Umberto Simeoni

| Questions personnelles | Questions professionnelles
 

Professeur ordinaire à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL
Chef du Service de pédiatrie du CHUV

Questions personnelles

Petit, vous vouliez être…?
Chirurgien-dentiste. La première année de médecine, commune aux études médicales et odontologiques, m’a fait m’orienter vers la médecine.

Votre livre de chevet?
Sapiens, de Yuval Noah Harari. C’est une belle réflexion sur l’évolution de l’homme. Je lis volontiers des essais, un peu de philosophie et de poésie.

Le film qui vous accompagne?
Roma de Fellini. Pour cette créativité poussée à son paroxysme.

Un ou une artiste qui vous inspire?
Pierre Soulages. Qui laisse libre place à l’inspiration, et qui m’apaise.

La ville de vos rêves?
Venise. Ou si je suis un peu plus réaliste, Vérone.

Un lieu, un jardin secret où vous aimez vous ressourcer?
Le bord de mer, en général. Car l’horizon y est dégagé. Comme une œuvre de Soulages…

La fleur que vous aimez?
Les roses, pour leur beauté et leur parfum.

Un animal-totem?
Un félin. Peut-être un lion - une lionne ? - ou un tigre.

Quel don souhaiteriez-vous posséder?
La sagesse. Même si cela s’acquiert, et n’est pas un don.

Et si vous aviez un superpouvoir?
Etre capable de voyager dans le temps, l’espace, la matière. Pour comprendre l’origine du monde, de la vie.

Vos héros/héroïnes dans l’Histoire?
Les Grecs, pour l’invention de la philosophie et de la démocratie.

Et si vous étiez un personnage de fiction?
Je n’ai jamais été beaucoup attiré par la fiction.

Technophile, technophobe?
Comme le dit mon fils, une « marketing victim » d’Apple.

Vos 3 priorités aujourd’hui?
1. M’occuper de mes deux enfants.
2. Etre en harmonie avec le milieu professionnel nouveau où j’évolue, et les équipes qui le constituent.
3. Progresser, développer de nouveaux projets, notamment en application de nos activités de recherche.

Votre devise?
Ne pas prendre de risque …est le risque le plus important.

Votre rêve de bonheur?
Comme je le dis à mes enfants : la santé, l’affection et l’amour, l’épanouissement et le progrès.

Comment aimeriez-vous mourir?
M’endormir et ne pas me réveiller… La mort n’est pas une souffrance, c’est se sentir mourir qui l’est.

Quelle forme de spiritualité vous inspire?
Philosophique plus que religieuse.

TOP ^

Questions professionnelles

Un facteur, une rencontre qui a déterminé votre carrière?
Je pense à trois rencontres : Jean-François Mattéi et Pierre Le Coz, tous deux philosophes et éthiciens. Et l’épidémiologiste David Barker.

Dans dix ans, vous vous verriez bien...?
Poursuivre une activité clinique dans le nouvel Hôpital des Enfants, rester au contact de l’enfant. Cela sera par ailleurs la fin de ma carrière, du moins institutionnelle. J’ai aussi quelques projets d’écriture.

Les 3 missions d’une Faculté de biologie et de médecine?
Enseigner, chercher, assurer le développement des jeunes. C’est-à-dire transmettre l’envie en créant un lieu de débat.

En deux mots, pour vous, le CHUV c’est…?
Qualité ; générosité.

Entre recherche fondamentale et appliquée, où vous situez-vous?
Plutôt du côté de la recherche appliquée.

Pour une recherche au service du patient ou plutôt de la connaissance?
Les deux sont indissociables. Il faut la liberté du chercheur pour qu’il y ait étincelle, l’électricité n’a pas été inventée en travaillant sur les bougies. Mais il faut aussi que la finalité de toute recherche clinique ou translationnelle soit le patient.

Comment définiriez-vous les défis actuels de la formation, de la transmission du savoir?
Nous sommes face à une mutation profonde des vecteurs de cette transmission, avec de nouvelles technologies, comme le e-learning, la simulation. Il faut saisir ces opportunités, tout en ne perdant pas de vue l’importance des liens inter-humains et de compagnonnage.

Un outil essentiel pour assurer une relève de qualité?
Repérer tôt les vrais talents.

Bien communiquer, c’est?
Ecouter avant tout. Et informer loyalement.

Dans votre domaine de compétences, un projet qui vous tient particulièrement à cœur?
Idéalement, faire le lien entre la clinique et les activités de recherche ; autrement dit, essayer d’appliquer celles-ci, notamment dans les aspects de prévention en santé qui en découlent, au sein du service de pédiatrie et du CHUV.

Par Nicolas Berlie - Communication FBM
29 octobre 2015

 

TOP ^

Suivez nous:  

simeoni.jpg
© CEMCAV-CHUV

Lire sa biographie

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg