Olivier Bonny

bonny.jpg
© Heidi Diaz, SAM

Version du 14 novembre 2017

Olivier Bonny, professeur associé

Chercheur au Département de pharmacologie et de toxicologie de l’UNIL et clinicien au Service de néphrologie du CHUV, Olivier Bonny s’intéresse aux mécanismes de transport tubulaire rénal, ainsi qu’aux maladies génétiques du rein ou anomalies menant à la formation de calculs rénaux. Il a été nommé professeur associé à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL dès le 1er août 2017.

Olivier Bonny mène une recherche translationnelle sur les maladies du rein ou d’origine rénale. Il investigue en particulier l’utilisation du calcium et du phosphate dans notre organisme et les mécanismes de biominéralisation. Grâce à des modèles animaux, le chercheur a montré le lien entre la suppression de transporteurs de calcium ou d’acide urique dans le rein et la formation de calculs rénaux. Il a également identifié un nouveau mécanisme de transport transépithélial du phosphate dans le rein et son implication dans le rachitisme hypophosphatémique héréditaire avec hypercalciurie1. Le chercheur collabore aussi à un projet de modélisation de l’homéostasie du calcium et du phosphate chez le rat. Par ailleurs, les travaux d’Olivier Bonny ont mis en lumière, chez la souris, le rôle d’une protéine de croissance tumorale dans la formation d’anomalies du métabolisme minéral et celui de l’horloge circadienne dans le contrôle du métabolisme rénal.

En parallèle, Olivier Bonny est le Directeur d’une cohorte suisse de patients atteints de calculs rénaux2 et est co-investigateur de l’essai clinique interventionnel NOSTONE chez les formeurs de calcul. Le clinicien a coordonné d’autres études physiologiques sur l’homme, par exemple sur le rôle du récepteur-sensible au calcium et sur l’utilisation de biomarqueurs dans le suivi de l’évolution de pathologies rénales. Il a aussi collaboré à des études d'association pangénomique3 sur le calcium, dont l’une a permis l’identification de plusieurs loci du génome humain associés à des variations du calcium plasmatique. Enfin, il coordonne la consultation multidisciplinaire des maladies rénales génétiques et supervise la clinique des néphrolithiases et des maladies rénales génétiques au Service de néphrologie du CHUV.

Dans le cadre de sa nomination, Olivier Bonny désire mettre à profit ses compétences de chercheur et de clinicien pour mieux comprendre le développement des cristallopathies rénales et leur lien avec l’insuffisance rénale. Ceci passe notamment par le développement de nouveaux modèles animaux de ces maladies et par l’étude de différents régulateurs et des réponses inflammatoires induites par les cristaux, le but ultime étant l’identification de nouvelles approches thérapeutiques.

Les travaux d’Olivier Bonny ont été récompensés, entre autres, par des bourses du SNSF, du NCCR Kidney.CH, de la Fondation Novartis pour la recherche, de l’association de patients AIRG-Suisse et de la National Kidney Foundation (USA). Le médecin est l’auteur de chapitres de livres et de plus de septante publications dans des revues scientifiques de référence, telles que Journal of Clinical Investigation, PLoS Genetics, PNAS, PLoS One et Journal of the American Society of Nephrology. Il est très impliqué dans l’enseignement pré- et postgradué et a encadré plusieurs étudiants en Master et en doctorat. Il est aussi le récipiendaire d’un fonds d’innovation pédagogique du rectorat pour le développement d’une application internet simplifiant l’enseignement du métabolisme minéral.

1Rachitisme hypophosphatémique héréditaire avec hypercalciurie: maladie rénale héréditaire avec perte de phosphate caractérisée par une hypophosphatémie et une hypercalciurie associée à un rachitisme (maladie des os qui se manifeste pendant l'enfance en raison d'une carence en vitamine D)  et/ou une ostéopathie généralisée.

2Swiss Kidney Stone Cohort

3Etudes d'association pangénomique («Genome-wide association studies»): analyse de nombreuses variations génétiques chez un grand nombre d’individus, afin d'étudier leurs corrélations avec des traits phénotypiques. P.ex. l’étude «CoLaus» (cohorte lausannoise) cherche des associations entre les données médicales et génétiques d'une cohorte de plus de 6 000 personnes.

Bio express

1993 Diplôme fédéral de médecin, Faculté de médecine, UNIL
1994-1996 Médecin assistant, Services de médecine et chirurgie, Hôpital St-Loup, Pompaples, Suisse
1996-2000 Thèse de doctorat, Prof. Bernard Rossier, Département de pharmacologie et toxicologie (DPT), UNIL
2000-2002 Médecin assistant, Département de médecine, CHUV, Lausanne
2002-2004 Médecin assistant, Département de néphrologie et d’hypertension, Inselspital, Berne
2004-2007 Post-doctorat, Prof. Orson Moe, Université du Texas, Dallas, Etats-Unis
2005 Diplôme de spécialiste en médecine interne
2007-2011 Maître assistant suppléant (60%), DPT, UNIL
2007-2014 Chef de clinique (40%), Service de néphrologie, CHUV
2009 Diplôme de spécialiste en néphrologie
2011-2016 Professeur assistant boursier FNS (50%), DPT, UNIL
dès 2014 Médecin associé (50%), Service de néphrologie, CHUV
dès 2016 Professeur remplaçant (50%), DPT, UNIL

Par: Caroline Ronzaud/Communication FBM

TOP ^

Version du 29 juin 2012

Olivier Bonny, professeur assistant boursier FNS

Olivier Bonny, spécialiste de la physiologie rénale, a été nommé professeur assistant boursier FNS au Département de pharmacologie et toxicologie de la Faculté de biologie et de médecine (FBM) dès le 1er août 2011. Il est également affilié au CHUV comme chef de clinique rattaché au Service de néphrologie.

Olivier Bonny dispose d'une double formation de chercheur et de clinicien. Né en 1969, il obtient son diplôme fédéral de médecine de l'Université de Lausanne en 1993. Trois ans plus tard, il suit une formation en biologie moléculaire et cellulaire, toujours à l'UNIL, puis réalise une thèse sur l'étude fonctionnelle de mutants du canal épithélial à sodium, qu'il défend avec succès en 2002. Après une formation clinique en médecine interne au CHUV et en néphrologie à l'Hôpital de l'Ile de Berne, il décroche sa certification FMH en médecine interne (2005), puis en néphrologie (2009). Il parachève sa formation postdoctorale avec une recherche centrée sur la réabsorption du calcium au sein du Centre du métabolisme minéral du Southwestern Medical Center de Dallas (Etats-Unis). En 2008, il rejoint le Département de pharmacologie et toxicologie de l'UNIL avec le titre de maître assistant suppléant jusqu'à sa nomination récente comme professeur assistant, poste assorti d'un subside du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) de quelque 1,5 million de francs.

Le domaine de compétences d'Olivier Bonny est orienté sur la physiologie rénale, et en particulier sur la manière dont différentes molécules chargées électriquement (ions) sont transportées, réabsorbées et excrétées par cet organe, comme le sodium, le calcium, le phosphate, le magnésium, le potassium ou encore l'acide urique. Le chercheur et son équipe se préoccupent tout particulièrement des nombreux facteurs susceptibles de perturber le bon fonctionnement rénal et, au-delà, de provoquer des troubles du métabolisme minéral chez les patients, comme la formation de calculs rénaux ou l'ostéoporose. De nombreuses maladies rares affectant le transport de ces ions font également l'objet de leurs recherches.

Les nombreuses publications déjà parues dans des revues de référence témoignent de la grande diversité de cette problématique. Le scientifique s'est intéressé par exemple au lien entre gènes, ostéoporose et augmentation de l'excrétion urinaire de calcium (hypercalciurie), dans le cadre du Programme national de recherche sur la santé musculo-squelettique (PNR53). Parmi ses autres sujets d'études figurent les conséquences de l'altération de la réabsorption de l'acide urique par les reins menant à la formation de calculs rénaux ou à des crises de goutte. Olivier Bonny se focalise également sur les rythmes journaliers des ions dans le sang et l'urine et des hormones qui les régulent et essaie de montrer leur importance dans la physiologie rénale et dans la physiopathologie. De manière générale, les études menées par le chercheur apportent une connaissance accrue de la physiopathologie des complications rénales et se révèlent primordiales pour une prise en charge optimale des patients.

Par: Pascal Vermot/Communication FBM

TOP ^

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg