Résumés des projets soutenus en 2013

 

 

  • L'intégration des technologies au coeur de la pédagogie du nouveau programme de Master en sciences infirmières (D. Morin - FBM)
     

    Le projet a deux phases. Il s’agit d’abord de procéder à une étude de faisabilité, puis, de l’assortir de projets pilotes permettant d’intégrer les technologies de l’apprentissage au coeur du nouveau programme de Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières. Les principaux caractères innovants sont: (i) de favoriser une plus grande richesse dans les pratiques d’enseignement en faveur du développement de l’autonomie des étudiant·e·s et de la mise en réseau pour former des communautés d’apprentissage et des communautés de pratique, et (ii) d’améliorer l’accessibilité et la flexibilité dans l’offre du programme. En intégrant des innovations pédagogiques basées sur les technologies, l’Institut se positionne ainsi parmi les universités qui offrent de telles opportunités dans la discipline. La réflexion structurée sur l’ensemble du programme permettra une cohérence interne face aux objectifs d’apprentissage. De plus, les communautés d’apprentissages et de pratiques animées selon un modèle de tutorat adapté peuvent certes revêtir un caractère romand mais aussi s’enrichir de collaborations avec d’autres programmes de Master sur une base nationale ou internationale. Le présent projet est cohérent avec deux cercles de la stratégie UNIL, celui de la composante "Groupe ciblé" par l’amélioration de la flexibilité du programme et celui de la composante "Individus innovants" par les projets pilotes qui permettront de soutenir des enseignant·e·s afin d’expérimenter des pratiques avant de les proposer à plus large échelle. Ce projet rejoint également la thématique UNIL priorisée pour 2013 "faire appel au travail de groupe pour favoriser l’apprentissage", et cela de manière innovante en permettant de créer et soutenir des communautés virtuelles d’apprentissages favorisant la collaboration entre apprenant·e·s. La durabilité réside dans le fait que le projet fait l’objet d’une orientation stratégique exprimée, qu’il implique les actrices et acteurs clés (dirigeant·e·s, enseignant·e·s, expert·e·s et étudiant·e·s) et qu’il sera évalué et ajusté.
     

  • Renforcement de l'apprentissage des compétences cliniques transculturelles des médecins: du "savoir comment" au "savoir démontrer" par le biais de patients standardisés (P. Bodenmann, S. Paroz - FBM)
     

    Dans le cadre de l'enseignement post-gradué à l'attention des médecin-assistant·e·s et chef·fe·s de clinique de la Policlinique Médicale Universitaire (PMU), une série de cours obligatoires sous forme de cercles de qualité sont proposés. Quatre d'entre eux (4 x 1 heure) sont annuellement dédiés à l'apprentissage des compétences cliniques transculturelles (CCT), soit à l'apprentissage des compétences requises dans la prise en charge d'une patientèle socialement et culturellement diverse. Dans un contexte de migration et de précarisation grandissant, l'acquisition de ces compétences est devenue incontournable pour les soignant·e·s et l'enseignement de cette discipline doit s'adapter au plus près des besoins du terrain. L'évaluation des expériences antérieures d'enseignement ainsi qu'une revue de la littérature internationale sur le sujet a mis en évidence certaines lacunes dans la formation actuelle, tant au niveau du contenu qu'au niveau de l'approche pédagogique. Entre autres, il a été mis en évidence la nécessité de recentrer l'apprentissage sur les pratiques en opposition aux savoirs théoriques et de développer une approche centrée sur la patiente ou le patient en opposition à une approche centrée sur diverses communautés. Afin de parer à ces lacunes, les requérants souhaitent proposer au sein de cet enseignement un apprentissage par contexte simulé, soit à l'aide de patients standardisés. Pour cela, les requérants souhaitent développer une série de scénarios cliniques transculturels en collaboration avec des expert·e·s en pédagogie médicale et être formés au travail avec des patients standardisés. Ceci afin, après une année de développement, de mise en place et d'évaluation à l'aide d'expert·e·s, de pouvoir disposer d'un matériel adéquat et de nouvelles compétences pédagogiques sur le long terme.

         >voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

  • CompARe - Comparison of Analytical Results (P. Esseiva - FDSC)
     

    De nombreux secteurs d'activités, dont les sciences forensiques, la chimie, la pharmacie et le dopage, s'intéressent, en se basant sur des mesures issues d'analyses instrumentales, non seulement à la caractérisation qualitative et quantitative de résultats expérimentaux, mais aussi à leur comparaison et classification. Ces comparaisons permettent de répondre à de nombreuses problématiques comme par exemple définir si deux échantillons de stupéfiants appartiennent à un même lot de production, déterminer qu'un fragment de peinture automobile retrouvé sur un lieu d'accident provient bien d'une voiture suspecte ou alors vérifier si l'origine d'un café correspond à ce qui est indiqué sur l'emballage. Afin de répondre à ces questions, il est nécessaire, à partir des données brutes, de mettre en oeuvre une stratégie statistique afin de déterminer si les profils des échantillons analysés présentent un pouvoir discriminant suffisant. Les caractéristiques des échantillons étudiés (données brutes) peuvent être de natures diverses: une image numérique (matrice RGB d'une image de pilule d'ectasies), un spectre infra-rouge (d'une peinture automobile), une analyse par chromatographie en phase gazeuse couplée (d'un stupéfiants). En fonction du type de données, la stratégie de traitement ("filtres") à mettre en oeuvre ainsi que leurs paramètres peuvent s'avérer forts différents quant à leur adéquation et leur performance au fil des différentes étapes de prétraitement, comparaison, visualisation et évaluation. Le projet propose de développer une activité pédagogique en groupes restreints basée sur l'utilisation d'une application web dédiée visant à renforcer les compétences pluridisciplinaires mises en jeu lors de la résolution de ces problématiques complexes de comparaison d'échantillons. Le financement demandé serait utilisé pour développer l'architecture informatique permettant à l'apprenant de pouvoir réaliser l'ensemble des opérations nécessaires à l'analyse de données brutes. Au départ des résultats expérimentaux l'apprenant aurait la possibilité de choisir son scénario d'analyse (choix des filtres et de leurs paramétrages), de choisir les méthodes qu'il estime adéquate pour évaluer la pertinence de son résonnement et de visualiser les résultats. L'interface permettrait de tester de nombreux scénario d'analyse en affichant en tant réel la conséquence sur le résultat final.  

    >voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

  • DécriGraph: Apprendre à lire et à décrire des graphiques (D. Fink - FDSC)
     

    En criminologie, la criminalité et ses effets sont le plus souvent présentés sous forme graphique, alors même que le contenu des graphiques sera toujours sous une forme ou une autre restitué et commenté sous forme textuelle ou langagière. Le va-et-vient entre séries statistiques et graphiques ainsi qu'entre graphiques et textes est complexe et parfois difficile à réaliser pour les étudiant·e·s. Une lecture juste et une compréhension adéquate de graphiques ainsi que la description cohérente et succincte de leur contenu ne vont jamais sans une certaine connaissance théorique de l'objet et des méthodes qui les sous-tendent. Le projet vise à améliorer les compétences de lecture (rapide) de graphiques des étudiant·e·s et à développer leurs aptitudes de description (dense) du contenu de graphiques. Cet apprentissage se fera au départ par un travail de groupe à trois qui consiste à réaliser une analyse du contenu d'un graphique (p.ex. le taux de criminalité en Suisse, la part des peines privatives de liberté), à confronter les divers points de vue et à négocier l'information la plus importante devant être retenue au sujet d'un graphique. Le groupe doit ensuite restituer cette information pour une catégorie déterminée de lectrices ou lecteurs (spécialistes, journalistes, grand public...) en rédigeant un descriptif avec un maximum de 4 à 5 phrases. Ce travail est toujours réalisé sous une certaine contrainte de temps. Toutes les propositions sont ensuite soumises à la critique en plénum tout en débattant des critères permettant de juger de la qualité des descriptions. Sur la base de cette expérience réalisée en commun, les étudiant·e·s sont ensuite amené·e·s à retravailler, en groupe d'abord, seul·e·s par la suite, le descriptif d'un graphique similaire contenant cependant d'autres données (p.ex. les données des cantons, sur d'autres infractions ou d'autres années). De manière à expérimenter la valeur évocatrice et compréhensible de ces descriptions, on demandera aux étudiant·e·s de les présenter oralement aux autres participant·e·s du cours, à l'aide d'un graphique projeté ou sur papier. Les étudiant·e·s s'entraîneront ainsi, tout en travaillant sur les données du cours Crime, justice et prison en Suisse, sur les techniques de présentation efficaces de faits complexes. Ce projet a pour but de s'entraîner à la présentation de contenus statistiques complexes représentés à l'aide de graphiques et à la description dense du contenu le plus important d'un graphique. Il devrait aider les étudiant·e·s à acquérir des compétences et des aptitudes utiles dans un grand nombre d'emplois de type scientifique tout en participant à un travail de groupe toujours indispensable quand il s'agit de faire émerger et de comprendre les ordres de grandeur, les structures ou tendances.
    >voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

  • Développement d'une application Web de comparaisons d'images d'armes à feu (R. Voisard - FDSC)
     

    Le processus d'identification d'une arme à feu est un ensemble d’étapes mises en oeuvre par un·e expert·e, dès le moment où il compare des éléments de munition entre eux (généralement à l’aide d’un macroscope comparateur agrémenté de prises photographiques) à la conclusion finale, permettant de mettre en relation ou non le ou les éléments de munition à l'arme incriminée. Ce processus s’inscrit avant tout dans une démarche holistique dans laquelle l’examinatrice ou l'examinateur va s’appuyer sur ses connaissances acquises précédemment et sur ses capacités cognitives afin de reconnaître des concordances de formes au travers d’un environnement relativement complexe. L’approche est alors essentiellement subjective et les variations observées entre les examinatrices et examinateurs sont importantes.
    Actuellement, un travail pratique, individuel, est effectué au niveau Master. Il montre toutefois certains problèmes clairement identifiés:
    • la comparaison des éléments de munition à l’aide d’un macroscope comparateur requiert un temps très important dû à la gestion même de l’appareillage (homogénéité de l’éclairage, positionnement de l’objet, enregistrements photographiques);
    • chacun travaillant avec des projectiles et des minutions propres à leur cas, il est impossible de réellement discuter/comparer l'interprétation qui est faite à partir des observations de stigmates effectuées;
    • réutiliser leurs images, de qualité généralement moyenne, n’est pas envisageable pour en faire de réels dossiers d'analyse sur image;
    • le cas est simplifié à l’extrême.

    Le projet consiste donc à mettre en place une activité de groupe pour permettre de viser les réels objectifs pédagogiques qui traitent de l’observation et de l’évaluation de stigmates d’intérêt, ceci grâce à la création d’un outil web. Cet outil permettra donc de comparer et évaluer ces stigmates sur des images d’intérêt liées à l’identification d’armes à feu, idéalement standardisées, provenant d’un système automatique. L’application permettra la création d’annotations spécifiques, de manière individuelle ou collaborative, pour mettre en évidence les caractéristiques que l'examinatrice ou l’examinateur jugera pertinentes dans le processus d’identification.
    Lors de l’activité de groupe, des évaluations collectives et des comparaisons inter-étudiant·e·s seront donc réalisées par les étudiant·e·s, sur la base de leurs résultats obtenus, ceci afin de leur susciter une prise de conscience, d’abord individuelle, puis collective de différentes notions importantes en armes à feu, telles la difficulté à identifier les caractéristiques d’intérêt, la variation des annotations inter-examinatrices et examinateurs, la reproductibilité et la contribution potentielle de certaines caractéristiques dans le processus d’identification. Une séance sous forme de jeu de rôle permettra l’échange et le débat autour des différentes problématiques soulevées lors des travaux de groupe. A l’heure actuelle, ces comparaisons ne peuvent être réalisées avec les moyens à disposition. Le projet actuel se base sur l’expérience fructueuse du développement de l’application PiAnoS, lors d’un précédent projet FIP (2007) pour le domaine des traces papillaires.

          >voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

  • Xlab: Journal de bord (R. Voisard - FDSC)

    L'enseignement pratique en sciences forensique se base principalement sur la résolution de cas simulés. Cette méthode d'enseignement existe depuis la création de l'Institut de Police Scientifique (IPS) en 1909 et a déjà démontré toute son efficacité dans le contexte particulier des sciences forensiques. En effet, ce contexte juridique apporte certaines contraintes nécessitant une rigueur et une méticulosité scientifique et organisationnelle particulière. Le développement de ces compétences transversales est d'ailleurs un des objectifs majeur de la formation. Ainsi la documentation des opérations, de la démarche utilisée, des démonstrations et des réflexions personnelles est primordiale. Dans cette optique, une application web de gestion de cas a déjà été mise en place afin de structurer la partie "documentation technique et opérationnelle" permettant de garantir au moins la continuité de la preuve de manière individuel ou collaborative. A l'opposé, la documentation portant sur la dimension académique du processus de résolution (définition des priorités, décisions prises, traitements statistiques des résultats, évaluation de la valeur probante, remise en contexte, etc.) reste simplement consignée dans un cahier de laboratoire manuscrit et personnel. Or, c'est essentiellement sur la base de ces informations qu'il est possible d'évaluer la qualité du travail effectué et de comprendre les orientations choisies. Les contraintes inhérentes au format papier, l'orientation individuel et centré sur l'expert·e plutôt que sur l'affaire, font que le cahier de laboratoire actuel n'est compatible ni avec une optique de travail collaboratif ni avec les objectifs de rigueur fixés.

    Le projet proposé vise à développer une application web qui permette, sous la forme d'un journal de bord modulaire et flexible, de centraliser, partager, trier, structurer et capitaliser cette "documentation académique" de manière collaborative et qui s'intègre à l'application de gestion de cas actuelle pour répondre aux objectifs des activités pédagogiques de résolution de cas simulés.

         > voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

  • BaSES (Apprentissage et application des notions de base en sciences économiques et sociales) (R. Véron - FGSE)

    Au moins deux besoins pédagogiques ont pu être relevés dans l’orientation "Développement" du Master en Géographie créée en septembre 2011: celui de répondre au problème de la variété des parcours de Bachelor des étudiant·e·s induisant des niveaux de connaissances en sciences sociales très hétérogènes; celui de la nécessité de renforcer chez eux la capacité à adopter une attitude proactive et autonome dans leur apprentissage.

    Le projet a une triple ambition, structurée autour de la création et de l’usage, par les encadrant·e·s et les apprenant·e·s, d’une banque de données articulant notions de base en sciences sociales, propositions de recherche et travaux d’étudiant·e·s:

    • Favoriser l’acquisition de connaissances nouvelles en limitant les risques de répétition entre les contenus de Bachelor et ceux de Master;
    • Diversifier les méthodes pédagogiques afin d’améliorer la qualité de l’apprentissage;
    • Créer les conditions nécessaires à l’autonomisation des étudiant·e·s.

    >voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

      

  • UrbActif: La situation de projet comme moteur d'acquisition de compétences argumentatives et communicationnels dans des contextes de complexité et d'incertitude de l'action collective (A. Da Cunha - FGSE)

    Ce projet a pour but de fédérer autour de la problématique commune que constitue la conduite de projets urbains complexes, les réflexions relatives au projet en tant que système d’actrices et d'acteurs et processus de décision et celles relatives au projet en tant que composition spatiale des formes urbaines menées au sein de l’HEIG-VD de Yverdon et de l’institut de géographie. La gestion de projet constitue le fil conducteur des différents modules du programme de maîtrise en géographie, orientation Etudes urbaines, Urbanisme durable et projet, ainsi que du programme de Master en Etudes Avancées en Urbanisme durable dont la direction est assurée par l’Institut de géographie. Les compétences nécessaires à la conduite de projets intégrant différentes dimensions territoriales (économiques, sociales, environnementales), plusieurs échelles et une multiplicité d’actrices et d'acteurs et de compétences ne peuvent pas toutes êtres acquises dans un cours ex-cathedra. Le travail en groupe dans un jeu de simulation (ou serious game) peut être une réponse à ce problème. Des précédents travaux ont montré un l’intérêt que pourrait représenter l’utilisation de simulations et de pédagogies actives pour la formation à la gestion de projet.
    La démarche consiste à développer un concept de simulation de gestion de projet urbanistique incluant les dimensions proprement urbanistiques relatives à la forme urbaine, aux mailles et aux maillages territoriaux ainsi que les dimensions actionnelles. La simulation comprendra du travail de groupe, une application avec logiciel et des jeux de rôle permettant à l’acquisition de compétences argumentatives et communicatives. Cette application permettra aux étudiant·e·s, réparti·e·s en groupes, de s’entraîner à la gestion d’un projet urbanistique complexe, à la communication et à l’argumentation des différents moments ou phases de projets caractérisés par l’intervention d’un grand nombre d’actrices et d'acteurs porteurs d’intéressements multiples (élus, promoteurs, propriétaires fonciers, associations d'habitants, etc.). La simulation doit permettre le développement des compétences techniques et des soft skills nécessaires (capacité à communiquer, travailler en équipe, capacité à argumenter et à prendre des décisions avec informations incomplètes, la capacité à appliquer les outils dans un cas concret).

          >voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

  • HEC Business Game (C. Legner - HEC)

    HEC Business Game est un cours "capstone" pour les étudiant·e·s Bachelor 3e. Au travers d'une simulation d'entreprise, le cours leur permet de revisiter et faire la synthèse de différentes connaissances acquises pendant le programme de Bachelor (approche générale du management, gestion des opérations, principe de marketing, comptabilité, principe de finance et analyse économique, économie politique). Par groupe de quatre, ils se répartissent les différentes fonctions de l'entreprise et sont en concurrence sur le même marché avec les autres groupes. De ce fait, les étudiant·e·s développent une expérience pratique, un sens de répartition des tâches ainsi qu'une vision des bénéfices tangibles de la gestion intégrée de l'entreprise. Le simulateur et le matériel utilisés ont été développés par HEC Montréal autour d'un concept pédagogique qui rencontre un fort succès en Amérique du nord et qui arrive en Europe (HEC Lausanne étant pionnière). Développé sur la base de SAP, le simulateur, appelé ERPSim, permet aussi aux étudiant·e·s de prendre en main ce très répandu système de gestion d'entreprise intégré. (...) L'objectif de ce projet FIP est de soutenir le développement du concept HEC Business Game et d'adapter le matériel du cours aux besoins et objectifs pédagogiques de HEC Lausanne. Le projet contribue ainsi à accroître l'alignement du cours HEC Business Game avec le programme Bachelor, accueillir plus d'étudiant·e·s dans les jeux de simulation ainsi qu'étendre le jeu.

        > voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

 

  • Laboratoire théâtral d'italien (A. Roncaccia - Lettres)

    Laboratoire théâtral pour étudiant·e·s de niveau bachelor. Dans le cadre de notre réflexion pédagogique sur l'apprentissage de l'italien L2, ce projet vise à développer des compétences d'expression orale et des connaissances de littérature théâtrale. Il s'adresse aux étudiant·e·s non italophones qui constituent environ le 50% des inscrit·e·s. Pour les enseignant·e·s, il s'agit de prendre conscience des compétences 'moyennes' des étudiant·e·s non italophones et de mieux fixer les objectifs didactiques dans une échelle de progression adaptée. Quant aux apprenant·e·s, la participation permettra de développer leurs compétences dans le cadre d'une pratique de communication authentique de haut niveau culturel, ce qui aura de bonnes retombées sur l'investissement affectif général dans le processus d'apprentissage individuel. Le travail de groupe, motivé par la réalisation de tâches précises (réalisation de séquences théâtrales de longueur différentes), favorisera l'intégration des étudiant·e·s en valorisant les profils individuels. Ce laboratoire pourra profiter de la collaboration de deux acteurs professionnels italiens et permettra de créer un parcours d'apprentissage basé sur des dynamiques qui laisseront la place centrale aux étudiant·e·s. La participation des étudiant·e·s italophones sera encouragée pour favoriser, à niveau de sous-groupes, l'identification des incertitudes expressives et pour enrichir les connaissances idiomatiques. Les contenus proposés, tout en privilégiant la littérature contemporaine (ex. Pirandello), comprendront des exemples du XVIe (Machiavel, Aretino) et du XVIIIe (Goldoni). Au stade actuel, dans notre Section, le recours à de nouveaux dispositifs d'apprentissage linguistique est prioritaire, compte tenu aussi du processus de mise en place des nouveaux programmes d'études et d'adéquation aux exigences d'évaluation liées au Cadre Européen.

        > voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

  • Psych'Art Brut (P. Roman - SSP)

    Le projet Psych'Art Brut vise, dans le cadre de l'enseignement d'Introduction à la psychanalyse (enseignement obligatoire du bachelor en psychologie) à faire dialoguer les concepts et la démarche de la psychanalyse avec des oeuvres de création, et plus particulièrement les oeuvres dites de l'Art Brut. Ce projet vise tout particulièrement à permettre aux étudiant·e·s d'appréhender la matière de la vie psychique qui, par définition, échappe à se laisser saisir: l'appui sur des oeuvres de création, qui se présentent elles-mêmes dans une forme de proximité avec le public (il ne s'agit pas d'artistes professionnel·le·s), facilite une rencontre sensible, dans un va-et-vient entre l'oeuvre et le regardeur (M. Duchamp) ou le témoin de l'oeuvre. L'hypothèse sous-jacente serait que le processus de création constitue un observatoire privilégié pour l'approche des différentes formes de travail psychique éclairées par la psychanalyse. En d'autres termes, le processus de création témoigne des organisateurs de la vie psychique au travers du travail psychique de représentation et de symbolisation. Ce travail psychique contient les traces des processus qui témoignent du fonctionnement psychique du créateur. Dans ce contexte, les créations des auteurs d'Art Brut rendent compte, de manière particulièrement explicite, de processus dont les concepts de la psychanalyse sont en mesure de rendre compte (dans la mesure où il s'agit d'une création envisagée essentiellement pour elle-même, dans une fonction de régulation psychique, sans visée d'adresse et/ou de transmission a priori). La création peut alors être considérée comme lieu d'émergence de l'Inconscient et autoriser une approche privilégiée de celui-ci. Par ailleurs, ce projet Psych'Art Brut s'inscrit dans une double filiation au regard des travaux de S. Freud, inventeur de la psychanalyse d'une part et de J. Dubuffet, inventeur de l'Art Brut d'autre part. La promotion, dans le cadre de ce projet, d'un travail en groupe d'étudiant·e·s, centré sur un auteur d'Art Brut et/ou un corpus d'oeuvres, vise à envisager un nouveau rapport dans la rencontre des concepts de la psychanalyse en en proposant une déclinaison vivante au travers de la rencontre du processus de création.

        > voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

  • FlexiTests (D. Preissmann - SSP, FBM)

    Ce projet a pour objectif le développement et la mise en place de FlexiTests: une application web de dispositif expérimental de tests psychologiques qui pourraient être utilisés par les étudiant·e·s pour faire des travaux pratiques de groupes, pour les recherches de Master mais également par des doctorant·e·s. Ce projet répond au besoin d’accompagner les enseignements de neurosciences comportementales et psychophysiologie par des tests illustrant des chapitres essentiels de ces enseignements (perception, attention, mémoire, etc.).
    L’objectif général est donc de favoriser la création d’un environnement collaboratif,accessible en ligne pour y développer des tests sur la base de tests existants. Cet environnement permettra également aux étudiant·e·s de tester leurs hypothèses en concevant eux-mêmes des tests. FlexiTests permettra ainsi de mutualiser et partager ces ressources d’enseignement entre des enseignant·e·s de psychologie/biologie (de l’UNIL ou d’autres universités partenaires) qui en feront la demande. La mise en ligne facilitera la passation des tests depuis des ordinateurs différents et le partage des fichiers de résultats (entre enseignant et/ou pairs). Ce projet vise donc à développer le travail collaboratif et à permettre un apprentissage actif centré sur l'apprenante. Un des avantages pour les étudiant·e·s sera de transférer leurs connaissances dans de futurs travaux de recherche et de développer ainsi des compétences de haut niveau.
    Ce projet a donc pour objectif le développement d’une application web de conception et passation de tests en psychologie, qui permettra aux étudiant·e·s de travailler de manière collaborative et facilitera le suivi par l’enseignant·e.

        > voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

  • Patrimoine et tourisme dans les villes marocaines (S. Nahrath - SSP, FGSE)

    Ce projet a pour objectif de fédérer, autour d'une problématique commune que constitue la mise en tourisme du patrimoine urbain, les réflexions en cours concernant l'amélioration des potentialités pédagogiques de l'instrument du stage de terrain au sein de deux masters que sont le Master interdisciplinaire en études du tourisme (MIT) de l'IUKB (master en collaboration avec l'Université de Lausanne) sous la responsabilité du Prof. S. Nahrath et l'orientation en "études urbaines" du Master de Géographie (IGUL/FGSE) sous la responsabilité du Prof. A. Da Cunha. Pour ce faire, nous prévoyons, à partir de 2013, d'organiser un stage de terrain commun aux deux masters autour d'une thématique commune que constitue l'étude des rapports entre les processus de patrimonialisation des quartiers historiques de différentes villes (en premier lieu du Sud) et les enjeux de la mise en tourisme de ces mêmes quartiers patrimonialisés. Ces stages de deux semaines se dérouleront dans un premier temps au Maroc (2013: Marrakech, 2014: Casablanca et 2015: Tétouan près de Tanger,) durant les deux premières semaines de septembre. La présente demande de financement FIP ne porte que sur l'année 2013. Dans ce contexte, l'un des points centraux de notre réflexion portera sur les manières de mobiliser la technique pédagogique du travail de groupe dans le cadre des stages de terrain afin d'améliorer la capacité (individuelle comme collective) des étudiant·e·s à mobiliser, en situation et de manière interdisciplinaire, leurs connaissances théoriques et empiriques, ainsi que leurs compétences méthodologiques, acquises dans le cadre des enseignements suivis dans les cours-séminaires dispensés dans les deux masters; ceci afin d'analyser et si possible (contribuer à) résoudre des problèmes concrets. Ces trois premières séries (2013-2015) de stages de terrain seront également organisées en collaboration avec des collègues provenant de différentes Universités marocaines, ainsi que leurs étudiant·e·s (Université de Cadi Ayyad de Marrakech, Ecole Supérieure d'architecture de Casablanca, de l'Ecole National d'architecture de Rabat-siège de Tetouan).

           > voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

  • Atelier de terrain en sociologie des religions - Récits de vie Transnationaux (C. Rodier - TSR)

    Le projet comportera trois dimensions: 1. Reconstituer des trajectoires biographiques de migrant·e·s de nationalité marocaine résidant·e·s en suisse et se rendre au Maroc dans leurs familles afin de saisir l'histoire familiale de ces migrant·e·s. le terrain se déroulera en deux temps: des récits de vies menés en Suisse et dans un second temps, avec la même méthodologie, des récits de vie effectués au Maroc. 2. Les étudiant·e·s seront amené·e·s à leur retour du terrain à exploiter leurs résultats et à contacter des associations et des professionnel·le·s confronté·e·s à la gestion de la diversité religieuse et culturelle. Ils apprendront a saisir les différentes étapes de la mise en place d'un projet interculturel en appliquant leurs connaissances théoriques et empiriques acquises sur le terrain. 3. Exploiter cette recherche dans une optique de visibilité du travail de l'étudiant·e, par la mise en place d'une journée de formation à destination de professionnel·le·s du secteur public ou privé. L'objectif est de favoriser le travail de groupe afin de permettre aux étudiant·e·s de se décentrer du savoir universitaire pour regarder du côté des familles immigrantes, exclues ou marginales et de leurs histoires afin de saisir et de promouvoir les dynamiques et les modalités de citoyenneté qui s'y développent. Cette journée de formation permettra aux étudiant·e·s de faire valoir leurs connaissances du terrain auprès des professionnel·le·s confrontés à la gestion de la diversité religieuse et culturelle au sein de l'entreprise ou de service public et de favoriser leur employabilité future.

         > voir aussi le descriptif sur la vitrine de projets du RISET

Partagez:
Unicentre - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 38 02