Résumés des projets soutenus en 2015

FLIP-Eco (Flipped Classroom Ecotoxicology) (N. Chèvre - GSE)

Le projet prend place dans le cadre du cours “Introduction à l’écotoxicologie”, au semestre 5 du bachelor en Géosciences et Environnement. Ce cours est rendu obligatoire dans le nouveau bachelor (orientation environnement) et comprendra en moyenne 50 étudiant·e·s. Le but du projet est d’appliquer les principes de la “classe inversée” pour amener les étudiant·e·s, d’une part à s’impliquer dans leur apprentissage au travers des différents outils mis à disposition par le projet, et d’autre part, de les amener à réfléchir sur des problématiques complexes, individuellement, en groupe, et finalement en classe avec l’enseignant·e. Le matériel servant à cet apprentissage sera mis à disposition des étudiant·e·s en ligne. Il sera constitué principalement de vidéos-capsules (5-6 mn), mais également d’articles de littérature choisis, d’exercices et de questionnaires. Les étudiant·e·s devront prendre connaissance du matériel par eux-mêmes, puis les différentes thématiques seront discutées en classe, avec l’enseignant·e. Le montant demandé pour le projet FIP sera utilisé principalement pour le tournage et le montage des vidéos, ainsi que pour l’établissement et la mise en ligne des exercices et questionnaires.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Amorçage forensique (N. Egli - DSCAP)

Ce projet pédagogique vise donc à clarifier ce qu’est la police scientifique, les rôles du forensicien ou de la forensicienne et de la trace, ainsi que les différentes manières d'exploiter cette dernière.
Dans ce but, un espace d’apprentissage spécifique sera proposé qui sera constitué, d’une part d'une plateforme d’apprentissage autonome autour de contenus et activités pédagogiques établis de manière collaborative; et d’autre part des espaces de partage communautaires. L’utilisation supervisée de cet espace aura pour objectif d’amener les étudiant·e·s à être responsables de leur propre apprentissage, qui aura lieu à distance avant le début des cours. Un suivi par des assistant·e·s étudiant·e·s sera proposé, afin de guider les futurs étudiant·e·s dans leur apprentissage de la philosophie de la trace, fil conducteur des études en science forensique. Ainsi, les apprenant·e·s comme les assistant·e·s étudiant·e·s acquièrent de nouvelles connaissances de manière autonome et collaborative. L’approche proposée présente l’avantage d’être interdisciplinaire étant donné que les étudiant·e·s concerné·e·s peuvent être issu·e·s d'une filière en biologie, chimie, informatique ou criminologie. De plus, ce projet participerait également au développement de la visibilité et du rayonnement externe de l'ESC au travers de la publication de contenus accessibles par un public plus large.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Enseignement clinique interactif en médecine d'urgence (O. Hugli - FBM)

L’enseignement de la médecine se doit d’apporter non seulement des connaissances théoriques, mais également des compétences cliniques. Les cours théoriques sont encore souvent donnés sous forme de leçons magistrales en auditoires dont les limites pédagogiques sont connues: passivité des étudiant·e·s face à la matière, faible interactivité avec l’enseignant·e et rétention faible de la matière.
Depuis la réforme des études, l’enseignement des compétences cliniques fait l’objet de cours spécifiques appelés skills.  Idéalement, ces skills devraient se structurer autour de petits groupes d’étudiant·e·s qui interagissent avec des patient·e·s réel·le·s ou simulé·e·s, sous la supervision d’un·e enseignant·e. Ces skills visent à faciliter le raisonnement autonome de l’étudiant·e, à appliquer des connaissances théoriques à une situation clinique, et dès lors à développer des compétences diagnostiques et thérapeutiques. Malheureusement, l’organisation des skills requiert un nombre si élevé de patient·e·s et d’enseignant·e·s que ce type d’enseignement est souvent remplacé par des cours ex-cathedra. Notre projet vise à atteindre les objectifs pédagogiques attendus des skills, en proposant un format de cours novateur combinant des vignettes cliniques interactives, un système de vote électronique et un mannequin de simulation informatisé. Cette formule a l’avantage de préserver la forme interactive des skills tout en étant donnée en auditoire et avec de nombreux étudiant·e·s. A partir d’un scénario clinique simple, une question est posée qui constitue un noeud décisionnel de la démarche diagnostique ou thérapeutique. Les étudiant·e·s y répondent individuellement par un vote électronique dont le résultat est présenté instantanément. La réponse majoritaire détermine un des multiples scénarios cliniques pré-écrits et amène, selon le type de question, une éventuelle modification des paramètres cardio-pulmonaires du mannequin. Cette modification d’état est une occasion pour insérer un enseignement théorique contextualisé, avant d’enchaîner avec la suite du scénario.
Les bénéfices attendus sont :

• une réflexion et une prise de décision individuelle
• une participation active de l’ensemble des étudiant·e·s
• une facilitation des discussions entre enseignant·e·s et étudiant·e·s
• une plus-value à la participation au cours, puisque les polycopiés téléchargeables ne contiennent pas l’histoire unique écrite lors de chaque cours

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

ANOT - L'annotation pour structurer et suivre le travail des étudiants dans l’apprentissage par problème (C. Weyermann - DSCAP)

L’apprentissage par problème (APP) est utilisé dans le cours "datation & chronologie » afin de réduire la charge d’enseignement ex-cathedra. Le travail effectué en groupe et de manière interactive avec l’enseignante permet aux étudiant·e·s de développer une réflexion critique en situation proche de la réalité. L’évaluation de cet enseignement montre qu’il serait possible d’améliorer encore l’autonomie et l’interactivité des étudiant·e·s au travers d’un outil permettant d’argumenter leurs réflexions de manière systématique et structurée tout au long de la résolution de problèmes. Ainsi, un outil informatique collaboratif permettant l’annotation spécifique des informations soumises par les étudiant·e·s, ainsi que leur analyse ultérieure, s’avérerait particulièrement utile.
L’introduction de cette nouvelle ressource technologique ANOT dans l’apprentissage par problème devrait permettre d’atteindre les objectifs pédagogiques suivants:
• Proposer un outil d’annotation dédié à l’activité des étudiant·e·s qui consiste à argumenter leurs réflexions  de manière systématique
• Amener les étudiant·e·s à structurer leur travail de manière autonome  (individuellement et en groupe)
• Permettre le suivi de la production  des étudiant·e·s par l’étude de leurs annotations afin d’apporter un feedback constructif et spécifique sur leur travail
• Encourager une étude collaborative des documents afin de stimuler les interactions  sur la base de points de vue diversifiés
Ce projet a donc pour but d’améliorer l’apprentissage des étudiant·e·s en les amenant à réfléchir de manière autonome sur la manière dont ils résolvent les problèmes par la mise en évidence des éléments clés qu’ils identifient pour argumenter leurs résultats.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Italian Webzine. Atelier de journalisme en italien. (A. Izzo & L. Tomasin - Lettres)

Le projet a pour but la création d’un webzine, magazine/blog en ligne, lié à la Section d’italien. Les étudiant·e·s de la Section seront invité·e·s à participer à la création de cette
plateforme et à soumettre des articles originaux ainsi que des contributions de différents types (interviews, compte-rendus, reportages etc.). A cette fin, le projet se structure en
trois parties: 1) l’organisation d’ateliers avec des professionnel·le·s du journalisme, afin d’offrir une brève formation à la conception d’un journal et à l’écriture journalistique; 2)
un tutoring pour la rédaction des articles; 3) la publication des productions sur une plateforme ouverte à l’extérieur.
Cette initiative se propose d’enrichir l’offre des activités destinées aux étudiant·e·s et vise à multiplier les opportunités de s’exercer à l’expression écrite et orale. D’autre part ce projet sera étroitement lié au "Laboratorio di scrittura giornalistica", conçu pour répondre à la demande du nombre croissant d’étudiant·e·s de cette Section qui envisagent un débouché professionnel dans le journalisme. Il s’agit donc aussi de mettre en place un atelier pour que les participant·e·s à ce laboratoire puissent faire leur première expérience dans cette profession. L’apport des professionnel·le·s, lors des workshops thématiques, représente donc un véritable atout. Des étudiant·e·s d’autres Sections de l’Unil pourraient être invité·e·s à collaborer dans le cadre de ce projet (sur des sujets d’intérêt commun ou interdisciplinaires). De même, le projet se veut ouvert à la collaboration ponctuelle des élèves d’italien des lycées vaudois, afin d’approfondir le dialogue avec les potentiel·le·s futur·e·s étudiant·e·s de la Section d’italien. Dans cette perspective, le projet prévoit aussi deux demi-journées ouvertes aux enseignant·e·s et aux élèves du secondaire II en italien, pour lancer l’initiative et pour en faire le bilan final.
Dans le but d’encourager l’autonomie des étudiant·e·s, la Section considère que cette initiative pourra stimuler leur curiosité pour la culture suisse-italienne et italienne, et leur
apporter une plus forte motivation dans les démarches d’appropriation et diffusion du savoir à travers l’écriture.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

MEDI-RISK: un contexte de recherches interdisciplinaire pour comprendre la pollution par les médicaments, ses risques pour l'environnement et la santé humaine (M.-C. Broillet - GSE & FBM)

Notre projet a pour ambition de rendre attentif les étudiant·e·s en pharmacologie (Master en biologie médicale, FBM) et en sciences de l’environnement (Master en géosciences, FGSE) à la nécessité et à la possibilité de travailler ensemble afin de comprendre le risque  de la présence des médicaments et autres micropolluants dans l’environnement. Il a pour but principal de sensibiliser les étudiant·e·s des deux disciplines à cette problématique en les impliquant activement à la création d’une plateforme de travail commune, implémentée d’année en année, qui permettra ensuite de sensibiliser les personnes en charge de cette problématique (décideuses et décideurs, gestionnaires de l’environnement, médecins, etc.). Dans un premier temps, la plateforme sera développée pour le cas des médicaments. Elle pourra être étendue au cas des autres micropolluants par la suite. Ce projet s’organise sur deux axes principaux:
Premier axe:  Mise en ligne des ressources d’apprentissage appropriées dans les deux contextes d’enseignement spécifiques (pharmacologie: écotoxicologie et sciences de l’environnement: développement des médicaments, toxicologie). L’apprentissage autonome et la compréhension par les étudiant·e·s du contexte complémentaire à leur formation de base seront ainsi facilités. Ces ressources permettront la mise à niveau des étudiant·e·s hétérogènes et l’acquisition d’un vocabulaire scientifique commun pour avoir des échanges multidisciplinaires constructifs.
Deuxième axe:  Préparer les étudiant·e·s à leur future intégration dans un contexte de travail multidisciplinaire en leur démontrant, par des études de cas, la complexité de la
problématique de l’écopharmacovigilance.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

La macroscopie dans l'enseignement de la pathologie par e-Learning et travaux pratiques combinés (I. Letovanec - FBM)

L’enseignement de la pathologie dans le cursus pré-gradué des études de médecine est dispensé principalement sous forme de cours ex-cathedra et de séminaires (travaux pratiques) de microscopie et de macroscopie. Dans le cadre du module M2.8 (en deuxième année du Master) des pièces macroscopiques sont discutées avec les étudiant·e·s, en général par quart de volée.
En 2013, j’ai utilisé une approche différente lors des séminaires de macroscopie portant sur la pathologie pulmonaire dans ce module, qui jusque-là, se faisaient par la simple discussion des spécimen macroscopiques. Dix échantillons pulmonaires macroscopiques didactiques ont été sélectionnés pour couvrir un grand éventail de la pathologie pulmonaire tumorale et non tumorale et associés à des vignettes cliniques. Pendant le séminaire, les étudiant·e·s, par groupe de 3-5 ont pris en charge une pièce macroscopique avec pour tâche de l’apparier avec l’une des dix vignettes proposées. Dans un deuxième temps, les étudiant·e·s ont pris brièvement connaissance des autres pièces avec les vignettes cliniques correspondantes proposées par les autres groupes. Finalement, chaque pièce a été présentée par le groupe responsable aux autres étudiant·e·s expliquant les lésions observées, les hypothèses diagnostiques et le choix de la vignette clinique. Les explications et choix ont été discutés par les autres étudiant·e·s, modérés par l’enseignant·e. Cette nouvelle approche a permis d’augmenter l’interaction entre étudiant·e·s et avec l’enseignant·e, la faisant plus vivante et participative menant à plus de réflexion et discussion. Le feed-back oral en fin de séance a été très positif. L’évaluation formelle de l’enseignement a également été très positive. La limitation essentielle à cet exercice est le temps à disposition (45’), limitant l’examen des pièces et/ou le temps de discussion. L’objectif de ce projet est de formaliser cette approche nouvelle par la création d’une étape d’e-Learning préparatoire avant  le séminaire de macroscopie (formation des groupes, prise de connaissance des vignettes cliniques et de la pièce macroscopique avec présélection de la vignette associée…) et d’une seconde étape après  la séance (accès à l’iconographie des autres pièces et vignettes associées et questions en relation avec le cas) afin d’optimiser l’utilisation du temps présentiel et l’engagement et l’autonomie d’apprentissage. D’autre part l’implication du Dr Lovis, Pneumologue, donnera une plus-value importante au volet clinique de ce projet (vignettes cliniques).

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Phonocolor.ch, Apprentissage en autonomie d'une meilleure lecture à haute voix pour les non-francophones (Y. Erard - Lettres)

Le projet "Phonocolor.ch" s’adresse aux étudiant-e-s non francophones. Il vise à leur donner un outil didactique pour améliorer leur compétence en lecture à haute voix. Ce projet s’appuie sur un projet pédagogique mené à bien dans le cadre du Cours de vacances et qui permet de mettre en couleurs les phonèmes de n’importe quel(s) mot(s) en français. Le projet FIP que nous présentons permettrait de développer d’autres fonctionnalités du site pour qu’il puisse devenir un véritable outil pédagogique au service de l’autonomie en français d’un étudiant non francophone. Les nouvelles fonctionnalités du site lui permettront ainsi de:
1) copier et coller un texte qu’il-elle doit lire en entier; le mettre en couleurs (tout le texte, seulement les voyelles, seulement les consonnes); le sauvegarder en PDF (ou dans un autre format)
2) s’entraîner à le lire (on peut imaginer qu’il s’agit de l’introduction d’une présentation orale importante) en s’aidant: a) d’un jeu de type Memory® pour apprendre la correspondance grapho-phonologique: un graphème (eu, par exemple) = une couleur (vert, par exemple), b) d’un jeu de type Scrabble® qui utilise des carrés de couleur (consonnes) et des ronds de couleur (voyelles) pour composer des mots en phonétique.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Compendium interactif des tests en psychologie de l'enfant (F. Brodard - SSP)

L’examen psychologique de l’enfant est un processus complexe constitué de différentes dimensions relationnelles et techniques. Les étudiant·e·s qui envisagent leur avenir dans la psychologie de l’enfant doivent maîtriser de nombreux outils d’évaluation qui exigent des connaissances et des savoir-faire très variés, dont les tests psychologiques. Si actuellement l’enseignement donné dans l’Orientation de l’Enfant et de l’Adolescent permet aux étudiant·e·s de disposer d’un solide bagage théorique, il permet peu le développement de savoirs-faire concernant ce processus complexe. Seuls quelques étudiant·e·s ont l’occasion de pratiquer ces méthodes en présence d’enfants lors de l’enseignement donné au sein de la Consultation de psychologie de l’enfant et de l’adolescent de l’UNIL.

Ce projet vise l’actualisation d’un compendium de tests psychologiques destinés à l’évaluation des enfants, des adolescents et des familles. Ce compendium comporte des indications sur les domaines couverts par chaque test, la technique et les consignes de passation, la cotation et l’interprétation des épreuves. L’adaptation de ce compendium sur la plateforme Moodle permettra aux étudiant·e·s de Master de découvrir les propriétés du test d’une manière interactive par des vidéos de démonstration, de réaliser des exercices et mettre à l’épreuve leurs connaissances sur les tests qu’ils désirent découvrir, et d’entraîner des compétences cliniques à partir de séquences vidéos (ex: possibilité de s’exercer à la cotation d’une épreuve en observant une vidéo). Les étudiant·e·s pourront également s’exercer à choisir des tests pertinents en fonction de vignettes cliniques.

Le projet permettrait aux étudiant·e·s de la Consultation de choisir les tests et de se préparer de manière autonome avant la passation réelle en présence des enfants. Pour les autres étudiant·e·s (hors consultation), le projet permettrait de favoriser l’autonomie de l’étudiant·e dans l’acquisition de connaissances et le développement de savoir-faire concernant les méthodes d’examen psychologique, qui sont abordées dans différents cours et séminaires.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Développer l'autonomie des étudiant·e·s dans le cadre d'un apprentissage expérientel des soins palliatifs (E. Tamches - FBM)

Pour correspondre au catalogue fédéral des objectifs d’apprentissages des étudiant·e·s de médecine, six heures d’enseignement "structuré" ont été adjointes dès 2014-2015 (Master 2). Les SPL nécessitent l’acquisition de savoir, mais surtout de savoir être, la communication avec la patiente ou le patient atteint d’une maladie grave évolutive étant particulièrement complexe. L’interdisciplinarité joue un rôle fondamental dans la prise en charge de ces patient·e·s. Afin de favoriser cet apprentissage multi-niveau cet enseignement sera dispensé sous formes de tutoriaux en petits groupes (max 15 étudiants) animés par des binômes de formatrices et formateurs interdisciplinaires (médecins, infirmières et infirmiers, psychologues…). En effet, pour permettre aux étudiant·e·s d’acquérir les notions spécifiques aux SPL, il apparaît fondamental que les phases expérientielles et autoréflexives soient favorisées, d’où un enseignement en petits groupes.

Enfin, le Service de SPL accueille des médecin-assistant·e·s qui jouent un rôle central dans l’encadrement d’étudiant·e·s de médecine réalisant un stage d’un mois dans le service (niveau Master 3). Il s’agit d’un des nombreux stages à option que les étudiant·e·s peuvent réaliser et durant lequel ils sont plus directement en charge d’un·e ou deux patient·e·s au sein de l’Unité de lits du Service de Soins Palliatifs. Le matériel qui sera produit à l’attention des tutrices et tuteurs sera donc un atout pour ces médecins encadrant des collègues plus jeunes.

Comme on le voit, la spécificité des SPL -qui dépasse la théorie simple- comme le nombre d’intervenant·e·s dans ce cursus pré-gradué obligent à favoriser l’autonomisation de l’étudiant·e dans son apprentissage, tout comme un apprentissage multimodal (expérientiel, autoréflexif) tout en garantissant que le matériel pédagogique pour les étudiant·e·s et la formation des différents "tutrices et tuteurs" soient les plus cohérents possibles (enseignement juste et équitable).

Ainsi, nous souhaitons développer du matériel pédagogique, tant pour les étudiant·e·s que pour les tutrices et tuteurs, accessible à tous via une plateforme électronique reconnue de l’UNIL (Moodle).

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

 

SpeakUp - une app pour prévenir le décrochage des étudiant·e·s grâce à un réseau social mobile temporaire (B. Garbinato - HEC & SSP)

SpeakUp est une application mobile développée au départ à l’UNIL, puis étendue conjointement avec l’EPFL, dont le but est de faciliter les interactions entre les étudiant·e·s et un·e enseignant·e, pendant que cette dernière ou ce dernier donne son cours: en gros, les étudiant·e·s peuvent poser leurs questions de manière anonyme, voir les questions de leurs collègues, et évaluer positivement ou négativement les diverses questions. De plus, SpeakUp est une application géo-localisée qui tient compte de la présence physique de ses utilisatrices et utilisateurs.

Dans sa version actuelle, SpeakUp est exclusivement focalisée sur les interactions en présentiel au moyen d’un smartphone (Android ou iOS), et ne permet pas de prolonger en dehors de la salle de classe les discussions/interactions initiées pendant le cours. De plus, les interactions supportées sont essentiellement de type «questions à l’enseignant·e». En dépit des limitations de la version actuelle, SpeakUp est déjà utilisée pour plusieurs enseignements à l’UNIL, à l’EPFL et même en dehors, et a fait l’objet de plusieurs évaluations donnant lieu à des publications scientifiques (Holzer et al., 2013), (Holzer et al., 2014), (Govaerts et al., 2014).

Partant des limitations de la version actuelle, le but de ce projet est d’étendre SpeakUp en lui ajoutant la possibilité pour les étudiant·e·s de signaler instantanément et anonymement leur décrochage individuel et d’agréger les décrochages en cours afin de les présenter à l’enseignant·e. Un autre type d’extensions prévues devrait permettre de prolonger l’utilité de SpeakUp au-delà du cours lui-même et de favoriser l’autonomie des étudiant·e·s, en leur proposant d’interagir entre elles ou entre eux en dehors de leur présence en classe et en pérennisant les diverses interactions passant par SpeakUp.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Serious game en traitement statistique de données (J. Broséus - DSCAP)

Le présent projet vise un apprentissage par problème dans le cadre du traitement statistique de données analytiques générées pour caractériser la diversité d’échantillons auxquels sont quotidiennement confrontés les laboratoires de police scientifique.

Dans ce contexte, la problématique majeure pour les apprenant·e·s consiste dans la prise en main de ces données analytiques afin d’en extraire des informations et des renseignements dans le cadre de problématiques forensiques. En effet, la méthodologie de traitement mise en place consiste en un processus relativement complexe constitué de plusieurs étapes où chacune d’entre elles influence le résultat final, c'est-à-dire la performance du modèle statistique proposé.

Actuellement, les apprenant·e·s peuvent utiliser une interface permettant de réaliser des traitements statistiques sur les données. Toutefois, il leur est particulièrement difficile d’avoir une vue globale de la méthodologie ainsi que de comprendre l’importance de chacune des étapes, ces traitements statistiques n’étant pas intégrés dans une démarche méthodologique. Par conséquent, ce projet met l’accent sur la mise en œuvre d’une interface d’utilisation (un arbre d’exploration et de décision) présentant clairement l’ensemble de la méthodologie à appliquer dans les cas de traitement de données analytiques. En mettant en place sa stratégie de traitement, l’apprenant·e pourrait prendre conscience, par une visualisation de sa progression personnelle en temps réel, de l’impact de ses choix sur le résultat final et ainsi évaluer la pertinence de son raisonnement. L’idée de ce projet consiste également à tirer profit des indicateurs de performance en temps réel pour proposer une compétition ludique entre apprenant·e·s s’apparentant à un "serious game", visant à provoquer une émulation dans la recherche d’un modèle statistique performant. Ce projet encourage donc la participation active des apprenant·e·s au processus d’’enseignement et cherche à stimuler leur esprit critique, individuellement puis en groupe, et vise finalement à renforcer leur capacité de travail autonome. Ceci devrait leur permettre non seulement d’atteindre les objectifs d’apprentissage plus efficacement mais encore de réutiliser leurs connaissances dans le cadre de futures activités de recherche académiques ou professionnelles.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

E-Learning en biostatistique pour étudiant·e·s de Master (S. Luther - FBM)

L’enseignement en statistique intervient souvent tôt dans le curriculum de l’étudiant·e en biologie, à un moment où l’étudiant·e n’a guère l’opportunité de mettre en pratique les statistiques faute d’être impliqué·e dans un projet de recherche. De plus, cet enseignement est souvent assez complexe en raison de sa forte composante mathématique. Par manque de pratique ou de compréhension, l’étudiant·e se trouve donc souvent démuni·e quand arrive enfin le moment d’utiliser l'outil statistique dans un projet de recherche. Or une bonne connaissance en biostatistique est essentielle pour chaque étudiant·e en biologie. L’objectif principal de ce projet est donc de mettre à disposition des étudiant·e·s en Master de biologie médicale qui s’apprêtent à débuter leur projet de Master des ressources en ligne leur rappelant i) comment choisir le test statistique approprié à une expérience particulière, ii) comment utiliser ce test et iii) comment interpréter les résultats de ce test. Ces ressources ne contiendront pas de rappel de la base mathématique des tests car elle n’est pas indispensable à l’utilisation de la statistique comme outil d’analyse pour la plupart des expériences scientifiques de petite taille.

A présent un support en biostatistique est fourni aux étudiant·e·s de la filière "Immunologie et cancer" du Master en biologie médicale sous forme de tutorat, chaque étudiant·e ayant un entretien avec un·e statisticien·ne. Etant donné le nombre croissant d'étudiant·e·s de Master (+25% en 2013) le tutorat devient de plus en plus difficile. Nos ressources d'apprentissage permettront un apprentissage autonome de l'étudiant·e et le contact ponctuel avec la tutrice ou le tuteur sera donc plus efficace.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Enregistrement vidéo des Postes formatifs et des épreuves pratiques ECOS à des fins pédagogiques (J.-F. Tolsa - FBM)

Durant ces dernières années, l’Ecole de médecine a renforcé la formation pratique des étudiant·e·s en introduisant des cours formels (les "Skills", dont font partie les postes formatifs) et en examinant ces compétences cliniques dans le cadre des examens cliniques objectifs structurés (ECOS). Dans les deux cas, les étudiant·e·s doivent accomplir une tâche clinique prédéfinie dans un temps limité. Il a été démontré que l’utilisation d’enregistrements vidéo, combiné avec un feedback individuel, est un outil efficace pour enseigner et apprendre des compétences cliniques. Bien que nos premières expériences aient confirmé la plus-value pédagogique d’une telle approche, la taille des volées (> 200 étudiant·e·s) rend impossible la mise en place de feedbacks individuels plusieurs fois par année.

Le but principal de ce projet est de promouvoir l’utilisation pertinente des enregistrements vidéo par les étudiant·e·s dans une démarche plus centrée sur l’apprentissage en autonomie et l’auto-évaluation; c’est-à-dire développer un dispositif qui fournit aux étudiant·e·s les méthodologies et les outils de travail nécessaires pour analyser et progressivement améliorer leurs compétences cliniques sur la base des enregistrements faits.

Nous allons donc élaborer des ressources qui permettront aux étudiant·e·s de se situer plus facilement dans leur processus d’apprentissage en comparant leur performance avec la performance visée, et d’identifier des pistes pour améliorer leurs compétences cliniques. Les mesures prévues s’appuieront entre autres sur les éléments suivants: des vidéos "exemple" qui illustrent une bonne performance, des grilles de lecture qui guideront les étudiant·e·s pendant l’analyse de leur vidéos, l’intégration d’une interface d’annotation de vidéos, et des moments de "peer feedback". Notre projet visera principalement les postes formatifs du module B3.8 (3ème année de Bachelor), et l’ECOS de la 2ème année du Master.

Ce projet contribue de façon générale au développement de l’autonomie et de la pratique réflexive des étudiant·e·s dans leur apprentissage, ce qui correspond à des éléments clés de la stratégie pédagogique de l’UNIL.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine des projets du RISET

The Learning Network (C. Pulfrey - HEC)

Le projet vise à créer un réseau collaboratif à niveaux multiples en ligne, qui permet aux étudiant·e·s qui travaillent sur les projets de groupes à diriger leur processus d’apprentissage avec une grande autonomie collective, à partager des ressources à l’intérieur des groupes et entre les groupes et à contribuer de façon proactive et cumulative aux ressources du cours.

Au cœur du projet il y a un espace virtuel pour le cours qui complémente l’espace physique de la rencontre semainière du cours. Cet espace réunit les fonctionnalités en ligne:

  • d’un espace de rencontre et d’échange (cf. adaptation à l’utilisation académique de certaines fonctionnalités de Facebook, et voir Moodle / Switchcast avec attribution de droits aux participant·e·s),
  • d’un partage de ressources trouvées par les participant·e·s avec évaluation de leur qualité et utilité (adaptation académique du conceptTripAdvisor/Amazon) et
  • d’une réflexion groupale continue et participative (adaptation académique de fonctionnalités de Facebook (wall) et/ou Twitter au niveau groupe),

tout en se présentant avec une facilité d’usage, une logique intuitive et une interface aspect visuellement agréable (voir produits Apple par exemple).

Plus précisément, l’espace virtuel se structure à plusieurs niveaux: un niveau public (vitrine), un niveau classe, un niveau groupe et un niveau individuel.

En entrant au niveau classe (le niveau de base) il y a les profils de tous les participant·e·s et un espace d’échange (cf. Facebook). Cet espace agit comme un espace virtuel de rencontre. A ce niveau figure aussi un espace de recommandation de ressources, à l’intérieur duquel les participant·e·s postent des liens web et des résumés d’articles, toute information étant accompagnée par une courte description, une évaluation d’utilité perçue et classifiée selon des mots clés (cf. TripAdvisor/ Amazon).

Chaque groupe a son espace privé à l’intérieur de l’espace de classe. Ici, le groupe partage des informations utiles et des documents (cf. Google Docs/ Dropbox). Les membres du groupe pourront travailler sur les documents de groupe à tout moment en décidant des droits d’accès.

A l’intérieur de l’espace de groupe, chaque membre du groupe a son espace privé dans lequel il/elle pourra garder des documents et noter ses réflexions sur le projet, le groupe. L’espace de réflexion pourra éventuellement être  synchronisée avec une app qui permettra à la personne de noter les pensées à chaud (cf. Twitter/ Facebook).

Finalement, il y a une espace public qui agit comme vitrine pour le cours. Dans cet espace, les participant·e·s publient les travaux finis: projets, présentations, films, établissent des contacts avec d’autres étudiant·e·s, classes, contacts professionnel·le·s et mettent à disposition l’espace de recommandations, une fois terminée. Ceci permet non seulement une visibilité externe pour le cours mais aussi une possibilité de construire d’année en année sur les travaux déjà effectués en cours (cf. monde de recherche).

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

E-Assessment (F. Schütz - FBM)

Le but de ce projet est de permettre aux étudiant·e·s d’être évalué·e·s lors d’examens en utilisant un ordinateur (le leur ou un poste préinstallé), avec tous les documents qu’ils désirent ainsi qu’un accès à Internet, les mettant ainsi dans des conditions les plus proches possibles de celles dans lesquelles elles et ils ont réalisé leur apprentissage, et de celles dans lesquelles elles et ils utiliseront leurs compétences par la suite.

L’utilisation des ordinateurs personnels des étudiant·e·s pendant des examens pose cependant un certain nombre de questions, autant pédagogiques que juridiques et techniques. Dans ce cadre, ce projet vise à définir les prérequis nécessaires pour organiser ce genre d’examens, d’en organiser en pratique, et de définir les conditions-cadres et le contexte institutionnel pour que d’autres enseignant·e·s et d’autres Facultés puissent faire de tels examens en ligne dans le futur.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Se former en ligne à la recherche documentaire (E. Deferr - SSP)

Les filières de la faculté des SSP de l’UNIL souhaitent fournir à leurs étudiant·e·s les connaissances et les compétences pour accéder à la documentation scientifique et l’utiliser de façon efficace et critique; elles délèguent en partie un tel enseignement aux bibliothécaires scientifiques de la bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne. En 2011 dans le cadre de la refonte du plan d’études, des objectifs pédagogiques explicites ont été formulés dans le domaine de la recherche documentaire. Ce travail a été facilité par la publication à cette même période d’un Référentiel de compétences pour les Hautes écoles suisses, ainsi que par le projet Magellan qui a sensibilisé la communauté universitaire à la culture informationnelle.

La formation destinée habituellement aux étudiant·e·s en Sciences sociales a été transformée pour être donnée à 300 participant·e·s, suite au rassemblement des étudiant·e·s de Sciences sociales et de Science politiques dans un même cours d’Introduction à la recherche. Cette formation hybride (Moodle et en classe) est proposée depuis deux ans.

Le but général de ce projet consiste à enrichir ce cours et à le faire évoluer vers une formation principalement  en ligne. Les objectifs généraux sont:

  • Proposer plus de ressources et d’activités en ligne permettant aux étudiant·e·s d’aborder des notions, de s’exercer et de recevoir des corrigés
  • Favoriser l’autonomie des étudiant·e·s:
    • Fournir plusieurs modules multimédia disponibles dans le cadre du cours mais aussi en tout temps
    • Permettre le suivi des modules et activités de façon plus flexible
  • Permettre le partage des bonnes pratiques entre étudiant·e·s
  • Quantifier et qualifier les ressources nécessaires pour animer un tel dispositif

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

INTERGEO - Plateforme digitale sur les géomorphosites (E. Reynard - GSE)

Le projet prévoit la mise en place d’un cours mixte (Blended Learning) qui allie cours en présentiel et formation à distance. Il s’inscrit dans le plan d’étude du master de géographie et dans le cadre des activités menées par Emmanuel Reynard au sein de l’Association internationale des géomorphologues (IAG). Le projet est mené en collaboration avec le groupe de travail sur les géomorphosites de l'IAG, qui poursuit plusieurs objectifs: (1) mise en réseau de différent·e·s chercheuses et chercheurs; (2) développement conceptuel et méthodologique; (3) formation (étudiant·e·s, jeunes chercheuses et jeunes chercheurs).

Le projet proposé prévoit deux volets:

(1) Modifier la forme du cours “Géomorphosites et géoconservation” de l’UNIL dans deux directions:

  • réduire le nombre de cours frontaux et augmenter l’autonomie des étudiant·e·s, en favorisant l’auto-apprentissage. Cet objectif concerne non seulement ce cours, mais également les étudiant·e·s préparant des travaux de bachelor sur cette thématique et qui n’ont pas encore eu de cours théorique à ce sujet.
  • valoriser la forte implication internationale du Prof. Reynard auprès des étudiant·e·s de l’UNIL en développant une partie du cours sous forme interactive avec 5 partenaires européens (Universités de Modena e Reggio Emilia, Minho, Savoie Mont-Blanc, Paris IV et Bucarest).

(2) Développer une plate-forme digitale d’enseignement (sur Moodle), utile non seulement pour les étudiant·e·s de l’UNIL, mais également pour d’autres étudiant·e·s intéressé·e·s à la thématique des géomorphosites et de la géoconservation. Cette plateforme, qui contient du matériel pédagogique divers (vidéos, articles scientifiques, quizz, forums) est dans un premier temps limitée aux participants au projet , puis sera en accès libre dès l’automne 2016.​

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Cas Cliniques Intégrés: un nouveau format pédagogique pour remplacer l'apprentissage par problèmes à l'Ecole de médecine (L. Tappy - FBM)

En 1995, l’Apprentissage Par Problèmes (APP) a été introduit à l’école de médecine de la FBM. Depuis lors, les étudiant·e·s de BMed2 et 3 ont suivi un curriculum mixte mêlant cours ex-cathedra et APP, à côté d’autres activités traditionnellement proposées à ce stade de formation (travaux pratiques; etc). Malheureusement, l’APP a connu ces dernières années des difficultés significatives. Un état des lieux conduit par l’Unité pédagogique au printemps 2013 a permis de caractériser ces difficultés (perception d’inefficience pédagogique et absentéisme des étudiant·e·s en particulier). Ainsi deux tiers des séances APP agendées initialement en BMed3 avaient évolué vers d’autres formats d’enseignement, comprenant un retour vers des cours ex cathedra.

Dans ce contexte, le Conseil de l’école de médecine a décidé, en 2013, de mettre un terme à l’APP dans l’attente d’une alternative satisfaisante qui préserverait les aspects clairement positifs de l’APP (p.ex. apprentissage collaboratif). Un groupe de travail (GT) formé par les auteur·e·s de cette soumission a travaillé à un nouveau format pédagogique et à son intégration dans le curriculum.

Ce format, appelé Cas Cliniques Intégrés (CCI), comprend un temps de travail individuel de l’étudiant·e sur une vignette clinique en ligne, suivi d’une séance de discussion en petit groupe. Le GT a voulu élaborer une démarche originale d’apprentissage. En effet, dans le temps individuel, les étudiant·e·s résolvent la situation clinique d’un patient en étapes successives. A chaque étape, l’étudiant·e doit répondre à des questions ouvertes qui permettent de guider l’apprentissage. La dernière étape de la vignette comporte la rédaction d’un texte qui amène l’étudiant·e à élaborer une hypothèse et à la justifier. Ce travail écrit est rédigé avant le débriefing en groupe et est accessible à la tutrice ou au tuteur. Ce dernier peut vérifier, en amont, la compréhension de l’étudiant·e et utiliser ce matériel pour alimenter le débriefing.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Système de tests pour l'autocontrôle des connaissances des étudiant-e-s de russe (I. Tylkowski - Lettres)

Le projet consiste à donner aux étudiant·e·s l’opportunité de se rendre compte de leur niveau de russe, de faire le point sur leurs connaissances des thèmes grammaticaux étudiés en propédeutique, de diagnostiquer leurs éventuelles faiblesses et d’y remédier. Il vise à permettre aux étudiant·e·s de mettre en œuvre leur propre stratégie d’apprentissage en s’appuyant sur un système de tests portant sur le contenu du cours "Langue russe I (phonétique et grammaire)".

Ce système comporte des tests formatifs intermédiaires (thématiques) et de fin de semestres qui donnent aux étudiant·e·s le moyen d’évaluer leur progression tout au long de l’année académique, de s’entraîner davantage avant les travaux de contrôles écrits notés faits en classe, d’estimer le niveau de connaissance acquise en propédeutique. La particularité de ces tests consiste à indiquer uniquement le pourcentage de réponses correctes, à recommander les thèmes à réviser, à proposer un petit rappel grammatical et quelques exercices supplémentaires.

Le but du projet est d’encourager l’autonomie des étudiant·e·s et d’améliorer leur réussite.

Integrated Case Study for Analysis, Modeling and Design in Information Systems (C. Legner - HEC)

Ce projet consiste à développer des études de cas intégratives qui serviront comme fil conducteur du cours "Analysis, Modeling and Design in Information Systems", afin de permettre l’apprentissage actif et accroître l’autonomie des étudiant·e·s. La méthode d’étude de cas permettra de placer les étudiant·e·s dans une situation proche du monde réel de l’entreprise et de les exercer à la mise en pratique de leurs connaissances d’analyse, de modélisation et de conception pendant les phases de travail autonome. En choisissant une entreprise multinationale comme cas, nous allons traiter un type d’entreprise qui joue un rôle important dans le tissu industriel en Suisse et qui est particulièrement dépendant des solutions informatiques pour coordonner ses activités à l’échelle globale.

Dans le scénario pédagogique proposé, le déroulement de l’intégralité du cours pourrait s’opérer en suivant les différentes phases d’un projet de conception de solutions informatiques:

1) Analyse de la situation actuelle et des besoins pour aboutir à un diagnostic ("as-is architecture").

2) Projection et vision de l’architecture future ("architecture vision").

3) Conception d’une architecture à venir ("to-be architecture").

Pour analyser, évaluer et concevoir la solution la plus adaptée à l’étude de cas, les étudiant·e·s vont se servir de méthodes et modèles en provenance des architectures d’entreprise. Chaque phase de travail autonome est  suivie par des présentations et discussions en classe pour permettre une réflexion sur différentes conceptions et donner un feedback régulier et constructif aux étudiant·e·s.

En conclusion, ce projet offre plusieurs contributions qui ne sont pas envisageables avec l’enseignement traditionnel:

  • Une étude de cas propose une perspective intégrative qui va au delà d’une série d’exercices de modélisation qui habituellement se focalisent sur des aspects restreints.
  • L’utilisation du cas comme fil conducteur pendant toute la durée du semestre permet aux étudiant·e·s de suivre systématiquement les différentes étapes d’analyse et conception des solutions informatiques.

Une approche basée sur les modèles d’architecture d’entreprise permet de traiter les aspects métiers et technologiques ainsi que les "trade-offs" dans la conception des solutions informatiques.

Sources, méthodes et outils pour une nouvelle histoire de la famille et de la parenté (S. Guzzi-Heeb - Lettres)

Les approches récentes les plus intéressantes et prometteuses en histoire de la famille et de la parenté utilisent des outils complexes – notamment des bases de données généalogiques ou socio-historiques – et des technologies informatiques qui ne sont pas banales. Ces méthodes et outils relatifs, toutefois, ne sont pas encore largement utilisés, en raison notamment de la quantité imposante de travail préliminaire nécessaire par ex. pour la constitution d’un corpus généalogique d’une certaine envergure et qualité.
Dans le cadre d’un enseignement traditionnel, il est donc très difficile, d’initier les étudiant·e·s à ces nouveaux outils et aux possibilités extrêmement intéressantes qu’ils ouvrent. De plus, on ne dispose pas facilement de bases de données généalogiques qui permettent d’illustrer de façon adéquate le potentiel de ces outils et les problèmes qui leur sont relatifs.
C’est la raison pour laquelle je propose un enseignement qui prévoit un séjour d’une semaine auprès du Centre régional d’étude des populations alpines (CREPA) de Sembrancher, qui met à disposition des bases de données généalogiques exceptionnelles, et qui possède une expérience précieuse dans la constitution et l’exploitation de ces bases.
Des intervenant·e·s extérieur·e·s offriront une introduction à l’utilisation de plusieurs logiciels; les étudiant·e·s auront ensuite la possibilité de s’exercer de façon indépendante sous la supervision d’expert·e·s.
Une introduction de type traditionnel à l’UNIL présentera les différents problèmes et méthodes de l’histoire de la parenté. Aux archives cantonales vaudoises, les étudiant·e·s auront l’occasion de connaître les sources principales du travail, notamment les registres des paroisses et les minutes des notaires.
Enfin, les participant·e·s devront rédiger un travail qui se basera sur une étude individuelle des sources et sur l’exploitation d’une base de données, qui pourrait être une base déjà existante ou un outil réalisé par les étudiant·e·s mêmes.

> voir aussi le descriptif dans la vitrine de projets du RISET

Adresse inconnue (M. Groneberg - Lettres)

Le projet établit des procédures et crée un réseau afin de mettre à disposition des formats de publication, en ligne (vidéos, diaporamas) et sur papier (textes et images), des résultats de l’apprentissage des étudiant·e·s qui s’expriment avec les moyens de divers media.

Concrètement, les étudiant·e·s entament une recherche sur un thème traité dans les séminaires ou sur un·e auteur·e de leur choix dans le but d’exprimer les résultats adéquatement avec un médium de leur choix, tout en préparant en même temps une publication double, en ligne et sur papier, destinée à un public inconnu. Les étudiant·e·s seront confrontés à des critères de sélection à établir pendant l’année 2015 par le requérant de ce projet, en contact avec les collègues de diverses sections et avec des actrices et acteurs du monde culturel qui s’intéressent à soutenir et promouvoir un tel travail estudiantin (éditions, fondations, lieux d’exposition). Les premières démarches dans cette direction ont montré qu’un tel intérêt existe. La tâche est maintenant de trouver des procédures et formats, peut-être en établissant un jury, qui sont utiles du point de vue pédagogique et qui intéresse le monde culturel.
Les travaux sélectionnés pourront ensuite être publié (en ligne ou sur papier), alors que les travaux non retenus se voient offrir l’opportunité d’être partagés à l’UNIL (sur Moodle et comme fichiers distribués entre les participant·e·s des séminaires).
En 2015, une publication interne sur papier sera mise à disposition des collègues et étudiant·e·s de toutes les facultés. Elle décrira la démarche, les critères et les formats établis et invite à la participation dans les années à venir.
L’aspect de l’autonomie de l’étudiant·e est présent à plusieurs niveaux:
1. Dans le choix de l’auteur·e ou du thème traité par l’étudiant·e;
2. Dans la recherche entamée, en contactant les spécialistes de l’auteur·e ou du thème (chercheuses et chercheurs à l’UNIL ou ailleurs) dans un esprit d’interdisciplinarité;
3. Dans le choix du medium d’expression de base.

La libération des forces expressives demande des contraintes qui sont ici les suivantes:
a) assurance des bases scientifiques
b) adresse d’un public large, aussi non-scientifique
c)  traduction dans un format final imposé: la vidéo et le livre (au sens large, englobant album, catalogue etc.).

Partagez: