Géomorphologie

La géomorphologie des Alpes Vaudoises est fortement conditionnée par la géologie locale, et présente une très riche diversité, liée à la diversité des types de roches et de styles tectoniques des différentes nappes. Dans les Préalpes, les versants sont souvent raides et végétalisés. Là où se trouvent des calcaires massifs, les parois sont souvent bien développées. Dans ces secteurs les cônes et les voiles d’éboulis sont légion. De très nombreux glissements de terrain affectent les versants de flyschs (ex. La Frasse) ou les versants morainiques. Dans les nappes alpines (Helvétique) se développent de très hauts versants alternant parois et vires.

L’humidité du climat des Alpes vaudoises maintient une ligne de névé relativement basse, ce qui explique la présence de plusieurs petits glaciers dans les versants Nord de la chaîne Dent de Morcles – Grand Muveran – Diablerets. Le retrait de ces glaciers depuis la fin du Petit Age Glaciaire a mis à jour de vastes champs proglaciaires délimités par des moraines localement bien conservées (glacier des Martinets, Plan Névé). Les extensions passées des glaciers locaux se matérialisent par de vastes étendues de couverture morainique du Würm et du Tardiglacaire, ainsi que par de nombreux cordons morainiques tardiglaciaires particulièrement bien conservés dans les massifs préalpins (haute Veveyse, Hongrin, col des Mosses, vallées de l'Etivaz, la Forclaz).

Les formes périglaciaires actives comme les glaciers rocheux sont peu nombreuses du fait des altitudes modérées et de la présence à relativement basse altitude des glaciers. Par contre la région compte plusieurs glaciers rocheux fossiles de grande dimension, comme par exemple dans le flanc nord-ouest du Mont d’Or ou autour de la Gummfluh.

La torrentialité est très active là où les pentes sont fortes et la charge sédimentaire importante. Les vallées de l'Etivaz, le versant sud du massif des Diablerets (Anzeindaz) et le vallon de Nant sont les secteurs où ce phénomène est le plus actif. On peut y observer de volumineux cônes de déjection. Ailleurs, les formes d’accumulation fluviatile sont généralement restreintes car les vallées sont le plus souvent très encaissées.

Les formes karstiques sont particulièrement bien développées autour de la Tour de Famelon, avec la présence d’une vaste étendue de lapiés. Des karsts particuliers sont observés dans les gypses de la Zone des Cols (cols de la Croix, du Pillon, Krinnenpass) et de la Zone submédiane (La Lécherette). (Rédigé en collaboration avec le Dr. Christophe Lambiel et le Prof. Philippe Schoeneich)

Partagez: