Autoévaluation

DICTEE

Choisissez la solution qui convient ou complétez le texte à l'aide des extraits sonores.

La dictée

La dictée est le meilleur moyen qu'a trouvé le maître pour nous calmer au retour de la gymnastique. Dès que je l' apercois/apperçois/aperçois/aperçoit sur le pas de la porte de la classe, se glace le long de ma colonne vertébrale. Monsieur Brulé nous attend, la blouse bien senglée/sanglée/cenglée/canglée , les mains dans le dos, les lunettes déjà méfiantes sur le nez. On entre un par un. La salle de classe attend dans une . On dirait une chapelle. Le maître a tiré les . Il ne faut pas le moindre morceau de ciel pour nous distraire. Pour moi, la dictée, c'est le zéro assuré. Pourtant , des mots. Des listes entières, sur mon cahier de collections. Je les rencontre dans les livres, les magazins/magazines/magasins/magasines ou les journaux. Il y a les mots compliqués, que je ne retrouve plus jamais ou que je ne reconnais pas. Les familliers/familiers/familliés/familiés , qui tout à coup font le caméléon et se dissimulent au milieu d'une phrase. Certains, même, se faufillent/se fauffilent/ se faufilent/ se fauffillent en douce, un peu comme quand je resquie/resquile/resquille/resquillie à la distribution de lait dans le préhaut/préaux/préau/préaut. Moi, pour les fautes d'orthographe, je bats .
Je regarde les copains autour de moi. On s'assouplit le poigné/poingné/poignet/poingnet , la nuque, on respire profondément, le dos bien plat, certains ferment les yeux, . D'autres s'agitent, s'arrachent la , se trémoussent comme s'ils avaient des fourmis sous le derrière…

D'après Daniel Picouly, Le Champ de personne