Francis Munier

munier.jpg
© Hôpital Jules-Gonin

Francis Munier, professeur ordinaire

Version du 8 janvier 2016

Spécialiste en oncologie oculaire pédiatrique et en génétique médicale, Francis Munier est une autorité reconnue dans le domaine du rétinoblastome et des maladies héréditaires cécitantes. Il a été nommé professeur ordinaire à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL et médecin chef au Service universitaire d’ophtalmologie (Hôpital Jules-Gonin) dès le 1er octobre 2015.

Médecin au service des malades avant tout, Francis Munier a trouvé dans l’ophtalmologie le terrain idéal pour exprimer pleinement sa passion pour la génétique et son intérêt pour la chirurgie. Il mène sa carrière sur deux fronts, la clinique et la recherche, ce qui lui a valu de nombreux prix et distinctions, dont le Prix Vogt en 1999 et l’Ellsworth Lecture en 2013.

Dans les années 90, Francis Munier lance les bases de l’oculogénétique à Lausanne. Avec le Prof. Daniel Schorderet, actuel directeur de l’IRO de Sion, il identifie plusieurs gènes responsables de maladies oculaires et découvre ainsi le premier gène impliqué dans les dystrophies de la cornée. Aujourd’hui, il collabore avec le Prof. Yvan Arsenijevic à la mise au point de thérapies géniques ciblées, notamment en faveur de l’amaurose congénitale de Leber.

En clinique, Francis Munier consacre une grande partie de son temps à la prise en charge des enfants atteints de rétinoblastome, une tumeur maligne de la rétine. La maladie, héréditaire dans la moitié des cas, entraîne d’importants déficits visuels ou la perte de l’œil, voire de la vie. Jusqu’à présent du moins, car des développements récents ont permis de repousser les limites des traitements conservateurs.

Récemment, le Prof. Munier, en étroite collaboration avec la Dre Maja Beck-Popovic du CHUV, a jeté les bases d’un centre de référence de Médecine hautement spécialisée (MHS) du rétinoblastome. L’introduction en 2008 de la chimiothérapie intra-artérielle par exemple et l’injection directe de la chimiothérapie dans le corps vitré à travers le globe oculaire, technique mise au point par Francis Munier en 2012, ont permis d’atteindre des sauvegardes oculaires dépassant 95 %. La méthode est actuellement diffusée partout dans le monde, et Lausanne, qui accueille plus de 90 % de patients étrangers, est devenu un centre tertiaire international pour les cas de dernier recours.

Au-delà de la seule conservation de l’œil, le défi reste de préserver la meilleure vision possible, en réduisant les effets secondaires des traitements et leur toxicité. Un défi que Francis Munier entend relever en étroite collaboration avec ses collègues du CHUV, tout en préparant la relève des jeunes médecins.

Bio express

1958 Naissance à Chêne-Bougeries (GE)
1983 Diplôme fédéral de médecin, UNIL
1990 Doctorat en médecine, avec une thèse intitulée Le rétinoblastome héréditaire et son dépistage
1991-1993 Séjour postdoctoral au Children’s Hospital de Los Angeles
1993 Spécialisation FMH en ophtalmologie
1993-2015 Chef de clinique, médecin associé, puis médecin adjoint à l’Hôpital Jules-Gonin
dès 1998 Chef de l’unité d’oncologie pédiatrique et de l’unité d’oculogénétique à l’Hôpital Jules-Gonin
2000 Spécialisation FMH en ophtalmochirurgie
2003-2015 Professeur associé en ophtalmologie, UNIL
dès 2008 Chercheur associé à l’Institut de recherche en ophtalmologie (IRO), Sion
dès 2013 Chef du Pôle d’oncologie oculaire et des maladies rares, Hôpital Jules-Gonin
dès 2015 Professeur ordinaire de l’UNIL et médecin chef à l’Hôpital Jules-Gonin

Par: Communication FBM

TOP ^

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg