Ana Claudia Marques

marques.jpg
© droits réservés

Version du 9 septembre 2014

Ana Claudia Marques, professeure assistante boursière FNS

Ingénieure en biotechnologie et chimie et spécialiste de la transcriptomique, Ana Claudia Marques a été nommée professeure assistante boursière du FNS au Département de physiologie de l’UNIL dès le 1er octobre 2014. Ses travaux visent à comprendre comment l'information génétique contenue dans le génome est traduite et comment ce mécanisme intervient dans l’origine des traits anatomiques, physiologiques et comportementaux complexes de notre espèce. Elle s’intéresse tout particulièrement aux ARN non-codants, importants régulateurs de gènes.

Née en 1978 et de nationalité portugaise, Ana Claudia Marques étudie la biotechnologie et l’ingénierie chimique à l’Institut technique supérieur de Lisbonne (Portugal). Afin de se former à la biologie, et en particulier à celle de l’évolution, elle rejoint l’Institut Gulbenkian pour les sciences à Oeiras (Portugal), comme assistante de recherche. Elle y étudie les changements dans le taux de mutations chez la bactérie. Entre 2003 et 2008, elle effectue son doctorat au Centre intégratif de génomique (CIG) de l’UNIL sous la direction du Prof. Henrik Kaessmann. La scientifique travaille sur le rôle de la duplication1 des gènes dans l’origine et l’évolution de nouvelles fonctions biologiques.

En 2008, Ana Claudia Marques obtient un financement du Fonds national suisse pour la recherche (FNS), suivi d’une subvention de la Fondation portugaise pour la recherche (FCT) (2009), lui permettant de rejoindre le groupe du Prof. Chris Ponting au Département d’anatomie et de génétique de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni). Pendant quatre ans, la scientifique étudie l’évolution et la fonction des ARN eucaryotes non-codants2, notamment grâce aux nouvelles technologies de séquençage de l’ADN à haut-débit3. Ses résultats sont récompensés par une bourse Marie Curie Intra-European Career Development (IECD) (2009), puis par la prestigieuse bourse Dorothy Hodkins de la Royal Society (2011). Ana Claudia Marques démarre alors son propre groupe de recherche et se concentre sur l’étude de la fonction des ARNs inter-géniques non-codants longs (ou "lincRNAs" pour long intergenic non-coding RNA). Ses résultats ont fourni des informations importantes sur le rôle de ces ARNs dans l’homéostasie et le développement de certaines maladies. La scientifique remporte ainsi un subside de professeure assistante boursière du FNS, effectif dès le 1er octobre 2014, lui offrant la possibilité de poursuivre ses recherches à Lausanne, au sein du Département de physiologie de l’UNIL.

Dans ce cadre, les travaux d’Ana Claudia Marques visent à élucider l’implication des lincRNAs dans la régulation de la transcription génique et leur pertinence biologique. En effet, ces ARNs non-codants ont été proposés comme étant une classe importante de régulateurs de l'expression des gènes, mais les mécanismes impliqués demeurent encore inconnus. La scientifique propose d'utiliser une combinaison d'approches computationnelles et expérimentales pour répondre à ces questions et élucider la contribution des lincRNAs dans le développement de certaines pathologies.

Ana Claudia Marques a publié en tant que premier auteur dans plusieurs revues scientifiques de référence comme Genome Biology (2008, 2009, 2012) et PLoS Biology (2005). Par ailleurs, son travail a été récompensé par différents prix, notamment celui de la FBM (2009) et le Small Award Scheme John Fells (2010). Enfin, la reconnaissance de la chercheuse par ses pairs se traduit par de nombreuses invitations à participer à des conférences internationales comme intervenante et à rédiger des revues et chapitres de livres sur ses domaines d’expertise.

Ana Claudia Marques est également très impliquée dans l’enseignement: elle participe à l’organisation de cours en génomique et transcriptomique4 à l’Université d’Oxford et des workshops dans le cadre de la Société de génétique. Elle a supervisé quatre étudiants en pré-Master, un étudiant en Master et un doctorat.

1La duplication d’un gène désigne une mutation génétique caractérisée par le doublement du matériel génétique sur un chromosome.

2Les ARN non-codants sont des molécules d’ARN, issues de la transcription de l'ADN, qui ne sont pas traduites en protéines.

3Le séquençage de l’ADN à haut-débit (ou Next-Generation Sequencing NGS) regroupe l’ensemble des technologies ou plateformes de séquençage développées depuis 2005 et qui produisent des millions de séquences simultanément et à faibles coût. Ces techniques s'affranchissent des étapes de clonage et de constitution de banques génomiques.

4La transcriptomique est l'étude de l'ensemble des ARN messagers produits lors du processus de transcription d'un génome.

Par: Caroline Ronzaud/Communication FBM

TOP ^

Suivez nous:  
Les liens:

Page Unisciences

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg