Maîtrise universitaire en médecine - 1re année

Coordinateur des cours à option : Prof. M. Hofer, coursoption_med@unil.ch

Les cours à option peuvent être effectués au sein de l'Ecole de médecine ou de la Faculté de médecine de Genève. Ils ont lieu durant le semestre d'automne, le jeudi après-midi, également pour Genève.

♦ Attention votre choix ne peut être que dans l'une OU l'autre des Facultés; si votre premier choix se porte sur un cours de l'Ecole de médecine (EM) les autres choix doivent l'être aussi obligatoirement. Identique pour un premier choix de la Faculté de médecine de Genève, les autres choix doivent obligatoirement être de cette Faculté.

Ils peuvent aussi être effectués dans le cadre du "PhD Programm in Cancer & Immunology" de la Faculté de biologie et de médecine, deux Summer School sont proposés.

Ecole de médecine (EM)

36 périodes de 45 minutes sur 12 semaines. L'offre de cours proposés est la même pour la BMed3 et la MMed1, vous êtes privillégiés pour les cours qui ont lieu durant l'automne.

Summer School

Deux Summer School du "PhD Programm in Cancer & immunology" de la Faculté de biologie et de médecine (3 crédits ECTS) sont disponibles et reconnus par l'Ecole Doctorale

♦ Ils ont lieu avant la rentrée universitaire en septembre, pour le détail des cours ici et ici

Faculté de médecine de Genève

Les étudiants genevois sont prioritaires. Leur fréquence et nombre d'heures hebdomadaires sont propres à l'organisation de la Faculté de médecine de Genève, la charge de travail peut être conséquente.

Veuillez vous référer au site de la Faculté de médecine de Genève pour le programme des cours ici.

MD-PhD

Pour les étudiants qui ont décidé d'effectuer leur formation préparatoire au MD-PhD, nous leur conseillons fortement de choisir des cours à option en BMed3 et MMed1 reconnus par l'Ecole doctorale (3 crédits ECTS), la liste des cours reconnus peut être consultée ici.

Cours de l'Ecole de médecine - Semestre d'automne

OPT 1 Gène et vision
Coordinateur Yvan Arsenijevic et al.
Discipline  Ophtalmologie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
Le but de ce cours est d’informer les étudiants
1. sur les connaissances actuelles des maladies héréditaires qui induisent une dégénérescence de la rétine (génétique, environnement, biologie cellulaire) ou une perte de vision due à une altération des voies visuelles
2.sur l’identification de patients atteints de maladies génétiques
3. sur la nécessité de bien phénotypiser les patients pour établir un diagnostique correcte ainsi que de permettre une optimisation de recherche de mutation
4. comment évaluer si le cerveau d’une personne aveugle pourrait recouvrir la vision et finalement
5. sur les traitements en cours et futurs
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Comprendre les différentes origines des dégénérescences de la rétine en intégrant les connaissances cliniques et des sciences fondamentales
2. Connaître les concepts de la recherche de mutations dans une famille
3. Comprendre ce que les modèles animaux peuvent apporter à la compréhension d’une pathologie
4. Comprendre comment le cerveau se remodèle après une perte sensorielle
Attitudes
1. Se sensibiliser aux sciences fondamentales afin de mieux comprendre les pathologies
2. Se sensibiliser aux développements des nouvelles technologies afin d’analyser leur utilité potentielle pour la clinique
Compétences et savoir-faire
1. Intégrer le besoin de rechercher des connaissances médicales et scientifiques complémentaires
2. Se montrer actif dans la recherche de la connaissance
3. Savoir comprendre et critiquer un article
 

TOP ^

OPT 3 Des disparités à l’équité en santé (des pathologies, des patients, des réalités)
Coordinateur Prof. Patrick Bodenmann et collaborateurs
Discipline  Policlinique Médicale Universitaire/Médecine communautaire (PMU)
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
Les inégalités sociales de santé ou disparités en santé, à savoir le décalage qui existe entre les besoins en santé de certaines personnes et les qualités des soins qui leur sont prodigués, et ce de part leur appartenance à un groupe désavantagé par rapport à un ou plusieurs autres groupes moins désavantagés et précaires, existent en Suisse : pour preuve, 4,4 ans d’espérance de vie séparent les mieux lotis et les plus précaires dans la société suisse ; il y a quelques 7,8%  de pauvres dans toute la Suisse en 2018, avec une péjoration depuis la crise économique de 2008. De plus, quelques 100'000 sans-papiers, et 65'000 personnes issues du domaine de l’asile, constituent la tranche des migrants forcés, reconnus comme particulièrement à risques de ces inégalités sociales de santé. Enfin, Lausanne est de plus en plus décrite comme le nouveau San Francisco en termes de minorités sexuelles…Dès lors, une approche médicale équitable et inclusive semble nécessaire.

Forts de ces constats, nous allons travailler sur trois axes convergents:

  1. Celui des pathologies, ou des maladies infectieuses, infections sexuellement transmissibles, mais aussi maladies chroniques métaboliques connues et moins connues (PICA), ainsi que des atteintes de la santé mentale et de la sphère bucco-dentaire, seront discutées en détails.
  2. Il sera mentionné et présenté des patients issus d’activités professionnelles diverses, de communautés bigarrées, vivant dans des structures variées: prostituées, communauté gay, migrants forcés, personnes incarcérées, des très jeunes, des plus âgés, etc.
  3. Enfin, des réalités concrètes de vie et de santé, tantôt issues de la rue, parfois dans les secteurs de soins, souvent aux urgences, dans la communauté, mais aussi de plus en plus en milieu carcéral, seront décrites.

Pour ce faire, une approche pédagogique variée par quelques rares présentations ex-cathedra, des lectures avant chaque cours à partir de notre livre (Vulnérabilités, équité et santé. P. Bodenmann, Y. Jackson, H. Wolff, RMS 2018) de nombreux travaux en petits groupes à partir de vignettes, d’enregistrements de patients, et chaque fois que cela sera possible, en présence des patients, nous permettra d’appréhender ces réalités médicales. De plus, la visite de sites de soins et de vie nous permettra d’être dans la réalité de chacune de ces personnes et de mieux comprendre les enjeux de l’épidémiologie sociale, de la médecine sociale, et de sa thématique essentielle, à savoir les inégalités sociales de santé. Autant d’éléments surprenants, parfois inquiétants, mais toujours très stimulants dans une approche holistique de la médecine.

A terme, vous aurez la possibilité au travers de vos travaux de fin de cours à options de questionner patients, soignants, agents de la santé publique, et décideurs, rarement insensibles à ces différentes thématiques, mais souvent malmenés pour y apporter des solutions.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  1. Décrire les principaux déterminants socio-économiques de la santé et de la maladie en ayant une bonne connaissance des principaux articles et auteurs.
  2. A partir des connaissances d’épidémiologie sociale, viser l’application intégrée des principaux résultats dans la pratique d’une médecine sociale, avec une approche bio-psycho-médicale et spirituelle, notamment dans le cadre de la prise en charge de certaines populations particulièrement vulnérables.
  3. Identifier les principales populations vulnérables actuellement présentes en Suisse
  4. Enumérer les différents facteurs de précarité en fonction des caractéristiques spécifiques des populations, de leur setting de vie, de leurs prises de risques par rapport à leur santé et de leur principale pathologie.
  5. Définir le rôle joué par le médecin dans la prise en charge interdisciplinaire de telles populations.
Attitudes
  1. Adopter une posture et un comportement permettant une approche nuancée, respectueuse, empathique, du patient précaire, quels que soient son statut socio-économique, politique et son origine.
  2. Insérer sa réflexion dans une perspective transversale interdisciplinaire et de réseau.
Compétences et savoir-faire
  1. Evaluer les déterminants sociaux de la santé pour chaque patient.
  2. Etablir un climat de confiance dans un setting approprié afin de mieux déterminer les principaux critères de précarité et vulnérabilité pour chaque patient.
  3. Tenir compte des spécificités de l’origine, du milieu socio-économique, et de l’environnement de chaque patient.
  4. Acquérir des compétences dites transculturelles dans la prise en charge de patients d’origines diverses, que ce soit en termes de pays de naissance, de niveau socio-économique, d’orientation sexuelle, etc.
OPT 5 Les logiques de la dépression: psychopathologies, psychothérapies et neurosciences
Coordinateur Jean-Nicolas Despland et collaborateurs
Discipline  Psychiatrie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
L’introduction du DSM-III en 1980 incarne la reconnaissance de la complexité du fait mental pathologique : la notion de trouble remplace celle de maladie en raison de la difficulté de trouver un lien univoque entre un syndrome est un possible déterminisme étiopathogénique. Mais reconnaître la complexité des troubles psychiatriques n’implique en rien de céder sur les exigences méthodologiques propres aux sciences fondamentales comme aux sciences cliniques.

Ce cours poursuit deux objectifs complémentaires : premièrement sensibiliser l’étudiant à la diversité et à la spécificité des méthodes auxquelles la psychiatrie peut recourir dans une approche scientifique des maladies psychiques ; deuxièmement rendre attentif le futur médecin à la complémentarité des ces méthodes, par là à la nécessité d’une approche pluridisciplinaire dans son approche de la maladie et du sujet malade.

Le thème de la dépression est choisi en raison de la fréquence de cette maladie et de la multiplicité des facteurs qui sont susceptibles d’être incriminé dans une meilleure connaissance de ses déterminants : historiques, génétiques, neurobiologiques, épidémiologique, psychopathologique et psychothérapiques.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Connaître et distinguer les définitions de la dépression proposée par différentes approches
2. Connaître les différents types de traitement de la dépression
3. Différencier les modalités et les objectifs d’un traitement médicamenteux et d’une psychothérapie
4. Connaître les avantages et les limites d’une approche pluridisciplinaire de la dépression
Attitudes
1. Etre capable de se reconnaître et respecter la pluralité des méthodes de recherche appropriées à l’étude de la dépression
2. Etre capable de discuter la complexité découlant de la pluralité des méthodes de recherche en médecine
3. Etre capable d’appréhender la complémentarité nécessaire de ces approches dans leurs applications cliniques
Compétences et savoir-faire
1. Appréhender les différents types de savoir requis pour une approche multidisciplinaire d’un trouble psychiatrique
2. Lire et résumer de manière critique un chapitre de livre ou un article scientifique dans une des approches présentées
3. Mettre en évidence les symptômes dépressifs dans un entretien clinique
4. Proposer différents types de traitements de la dépression et décrire leurs spécificités

TOP ^

OPT 6 La croissance et le développement sous toutes les coutures
Coordinateur Jean-Marc Joseph
Discipline  Pédiatrie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
La croissance et le développement font partie intégrante des sciences de la vie et sont au cœur de la discipline pédiatrique. Ce cours a option se centre sur divers aspects du développement du fœtus, du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent, impliquant de nombreux processus et phénomènes de nature cellulaire, génétique, physiologique, psychosociale et environnementale.  Il s’en suit que cet enseignement émarge à de nombreuses disciplines comme la biologie, la physiologie et l’endocrinologie, l’obstétrique, la néonatologie, la pédiatrie, la médecine de l’adolescence, la psychologie et la pédopsychiatrie, la médecine sociale et préventive voire la sociologie. Ce cours propose aux participants d’aller au delà de l’assimilation de connaissances vers une réflexion théorique et un questionnement portant sur la nature et le déroulement de divers processus de croissance. A ce titre, il constitue un bon entraînement à la réflexion interdisciplinaire critique propre notamment à l’exercice de la pédiatrie et de la médecine en général.
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Décrire quelques mécanismes de la naissance, du développement et de la mort cellulaire (normale et pathologique)
2. Identifier les déterminants génétiques, biologiques, nutritionnels et psychologiques de la croissance pré et post natale, y compris la puberté
3. Détailler quelques étapes significatives du développement physique, psychologique et social du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent et comment  en tenir compte dans le travail clinique 
4. Définir et reconnaître quelques troubles fréquents de la croissance et du développement et leurs principales causes 
5. Définir et reconnaître quelques troubles fréquents du développement psychosocial et leurs principales causes
6. Décrire ce qu’il y a de spécifique dans la croissance et le développement des humains par rapport à d’autres espèces
Attitudes
1. Adopter une posture intellectuelle critique face aux théories appréhendant les phénomènes de croissances et de développement.
2. Participer activement aux sessions d’enseignement
Compétences et savoir-faire
1. Evaluer le développement d’un nourrisson, d’un enfant et d’un adolescent dans une perspective clinique
2. Appliquer les concepts de développement bio psychosocial dans l’approche et la prise en charge clinique d’un nourrisson/ d’un enfant/d’un adolescent

TOP ^

OPT 9 Anesthésie: de la physiologie appliquée à la médecine periopératoire et de réanimation
Coordinateur Madeleine Chollet-Rivier et al.
Discipline  Anesthésiologie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
1. Qu’est-ce que l’état d’anesthésie
2. Evaluation préopératoire et stratégie anesthésique
3. Surveillance clinique et monitorage
4. AB: contrôle des voies aériennes supérieures et ventilation
5. Hémodynamique et contrôle liquidien
6. Anesthésie locorégionale
7. Complications péri-opératoires
8. Contrôle postopératoire de la douleur
9. La femme enceinte
10. L’enfant
11. Le polytraumatisé
12. Evaluation participative, présentation de cas cliniques
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Revoir les principes de physiologie et d’anatomie appliquées à la prise en charge péri-opératoire du patient
2. Principes du soutien et du monitoring des fonctions vitales pendant une anesthésie
3. Liens entre physiopathologie et stratégie anesthésiologique
4. Application des principes de pharmacologie pour l’utilisation clinique des anesthésiques généraux, locaux, des opiacés et des curares
5. Evaluation du patient, du risque anesthésique et principes du consentement éclairé
Attitudes
1. Intégration des notions de base dans la prise en charge péri-opératoire de patients particuliers : l’enfant, la femme enceinte, le polytraumatisé
2. En partant des signes cliniques et du monitoring d’un patient particulier, évaluer l’état hémodynamique, respiratoire et cérébral d’un patient particulier
Compétences et savoir-faire
1. Présenter la prise en charge globale et établir les principes de la prise en charge péri-opératoire d’un patient donné.
2. Reconnaître une situation clinique et discuter les mesures thérapeutiques à appliquer
3. Apprendre les gestes de base du contrôle des voies aériennes et du soutien ventilatoire

TOP ^

OPT 10 Approches translationnelles en neurosciences cliniques
Coordinateur Jocelyne Bloch; Claire Bindschaedler, Marie Theaudin
Discipline  Neurologie/Neurochirurgie/Neurorééducation
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
Dans le cadre du développement des Neurosciences sur l’Arc Lémanique (UNIL, CHUV, UNIGE, HUG, EPFL), le but de ce cours est d’informer les étudiants:
1. sur les connaissances actuelles dans les neurosciences cliniques
2. sur l’intégration des connaissances des neurosciences de base dans la prise en   charge des patients atteints de maladies du système nerveux
3. sur l’approche pluridisciplinaire des patients atteints de maladies du système nerveux tant dans l’approche diagnostique que thérapeutique
4. sur les traitements actuels et les approches thérapeutiques envisagées pour le futur des patients atteints de maladies du système nerveux
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Comprendre les différents mécanismes physiopathologiques des principales maladies du système nerveux, en intégrant les connaissances actuelles issues des neurosciences fondamentales
2. Connaître les différentes approches issues des neurosciences fondamentales permettant d’appréhender les maladies du système nerveux
3. Comprendre les avantages et les limitations des différents modèles utilisés dans l’approche des maladies du système nerveux
4. Comprendre la nécessité de l’approche multidisciplinaire dans les maladies du système nerveux
Attitudes
1. Se sensibiliser à l’approche transversale allant des neurosciences fondamentales aux neurosciences cliniques afin de mieux comprendre les maladies du système nerveux
2. Se sensibiliser au développement des nouvelles technologies et thérapies afin de pouvoir analyser leur utilité potentielle pour la clinique
Compétences et savoir-faire
1. Intégrer l’approche multidisciplinaire des maladies du système nerveux
2. Se montrer actif dans la recherche de la connaissance
3. Savoir comprendre et critiquer une approche diagnostique ou thérapeutique nouvelle

TOP ^

OPT 11 Introduction à la médecine d’urgence ambulatoire
Coordinateur Philippe Staeger; Alexandre Béguelin
Discipline  Médecine d’urgence ambulatoire
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
Les urgences représentent une activité essentielle de toutes les structures pratiquant la médecine ambulatoire, comme les cabinets de médecine de premier recours, permanences, spécialistes, policliniques et hôpitaux. Cette dimension transversale est susceptible d’intéresser un grand nombre d’étudiants en médecine, quelle que soit la carrière à laquelle ils se destinent. L’acquisition de compétences dans ce domaine permet aux étudiants concernés de faire face aux situations imprévues, notamment par l’identification des symptômes et signes de danger, la prise rapide de décisions, la connaissance des moyens à engager, ainsi que la réalisation des gestes essentiels.

Ce cours à option aborde divers aspects de cette activité : arbres décisionnels en médecine d’urgence ambulatoire, ateliers pratiques, démonstrations de structures et dispositifs existants, présentations de cas sous diverses formes, et finalement travail personnel. Apprendre, mettre en pratique, et enseigner aux collègues apporteront aux participants des compétences supérieures dans le domaine de la médecine d’urgence ambulatoire.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Connaître les modalités de prise en charge des principales situations en médecine d’urgence ambulatoire
2. Connaître les principales urgences communautaires
3. Connaître les interventions possibles en terrain difficile
4. Connaître le réseau et les moyens locaux et cantonaux en médecine d’urgence ambulatoire, hospitalière et pré-hospitalière
Attitudes
1. Savoir effectuer les principaux gestes en médecine d’urgence ambulatoires : petite chirurgie, fixations, etc.
2. Participer activement aux sessions d’enseignement
3. Etre capable de réaliser un travail personnel dans le domaine de la médecine d’urgence ambulatoire
Compétences et savoir-faire
1. Evaluer une situation d’urgence ambulatoire en connaissant les principes de prise en charge individuelle
2. Appliquer les connaissances acquises dans des situations fictives, lors des démonstrations et ateliers pratiques

TOP ^

OPT 12 Fondements du traitement chirurgical de l’insuffisance cardiaque
Coordinateur Piergiorgio Tozzi
Discipline  Chirurgie cardiaque (Cardiac Surgery)
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
L’incidence de l’insuffisance cardiaque est en nette augmentation et de nombreuses approches thérapeutiques ont été développées, en particulier dans le domaine chirurgical.  Les patients pour lesquels hier encore n’existait aucun traitement peuvent désormais bénéficier de nouvelles stratégies thérapeutiques.  Ces stratégies sont la synthèse de plusieurs compétences qui vont de la bio-ingénierie à la science des matériaux en passant par la biologie moléculaire. Il s’agit certes d’une discipline très pointue qui s’adresse à des hyper-spécialistes des maladies cardiaques. Cependant, la connaissance de ce domaine en pleine évolution affine la formation du jeune médecin, qu’il soit destiné à travailler en cabinet ou dans un hôpital universitaire.
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Acquérir les principes de la pathophysiologie de l’insuffisance cardiaque et du traitement médical et chirurgical
2. Acquérir les techniques chirurgicales pour la restauration de la fonction ventriculaire et valvulaire
3. Acquérir les principes de la thérapie cellulaire appliquée à l’insuffisance cardiaque
4. Acquérir les principes de fonctionnement des systèmes d’assistance ventriculaire et leurs limites
5. Connaître les indications cliniques à l’utilisation de chaque stratégie thérapeutique
6. Comprendre les enjeux techniques et économiques du développement d’un dispositif médical implantable
Attitudes
1. Analyser de façon critique les différentes options thérapeutiques relatives à l’insuffisance cardiaque
2. Orienter le patient souffrant d’une cardiopathie vers les nouveaux traitements
Compétences et savoir-faire
Acquérir des compétences spécifiques dans le domaine de la pathophysiologie de l’insuffisance cardiaque, de la bio-ingénierie et de la chirurgie cardiaque.

A la fin du cours, un jeu de rôle permettra aux étudiants de mettre en pratique les acquis.

TOP ^

OPT 13 Vivre face à la mort
Coordinateur Emmanuel Tamches (coordinateur); Gian Domenico Borasio; Ralf Jox
Discipline  Soins palliatifs et éthique médicale
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

Attention: les étudiants qui choisissent ce cours devront être très motivés car ils rencontreront à deux reprises un patient palliatif.

Vous recevrez également plusieurs jours avant le premier jour de cours un texte à lire, des informations seront données par mail à ce sujet.

A la fin du cours, il vous sera demandé de rédiger une lettre à un patient, document qui pourra faire l’objet d’une recherche scientifique pédagogique conduite par le Service de Soins Palliatifs et de Support. Cette recherche pourrait par la suite aboutir à des améliorations du cours, mais aussi à une publication.

Le médecin, comme les autres professionnels de la santé, est régulièrement confronté à la mort. Ce peut être la mort inattendue et brutale d’un patient, les conséquences naturelles d’une maladie évolutive d’un patient, mais aussi les conséquences d’un geste iatrogène ou encore la mort d’un collègue ou d’un proche.

Réparti en deux grandes parties, à la fois pratiques, expérientielles et théoriques, ce cours vise à aborder les concepts qui tournent autour de la mort, tant au niveau médical, psychologique, éthique ou encore spirituel.

Afin d’acquérir les connaissances, attitudes et compétences nécessaires, ce cours à option permettra aux étudiants de rencontrer des professionnels de différentes spécialités (urgences, soins intensifs ou encore pédiatrie, p.ex.) mais aussi de discuter avec un patient en situation de fin de vie.

A noter qu’il sera attendu des étudiants de pouvoir s’exprimer sur ce que la confrontation à  la mort génère en eux, raison pour laquelle ce cours à option n’est proposé qu’à des étudiants volontaires. Une équipe d’encadrement assurera évidemment la sécurité des participants.

Pour finir, ce cours est ouvert depuis 2016 à quelques étudiants hors Faculté de Médecine, ce qui enrichira l’expérience des étudiants de médecine.
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Connaitre les aspects médicaux de base liés à la mort d’un patient, d’un collègue ou d’un proche;
2. Connaitre les aspects éthiques liés à la mort d’un patient, d’un collègue ou d’un proche;
3. Connaitre les aspects psycho-spirituels liés à la mort d’un patient, d’un collègue ou d’un proche.
Attitudes
1. Identifier les enjeux soulevés chez l’étudiant en médecine confronté à des situations cliniques pouvant avoir une issue fatale;
2. Se positionner personnellement (prendre du recul) face à ces enjeux et à sa propre finitude;
3. Débattre de ces enjeux avec des personnes d’horizons différents.
Compétences et savoir-faire
1. Identifier des ressources (théoriques ou pratiques) pour faire face à la mort;
2. Rechercher des informations sur la thématique des soignants face à la mort;
3. Devenir une ressource pour ses collègues confrontés à la mort.

TOP ^

OPT 14 Médecine du sport : de la physiologie de base à la médecine du sport sur le terrain
Coordinateur Prof F. Amati, Dr G. Gremion PD & MER
Discipline  Physiologie et Médecine
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
La médecine du sport est la médecine spécialisée qui s’intéresse à tout pratiquant sportif, quel que soit son âge, son sexe ou son niveau de capacité sportive.
Dans un contexte où de de nombreux sportifs souhaitent se lancer dans des compétitions de plus en plus longues comme les marathons ou les trails, elle a pour but d’accompagner les sportifs en insistant sur les aspects de prévention.
Les blessures liées à l’activité physique sont malheureusement nombreuses. La médecine du sport a dans ses tiroirs tout un arsenal de moyens permettant au sportif de pouvoir retourner à son sport favori tout en essayant de limiter le risque de récidive.
Enfin, avec l’accroissement de l’espérance de vie et le fait que l’on se retrouve à la retraite dans un état de santé bien meilleur qu’auparavant, la médecine du sport s’intéresse aussi au vétéran actif en l’accompagnant dans son activité en tenant compte de certaines co-morbidités qui, il y a peu étaient encore incompatibles avec une certaine activité physique, comme la mise en place d’une prothèse par exemple
Objectifs d’apprentissage

Connaissances
1.  Introduction à la médecine de l’exercice
2.  La mort subite en sport
3.  Ateliers de réanimation cardio-vasculaire
4.  Physiologie de l’exercice
5.  Ateliers de laboratoire et sur le terrain pour tester la capacité sportive
6.  Le sport chez les enfants
7.  Le sport pour la population à risque
8.  Le RED’S
9.  Les aspects sociologiques du sport
10.Le dopage
11.Atelier de Taping
12.L'activité physique en environnement extrême
13.Atelier : De la blessure au retour sur le terrain

Attitudes
1. Intégrer les notions de base de la physiologie de l’exercice
2. Savoir interpréter les résultats d’une exploration fonctionnelle
3. Savoir prodiguer les conseils pour une reprise saine de l’exercice
4. Savoir reconnaître les limites entre le trop peu et l’excès

Compétences et savoir-faire

A la fin du module, l’étudiant devra élaborer une présentation orale

TOP ^

OPT 17 Prendre en charge un patient suspect d'infection
Coordinateur A. Croxatto; Gilbert Greub; Pierre-Yves Bochud; F. Lamoth
Discipline  Microbiologie/Maladies infectieuses
Période d'enseignement  Semestre d'automne - 1re année Master

Les maladies infectieuses constituent une source majeure de morbidité et de mortalité, tant en médecine ambulatoire qu’hospitalière. Leur importance est accrue du fait de l’apparition constante d’infections émergentes, qui souvent prennent la forme de crises de santé publique, ainsi que de la propagation des résistances aux antibiotiques, qui rendent plus difficile voire impossible le traitement de certaines infections.

 

Suite aux réformes des études de médecine, la dotation horaire pour l’enseignement systématique de la microbiologie et des maladies infectieuses dans le cadre du Module B3.3 (intitulé Inflammation) est insuffisante.

 

Le développement de ce cours à option vise à offrir aux étudiants intéressés (en troisième ou quatrième année) une opportunité de réfléchir aux principes qui sous-tendent le diagnostic et la prise en charge des maladies infectieuses, et de les exercer dans le cadre de présentations de cas.

 

Le cours est donc constitué des éléments suivants :

  1. séminaires fondamentaux sur la démarche intellectuelle en diagnostic et thérapeutique lors d’infections causées par divers microbes (voir programme détaillé)
  2. études de cas interactives pour mettre en pratique ces raisonnements (cas choisis afin de couvrir des sujets non traités en cours lors du module B3.3)
  3. séminaires de recherche donnés par des chercheurs actifs dans notre institution pour donner des exemples de ces activités
  4. contact privilégié avec les enseignants, avec une présentation des perspectives de stages et de carrière en microbiologie (titre FAMH, master, MD-PhD) et en maladies infectieuses (titre FMH, master, MD-PhD).
  5. visites de laboratoires (routine et recherche)
  6. visite de la nouvelle Unité des isolements de médecine (chambres spéciales pour patient immunocompromis ou « contagieux »)
Objectifs d’apprentissage
Connaissances

Connaître et comprendre les concepts fondamentaux permettant d’interpréter des

résultats de laboratoire dans le diagnostic des maladies infectieuses, dans le cadre d’un diagnostic différentiel, et de prescrire des traitements antimicrobiens empiriques et/ou ciblés sur les microorganismes mis en évidence.
Attitudes

Comprendre l’importance de la connaissance de la pathogenèse bactérienne et virale dans la prise en charge des maladies infectieuses.

Compétences et savoir-faire
  1. utiliser dans le raisonnement diagnostique une interprétation bayésienne des résultats de laboratoire
  2. utiliser dans le raisonnement diagnostique l’information concernant les mécanismes des maladies infectieuses (quel prélèvement, quand, quelle méthode de détection) et les notions de flore microbienne physiologique
  3. établir un diagnostic différentiel étiologique, et établir un régime antimicrobien empirique couvrant une fraction acceptable des hypothèses
  4. exercer l’application de ces concepts sur des cas concrets dans un format de présentations de cas interactives (avec un dialogue entre clinicien et microbiologiste)

 

TOP ^

OPT 19 Médecine et Spiritualité

Prendre en compte la dimension spirituelle du patient : enjeux et impacts sur la clinique

Coordinateur

Prof. Peter Vollenweider,  Ph.D Etienne Rochat, MSc Ysaline Favre, MSc Elena Martinez

Discipline 

Médecine, santé et spiritualité

Période d'enseignement  Semestre d'automne - 1re année Master

A l’heure de l’avènement de la médecine de précision, on assiste en parallèle à un intérêt croissant pour restaurer la place de l’humain au cœur des soins. Un nouveau champ disciplinaire se dessine autour des liens entre la santé et la spiritualité, sous le terme anglo-saxon de spiritual care. Il se destine non seulement à étudier mais à promouvoir la compréhension, la reconnaissance et l’intégration de la spiritualité dans la médecine. Dans un temps de maladie et de vulnérabilité, la spiritualité se réfléchit comme une dimension faisant partie intégrante des expériences de transitions, de handicaps, du vieillissement et de la fin de vie. Cette dimension impacte non seulement la santé physique et psychique du patient, mais influence également la relation thérapeutique avec ce dernier, et sa prise en soin. En tant que médecin, comment réfléchir la spiritualité dans le travail pour le retour à la santé et le maintien de la qualité de vie.

 

Intervenants dans ce cours: Prof. Serge Margel, Prof. Jacques Gasser, Prof. Ilario Rossi, Dre. Dominique Cassidy, Dre Noemi Zurron, Prof. Philip Larkin, Prof. Gérard Waeber, Dr. Jean-Baptiste Oboni, Dr. Marc-Antoine Bornet, Dre Sabine Galland, François Rouiller, Gina Sobral, Guillaume Roulet, Brigitte Niquille, Dr. Christos Karatzios, Prof. Peter Vollenweider, D.Th. Etienne Rochat, Naomi Edelmann, Ysaline Favre et Elena Martinez.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  • Conceptions et définitions des spiritualités
  • Les différents modèles de la santé et de la prise en soins
  • Les effets de la ou des spiritualités sur la santé
  • La santé du point de vue de la spiritualité et des religions
  • Les enjeux pour les décisions de soins
  • Liens entre spiritualité et éthique du care
  • Les différents outils d’évaluation du bien-être ou de la détresse spirituelle
  • Les différents outils pour entrer en dialogue avec le patient à propos de sa spiritualité
  • La plus-value du faire ensemble (l’interprofessionnalité)

Ces connaissances seront transmises à la fois de manière ex-cathedra, mais également par le biais de témoignages, vignettes et vidéos ainsi que par des exercices pratiques.  

Attitudes

  • Ouverture à la diversité culturelle et à l’altérité
  • Empathie dans la relation
  • Intérêt pour le modèle bio-psycho-social et spirituel dans la prise en soins

Compétences et savoir-faire

  • Développer une compréhension adéquate des anamnèses concernant la vie spirituelle des patients
  • Entraîner la capacité d’évaluation de la dimension spirituelle chez les patients
  • Intégrer cette dimension dans la communication et les pratiques interdisciplinaires
  • Etre ouvert à une réflexion sur son propre rôle professionnel et son propre rapport à la spiritualité

A la dernière séance du module, l’étudiant devra identifier, discuter en groupe et présenter une situation clinique dans laquelle des dimensions spirituelles et/ou religieuses sont en jeu. Il devra notamment expliciter la situation d’un point de vue professionnel, dans son rôle de futur médecin, puis d’un point de vue interdisciplinaire.

 

TOP ^

Cours de la Faculté de médecine de Genève

Veuillez vous référer au site de la Faculté de médecine de Genève pour le détail des cours ici.

Cours reconnus par l'Ecole doctorale

Formation préparatoire au MD-PhD, liste des cours reconnus ici.

Cours Summer School

Deux Summer School du "PhD Programm in Cancer & immunology" de la Faculté de biologie et de médecine (3 crédits ECTS) sont disponibles et reconnus par l'Ecole Doctorale.

SS - Perspectives in Cancer Prevention, programme détaillé ici.

SS - Immunology course, programme détaillé ici.

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 11
chuv-logo.svg