Automne-hiver 2020

# Téléchargez le programme complet du CTL en format PDF #

Lire à Lausanne
Librairie éphémère
Mardi 25 août 2020 - 9h00 au Samedi 29 août 2020 - 21h00
Hôtel de Ville - Place de la Palud 2, Lausanne

À l’occasion de Lire à Lausanne, les livres ont investi le Forum de l’Hôtel de Ville avec une librairie éphémère 100% lausannoise. Le CTL a participé à cet événement en présentant une sélection de livres traduits ou sur la traduction, symbolisant les nombreuses collaborations qui marquent la vie du CTL. La librairie est restée ouverte tous les jours de 9h à 21h. Le CTL, ainsi que tous les éditeurs et éditrices invité·es, étaient présent·e·s les mercredi 26 et samedi 29 août.

Livre sur les quais
Rencontres littéraires
Vendredi 4 septembre 2020 - 10h00 au Dimanche 6 septembre 2020 - 17h00
Le Livre sur les quais - Morges

Fidèle au rendez-vous, le Centre de traduction littéraire de Lausanne a concocté pour les quais un programme dédié à la traduction avec des interventions d'Ursula Gaillard, Josée Kamoun, Camille Logoz et Yann Stutzig. Avec le soutien du Collège de traducteurs Looren.

Du fait de la crise sanitaire, la rencontre prévue avec Dominique Defert et Carole Delporte en marge de la projection du film Les Traducteurs a malheureusement dû être annulée.

The world is made of words: Angela Carter translator - Angela Carter in translation
Colloque international
Jeudi 8 octobre 2020 - 10h00 au Samedi 10 octobre 2020 - 19h00
Amphimax - 414 - Université de Lausanne

This international conference under the aegis of the Angela Carter Society seeked to explore the transnational and translational dimension inherent in the creation, dissemination and reception of Angela Carter’s œuvre in order to celebrate the 80th anniversary of the birth of one of the most original, thought-provoking and influential British writers of the late twentieth century. It was organised by Martine Hennard Dutheil de la Rochère, Marie Emilie Walz and Juliette Loesch.

"The Great American Novel " & Making America Great Again
Table-ronde
Mardi 20 octobre 2020 20h15 - 21h30 (report de l'événement du mardi 2 juin 2020 20h15 - 21h30)
CLUB 44 - La Chaux-de-Fonds

Réalités de la grandeur et de la décadence américaine. Discussion avec Josée Kamoun et Boris Vejdovsky.

Que nous disent les romans de Philip Roth ou de John Irving sur l’histoire récente des États-Unis ? Comment traduire ces représentations pour qu’elles soient comprises outre-Atlantique, par un public francophone ? Peut-on dire qu’avec Donald Trump la réalité a dépassé la fiction ? Traductrice littéraire depuis 1985, Josée Kamoun a traduit Philip Roth (Les Faits, Gallimard 2020), Richard Ford, John Irving, ou encore Jonathan Coe, Virginia Woolf ou Ceridwen Dovey. Elle dialoguera avec Boris Vejdovdsky, professeur de littérature nord-américaine à l'UNIL, pour aborder quelques-unes de ces œuvres qui nous donnent matière à penser l'histoire et la société américaine.

A réécouter: rencontre au club 44 avec Josée Kamoun et Boris Vejdovsky
Réécouter la rencontre du 20 octobre 2020

Ins Japanische übertragen heißt ins Bildliche umsetzen
Conférence
Mercredi 21 octobre 2020 10h15 - 12h00
En ligne, sur Zoom

Une conférence du professeur Fuminari Niimoto.

Comment traduit-on Robert Walser, Ilma Rakusa et Jürg Halter en japonais? L'allemand et le japonais sont deux langues très différentes, autant sur le plan culturel qu'au niveau de leur structure linguistique. À partir d'exemples concrets tirés de traductions existantes, cette conférence a tenté de montrer comment un traducteur peut expérimenter avec ces différences linguistiques dans ses traductions.

Conférences de Peter Utz et Angela Sanman dans le cadre du cours « Une langue, une littérature ? Une relation qui ne va pas de soi ? »
Mercredi 21 octobre 2020 18h15 - 19h45
Anthropole - 2024 - Université de Lausanne

Ces conférences ont été organisées dans le cadre du cours 2020 du Centre interdisciplinaire d'étude des littératures de l'UNIL sur la relation entre langues et littérature. Le programme était le suivant :

  • Autrement dit. De la plus-value de la traduction pour l'interprétation littéraire, Peter Utz (ALL)

  • Stratégies de subversion : Marianne Wilhelmine de Stevens traduit des fables de C.F. Gellert (1777), Angela Sanmann (ALL)

Plus d'information sur le cours 2020 du Centre interdisciplinaire d'étude des littératures «Une langue, une littérature? Une relation qui ne va pas de soi?» ici.

Voyages en dystopie
Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature - En Bois Désert 10, 1147 Montricher

Jeudi 22 octobre, 19h - Conférence de clôture du Programme Gilbert Musy 2020

Josée Kamoun a donné la conférence de clôture du Programme Gibert Musy 2020, lors de la soirée consacrée à 1984 de George Orwell organisée, à Montricher, dans le cadre de Voyages en dystopie, et en écho à l’exposition Mondes (im)parfaits. Autour des Cités obscures de Schuiten et Peeters de la Maison d’Ailleurs.

Josée Kamoun a retraduit la célèbre œuvre de George Orwell (Gallimard, 2018). En clôture de la Master class de traduction littéraire qu’elle a donnée en octobre, elle a partagé ses réflexions sur notre rapport à la langue, la réception des œuvres et le statut réservé aux traductrices et traducteurs dans ce qu’on nomme la République des Lettres.

Jeudi 22 octobre, 20h : 1984, HISTOIRE D’UNE DYSTOPIE

TABLE RONDE AVEC MARC ATALLAH, JOSÉE KAMOUN ET FRANÇOIS ROSSET

Pour la seconde partie de la soirée, Josée Kamoun a été rejointe par des spécialistes de la dystopie et de George Orwell pour une table ronde sur 1984. Ensemble, ils sont revenus sur la genèse et la langue du roman.

La Couleur des jours a consacré un dossier sur Josée Kamoun et sur la traduction en commun dans son numéro 37 hiver 2020-2021. Plus d'information ici.

1984_saura.png

Lecture de la traduction de Josée Kamoun de "1984", par le comédien François Marthouret
Lecture de traduction
Vendredi 23 octobre 2020 19h00 - 22h00
Fondation Jan Michalski - En Bois Désert 10, 1147 Montricher

Le comédien François Marthouret a lu la traduction de Josée Kamoun de "1984" à la Fondation Jan Michalski.
 

« Les enjeux de la traduction poétique: l’époque de Mandelstam »
 Colloque international
Lundi 26 octobre 2020 10h00 - 17h45

Le colloque s'est finalement déroulé en ligne.

Ce colloque s'est intéressé aux enjeux de la traduction poétique à l'époque d'Ossip Mandelstam. Il a été organisé par Anastasia de La Fortelle et a regroupé de nombreux intervenants de toute l'Europe. Le colloque a eu lieu à l'Université de Lausanne et il était également possible de participer par Zoom. Le programme incluait plusieurs conférences qui étaient suivies de discussions, modérées le matin par Anastasia de La Fortelle et l'après-midi par Alexeï Evstratov. Les langues de travail étaient les suivantes: français, anglais et allemand.

Mandelstam -- REPORTÉ --
Rencontre avec Jean-Claude Schneider, traducteur, Anastasia de la Fortelle, éditrice, et Antoine Jaccottet, éditeur du Bruit du temps
Lundi 26 octobre 2020 19h30 - 21h00
Librairie de la Louve - Place de la Louve, Lausanne

–– Rencontre reportée au printemps 2021. ––

Cette rencontre devait présenter les oeuvres complètes d'Ossip Mandelstam, livre édité par La Dogana et Le Bruit du temps:
La Dogana et Le Bruit du temps se sont associés pour publier les œuvres complètes de Ossip Mandelstam, retraduites à cet effet par Jean-Claude Schneider, qui a été consacré pour ce travail par le prix de traduction poétique Nelly-Sachs 2018.

Cette édition réunit pour la première fois, à la seule exception de la correspondance du poète, l’intégralité de l’œuvre, entièrement traduite par Jean-Claude Schneider, éminent poète et traducteur. L’indispensable appareil critique est dû à Anastassia de La Fortelle, qui enseigne la littérature et la langue russe à l’université de Lausanne. Il parachève cette édition, préfacée par deux essais remarquables du traducteur.

L’Enfant lézard - en ligne
Lecture et discussion
Mercredi 4 novembre
BCU de Lausanne
Jeudi 5 novembre 2020 19h00 - 21h00
Bibliothèque de la Cité - Genève
.

Les rencontres entre Benjamin Pécoud et Vincenzo Todisco ayant été annulées en dernière minute, nous vous proposons la discussion animée par Marie Fleury Wullschleger enregistrée en ligne, à retrouver sur les plateformes suivantes:

L’enfant lézard n’a pas d’existence légale. Enfant de saisonniers italiens, il passe sa vie caché dans l’immeuble où habitent ses parents, qui travaillent autant qu’ils peuvent en espérant regagner un jour leur village d’origine. Dissimulé sous le buffet du salon ou dans les recoins de la cage d’escalier, il a pour seul accès au monde les trous de serrures et failles des murs par lesquels il observe sa famille, ses voisins, tout une époque. Drame familial et fresque sociale, L’Enfant lézard (éditions Zoé 2020) s’attaque à un tabou de l’histoire suisse des années 1960-70, et entre ainsi en résonnance avec les drames actuels de l’immigration.

Antonia - rencontre annulée
Discussion

Dimanche 25 octobre 2020
Festival Zürich liest
Samedi 7 novembre 2020 16h00 - 17h30
Basel / Bâle - Festival BuchBasel

Journal d’une femme forte dans un quotidien oppressant, Antonia réveille les souvenirs et fait appaître une foule d’ancêtres rebelles. Dans ce premier roman, Gabriela Zalapí, artiste plasticienne reconnue, tisse avec habileté les lettres et les photos de famille et les fils de fiction. Avec la traductrice en allemand Claudia Steinitz, elles devaient présenter cette œuvre entre poésie et vérité. Discussion en allemand et en français, animée par Ruth Gantert.

Pour pallier l'annulation de l'événement, le festival BuchBasel propose des podcasts, à retrouver sur leur site ci-dessous :

Zum Nachhören: BuchBasel Festival für zuhause:
Eins.sieben.drei der Literatupodcast mit Gabriella Zalapi. "Schlingen einer Ehe", über das Buch Antonia.Tagebuch 1965-1966, erschienen im Rotpunkt Verlag.
Übersetzung: Claudia Steinitz.

Namen und Orte: Von der Prosopographie zur Geographie
Conférence
Vendredi 13 novembre 2020 - 15h00 au Dimanche 15 novembre 2020 - 19h00
En ligne - sur Zoom

Traductrices et traducteurs en exil – Traduire face à la tyrannie
Vie et travail des traductrices et traducteurs sous (la menace de) la persécution nationale-socialiste

Les traductrices et traducteurs en exil ne sont pas seulement absent·e·s dans les discours de la traductologie, de la recherche sur les transferts de savoir, des études littéraires, de l'historiographie ou des sciences sociales - elles et ils sont également absent·e·s dans les recherches sur l'exil. S'il est possible de se référer à de nombreuses synthèses sur les auteur·e·s, les musicien·ne·s, les architectes, les scientifiques ou les politicien·ne·s en exil, il n'existe pour l'heure rien de la sorte au sujet des traductrices et traducteurs.
Ce premier colloque international dans le cadre du projet de recherche trilatéral D-A-CH "Exil:Trans" a permis de cerner le champ de recherche et de répondre aux questions de la prosopographie des traductrices et traducteurs à la période nationale-socialiste.

12e Symposium suisse pour traductrices et traducteurs littéraires
Ateliers
Samedi 14 novembre 2020 11h00 - 12h30
Version abrégée en ligne. Le sujet et le programme sera repris dans le programme de l'automne 2021.

En raison de la situation actuelle, la manifestation a eu lieu dans un espace virtuel. Elle a eu comme leitmotiv cette année : « Je lis ce que tu ne lis pas. Sur la critique de la traduction. »

Peut-on lire une traduction comme si c’était un texte «normal» ? Comment aborder un texte composé par deux auteurs ? Et de qui parle-t-on lorsqu’on évalue une traduction ? La même aune s’applique-elle au texte traduit et original ? Principes esthétiques, décisions techniques, contraintes de la langue… Comment prendre en compte tous ces critères et pour quel public ? Des exposés, des discussions et des ateliers pratiques ont offert des approches de ces questions dans le but de rassembler outils et bons exemples pour une meilleure critique de la traduction.

Variations sur Klaus Merz - rencontre annulée
Lecture
Samedi 14 novembre 2020 18h00 - 20h00
Hauptpost - St-Gall

--- La rencontre devait avoir lieu dans le cadre du Symposium suisse pour traductrices et traducteurs littéraires. Elle sera reprogrammée en 2021 ---

Traduire, interpréter, jouer – les traducteurs et traductrices sont bien souvent comparés à des musiciens, parfois aussi à des comédiens. S’emparant des poèmes de Klaus Merz, la traductrice Marion Graf, Prix spécial de traduction 2020, le chef d’orchestre et improvisateur Rudolf Lutz et le comédien Matthias Flückiger devaient filer la métaphore et proposer autant de variations sur les poèmes de Klaus Merz. Ils devaient en décliner différentes versions dans plusieurs langues et en musique, les passer au crible du corps et de la voix et inviter le public à ressentir toutes les nuances de rythmes et de sonorités qui composent cette poésie.

La poésie indienne et les paradigmes de la traductologie
Conférence
Mardi 17 novembre 2020 16h15 - 18h00
En ligne - sur Zoom

Une conférence du professeur Vinay Dharwadker, qui explore les recoupements déterminants entre la théorie de la traduction, la figuration et le formalisme avec des exemples représentatifs de la poésie dramatique sanscrite, de la poésie religieuse en hindi et punjabi, de l'urdu ghazal et de la poésie moderniste marathi. Il est professeur dans les sections d'anglais, de littérature du monde et des études d'Asie du Sud à l'université de Wiconsin-Madison, aux États-Unis. Il traduit de l'hindi, du marathi, du sanskrit, du punjabi et de l'urdu en anglais. Il a publié de nombreux livres et articles et est l'éditeur de la section Asie du Sud de l'anthologie Norton de la littérature du monde.

Robert Walser en portrait russe

Avec Mikhaïl Chichkine et Maud Mabillard
Lecture et rencontre
Jeudi 26 novembre 2020

Rencontre reportée au printemps 2021

Mikhaïl Chichkine, auteur d’origine russe établi en Suisse depuis 1995, évoque dans ce nouveau recueil de textes (Le manteau à martingale, éditions Noir sur blanc, 2020) les relations entre la Suisse et la Russie d’un point de vue autobiographique aussi bien politique et littéraire. Avec la traductrice Maud Mabillard, qui a transposé ces proses du russe en français, il a évoqué ces passerelles qui conduisent de Guillaume Tell et de Robert Walser à Nabokov. Au delà des lectures, nombreuses, il a aussi été question de son enfance soviétique, et du chemin de l’exil qui a fini par le rapprocher de la littérature russe et de sa véritable langue d’écrivain. Rencontre animée par Anastasia de la Fortelle. En collaboration avec le Cercle littéraire de Lausanne.

L’AFTER DES ASSISES – Un florilège d’incipit
Lecture
Samedi 28 novembre 2020 21h00 - 22h00
ONLINE - Sur la chaîne YouTube TV ATLAS, Facebook, Zoom

« La première chose que je peux vous dire » 

Soudain traducteurs et traductrices littéraires ont imaginé une scène littéraire par temps de pandémie. Chacun devait rester chez soi, confinement oblige.  

Et si un écran pouvait être franchi ? Et si de l’autre côté on voyait un collègue qui se trouve là, tout près, ou peut-être à l’autre bout du monde ?  

Au cours de cette lecture plurilingue, par écrans interposés, on a débarqué chez des traducteurs du monde entier pour entendre des incipit célèbres de Jorge Luis Borges, Nabokov, Romain Gary, Carlo Collodi et aussi d’Antoine de Saint-Exupéry, de Robert Walser, et de Beckett, en passant du zapotèque au chinois, de l’espagnol à l’italien, ainsi que par l’allemand, le russe, le quechua et le français.

A revivre: Au commencement était l'image – 37e Assises de la traduction littéraire
Du 6 au 8 novembre 2020, ATLAS a proposé une édition en ligne des 37es Assises de la traduction littéraire intitulées "Au commencement était l'image". Les lives et les vidéos réalisés à cette occasion sont en ligne sur TV ATLAS, ainsi que sur le soundcloud d'Atlas. Plus d'informations par ici

Samedi 28 novembre : l'AFTER des Assises, florilège d'incipit en plusieurs langues.

Café Interligne: la traduction, ça se discute!
Table-ronde
Mardi 1 décembre 2020 17h00 - 19h00
En ligne - Sur Zoom

Depuis décembre 2015, Le Café Interligne offre un lieu de rencontre convivial et informel aux étudiant-e-s du SPEC Traduction littéraire et aux étudiant-e-s du Master ès Lettres ayant un travail en cours au sujet de la traduction littéraire. Ensemble, nous avons plongé entre les lignes de vos textes et sommes partis à la découverte de ce qu’une traduction donne à voir d'un texte de départ – en reflétant, transformant, recréant l'original dans la langue d'arrivée.

« Comment traduire un film? » - Entretien avec Christine Menghini
Conférence
Mercredi 2 décembre 2020 10h15 - 12h00
En ligne - Sur Zoom

Quel est le statut du texte dans un film et comment le traduire ? Quels sont les liens entre textes et images dans le film et tout particulièrement dans les films de Jean-Luc Godard ? Quelles valeurs doit-on traduire ? comment insérer le texte traduit dans le film ? comme texte ? comme sous-titres ? comme voice-over ? en mode synchronisation ? Quels sont les défis de la traduction des films de Godard, qui jouent avec une fragmentation du sens au niveau pictural et textuel avec, notamment, une polyphonie linguistique et une pluralité de citations de textes d’auteurs et d’époques diverses ?

Lors de l’entretien en allemand avec Christine Menghini, traductrice allemande de plusieurs films de Jean-Luc Godard, nous avons découvrert son travail de traductrice à l’aide d’exemples du film Allemagne Neuf-Zéro qui ont été projetés pendant la séance.

« Mon hiver est tellement hölderlinien… » – Gustave Roud : poète-traducteur
Conférence
Jeudi 10 décembre 2020 12h30 - 14h00
En ligne - sur Zoom

Une conférence et discussion avec Raphaëlle Lacord sur le poète et traducteur Gustave Roud. Raphaëlle Lacord est traductrice et collabore à l’édition critique des Œuvres Complètes de Gustave Roud à l’Université de Lausanne. L’édition critique des Œuvres Complètes de Gustave Roud (1897-1976), dirigé par Daniel Maggetti et Claire Jaquier, rassemblera les écrits poétiques, la critique, le journal et les traductions. Elle paraîtra aux Éditions Zoé et sera accompagnée d’une version numérique.

Cette rencontre a eu lieu en français dans le cadre du séminaire MA Poet-translators, poètes-traducteurs, Dichter-Übersetzer, co-dirigé par Martine Hennard Dutheil de la Rochère et Angela Sanmann.

Le Danube en cube - reporté
Lecture
Jeudi 10 décembre 2020 18h30 - 20h00
LivrEchange - Fribourg

--– événement reporté à 2021, en ligne ---

Haut-lieu de l’échange culturel à Fribourg, LivrEchange invite à une remontée du fleuve Danube qui traverse dix pays, de l’Allemagne à la mer Noire.

Les cubes poétiques et danubiens de la poète Zsuzsanna Gahse sont justement composés de dix strophes de dix dizains chacun. Une métrique d’un nouveau genre qui représente pour la traductrice une contrainte forte. Marion Graf s’y est attelée et a traduit avec brio les vingt-sept cubes au fil du fleuve magistral, sans jamais oublier de recréer la forme et la musique, les images et l’intertextualité dont est tissé chaque poème. La poète et la traductrice devaient s'exprimer sur ce travail, exemplaire de la dimension fraternelle de la traduction dans le long cheminement qu’elle implique avec une œuvre, et son auteure.

La lecture et la discussion, animées par Nathalie Garbely et ponctuées d’interventions musicales par la violoncelliste Sara Oswald, peuvent être visionnées depuis chez soi : 

Cette rencontre est organisée en amont du festival de littérature et traduction aller<->retour qui aura lieu en ligne le 6 mars, en direct du Nouveau monde à Fribourg. Vous trouverez le programme détaillé ici.

Suivez nous:    
Partagez: