Résumés des projets soutenus en 2016

Lead Time Manager - Simulation de Gestion des Opérations (S.de Tréville - HEC)

Les cours de Gestion des Opérations abordent de façon récurrente la notion de Lead Time (délai entre la production et la vente d’un bien), et les problématiques modernes qui en découlent, notamment la production offshore.
Notre approche est de démontrer que pour des produits à haute valeur ajoutée, personnalisables, sensibles aux tendances et à des variations de la demande,  un long délai est pénalisant car il provoque d’importants risques d’inadéquation entre l’offre et la demande (surplus à stocker, pénurie, ou simplement mauvais produit au mauvais moment). L’économie réalisée sur les coûts de production n’en vaut pas la peine financièrement (et socialement), et une production locale et flexible serait plus profitable pour l’entreprise.
Notre projet est un jeu / simulation, sous la forme d’une application Web, qui met chaque étudiant dans la peau d’un directeur des opérations. Il a l’opportunité de s’approvisionner offshore et/ou de développer une unité de production locale, et fait face à une demande qui varie selon des paramètres que nous avons voulu très proches de la réalité.
Au fil des saisons, l’étudiant observe les résultats (financiers mais aussi environnementaux) de ses décisions et peut faire évoluer ses choix. Il est confronté à des événements réalistes dans la gestion de l’approvisionnement ainsi qu’aux contraintes imposées par les variations de la demande. Il doit utiliser les concepts mathématiques pour bien réussir. Nous avons observé que quand un étudiant fait un exercice pour travailler ces concepts, l’exercice ne développe pas l’intuition. Par contre, l’étudiant qui utilise ces concepts pour gagner dans le jeu sort avec une intuition à un tout autre niveau. Dans le contexte du jeu, nous sommes en mesure de faire travailler tous les concepts appris dans cette partie du cours (qui représente 4 séances sur 14 pour le cours du Bachelor, et 5 séances sur 14 pour le cours de Master).
Nous voudrions intégrer à l’application un système d’identification des joueurs (et plus généralement le back-end de l’application) afin de garder la trace de leurs performances, de pouvoir sauvegarder et continuer une partie plus tard, leur permettre de commenter leurs stratégies et s’améliorer en lisant les commentaires des autres participants. L’objectif final étant de pouvoir intégrer cette simulation dans les cours HEC.
Un autre aspect du jeu qui sort de nos premiers essais est que les étudiants peuvent l’utiliser en entreprise pour expliquer les outils à utiliser. Les outils développés par OpLab sont basés sur la finance quantitative, et impliquent une réflexion contre-intuitive et non-linéaire. C’est à l’étudiant dans la société de non seulement mettre en œuvre ces calculs, mais aussi former son manager.

MarMix Data Analytics (A.Goyal - HEC)

Depuis 3 ans HEC Lausanne a créé un cours "capstone" pour les étudiants Bachelor de 3ème année. Ce cours intégratif, à travers une simulation d’entreprise, leur permet de revisiter et faire la synthèse de différentes connaissances acquises pendant le programme de Bachelor (approche générale du management, gestion des opérations, principe de marketing, comptabilité, principe de finance et analyse économique, économie politique). Les étudiants développent une expérience pratique, un sens de répartition des tâches ainsi qu’une vision des bénéfices tangibles de la gestion intégrée de l’entreprise.
Avec l’arrivée en force des notions de "evidence based management" et la demande croissante de notions d’analyse de données, de nouveaux besoins émergent du côté de la finance. Pour pouvoir agir de la manière la plus informée sur les marchés financiers, les analystes doivent développer des compétences spécifiques d’analyse des données des entreprises cotées sur les places de marché. Ce projet vise donc à développer un environnement de simulation permettant aux étudiants d’analyser un portefeuille d’entreprises afin d’en prévoir la valeur et de pouvoir en dériver des stratégies d’investissement sur la plateforme de marché.
L’objectif du projet est de créer un simulateur de plateforme de marché pouvant s’interfacer avec les outils utilisés dans le cours HEC Business Game afin d’étendre le cours à la finance de marché. Dès lors, en profitant de ressources existantes, nous serons à même de proposer un environnement intégré de simulation de marché financier aux étudiants privilégiant cette voie plutôt que celle du management. Pour y arriver, le projet va se déployer autour de 3 axes: création du contenu du cours (scénarios de simulation, support de cours et outils d’analyse pour les étudiants), développement d’un simulateur de marché financier (valorisation d’entreprises, IPO, dividendes, etc.) et préparation du matériel pédagogique pour l’enseignant (teaching notes).

Introduction de l'e-portfolio pour les doctorant·e·s en sciences infirmières de l'Université de Lausanne (A-S. Ramelet – FBM)

Ce projet se situe dans le cadre de la formation des doctorant·e·s en sciences infirmières de l’IUFRS. Il prévoit d’introduire un portfolio électronique pour accompagner les doctorant·e·s durant leur travail de thèse. Cet outil, géré par les doctorant·e·s,  permet non seulement de rassembler les divers cours, travaux et publications produits durant cette période, il est aussi et surtout un instrument réflexif et de développement personnel qui permet également de recevoir un feedback de différentes sources et les évaluations prévues dans le cursus. Il accompagne "le produit, le processus et le progrès" au-delà de la formation puisqu’il permet également de créer des dossiers de candidature publiables en vue d’une recherche de fonds ou d’une recherche de poste, par exemple. Il soutient donc aussi bien le processus formatif que la métaréflexion et la réflexion sur le parcours académique.

Simulation d'urgences vitales (L.Trueb – FBM)

L'objectif est de proposer aux étudiant·e·s en médecine de 3ème année (MasterMed1) une demi-journée de simulation d'urgences vitales dans le cadre du cours-bloc "Urgences". Ce projet leur permet d’être exposé directement à ces pathologies et à leur prise en charge, dans un contexte sécuritaire avec un encadrement de formateurs formés spécifiquement à l'apprentissage de la médecine sur simulateur. La simulation est un apprentissage expérientiel: chaque simulation est suivie d’un débriefing systématique dont le feedback fait partie intégrante et permet aux étudiant·e·s d’apprendre à partir de ce qu’ils ont réalisé.
Le cours-bloc "Urgences" MMed1.6, d'une durée de deux jours et demi ne permet de proposer aux étudiant·e·s en médecine qu'un rôle essentiellement d'observateur, le temps étant trop limité pour un encadrement et un suivi plus important. L'accès pour les étudiant·e·s à des patients présentant des urgences vitales est par ailleurs extrêmement limité en raison de la gravité de la situation médicale et de l'arrivée de tels patients de manière très aléatoire aux urgences. La simulation d'urgences vitales permet de pallier à l'ensemble de ces limitations: - possibilité́ pour les étudiant·e·s de pratiquer eux-mêmes (et de se tromper) sans risque pour le patient - possibilité́ de pratiquer la réanimation dans des circonstances réalistes - possibilité́ d'acquérir des compétences non techniques telles que la communication, la collaboration, le leadership, la gestion du stress, etc. - possibilité́ pour les formateurs de préparer des scénarios en fonction d'objectifs d'apprentissage spécifiques.

Les podcasts comme instrument d'enseignement et d'apprentissage en sciences sociales (R.Kunz – SSP)

Ce projet propose d’utiliser le processus de production d’un podcast audio comme outil d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation dans le contexte d’un enseignement en relations internationales. Le podcast audio sert d’instrument pour les étudiant·e·s pour s’approprier des connaissances, développer des compétences analytiques, transversales et techniques, mais aussi comme mode d’évaluation de l’apprentissage des étudiant·e·s. Le podcast est conçu comme processus et produit de l’enseignement.
Les objectifs du projet sont les suivants: faciliter l’acquisition autonome de connaissances théoriques et empiriques ainsi que la transposition de ces connaissances dans d’autres registres; développer des savoirs-faire pratiques dans le domaine de l’analyse et de la production média; et encourager l’articulation d’arguments analytiques sur la base des lectures et écoutes entreprises et travailler la restitution d’un message vers un public large.
Le scénario pédagogique inclut l’élaboration, la production, l’analyse et la présentation d’un podcast audio. Il comprend des séances de lecture et d’analyse de productions multimédia, une formation et un soutien technique pour la production de podcast, l’élaboration et la présentation de podcast en groupes, et une phase de réflexion sur le processus d’apprentissage. La valeur ajoutée du projet provient du fait de favoriser une utilisation optimale des connaissances théoriques et empiriques, et des outils techniques dans la transposition d’un message spécialisé vers un grand public; développer un regard critique par rapport aux produits multimédias; encourager le travail collectif et la créativité ainsi que de permettre la participation à un processus de réflexion sur l’apprentissage. Avec cette formation à leur actif les étudiant·e·s sont bien équipé·e·s pour les domaines de la communication, journalisme, enseignement, diplomatie et l’associatif – domaines privilégiés par les étudiant·e·s en relations internationales.
En faisant du thème annuel du FIP - le feedback - un des éléments phares de sa méthode, le scénario pédagogique inclut une série de moments feedback: feedback par l’enseignante et la consultante, peer-feedback entre étudiant·e·s ainsi que le feedback des étudiant·e·s dans le contexte des réflexions sur l’enseignement et leur auto-évaluation. Ces moments s’insèrent dans les phases de la formulation de la thématique, de l’élaboration du script, de l’enregistrement et du montage, de la présentation des podcasts ainsi que lors de phases de réflexions. 
Ce projet vise à développer deux outils pédagogiques pour l’utilisation des podcasts audio dans le cadre de l’enseignement en sciences sociales: un manuel sur les étapes de production d’un podcast audio avec des conseils de la mise en œuvre et des propositions d’exercices, et un recueil des réflexions sur l’utilisation des podcasts audio et le processus d’apprentissage auquel ils sont associés. Ces deux produits du projet seront déposés sur la plateforme Moodle pour permettre l’accès à toute personne intéressée. Le projet prévoit également la rédaction d’un article scientifique portant sur l’expérience de l’utilisation des podcasts audio dans l’enseignement en sciences sociales.

Feedback3 (Feedback puissance trois) (K.Massoudi – SSP)

Le projet proposé vise à évaluer l'efficacité de la méthode d'évaluation des TP du cours de Bachelor en Psychologie "Conseil et Intervention", destinée à améliorer les compétences des étudiants en psychologie à faire preuve d'empathie et de métaréflexion lors d'entretiens psychologiques.
Cette méthode d'évaluation se base sur la réalisation par les étudiants d'une courte vidéo comprenant 3 minutes de jeu de rôle simulant un entretien psychologique et 2 minutes d'apprécation critique de cette prestation. Les étudiants reçoivent ensuite un feedback écrit individualisé de la part des responsables de l'enseignement, portant tant sur leur prestation lors du jeu de rôle que sur l'adéquation de leur regard critique.
Au vu de l'engouement suscité par cette modalité de validation implémentée depuis le printemps 2014, un design pré-post a été imaginé afin d'évaluer l'efficacité de cette méthode faisant appel aux nouvelles technologies pour favoriser l'apprentissage des compétences de base à mener des entretiens psychologiqes ainsi que l'entraînement des capacités autoréflexives des étudiants.

Santé globale et pluralisme thérapeutique: dialogues entre anthropologie et médecine (I.Rossi – SSP)

Introduction: La mondialisation, marquée notamment par une circulation accrue de personnes, de technologies et de savoirs, participe de la transformation de nos sociétés contemporaines, ici et ailleurs. En ce sens, l’émergence d’un pluralisme thérapeutique et la valorisation de patient·e·s autonomes et expert·e·s constituent des nouveaux référentiels dans le domaine de la santé. Pris entre des politiques de santé publique en quête d’efficience, et l’expression d’une diversité plurielle des patient·e·s, les médecins de famille et les professionnel·le·s de la santé sont confronté·e·s à la complexité et à l’avènement de nouvelles formes d’incertitude. Les ajustements permanents auxquels ils font face invitent au dialogue et à la collaboration interprofessionnelle entre sciences sociales et médecine.
Objectifs: De ce point de vue, nous proposons un dispositif pédagogique permettant de former conjointement des étudiant·e·s en médecine et en sciences sociales aux enjeux de la médecine contemporaine. Notre objectif est de sensibiliser et renouveler les cadres conceptuels, théoriques et méthodologiques permettant de penser la pratique clinique en regard des enjeux de santé globale et de la diversité humaine et sociale. A cette fin, le dispositif pédagogique permet de constituer des savoirs communs ainsi qu’une culture réflexive partagée entre étudiant·e·s en médecine et étudiant·e·s en sciences sociales. De plus, chacune des pratiques pédagogiques proposées s’appuie sur une modalité de feedback permettant aux étudiant·e·s de confronter et de questionner leurs points de vue et leur future culture professionnelle.
Innovation: A cette fin, des enseignant·e·s de la faculté de médecine et de sciences sociales et politiques constitueront un cours en commun et circuleront entre les deux facultés. Encadrés par une équipe pédagogique interdisciplinaire, interfacultaire et interprofessionnelle, les étudiant·e·s seront invités à collaborer et à mener des activités de recherche qualitative communes. Le dispositif imaginé permet un encadrement pédagogique des étudiant·e·s allant d’un séminaire théorique et réflexif en passant par un stage de terrain effectué en commun et, pour les étudiant·e·s intéressés, la réalisation d’un mémoire de Master sur la thématique. Tant du point de vue du cursus en médecine que du cursus en sciences sociales, le dispositif vise à optimiser les connaissances et les compétences, à leur donner plus de cohérence et à renforcer leur caractère professionnalisant.

FLORALE (Français Langue ORALE) (A.Ausoni – Lettres)

Avec l’avènement de l’informatique et l’accès direct à un nombre considérable de documents sonores et visuels sur la Toile, tout enseignant ou apprenant de français langue étrangère (FLE) peut désormais recourir à une multiplicité de ressources authentiques pour travailler la compréhension et l’expression orales. Toutefois, si la langue écrite s’avère relativement bien décrite, et aisément accessible à l’aide de dictionnaires, manuels de grammaire (avec index), etc., il en va tout autrement de la langue orale. Notre projet consistera donc en la création d’une base de données informatisée (Florale), disponible en ligne, rassemblant des fichiers audio de français oral issus d’émission de radio (France-Culture, RTS) avec leur transcription orthographique intégrale (et phonétique pour certains phénomènes). Cette base de données est destinée aux étudiants et aux enseignants de l’École de Français Langue Étrangère (EFLE) pour travailler l’oral sous ses divers aspects.
Sur le long terme, il s’agira d’élaborer une "grammaire de l’oral", offrant, pour chaque phénomène répertorié dans la base de données, non seulement une explication pédagogique et linguistique, mais aussi un accès immédiat à une multitude d’exemples oraux authentiques illustrant le phénomène en question, et extraits de la base de données.
Une autre raison nous incite à proposer ce projet de base de données pour l’EFLE. En effet, il semble plus profitable que les efforts isolés de chaque enseignant dans ses pratiques de transcription soient orientés pour servir l’ensemble de la communauté de l’EFLE (voire de l’Université). En partie alimentée régulièrement par le corps enseignant – selon des critères spécifiques –, Florale constituera assez rapidement une ressource de qualité pour travailler sur le français oral sous ses divers aspects.

English Language Toolkit: from Language Learner to Confident Speaker (A.Auer – Lettres)

Le but de ce projet est de combler une lacune dans le programme de Bachelor du département d’Anglais, et ce, en mettant à disposition des étudiants un soutien langagier sur mesure, notamment sous la forme d’un module d’apprentissage mixte. Étant donné que le programme de Bachelor en Anglais est entièrement constitué de cours d’analyse dans les domaines d’étude, il est essentiel que les étudiants puissent exprimer leurs idées, leurs opinions et le résultat de leurs recherches de manière appropriée, tant par écrit qu’oralement. Actuellement, les étudiants en Anglais (environ 400 en tout au niveau du BA) peuvent améliorer leurs compétences en grammaire, vocabulaire, prononciation et expression en se rendant au Language Lab, auquel sont dédiées seulement 90 minutes par semaine. Etant donné le grand nombre d’étudiants et les besoins de soutien langagier qui ont été constatés, un soutien supplémentaire sur mesure et en lien avec le Language Lab est donc nécessaire. En analysant en détail les erreurs que font les étudiants de Bachelor dans leurs travaux écrits, de même que lorsqu’ils parlent et présentent en classe, nous pouvons créer des exercices en ligne (plateforme Moodle) qui permettraient aux étudiants d’améliorer les domaines langagiers qui leur posent spécifiquement problème. Ce module d’apprentissage mixte "English Language Toolkit: from Language Learner to Confident Speaker", qui sera constitué de trois niveaux consécutifs, à savoir: (1) grammaire et vocabulaire, (2) prononciation et aisance orale et (3) compétences rhétoriques et de présentation, stimule l’autonomie des étudiants tout en leur offrant des commentaires (en ligne et en personne) de la part des enseignants. Ce module entraîne également les étudiants à devenir des locuteurs confiants ayant développé des compétences importantes et transférables au marché du travail.

Objectif Analyse de film: Plateforme interactive pour les étudiant·e·s en cinéma (M.Berton – Lettres)

Ce projet vise à favoriser l’apprentissage des compétences et des connaissances nécessaires à l’analyse de séquences de film chez les étudiant·e·s de bachelor (1ère et 2ème années) inscrit·e·s en Section d’histoire et esthétique du cinéma (Faculté des Lettres), à travers des exercices pratiques en ligne assortis de feedbacks automatisés. Envisagée comme un complément aux enseignements de première et deuxième années, ainsi que comme une préparation à l’examen d’analyse de séquence de film qui intervient à la fin du Bachelor, cette plateforme interactive cherche à améliorer les conditions d’apprentissage relatives à la description, à l’identification et l’analyse de séquences de films. L’enjeu consiste non seulement à combler un manque dans l’enseignement de cette pratique, mais également à donner un feedback en ligne constructif qui soit profitable en termes d’apprentissage.

Le projet articule trois aspects propres à l’analyse de séquence de film: la description d’une séquence à l’aide du vocabulaire technique de l’analyse de film; l’identification d’une séquence à l’aide de critères précis étudiés durant le séminaire; et la formulation d’un enjeu mis à l’épreuve à travers une analyse détaillée de la séquence. Les types d’exercices proposés couvrent des objectifs variés: acquérir, intégrer et appliquer le vocabulaire technique à l’analyse d’une séquence; reconnaître, identifier et nommer les procédés techniques de l’expression filmique; situer une séquence dans une époque, un mouvement, une école, un genre, une forme ou une pratique filmique, etc.; nommer d’autres films appartenant à la même constellation; identifier les éléments formels et narratifs majeurs d’une séquence; aiguiser le sens de l’observation et favoriser le goût de l’analyse.

Correx (T.Herman – Lettres)

Ce projet vise à faciliter et à améliorer la correction des travaux écrits réalisés en faculté des Lettres en permettant un feedback plus lisible des enseignant·e·s à l’attention des étudiant·e·s et la possibilité d’un retour écrit des étudiant·e·s sur les propositions de modification faites par les enseignant·e·s. Il s’agit d’éviter le caractère peu structuré du système de correction proposé par les traitements de texte et de développer un outil informatique qui autoriserait différentes formes d’intervention dans un texte ainsi que différents axes de correction, en alliant simplicité d’utilisation pour les enseignant·e·s et lisibilité pour les étudiant·e·s.
Pour atteindre cet objectif, le projet propose de développer l’outil d’annotation de textes pdf proposé par Moodle en permettant idéalement de distinguer, par des styles ou des couleurs, différents axes d’évaluation, tels que la langue et le style, la structure, l’argumentation ou les aspects formels. Le cours "Ecrire à l’Université; rhétorique, techniques et pratiques" servira de point d’ancrage pour modéliser un système de correction reliant les axes de correction à des commentaires récurrents (sélectionnables via une base de données) ou à des fenêtres d’intervention libre – tout cela en fonction des limites informatiques que le développeur du RISET nous signalera. Une partie du feedback serait construite sous forme de dialogue avec l’étudiant, l’amenant à questionner son rapport à l’écriture en réagissant aux commentaires proposés. La lisibilité serait assurée tant par les styles de correction différents que par la possibilité souhaitée de ne filtrer qu’un axe de correction pour l’étudiant·e.
Le projet se fonde pour l’heure sur un cours destiné à améliorer les compétences rédactionnelles des étudiant·e·s, mais il envisagera tout au long de son développement son extensibilité à d’autres enseignements.

Critique d'art et Médiation culturelle (P.Kaenel – Lettres)

Depuis sa création en 1932, le Fonds des arts plastiques de la Ville de Lausanne (FAP) a procédé à des acquisitions d'œuvres auprès des artistes de la région lausannoise. Aujourd'hui, il est à la tête d'un patrimoine couvrant 80 ans de création artistique régionale, inscrite dans les pratiques internationales de l'art contemporain. Les collections sont gérées par le service de la culture de la Ville de Lausanne. Un partenariat a été établi avec la Faculté des Lettres en vue de les étudier et de publier les résultats (http://www.unil.ch/getactu/wwwlettres/1415796398626). La base de données de ces collections est accessible sur le site: https://musees.lausanne.ch. On peut également se référer aux pages http://www.lausanne.ch/thematiques/culture-et-patrimoine/service-de-la-culture/collections-du-fonds-des-arts-plastiques.html pour une présentation générale de ces collections.
Le corpus du FAP est découpé par tranches chronologiques qui font l'objet de séminaires distincts. Les étudiants sont invités à contribuer à la rédaction de notices analytiques et synthétiques en effectuant un travail de terrain (archives, enquêtes, entretiens).
Ces travaux reposent sur une relation de feedback entre les partenaires: l’Université (sur le plan scientifique principalement) et la Ville de Lausanne (sur le plan de la communication publique). Ce dialogue stimule l’autonomie des étudiants. Il favorise l’apprentissage d’une écriture synthétique qui, sans renoncer aux exigences scientifiques, les engage dans un acte de médiation culturelle reposant surtout sur le web.

Feedback linguistique et Intercompréhension: un outil pour l'organisation de cours multi-langues (L.Tomasin – Lettres)

Le projet vise à fournir aux étudiants des outils concrets pour développer leur capacité à participer à des cours enseignés en plusieurs langues, ou portant sur des questions touchant plusieurs langues. Les travaux prévus consistent en la création d’une plateforme en ligne dédiée au développement des compétences d’intercompréhension linguistique dans le cadre d’une activité pédagogique qui implique l’italien, le français, l’espagnol, l’allemand et l’anglais. Les cours de Philologie romane et de Littérature comparée proposés par la Section d’italien dans le cadre du nouveau Master ès lettres (donc expérimentalement depuis 2014, et de manière permanente à partir de l’année académique 2015-2016) se caractérisent en effet par une forte dimension plurilingue, dans la mesure où ils impliquent: 1) l’analyse linguistique et littéraire de textes écrits en différentes langues; 2) la participation à des cours dispensés par des professeurs invités, qui s’expriment dans différentes langues ou dont le champ de spécialisation s’applique à des textes appartenant à différentes littératures; 3) la nécessité de communiquer avec l’enseignant et avec d’autres étudiants en utilisant différentes langues et en développant – en particulier au sein des langues romanes – l’intercompréhension mutuelle dans un environnement collaboratif. Le projet prévoit par conséquent la participation d’une équipe composée notamment d’experts dans le domaine de la traduction professionnelle et de la didactique linguistique axée sur l’intercompréhension. La vérification de l’efficacité du projet consistera à mesurer le sentiment de compétences acquises chez les étudiants. La plateforme pédagogique fournira des informations régulières aux étudiants en retour de leur activité d’apprentissage.

E-StatCrim (D.Fink – FDCA)

Ce projet FIP vise à développer des ressources en ligne sous forme de vidéos ainsi que d’exercices, de documents et de tâches y relatives. Ces ressources doivent permettre aux apprenant·e·s (soit les étudiant·e·s du cours Crime, justice et prison en Suisse, soit les personnes participant à la formation continue Statistiques de la criminalité) de se familiariser avec la matière enseignée avant de participer au cours ou au programme de formation continue. Cet apprentissage organisé antérieurement au déroulement du cours ou du programme de formation continue doit libérer du temps pour organiser en classe une activité d’application et un feedback formatif. Il doit en même temps permettre aux apprenant·e·s de pouvoir mobiliser les ressources quand bon leur semble et à l’enseignant de développer des situations multiples d’apprentissage et d’application des contenus ainsi que d’améliorer les modalités de feedbacks qu’il peut apporter aux étudiant·e·s. L’objectif de ce projet est de mettre en œuvre un enseignement de type "classe inversée" et d’en évaluer les bénéfices sur l’apprentissage des étudiant·e·s.
Je prévois ainsi de réaliser dans le cadre de ce projet FIP 4 vidéos de moins de 10 minutes sur les concepts-clés des différentes statistiques de la criminalité accompagnées d’exercices (tests d’auto-évaluation sur Moodle) ou des activités qui sont censées contribuer à un usage motivant et à une application diversifiée des concepts-clés avec les données provenant de l’Office fédéral de la statistique. Le projet FIP doit permettre une scénarisation de ces deux enseignements (cours CJPenCH et FC StatCrim) en prévoyant l’intégration de ces vidéos, de leur contenu et des travaux qui l’accompagnent dans le déroulement du cours, respectivement de la formation. Des instruments de feedback doivent nécessairement être conçus, qu’il s’agisse de questionnaires administrés en auto-évaluation, de discussion structurée en ligne et en présentiel ou d’autres formes de feedback à développer.

Médiation et Cinéma (C.Lévy – FDCA)

L’objectif de ce projet est d’offrir aux étudiants la possibilité de diversifier les sources d’enseignement (articles, publications, coupures de journaux, chapitres d’ouvrages, extraits de site internet, newsletters, vidéos, films pédagogiques), de visualiser des séquences cinématographiques et de faire un rapprochement avec l’enseignement de la résolution des conflits. Dans ce cadre, des forums de discussion seront mis à disposition des étudiants pour commenter les séquences de films et mettre en évidence les liens avec le cours. Cela permettra de créer des échanges et un feedback réciproque sur la matière enseignée, entre étudiants et ensuite avec l’enseignante lors du cours. Donner l’occasion aux étudiants d’effectuer l’analyse de ces ressources multimédias et d’en discuter en petits groupes, en ligne avant le cours ou le séminaire, leur permettra de venir mieux préparés et de participer plus activement au cours.  D’autres séquences de films seront utilisées en cours et commentées par les étudiants en groupes ou individuellement en faisant des liens avec la matière enseignée.
Le projet prévoit dans un premier temps à réunir, organiser et structurer la documentation actuellement utilisée pour l’enseignement de la médiation à l’UNIL (articles, publications, coupures de journaux, chapitres d’ouvrages, extraits de site internet, newsletters, vidéos, films pédagogiques). Cette documentation complète les ouvrages cités dans la liste bibliographique du cours et disponibles à la Bibliothèque de droit et à la BCU (section méthodologie, section psychologie, section sociologie).
Dans un second temps, il s’agira en collaboration avec la Faculté des lettres, section cinéma, d’identifier des films et de sélectionner des séquences illustrant des thématiques vues au cours telles que: l’écoute, la communication et la rupture de communication, la négociation, la gestion et la prévention des conflits et la médiation.
Toutes ces ressources seront mises à disposition des étudiants sur la plateforme Moodle afin de faciliter leur accès et leur utilisation dans des activités collaboratives telles que les forums de discussion.

Comment devenir "un expert des risques environnementaux" par un apprentissage basé sur un outil WebGIS collaboratif (M.Jaboyedoff – FGSE)

Comment un système de risque environnemental fonctionne? C’est la question sous-tendue par ce projet. Le premier objectif est de faire comprendre aux étudiants que l’évaluation des risques dépend de la connaissance du système à évaluer et donc aussi du niveau d’expertise. Ainsi les étudiants se familiariseront avec l’approche des experts en dangers naturels. Pour ce faire, ils partageront en groupe leurs réflexions et leurs connaissances au cours du processus d’évaluation des risques dans le but de prendre des décisions et d’établir une stratégie, sur la base d’analyse de critères-multiples. Ce processus sera soutenu par l'équipe pédagogique afin que les résultats convergent vers un consensus.
Des exercices auront lieu tout au long du semestre sur une plateforme webGIS, c’est-à-dire un système d’information géographique sous forme de service web permettant de visualiser, d’interroger et d’éditer des données à références spatiales. Cette plateforme webGIS sera développée dans le cadre de ce projet.
Tout d'abord, les étudiants devront calculer le risque à partir de situations à risque telles que les glissements de terrain, les inondations, la pollution, tremblements de terre, cyclones, etc. Les calculs impliqueront la vulnérabilité, les éléments à risque, les valeurs, les personnes, etc. Les étudiants auront à proposer des solutions de réduction des risques en utilisant des méthodes telles que l'analyse coûts-bénéfices, etc. La réduction du risque sera évaluée par les groupes et discutée pendant le cours. Les étudiants auront ainsi la possibilité de donner et de recevoir du feedback par leurs collègues et par l’équipe pédagogique. Tout au long du semestre, des QCM seront soumis aux étudiants via internet afin de vérifier leur avancement.
Dans un deuxième temps, les fonctionnalités de la plateforme webGIS permettront de calculer plusieurs solutions de réduction des risques afin de développer des capacités décisionnelles et collaboratives. Le système fournira automatiquement une comparaison des solutions et des statistiques des résultats qui seront à disposition de tous les étudiants. L'apprentissage se terminera par l'introduction de l'incertitude qui donnera des courbes de probabilité d’excédence. La prise de décision par des groupes sera soutenue par l'approche matricielle impact-probabilité.

Accompagnement et remédiation pédagogiques à l'étudiant à l'aide de l'application SpeakUP (D.Hamidovic – FTSR)

L’enseignement Introduction au judaïsme: Histoire, religion, culture. Des origines au XXe siècle est proposé par la faculté de théologie et de sciences des religions. L’enseignement annuel est donné une fois par semaine; il a pour objectif de présenter l’histoire, la religion de la culture juive, de ses origines antiques jusqu’à la période contemporaine. S’adressant à un très large public d’étudiants venant de facultés diverses (sciences sociales et politique, histoire, psychologie, lettres, sciences du sport, théologie et sciences des religions, etc.) et à des auditeurs réguliers, cet enseignement prend donc place dans de nombreux cursus et l’année d’inscription des étudiants varie entre la première année et plus de six ans d’étude. L’hétérogénéité des étudiants est donc maximale.
Compte tenu des notions complexes abordées au sein de cet enseignement, des divers parcours des étudiants, de leurs pré-acquis très variables, des étudiants peuvent parfois se trouver déconcertés et peinent à trouver des réponses par eux-mêmes. Bien que la modalité pédagogique d’enseignement soit le cours dialogué, la participation des étudiants se résume souvent à quelques unités. Des étudiants demeurent avec des questions souvent de base ou des questions d’explicitation sans oser les poser à l’enseignant. Il en résulte un risque de décrochage et d’accumulation des lacunes que l’enseignant mesure seulement au moment des oraux.
L’objectif du projet est donc de proposer une stratégie pédagogique afin de tenter de remédier à ce constat. Il s’agirait de mettre en place un espace collaboratif et interactif en se servant de l’outil SpeakUP, conçu pour faciliter les interactions pendant un cours entre étudiant·e·s et enseignant·e·s. Cet outil donnerait ainsi la possibilité à l’étudiant se trouvant en difficulté de poser anonymement des questions sur la plateforme SpeakUp. Les autres étudiants auront la possibilité de répondre de façon interactive et de créer ainsi un espace de discussion dynamique modéré par l’assistante de l’enseignant. Grâce à la possibilité d’évaluer les commentaires sur SpeakUp, l’assistante pourra interrompre l’enseignant durant le cours si elle le juge pertinent. L’innovation pédagogique tient dans le second usage d’accompagnement et de remédiation de l’outil SpeakUp. L’application permet de maintenir les espaces de discussion ouverts en dehors des cours; les étudiants auront donc à leur disposition un espace permettant de maintenir le débat entre eux afin de préparer les séances suivantes et de réviser dans la perspective des oraux. Ainsi, le dispositif pédagogique supervisé par l’assistante suit les étudiants entre les séances et après les séances dans leurs interactions proches des effets du tutorat et du monitorat

Partagez: