Autoévaluation

CLOSURE

Complétez ce texte en ajoutant un seul mot par espace.

Popeye nous a bien eus

Les idées reçues se transmettent, comme les vieilles querelles, de génération en génération. Résultat : on ne sait plus pourquoi on fait la gueule aux descendants de tante Agathe et on continue à gaver nos enfants d'épinards sous prétexte que ces légumes sont riches en fer. Nous laissant le soin de gérer nos conflits familiaux, une équipe scientifique s'est attelée, sous la houlette du biologiste français Jean-François Bouvet, à déboulonner nos plus célèbres lieux communs. Ce travail a fait l'objet d'un petit recueil intitulé Du Fer dans les Épinards et Autres Idées reçues. Pétillant d'humour et facile à lire, il confronte en quelque cent cinquante pages certitudes scientifiques et convictions issues de la sagesse populaire.
Ce de Popeye ! Qui aurait cru que, sous allures craquantes, Popeye menait tous les gamins Occident en bateau, les obligeant insidieusement à son exemple en ingurgitant des kilos d' ? Un légume exceptionnellement riche en fer. Du , c'est ce qu'on serine encore mômes qui chipotent dans leur assiette. Or, cette plante contient bel et bien du - trois milligrammes pour cent grammes de légume (cuit, il n'en reste quasiment plus) - est battue à plates coutures par les , les œufs , le sucre, les fruits de , le foie et le boudin. Alors d' provient cette réputation mensongère ? Tout simplement de étourderie d'une secrétaire qui, à la du XIXe siècle, se serait trompée d' virgule en transcrivant les résultats d'une scientifique américaine dévoilant les propriétés d'une d'épinard.
Celle-ci, du coup, se serait créditée de trente milligrammes relevés au cours l'expérience. Bien que l'erreur ait dénoncée dans les années trente par des allemands, rien n'y a fait. Le Popeye avec son moral d'acier et santé de fer naissait en 1933 de imagination de Dave et Marc Fleischer. «La nationaliste durant les jours maigres de la Guerre mondiale a fait le reste».

 

Josiane Rigoli, Femina