Vincent Dion

dion.jpg
© droits réservés

Version du 10 janvier 2014

Vincent Dion, professeur assistant boursier du FNS

Biologiste, spécialiste de la réparation de l'ADN et de la structure de la chromatine, Vincent Dion a été nommé professeur assistant boursier du FNS au Centre intégratif de génomique (CIG) de l'UNIL dès le 1er octobre 2013. Ses travaux visent à élucider le rôle de la structure et de l'organisation de la chromatine dans l'instabilité génétique de certaines séquences d'ADN répétées responsables de maladies neurologiques.

Né en 1980 et de nationalité canadienne, Vincent Dion étudie la biologie moléculaire et la génétique à l'Université de Guelph au Canada. Entre 2002 et 2007, il effectue son doctorat au Département de biochimie et biologie moléculaire du Baylor College of Medicine (Houston, Etats-Unis) sous la direction du prof. John H. Wilson. Il travaille sur le rôle de l'épigénétique, c'est-à-dire l'ensemble des mécanismes moléculaires ayant lieu au niveau de l'ADN et de la régulation de l'expression des gènes, dans la stabilité de séquences répétées de trois nucléotides1.

En 2008, Vincent Dion obtient une bourse EMBO puis un financement de la Terry Fox Foundation/Canadian Cancer Society (2009) et rejoint le groupe de la prof. Susan Gasser au Friedrich Miescher Institute (Bâle, Suisse). Pendant 3 ans le chercheur développe une technique hautement sophistiquée d'imagerie chez la levure qui lui permet de découvrir un nouveau mécanisme par lequel les enzymes de contrôle des lésions de l'ADN et du remodelage de la chromatine maintiennent la stabilité du génome. Ses découvertes sont considérées comme extrêmement importantes dans le domaine de l'épigénétique. Il remporte ainsi un subside de professeur boursier du FNS, effectif dès le 1er octobre 2013, qui lui permet de poursuivre ses recherches à Lausanne au sein du CIG.

Dans ce cadre, ses travaux visent à élucider le rôle de la structure et de l'organisation de la chromatine, ainsi que de l'instabilité liée aux répétitions trinucléotidiques. En effet, au moins 17 maladies neurologiques résultent de l'expansion de ces séquences d'ADN répétées. Le mécanisme exact impliqué dans l'instabilité de ces régions est encore mal connu, même s'il a été montré que la réplication2, la réparation de l'ADN, la recombinaison homologue3, et la transcription4 déstabilisent certainement d'une manière ou d'une autre ces séquences répétées.

Considéré par ses pairs comme un scientifique hors-norme, le chercheur a publié en tant que premier auteur dans plusieurs revues scientifiques de référence comme Cell (2013), Nature Cell Biology (2012), Trends in Genetics (2009) et Human Moelcular Genetics (2008). Son travail a également été récompensé par plusieurs prix, notamment le Baylor College of Medicine Dean's Award (2007) et le Sigma Xi Texas Medical Center Thesis Award (2008).

Vincent Dion est également très impliqué dans l'enseignement: il participe à l'organisation de workshops et de séminaires ainsi qu'à plusieurs programmes de formation.

1Les nucléotides sont les molécules élémentaires qui constituent l'ADN.
2La réplication est le processus au cours duquel l'ADN est synthétisé.
3La recombinaison homologue est un type de recombinaison génétique où les séquences de nucléotides sont échangées entre des molécules d'ADN identiques ou similaires.
4La transcription est le processus par lequel une molécule d'ADN est lue et transformée en ARN messager.

Par: Caroline Ronzaud/Communication FBM

TOP ^

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg