique nous forcent à éliminer certaines natures de dépenses. Le passage au calcul des coûts pour la comptabilité analytique implique des modifications encore plus importantes, d'où une divergence encore plus marquée entre la version interne et la version conforme aux normes nationales.

La base de données de la version interne comprend les attributs principaux suivants:

  • no du centre financier
  • no du fonds
  • no du compte par nature
  • source de financement du fonds
  • montant annuel comptabilisé

Le Bureau des statistiques connaît la source de financement de chaque fonds de manière assez détaillée, de façon à répondre aux exigences des différents projets (statistique interne, statistique fédérale, comptabilité analytique).

La création d'un dépôt de données financières est prévue. Celui-ci constituera le noyau indispensable à l'informatisation plus poussée de la comptabilité analytique.

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 20 38  -  Fax +41 21 692 20 15
Swiss University