Nicolò Riggi

riggi.jpg
© droits réservés

Version du 21 mai 2015

Nicolò Riggi, professeur assistant boursier FNS

Médecin MD-PhD et spécialiste des tumeurs pédiatriques, Nicolò Riggi a été nommé professeur assistant boursier du FNS à l’Institut universitaire de pathologie du CHUV dès le 1er mai 2015. Ses travaux visent à décrypter les mécanismes moléculaires à l’origine des cancers chez l’enfant. La régulation épigénétique qui détermine l’agressivité et l’état de différenciation cellulaire de ces tumeurs est au cœur de ses travaux.

Né en 1974 et de nationalité suisse, Nicolò Riggi fait ses études de médecine et de biologie à l’UNIL. Il obtient son diplôme de médecin en 2001. Entre 2002 et 2009, il effectue son doctorat à l’Institut universitaire de pathologie du CHUV sous la direction du Prof. Ivan Stamenkovic. Il travaille sur les origines cellulaires des sarcomes1, en particulier du sarcome d’Ewing (cancer des os touchant principalement les enfants et les adolescents), ainsi que sur les cellules souches tumorales des sarcomes et gliomes (tumeurs cérébrales). Ses découvertes sont récompensées par plusieurs prix, dont l’Investigator-in-training Award de l’UNIL. Il poursuit ensuite sa formation clinique en pathologie au CHUV.

En 2011, Nicolò Riggi obtient une bourse du FNS et rejoint les groupes des Prof. Petur G. Nielsen, Bradley E. Bernstein et Miguel N. Rivera au Massachusetts General Hospital et au Broad Institute à Boston (USA). Sa recherche porte sur le diagnostic des cancers des os et des tissus mous, sur les cellules souches du sarcome d’Ewing, ainsi que sur les mécanismes moléculaires permettant à la mutation génétique à l’origine de ce sarcome (une translocation chromosomique2) d’initier le développement de la tumeur. Ses découvertes sont considérées comme extrêmement importantes dans le domaine. Il remporte ainsi un subside de professeur boursier du FNS, effectif dès le 1er mai 2015, qui lui permet de poursuivre ses recherches à Lausanne au sein de l’Institut universitaire de pathologie du CHUV.

Pendant les dix dernières années, les résultats du séquençage du génome de patients atteints de tumeur ont révélé une différence importante entre les cancers adultes et pédiatriques: alors que les premiers sont causés par l’accumulation progressive de mutations génétiques, les tumeurs chez l’enfant semblent au contraire être le plus souvent initiées par un nombre très limité de mutations. Ces dernières sont très spécifiques à chaque type de tumeur et induisent une dérégulation de l’expression de centaines de gènes, favorisant ainsi la croissance cellulaire. Malgré les traitements actuels, les tumeurs pédiatriques constituent encore aujourd’hui un groupe de cancers extrêmement agressifs et pour lesquels le pronostic reste très mauvais.

Dans ce cadre, les travaux de Nicolò Riggi à l’Institut universitaire de pathologie du CHUV visent à identifier les mécanismes épigénétiques à l’origine de la transformation cellulaire et de l’hétérogénéité intratumorale chez l’enfant. Le chercheur s’intéresse tout particulièrement à deux tumeurs pédiatriques: le neuroblastome3 et le rhabdomyosarcome alvéolaire4. Le premier axe de recherche consiste à identifier les mécanismes épigénétiques5 à l’origine de l’hétérogénéité cellulaire intratumorale, propriété déterminante de l’agressivité clinique du neuroblastome. Le deuxième axe vise à étudier l’impact de la translocation chromosomique du rhabdomyosarcome alvéolaire sur l’expression génétique tumorale. Le jeune professeur ambitionne de développer des collaborations interdisciplinaires et une approche translationnelle permettant d’identifier de nouvelles stratégies thérapeutiques pour le traitement des tumeurs de l’enfant.

Considéré par ses pairs comme un scientifique hors-norme, le chercheur a publié en tant que premier auteur dans plusieurs revues scientifiques de référence comme:

  • Genes and Development (2010),
  • Science (2013),
  • Cancer Cell (2012 et 2014).

Nicolò Riggi est également très impliqué dans l’enseignement: il a notamment donné des cours en pathologie et en oncologie à l’UNIL, et a supervisé deux étudiants en thèse.

1Sarcome : tumeur maligne du tissu conjonctif et des tissus qui en dérivent comme le tissu musculaire et l'os.

2Translocation chromosomique : mutation génétique caractérisée par l'échange réciproque de matériel chromosomique entre des chromosomes non homologues, c'est-à-dire n'appartenant pas à la même paire.

3Neuroblastome : tumeur solide extra-crânienne la plus fréquente chez le jeune enfant.

4Rhabdomyosarcome alvéolaire : tumeur des tissus mous, généralement localisée au niveau des extrémités, se développant à partir des cellules musculaires striées et très fréquente chez les enfants et adolescents.

5Mécanismes épigénétiques : mécanismes soumis à des facteurs environnementaux et affectant l'expression génique.

Par: Caroline Ronzaud/Communication FBM

 

 

TOP ^

Suivez nous:  

Les liens:

Page Unisciences

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg