Intervention et formation clinique

Intervention en ligne pour les personnes qui ont des difficultés à surmonter la perte d'un être cher.

La perte d’une personne proche, par décès ou par divorce ou séparation, bien qu’inhérente à la condition humaine est un événement particulièrement stressant de la vie. Elle est associée à des problèmes de santé psychologique, sociale et physique. Certaines personnes éprouvent de grandes difficultés à y faire face, ce qui peut potentiellement engendrer des symptômes pathologiques.

En ce qui concerne l’accessibilité à des traitements, des moyens de prise en charge novateurs ont été développés tels que les interventions par internet. Ces dernières ont démontré leur efficacité dans une variété de troubles (par ex. : troubles anxieux et troubles dépressifs), y compris le deuil compliqué. Dans le but de prévenir les symptômes du deuil compliqué, Brodbeck, Berger et Znoj (2017) ont mis au point un programme en ligne en allemand, basé sur l’approche cognitivo-comportementale (LIVIA) pour les personnes endeuillées et séparées. Ce programme s’est avéré efficace pour diminuer significativement les symptômes de deuil et améliorer le bien-être (Brodbeck et al., 2019). Or, à ce jour, il n'existe pas d’intervention par internet ciblant le deuil validée empiriquement pour une population francophone. C’est pourquoi, le premier objectif de cette recherche consiste à tester la version française de LIVIA-1.Le second et principal objectif est de développer une nouvelle version, LIVIA-2 qui introduit des éléments novateurs destinés à en faciliter l’utilisation dans un format d’intervention non-guidée, c’est-à-dire effectuée sur internet sans un soutien externe par des professionnels (via email par ex.). LIVIA-2 s’inscrit ainsi dans le mouvement actuel de la digitalisation de la prévention et du soin des troubles mentaux.

Afin d’améliorer l’adhérence et l’efficacité du programme, LIVIA-2 inclura les changements suivants :

a) une inclusion plus marquée d’aspects relevant de la psychologie positive (évaluation et mobilisation des ressources)

b) un réaménagement des modules pour se conformer davantage aux modèles du deuil actuels

c) l’introduction d’un nouveau module spécifique centré sur les processus mnésiques

d) la possibilité de naviguer entre les modules de façon plus autonome et mieux adaptée aux besoins et capacités de ses utilisateurs

Nous comparerons les effets de la LIVIA-1 et 2 à la suite de l'intervention et 6 mois après. Le but principal de cette recherche est de proposer une intervention préventive et efficace à portée de main, un compagnon de voyage accessible en tout temps à des personnes francophones éprouvant des difficultés à surmonter la perte d’une personne chère.

Vous trouverez de plus amples informations dans ce document. Informations et inscriptions concernant l’étude actuelle sont disponibles ici : www.psyconsultonline.ch

Le présent projet est financé par le Fond National Suisse et fait partie du NCCR LIVES.

CARLA collaborators:
Dr. Anik Debrot, investigatrice principale
Prof. Valentino Pomini
Dr. Laurent Berthoud, Senior researcher
Liliane Efinger, assistante diplômée
Maya Kheyar, doctorante FNS
Mihaela Moga, étudiante assistante


Partenaires de recherche:
Dr. Tanja Bellier-Teichmann, Haute Ecole de la Santé la Source- HES-SO, Lausanne
Prof. Thomas Berger, Université de Bern
Prof. Jeannette Brodbeck, FHNW
Prof. Hansjörg Znoj, Université de Bern

Réparer les ruptures d'alliances en psychothérapie

Réparer les ruptures d’alliances en psychothérapie

La recherche suggère que les meilleurs thérapeutes sont davantage capables d’identifier et de réparer les ruptures d’alliances qui sont des éléments courants d’une thérapie. Développer la capacité des thérapeutes en formation à gérer ces ruptures devrait être un élément important des cursus de formation en psychothérapie. Cependant, ce type de formation est actuellement peu dispensé.

Cette étude examine les effets d’un atelier de formation de deux jours sur la réparation des ruptures d’alliance, basé sur le modèle développé par Safran & Muran (1996, 2000). Cette recherche porte sur 37 participants, qui sont des thérapeutes en première ou en deuxième année de formation postgrade en psychothérapie.  Ils ont été randomisés dans deux groupes distincts : 1) les participants assignés à la condition expérimentale ont reçu un entraînement aux stratégies de réparations de l’alliance thérapeutique et 2) les participants de la condition contrôle ont été placés sur une liste d’attente et ont eu la possibilité de participer à la formation une fois l’étude terminée. La compétence des thérapeutes à gérer l’alliance a été évaluée avant et après la formation au travers un dispositif de jeu de rôles standardisés réalisés avec des acteurs professionnels qui simulaient un épisode de rupture d’alliance. A partir des enregistrements vidéos de ces jeux de rôles, des codeurs ont utilisé un instrument hétéro-évaluatif (le 3RS) pour mesurer la fréquence d’utilisation de stratégies de résolutions, leur clarté et leur impact.

Les résultats montrent que l’évolution des compétences est significativement différente en fonction de la condition expérimentale. Alors qu’aucun changement ne s’observe chez les participants du groupe contrôle, les participants du groupe expérimental améliorent leurs capacités à restaurer l’alliance, utilisent davantage de stratégies de résolutions et les formulent de manière plus claire. L’impact des stratégies de résolutions employées par les participants ayant bénéficié e la formation est également augmenté.

De manière générale, ces résultats soutiennent l’intégration d’une formation centrée sur l’alliance dans le cursus de formation en psychothérapie.

Collaborateurs du CARLA :
Diana Ortega
Valentino Pomini

Soutien à l’emploi pour troubles de la personnalité borderline

L’emploi a montré des effets positifs considérables dans le rétablissement de problèmes de santé mentale, pour des raisons financières et interpersonnelles. Dans cette optique, plusieurs programmes de réhabilitation vocationnelle ont été développés afin d’aider les personnes souffrant de troubles psychiatriques à retrouver un emploi. Le modèle IPS (Individual Placement and Support) de soutien à l’emploi a été montré comme étant le programme le plus efficace pour aider les personnes avec un trouble mental sévère à trouver un emploi. Son but principal est d’aider les personnes avec un trouble psychiatrique à réintégrer le marché de l’emploi compétitif aussi rapidement que possible, plutôt que de passer par de longues périodes de formations ou des emplois protégés. Cependant, aucune étude n’a encore prouvé l’efficacité d’IPS pour les personnes souffrant d’un trouble de la personnalité borderline. Ces patients montrent plusieurs dysfonctionnements sévères affectant négativement leurs trajectoires professionnelles. Le but de cette recherche est d’établir un état des lieux des programmes de réhabilitation vocationnelle pour les patients avec un trouble de la personnalité borderline, et de tester l’efficacité d’IPS avec cette population. L’objectif final est d’améliorer la pratique clinique de l’équipe de soutien à l’emploi faisant face à ce type de patients.

Collaborateurs du CARLA :
Noëllie Dunand
Valentino Pomini
Philippe Golay

Collaborateurs externes :
Daniele Spagnoli
Charles Bonsack

Partagez: