Journées d'études 2020-2021

Penser les médias : terrains, sources et approches | Expérimenter en sciences humaines: problèmes, méthodes, apports
 

Penser les médias : terrains, sources et approches

Mardi 8 juin 2021


UNIL, Château de Dorigny, salle 106.

Journée d’études organisée par la FDi (resp.: Alberto Roncaccia). Comité doctoral: Roxane Gray (Section d’histoire), Audrey Hostettler (DIHSR) et Emmanuelle Paccaud (Section d’histoire & Centre SHC).

 

FDI_pic.jpg

 

Problématique

Fortes de leur succès dans le paysage académique, les media studies représentent un champ de recherche fécond et hétérogène. Des objets d’étude (médias de masse, médias dits traditionnels ou nouveaux, obsolètes ou marginaux) aux cadres théoriques (archéologie et écologie des médias, production studies, perspectives genre et postcoloniales, etc.), en passant par leur inscription dans des disciplines diverses (histoire et sociologie des médias, philosophie, sciences de l'information et de la communication, etc.), les media studies recouvrent aujourd’hui un éventail d’approches variées. Penser les médias implique ainsi de considérer de nombreuses grilles de lecture: comment se repérer parmi des courants de recherche hétéroclites et en constant renouvellement? Quelles approches adopter dès lors que l’on se confronte aux contraintes d’un terrain d’étude et des sources mobilisées? 

L’actualité éditoriale des media studies (voir la bibliographie ci-dessous) semble avoir pris acte de ces enjeux méthodologiques. En recensant la diversité des démarches possibles autour d’un même objet d’étude et en partageant des pistes d’analyse inédites, les contributions récentes proposent de baliser le terrain à travers une réflexion collective sur les pratiques des chercheuses et chercheurs. Dans cette même perspective, cette journée d'étude se propose de revisiter plus concrètement notre rapport à la recherche sur les médias. 

Pensée comme un lieu d’échanges et de discussions sur nos méthodes de travail appliquées à l’étude de différents médias (cinéma, radio, télévision, presse, littérature, photographie, bande dessinée, musique, nouveaux médias, etc.), cette journée poursuit les objectifs suivants:

  • Questionner l’inscription de nos recherches dans un champ à la fois vaste et hétérogène; comment se positionner en tant que jeune chercheur·euse dans le domaine des media studies?
  • Partager les approches qui permettent de faire dialoguer nos objets d’étude spécifiques avec les outils méthodologiques à disposition dans un champ en constante expansion.
  • Interroger l’articulation parfois problématique d’un cadre théorique avec l'accessibilité et la réalité du terrain d'une part; la nature et l’usage des sources d'autre part.

Cette journée d’étude s’adresse aux doctorant·e·s qui, en début ou en fin de thèse, approchent les médias ou mobilisent des approches médiatiques dans leur recherche, et ce dans des disciplines variées (lettres, sciences sociales, sciences du sport, etc.) et à différentes périodes. Les communications pourront prendre des formes diverses: présentation du projet de thèse, d’un problème méthodologique spécifique, d’un article en cours de rédaction, ou d’une étude de cas (liste non exhaustive). Les approches comparatives, interdisciplinaires et transmédiatiques sont vivement encouragées; les présentations de groupe sont bienvenues. Les participant·e·s bénéficieront également d’échanges avec un·e spécialiste en histoire des médias, qui ouvrira cette journée par une conférence.

 

Agenda

Les propositions (environ 1800 signes, avec un titre, un descriptif et une courte bibliographie de travail) sont à envoyer avant le 15 janvier 2021 à Roxane.Gray@unil.chAudrey.Hostettler@unil.ch et Emmanuelle.Paccaud@unil.ch, avec copie à fdi@unil.ch.

 

Appel à contributions

TOP ^

Expérimenter en sciences humaines: problèmes, méthodes, apports

JOURNÉE INITIALEMENT PROGRAMMÉE AU 9 OCTOBRE 2020 ET REPORTÉE AU SEMESTRE DE PRINTEMPS 2021 EN RAISON DE L'ÉVOLUTION PANDÉMIQUE DU CORONAVIRUS.

Mardi 29 juin 2021

UNIL, Château de Dorigny, salle 106

Journée des doctorant·e·s organisée par la FDi (resp.: Marta Caraion). Comité doctoral: Chloé Hofmann (Section d'histoire et esthétique du cinéma), Coralie Lamotte (Section d'histoire et esthétique du cinéma) et Lara Loye (Théologie et sciences des religions).

Triangle.jpg

Problématique
Habitués à construire du savoir à partir de sources écrites ou visuelles et selon des méthodes qui laissent peu d’espace à la subjectivité, aux émotions et à l’expérimentation, les chercheur·e·s en sciences humaines accordent cependant depuis quelques années une place grandissante à la dimension pratique et sensorielle dans leurs travaux.
Parce que l’expérimentation permet notamment «une meilleure compréhension des sources»[1] comme le remarque l’historien médiéviste Daniel Jaquet, elle s’avère être un outil reconnu par un certain nombre de disciplines académiques. Outil d’investigation heuristique donc, l’expérimentation représente également un enjeu institutionnel qui questionne la façon dont l’université considère la connaissance et met en place des méthodes pour produire et transmettre les savoirs. 
Cette journée d’étude interdisciplinaire propose de mettre à l’épreuve la question de l’expérimentation dans les sciences humaines afin de tenter de comprendre comment le travail intellectuel peut être enrichi, complété et complexifié par la manipulation d’objets, d’outils mais aussi par la création ou l’engagement dans une pratique : poésie orale, danse, yoga, musique, cérémonie chamanique ou religieuse, artisanats, production audiovisuelle, installation visuelle et/ou sonore, etc. Cette journée sera également l’occasion d’interroger les méthodes et la position supposément objective du chercheur que la restitution d’une expérience sensible et incarnée tend à bouleverser. 
Les participant·e·s sont invité·e·s à proposer, individuellement ou en groupes, de courtes communications présentant ou encadrant une expérimentation pratique. Cette expérimentation peut notamment prendre la forme d’une démonstration, d’un atelier auquel le public sera invité à participer, d’une performance, ou encore de la présentation d’un film, livre ou toute autre production expérimentale conçue pour accompagner, questionner ou développer une recherche académique. La partie théorique mettra en évidence l’apport de l’expérimentation dans la recherche et pourra se présenter sous diverses formes (témoignage, proposition théorique, étude de cas, etc.).
Le comité d’organisation de la journée d’étude sollicite des propositions portant entre autres sur:

  • la place du corps dans la recherche;
  • la place des techniques, des matériaux et des pratiques dans la recherche;
  • la question de la retranscription, transformation, élaboration, transmission d’une expérience par et dans l’écriture;
  • la question des dispositifs dans l’élaboration des savoirs;
  • le rapport à l’environnement, à l’autre, à soi-même, dans la recherche
  • etc.

Sentez-vous libres d’envisager d’autres orientations. Tous les formats sont bienvenus et nous encourageons vivement les personnes intéressées, mais encore incertaines, à nous contacter pour en discuter. La durée des interventions sera déterminée en fonction des propositions.

 

[1] Daniel Jaquet, «Combattre en armures à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance d’après les livres de combat», Thèse de Doctorat, vol. 1, Université de Genève, 2013, p. 468.

Agenda
Les propositions sont à envoyer avant le 15 mars 2021 par e-mail à: Chloe.Hofmann@unil.chCoralie.Lamotte@unil.chLara.Loye@unil.ch avec copie à Marta.Caraion@unil.ch et fdi@unil.ch.
Elles contiendront vos coordonnées académiques complètes et, pour votre proposition: 1) un titre, 2) une problématique, 3) une brève description du projet, la durée envisagée, le matériel et les conditions nécessaires à son déroulement (environ 2'000 signes espaces compris), 4) une courte bibliographie.

Appel à contributions

TOP ^

Partagez:
Anthropole - bureau 3080 - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 38 34
Fax +41 21 692 38 35