Personnalité

Au-delà de l’intelligence

Le comportement humain est principalement perçu en terme de performance, comme être le plus rapide, le plus brillant ou le plus précis. Cette perception considère que le comportement humain peut être expliqué sur une unique dimension que l'on appellera intelligence. Cependant, la plupart du temps, une performance est un phénomène plus complexe. Pour certaines tâches, il peut être préférable d'être rapide, alors que pour d'autres, prendre son temps et réfléchir est la meilleure approche. Cette considération "spécifique au contexte" de la performance est intégré théoriquement dans des axes de recherche comme les styles cognitifs. Dans cette approche, nous considérons un continuum allant d'analytique (local) à global dans le traitement de l'information. Si les styles cognitifs ont été théoriquement bien élaborés, des recherches empiriques démontrent que les instruments de mesures ont de sérieux problèmes de validité. Par exemple, certains tests mesurent plus l'intelligence que les styles cognitifs alors que d'autres peuvent être grandement expliqués par des mesures conventionnelles de la personnalité. Dans ce projet de recherche, nous essayons de (1) réfléchir sur les postulats théoriques des styles cognitifs et (2) d'élaborer de nouveaux instruments de mesures qui respectent ces postulats théoriques ainsi que des critères de validité.

Collaborateurs du CARLA :
Félix Cuneo
Christine Mohr

Collaborateurs externes :
Jean-Philippe Antonietti

Les effets simultanés des tendances de l'autisme et de la psychose sur les phénotypes partagés

Les traits de type autistique et psychotique (schizotypique) sont exprimés de manière dimensionnelle tant dans les populations saines que cliniques. Bien que ces dimensions de traits soient principalement conceptualisées comme mutuellement exclusives, la recherche suggère que ces traits peuvent se conjuguer au sein d'un individu. Plus important encore, et peut-être paradoxalement, lorsque les deux traits sont exprimés à des niveaux relativement élevés, les individus semblent présenter un dysfonctionnement atténué dans les populations cliniques et des performances normatives ou même supérieures dans des populations saines. En utilisant de multiples approches méthodologiques, nous travaillons avec nos collaborateurs sur: (1) l'élaboration de mécanismes qui pourraient expliquer ce paradoxe apparent, et (2) la mesure dans laquelle ces avantages pourraient se généraliser dans tous les domaines (par exemple cognitif, affectif). À l'heure actuelle, nous examinons ces effets dans des paradigmes qui évaluent les capacités d'attention, la perception, la théorie de l'esprit, le fonctionnement social, les styles cognitifs, la créativité, la réussite scolaire et la religiosité.

Collaborateurs du CARLA :
Ahmad Abu-Akel
Félix Cuneo
Christine Mohr 

Collaborateurs externes :
Ian Apperly
Henri Chabrol
Steven Gillespie 
Michael Herzog
Carmel Mevorach
Sohee Park
Julie Ramain
Patrick Raynal
Jerome Rossier
Lilach Shalev
Guillaume Sierro
Michiel van Elk
Sophie Von Bentivegni
Yaffa Yeshurun

Partagez:
Géopolis - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 35 25