Comprendre l’EEE

Les principes de l'EEE

 

Le rapport contenant les résultats de l’évaluation est strictement confidentiel et est transmis exclusivement à l’enseignant·e ou aux enseignant·e·s dont le nom figure sur le questionnaire (nom·s renseigné·s dans le formulaire de demande de questionnaire en ligne). Tous les membres du CSE sont par ailleurs soumis au secret de fonction. L’anonymat des étudiant·e·s est essentiel pour obtenir des retours riches et sincères; c’est pourquoi leur participation aux évaluations est totalement anonyme. Les enseignant·e·s sont responsables de l'évaluation de leur enseignement par les étudiant·e·s. Celles-ci sont donc réalisées uniquement à la demande des enseignant·e·s, selon les modalités qu'ils et elles choisissent." /> <img alt="Des questionnaires standard vous sont proposés. Ils peuvent toutefois être totalement personnalisés, selon vos besoins, afin que vous obteniez un retour de vos étudiant·e·s qui vous soit le plus utile possible. Il vous suffit pour ce faire de contacter l’équipe évaluation du CSE. Nous pouvons également vous proposer d’autres outils d’évaluation qui sont présentés sur la page « Evaluer votre enseignement ». Des questionnaires standard vous sont proposés. Ils peuvent toutefois être totalement personnalisés, selon vos besoins, afin que vous obteniez un retour de vos étudiant·e·s qui vous soit le plus utile possible. Il vous suffit pour ce faire de contacter l’équipe évaluation du CSE. Nous pouvons également vous proposer d’autres outils d’évaluation qui sont présentés sur la page « Evaluer votre enseignement ». L'EEE adopte une visée formative de développement professionnel des compétences pédagogiques par la réflexion sur les pratiques. Elle vous permet de recueillir de l'information sur le fonctionnement de votre enseignement, de déterminer des pistes d'amélioration le cas échéant et de communiquer avec les étudiant·e·s sur les décisions pédagogiques prises.

Garantir la confidentialité

Confidentialité des résultats
Afin de garantir l’orientation constructive de l’évaluation, celle-ci reste confidentielle au sens strict du terme. Aucune instance universitaire n’y a accès en dehors de l’enseignant·e concerné·e et de la personne chargée de l’exploitation des questionnaires. Cette personne, bien qu’engagée par l’UNIL est soumise au secret de fonction, y compris face à la Direction.

Anonymat des étudiant·e·s
Afin d’obtenir l’information la plus riche et la plus précise, il est important de préserver l’anonymat des étudiant·e·s. L'anonymat est garanti par l'utilisation des questionnaires en ligne.

Anticiper et planifier

L’évaluation doit être planifiée pour éviter d’une part la saturation des étudiant·e·s et d’autre part des conflits avec les examens.

  • Si le cours a lieu sur un semestre, l’évaluation peut être faite à mi-parcours ou aux deux tiers de l’enseignement en question.
  • S’il est sur deux semestres, elle peut être faite à la fin du premier et le retour aux étudiant·e·s au début du suivant.

Il est également important de prévenir les étudiant·e·s de l’évaluation, d’annoncer le retour qui leur sera fait et de prévoir 20 minutes le jour de l’évaluation pour que les étudiant·e·s puissent remplir le questionnaire en classe, assurant ainsi un taux de réponse des plus élevés.

Donner un retour aux étudiant·e·s

L’expérience montre que la qualité et la quantité des réponses obtenues sont largement influencées par le retour que les étudiant·e·s reçoivent et les changements qui sont apportés à l’enseignement. Il est donc très important de le faire pour l’intérêt à long terme de la démarche.

Donner un retour aux étudiant·e·s ne signifie pas nécessairement de projeter le transparent des résultats, mais il est essentiel que chaque enseignant·e puisse communiquer aux étudiant·e·s les principaux éléments dégagés et les modifications envisagées. Voir le guide de lecture et d'interprétation des résultats pour plus de pistes.

Dans l’idéal, il est préférable de donner un retour aux étudiant·e·s qui ont donné leur avis. Néanmoins, si cela n’est pas possible, le retour donné à la volée suivante demeure très profitable puisque les étudiant·e·s échangent ouvertement au sujet d’un enseignement d’une volée à une autre.

Comprendre l’évaluation des enseignements en 3 points

Pour qui ?

L’évaluation des enseignements s’adresse à tous les membres du corps enseignant quel que soit leur statut (corps professoral, corps intermédiaire, etc.) au sens de la LUL art. 52 al. 1 et 2. En effet, conformément à la politique de l’UNIL en matière d’évaluation des enseignements (consulter les directives 1.4, 1.10, 1.15 et 1.16), les enseignant·e·s sont tenu·e·s de faire évaluer au moins un enseignement tous les deux ans (selon les dispositions spécifiques à chaque contrat).  

Chaque année, les enseignant·e·s sont toujours plus nombreuses et nombreux à procéder à l’évaluation de leurs enseignements. Une culture de l’évaluation positive s’est ainsi peu à peu développée, permettant d’établir un dialogue continu entre les enseignant·e·s et les étudiant·e·s. 

Pour quoi ? 

Cette démarche s’inscrit dans une volonté de valoriser l’enseignement au même titre que la recherche à l’UNIL, favoriser le développement professionnel des enseignant·e·s et permet d’instaurer un dialogue entre enseignant·e·s et étudiant·e·s au sujet de l’enseignement et de l’apprentissage. Elle adopte une visée formative.

Objectifs

La démarche d’évaluation des enseignements poursuit plusieurs objectifs et s’appuie sur des valeurs institutionnelles de Responsabilité, Adaptabilité, Confidentialité et Réflexivité 1.

a) Valoriser la fonction d’enseignant·e à l’UNIL et favoriser le développement professionnel des enseignant·e·s 

L’UNIL demande aux enseignant·e·s un investissement de temps et de travail réparti entre la recherche, l’enseignement et les questions administratives. L’évaluation de l’enseignement participe au dispositif de valorisation de l’enseignement, à travers le rapport d’activité particulièrement. Les enseignant·e·s doivent ainsi y inclure une analyse réflexive qu’ils·elles font des résultats d’évaluation (ce qui fonctionne bien, ce qui fonctionne moins bien, ce qui est fait pour consolider/améliorer la situation, ce qui est communiqué aux étudiant·e·s). Elle suscite et offre donc l’opportunité aux enseignant·e·s de réfléchir à leurs choix pédagogiques et de mettre en lumière leur investissement personnel et professionnel en matière d’enseignement. Les résultats issus d’une évaluation génèrent ainsi des évidences solides permettant de consolider des acquis ou de résoudre des problèmes précis. 

Afin de garantir l’orientation constructive de l’évaluation, celle-ci reste confidentielle au sens strict du terme. Aucune instance universitaire n’y a accès en dehors de l’enseignant·e concerné·e et de la personne chargée de l’exploitation des questionnaires. Cette personne, bien qu’engagée par l’UNIL, est soumise au secret de fonction, y compris face à la Direction. 

L’UNIL encourage vivement les enseignant·e·s à discuter entre eux·elles de leurs pratiques pédagogiques et, là encore, les retours d’une évaluation peuvent amener des arguments constructifs. Ces discussions permettront de briser la « solitude pédagogique » dans laquelle se retrouvent parfois certain·e·s enseignant·e·s. 

b) Favoriser le dialogue au sujet de l’enseignement et l’apprentissage entre étudiant·e·s et enseignant·e·s 

L’évaluation des enseignements, quel que soit l’outil choisi (questionnaire, focus group, etc.) représente un moyen privilégié d’obtenir des données pertinentes sur le fonctionnement de son enseignement, les attentes des étudiant·e·s et les possibilités d’amélioration selon eux·elles. Ces informations peuvent initier ou faciliter le dialogue entre l’enseignant et ses étudiant·e·s sur l’expérience d’apprentissage des étudiant·e·s et sur les choix pédagogiques effectués. 

Les questionnaires d’évaluation employés à l’UNIL portent majoritairement sur l’expérience d’apprentissage des étudiant·e·s et non sur la performance de l’enseignant·e, telle que perçue par les étudiant·e·s. A titre d’exemple, les questions portent sur l’utilité des supports pédagogiques utilisés lors d’un enseignement plutôt que sur la « maîtrise » des contenus par un·e enseignant·e. 

Les résultats d’évaluation ne sont pas utilisés à l’UNIL comme une donnée exacte et infaillible. Au contraire, ceux-ci ne sont que le reflet des attentes et préférences des étudiant·e·s. En ce sens, il ne faut pas chercher à « plaire » aux étudiant·e·s mais plutôt à comprendre leurs attentes et préférences, et à expliquer pourquoi il est possible que l’on ne soit pas en mesure de les rencontrer si tel est le cas. 

 

1 Berthiaume, D., Lanarès, J., Jacqmot, C., Winer, L., & Rochat, J.-M. (2012). L’évaluation des enseignements par les étudiants (EEE). Recherche & formation, n° 67(2), 53–72

Pour aller plus loin: ouvrages généraux

Les ouvrages ci-dessous donnent une vision globale de l’évaluation de l’enseignement.

Poissant, H. (1996). L’évaluation de l’enseignement universitaire. Montréal : Éditions Logiques.

L’auteur, une psychologue québécoise, part du constat que l’évaluation auprès des étudiant-e-s étant devenue un outil privilégié dans de nombreuses universités nord-américaines et canadiennes, il importe d’avoir de hautes exigences envers un outil qui peut influencer la carrière des enseignant-e-s de façon importante. L’ouvrage passe en revue les composantes de l’évaluation, de même que les différentes sources d’information. Il expose aussi des recommandations pour l’utilisation adéquate des questionnaires et décortique certains d’entre-eux. Malgré la date de parution, cet ouvrage demeure une bonne introduction à la mise en place d’une évaluation auprès des étudiant-e-s fiable et pertinente.


Bernard, H. (1992). Processus d’évaluation de l’enseignement supérieur : théorie et pratique. Laval Québec: Études vivantes.

Cet ouvrage se présente comme un guide pratique à la mise en place d’un processus d’évaluation de l’enseignement. Il fournit des données théoriques pour mieux comprendre les phénomènes qui influencent l’évaluation et donne de nombreux exemples pratiques permettant de choisir la meilleure stratégie d’évaluation en fonction du contexte. Notons qu’il est l’un des tous premiers ouvrages sur l’évaluation de l’enseignement rédigé en français.
En dehors de l’évaluation de l’enseignement par les étudiant-e-s, l’ouvrage évoque d’autres techniques telles l’évaluation du matériel d’enseignement par les pairs, l’évaluation de la direction de mémoires et de thèses, la prise en compte de variables contextuelles qui devraient permettre aux enseignant-e-s de décrire leur situation d’enseignement pour analyser au mieux les résultats des évaluations, l’opus évoque aussi les précautions à prendre lors de la rédaction des rapports de synthèse des évaluations. L’auteure a le mérite d’intégrer à son texte de nombreuses suggestions d’énoncés permettant d’évaluer différentes activités d’enseignement, tels les cours, séminaires, travaux pratiques, stages, etc…qui peuvent aider tout-e enseignant-e à mettre au point un questionnaire pour recueillir un feed-back fiable et pertinent sur son enseignement.


Hounsell D. (2009). Evaluating courses and teaching. In A Handbook for Teaching and Learning in Higher Education: Enhancing Academic Practice. Third Edition. (198-211).

Ce recueil publié pour la première fois en 1999 est d’abord destiné aux enseignant-e-s qui débutent dans l’enseignement supérieur. Ainsi, il aborde une multitude d’aspects composant l’enseignement. L’évaluation de l’enseignement est traitée dans un chapitre spécifique par Dai Hounsell. Même s’il est en premier lieu destiné aux nouveaux/nouvelles enseignant-e-s, l’ouvrage demeure une source d’information pertinente sur de nouvelles approches pédagogiques, au Royaume-Uni il fait d’ailleurs figure de référence dans le domaine.
Dai Hounsell tient à présenter l’évaluation comme une composante essentielle d’une pratique professionnelle responsable. Il recense et documente plusieurs sources d’information possibles pour établir une évaluation pertinente et veut démontrer que toute évaluation devrait se baser sur plusieurs d’entre elles et non pas sur les seuls questionnaires proposés aux étudiant-e-s.
Le chapitre dédié à l’évaluation, tout comme l’ensemble de l’ouvrage, offre des pistes innovantes, parfois provocantes, pour élargir les questionnements à propos de l’enseignement et améliorer sans cesse la pratique de l’enseignement.

Pour aller plus loin: ouvrages spécifiques

Les ouvrages ci-dessous explorent en détail les recherches sur l’évaluation de l’enseignement.

Antille, M., Schaub, M. & Sylvestre, E. (2016). Evaluer un enseignement par questionnaire et analyser les résultats. Dans A. Daele & E. Sylvestre (dir), ​Comment développer le conseil pédagogique dans l’enseignement supérieur​ (p. 189-204). Louvain-la-neuve: De Boeck

 

Linse, A. R. (2016). Interpreting and using student ratings data: Guidance for faculty serving as administrators and on evaluation committees, ​Studies in Educational Evaluation, 54, 94-106 https://www.sciencedirect.com/science/journal/0191491X

 

Spooren, P. & Christiaens, W. (2016). I like your course because I believe in (the power of) students evaluation of teaching (SET). Students’ perceptions of a teaching evaluation process and their relationships with SET scores. ​Studies in Educational Evaluation, 54​, 43-49

 

Sylvestre, E., Barras, H., Blondeau, M. & Boulvain, M. (2016). Au-delà de l’évaluation des enseignements par questionnaires. Dans A. Daele & E. Sylvestre (dir), ​Comment développer le conseil pédagogique dans l’enseignement supérieur (p. 223-237). Louvain-la-neuve: De Boeck

 

Lewis, K.G. (Ed.). (2001). Techniques and Strategies for Interpreting Student Evaluations : New Directions for Teaching and Learning, San Francisco : Jossey-Bass Publishers.
 

Le numéro 87 de la collection « New Directions for Teaching and Learning » se penche en détail sur l’évaluation de l’enseignement par les étudiant-e-s, de la collecte des données à l’interprétation des résultats. Les différent-e-s contributeurs(trices) de cet opus s’intéressent à toutes les phases du processus. Les sujets abordés traitent en particulier des moyens d’encourager de manière significative la participation aux évaluations, de l’intérêt des évaluations faites en cours de semestre, de l’utilité des focus groups, de l’importance de créer des questions qui ciblent spécifiquement les intérêts et les besoins du corps enseignant. Avec l’évocation, parfois humoristique, des mythes et légendes qui entourent l’évaluation de l’enseignement et la présentation de recherches sur l’évaluation, cet opus démontre que l’évaluation de l’enseignement est un processus d’apprentissage en soi.
Cet ouvrage représente plus qu’une introduction et convient aux enseignant-e désireux-euses de se pencher en détail sur les fondements théoriques de l’évaluation de l’enseignement supérieur.


Knapper, C. Cranton, P. (Eds.). (2001). Fresh Approaches to the Evaluation of Teaching : New Directions for Teaching and Learning, San Francisco : Jossey-Bass Publishers.
 

Les questionnaires remplis par les étudiant-e-s ont longtemps figurés comme l’outil principal de l’évaluation de l’enseignement supérieur. Le numéro 88 de la collection « New Directions for Teaching and Learning », sans remettre en jeu leur utilité et leur pertinence, démontre que, dans le contexte actuel de l’évolution des populations étudiantes, ils ne suffisent plus pour rendre compte de tous les aspects d’un enseignement. Cet opus explore ainsi un large panel d’approches alternatives de l’évaluation des apprentissages et de l’enseignement et présente des méthodes pour les documenter et les accrédités. Techniques qui ont souvent été occultées par les débats sur la validité et la fiabilité de l’évaluation de l’enseignement par les étudiant-e-s. Les contributeurs-trices se penchent sur différentes formes d’évaluation, tels les portfolios. Ils/elles examinent aussi l’évaluation à l’aune des nouvelles technologies. Ce volume démontre que si l’évaluation des enseignements par les étudiant-e-s reste un moyen incontournable d’améliorer les résultats et les expériences d’apprentissage, d’autres techniques sont à mettre en œuvre si l’on entend évaluer et améliorer l’enseignement dans sa globalité.
Cet ouvrage représente plus qu’une introduction et se destine aux enseignant-e désireux-euses de se pencher en détail sur des formes d’évaluation encore peu pratiquées en Suisse, mais qui dans l’avenir seront certainement incontournables.

Quand ?

Les enseignant·e·s sont tenu·e·s de faire évaluer leur enseignement par les étudiant·e·s selon une périodicité et les dispositions spécifiques à chaque contrat (consulter les directives 1.4, 1.5, 1.15 et 1.16).

Les évaluations des enseignements par les étudiant·e·s, quel que soit l’outil mobilisé, peuvent être réalisées en tout temps (sous réserve des données nécessaires, par exemple la liste des inscriptions des étudiant·e·s). 

Pour un enseignement semestriel, nous recommandons de réaliser l’évaluation à partir de la 8ème semaine afin d’être en mesure d’ajuster votre enseignement en fonction des résultats et d’en discuter avec les étudiant·e·s d’ici la fin du semestre.  

Contactez-nous pour définir le moment et l’outil les plus adaptés à votre situation ! 

Suivez nous:      
Partagez: