Cadre de l'Observatoire: les mauvais traitements envers les enfants

Typologie des mauvais traitements | Les contextes concernés | Les auteurs de maltraitances | Les enfants victimes de mauvais traitements | Les professionnels confrontés aux mauvais traitements
 

Typologie des mauvais traitements

 Le Rapport Fédéral Enfance maltraitée en Suisse datant de 1992, définit les mauvais traitements envers les enfants de la façon suivante: ils sont "(...) les effets d'interactions violentes et/ou négligentes entre des personnes (parents, substituts parentaux, tiers), des institutions, des structures sociales, et des mineurs, générant des atteintes à la santé physique et psychique, des arrêts de développement, des invalidités et parfois la mort (...)". p.14. En conformité avec cette définition générale, les mauvais traitements sont habituellement subdivisés en quatre types:

- la maltraitance physique : tout acte dirigé sur ou contre le corps de l'enfant: coups, brûlures, secouer un bébé, etc.

- les abus sexuels : "L'abus sexuel consiste à faire participer des enfants et adolescents, dont on a la charge ou développementalement immatures, à des activités sexuelles qu'ils ne peuvent pleinement comprendre et auxquelles ils sont incapables de consentir en connaissance de cause, ou bien à des activités qui violent les tabous sociaux attachés aux rôles familiaux." Cette définition de Kempe date de 1978 et fait toujours foi. Elle recouvre des actes qui vont de l'exhibitionnisme au viol avec pénétration.

- la maltraitance psychologique : paroles blessantes ou dévalorisantes, humiliations, privations de type punitif.

- la négligence: il s'agit de mauvais traitements par défaut: carences affectives, défaut de soins, tout type de déprivation.

Remarque : utile à maints égards, cette typologie ne doit pas masquer le fait que les limites entre l'un ou l'autre type de mauvais traitement sont souvent floues et que tout acte de maltraitance possède une dimension de maltraitance psychologique.

TOP ^

Les contextes concernés

Le cadre familial est l'environnement où a lieu la majorité des mauvais traitements envers les enfants. La famille est en effet le premier et le principal lieu de vie de l'enfant qui dépend d'elle pour se développer. Habituellement, il ne peut la quitter avant 18 ans, âge auquel, légalement, il n'est plus soumis à l'autorité parentale. Aucun milieu socio-économique ou culturel n'est épargné par la problématique des mauvais traitements intrafamiliaux.

Les membres de l'entourage de l'enfant, y compris les professionnels de l'enfance sont aussi à l'origine de mauvais traitements : il peut s'agir de voisins ou amis de la famille, du personnel de crèches, d'écoles, d'institutions socio-éducatives, des membres du clergé, d'associations de loisirs ou de clubs de sport, etc.

La maltraitance institutionnelle se manifeste lorsque des mauvais traitements perdurent ou sont engendrés en raison du mode de fonctionnement d'une institution : le système judiciaire a par exemple souvent été qualifié de maltraitant lorsqu'il multipliait les auditions d'enfants victimes de mauvais traitements et entraînait ainsi une revictimisation.

TOP ^

Les auteurs de maltraitances

Tous les âges et niveaux socio-économiques sont représentés chez les auteurs de mauvais traitements. Les deux sexes le sont aussi, même s'il est certain que les hommes sont beaucoup plus souvent auteurs d'abus sexuels que les femmes.
Précisons que la violence entre pairs chez les enfants et les adolescents est courante et que la problématique des adolescents agresseurs sexuels préoccupe de plus en plus les professionnels.

La fréquence des mauvais traitements intrafamiliaux indique que la plupart du temps, l'auteur connaît l'enfant: il peut être son propre parent ou un membre de la famille élargie. D'autres auteurs appartiennent à l'entourage de l'enfant, ce qui inclut ceux et celles qui ont affaire à lui dans le cadre de leur rôle professionnel ou institutionnel. Les auteurs qui ne connaissent pas l'enfant sont rares, ce sont en général des agresseurs sexuels: ces agressions, de gravité très différente, sont généralement subites et leurs auteurs ne les répètent pas avec le même enfant.
Enfin, soulignons qu'il n'existerait pas de profil-type des auteurs de mauvais traitements.

TOP ^

Les enfants victimes de mauvais traitements

Tant les garçons que les filles sont concernés par les mauvais traitements même si ces dernières sont sur-représentées parmi les victimes d'abus sexuels.

En Suisse, on parle de mauvais traitements envers les enfants jusqu'à l'âge de 18 ans révolus, âge de la majorité. Ceci est important à signaler par rapport au cadre légal où les mesures (de protection et de répression) prévues sont différentes selon qu'un individu est mineur ou non; soulignons que ces mesures sont d'autant plus importantes lorsque l'enfant est maltraité au sein de sa famille. Aucun âge ne semble épargné par les mauvais traitements; cependant, la forme et les caractéristiques de ces derniers varient selon le niveau de développement de l'enfant. Enfin, précisons que selon de nombreuses recherches, les bébés sont beaucoup plus souvent maltraités qu'on l'imagine.
Comme pour les auteurs, on retrouve des enfants et adolescents victimes de mauvais traitements dans tous les milieux socio-économiques et culturels.

Les enfants expriment de façon très variée les mauvais traitements subis: l'âge, le niveau de développement atteint, le type de maltraitance subie, le type de lien avec l'auteur, entre autres éléments, influencent les symptômes manifestés quand il y en a. Ainsi, il n'existe pas de "syndrome de l'enfant maltraité" et aucun symptôme n'est spécifique en soi de la présence ou de l'absence de mauvais traitements.

TOP ^

Les professionnels confrontés aux mauvais traitements

Les professionnels susceptibles d'être confrontés à un enfant maltraité sont nombreux et recouvrent des institutions et domaines variés: la Justice (civile et pénale), la police, le monde éducatif et scolaire (ordinaire et spécialisé), le domaine social, culturel et des loisirs, celui de la petite enfance, le domaine médical et psychologique. Précisons que les membres de ces divers domaines travaillent au sein de structures qui peuvent être publiques ou privées.

Cette énumération non-exhaustive met en évidence la nécessité du travail interdisciplinaire autour des situations de maltraitance car l'enfant est généralement inséré dans plusieurs de ces structures. Mais la variété des domaines évoqués fait aussi poindre les difficultés liées à cette collaboration entre les divers professionnels. Pour plus d'informations à ce sujet, prenez connaissance de notre récente étude auprès des professionnels.

TOP ^

Partagez:
Géopolis - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 36 46