Thomas Hügle

| Questions personnelles | Questions professionnelles
 

Professeur ordinaire à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL
Chef du Service de rhumatologie du CHUV

Questions personnelles

Petit, vous vouliez être…?
Médecin! Un peu plus tard, j’ai voulu devenir rock star – je composais et je jouais dans un groupe, Fish and Chips. Mais je me suis dit que c’était un métier un peu risqué…

Votre livre de chevet?
Cent ans de solitude, de Gabriel Garcia Marquez.

Le film qui vous accompagne?
Le grand bleu, de Luc Besson.

Un ou une artiste qui vous inspire?
Rothko.

La ville de vos rêves?
Jericoacoara, au Brésil. Pas vraiment une ville, plutôt un village sur la plage. Mais le meilleur spot au monde pour le kitesurf.

Un lieu, un jardin secret où vous aimez vous ressourcer?
La forêt; j’aime cette odeur.

La fleur que vous aimez?
L’orchidée.

Un animal-totem?
Le «sea eagle», le pygargue. J’aime la mer, et quand on fait du kitesurf, on est à la fois dans le vent et sur l’eau, entre deux éléments – comme lui. Enfin, j’aime le poisson!

Quel don souhaiteriez-vous posséder?
Parler arabe. Pour la culture, et pour faire tomber les barrières que pose la langue.

Et si vous aviez un superpouvoir?
Parler toutes les langues du monde.

Vos héros/héroïnes dans l’Histoire?
Obama. Notamment pour sa classe oratoire.

Et si vous étiez un personnage de fiction?
Un personnage qui peut voler.

Technophile, technophobe?
Dans notre métier, la technologie est incontournable. Mais je trouve important de garder une vue globale; je ne veux pas être absorbé par la technologie.

Vos 3 priorités aujourd’hui?
En premier, ma famille. Ensuite, mon travail. Notamment créer des savoirs.
 
Votre devise?
«La force est dans le nouveau, dans l’inconnu.» Autrement dit, apprendre à penser «out of the box».

Votre rêve de bonheur?
Avec ma famille, j’ai trouvé. Je suis heureux.

Comment aimeriez-vous mourir?
Très vite.

Quelle forme de spiritualité vous inspire?
Honnêtement, il n’y a pas beaucoup de place pour cela dans la médecine universitaire. Mais les églises, ça me calme.

TOP ^

Questions professionnelles

Un facteur, une rencontre qui a déterminé votre carrière?
Mon médecin de famille, qui était aussi un ami de la famille.

Dans dix ans, vous vous verriez bien...?
Créer de l’innovation. Si on me perçoit comme un professeur innovateur, cela me va.

Les 3 missions d’une Faculté de biologie et de médecine?
Former les médecins, bien sûr. Mais en y ajoutant, comme c’est le cas ici, une dimension humaine. Et s’inscrire dans une tradition de la science: l’innovation est de notre responsabilité, mais nous avons besoin de tradition derrière.

En deux mots, pour vous, CHUV/l’Université c’est…?
Un centre et un phare: on le voit de partout.

Entre recherche fondamentale et appliquée, où vous situez-vous?
Du côté de la recherche appliquée. Mais je vise une certaine polyvalence, donc une dimension translationnelle.

Pour une recherche au service du patient/de la population ou plutôt de la connaissance?
Le patient est ma priorité. Je me vois comme un avocat des patients.

Comment définiriez-vous les défis actuels de la formation, de la transmission du savoir?
Avec Bologne, il y a une tendance à la «scolarisation» des études de médecine. Or la médecine, ça ne devrait pas être l’école! Il ne faut pas dissoudre l’individualité. Et il faut savoir identifier les talents.

Un outil essentiel pour assurer une relève de qualité?
Créer la curiosité.

Bien communiquer, c’est ?
Etre capable d’écouter.

Dans votre domaine de compétences, un projet qui vous tient particulièrement à cœur?
Ce n’est pas encore publié, mais nous avons identifié une nouvelle forme d’arthrose. Cela peut conduire à un changement de paradigme, et ouvrir la porte à de nouveaux médicaments.

Par Nicolas Berlie - Communication FBM
16 février 2018

 

TOP ^

Suivez nous:  

hugle.jpg
© Jeanne Martel, SAM

Lire sa biographie

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg