Data ownership

Selon la directive 4.5 de la Direction de l'UNIL et en application de l'article 70 de la Loi sur l'Université de Lausanne (LUL), les données de recherche initialement collectées ou créées dans le cadre de recherches menées par les membres du corps enseignant, les collaborateur·trice·s qui exercent leurs activités de recherche à l’UNIL, y compris le personnel administratif et technique qui participe à une recherche et les collaborateur·trice·s payé·e·s par des fonds externes sont propriété de l’UNIL.

 

Demeurent réservés les cas ayant fait l’objet d’accords particuliers avec des partenaires externes sur la propriété intellectuelle résultant de projets menés en collaboration.

 

L’UNIL possède les droits patrimoniaux sur les données résultant de la recherche dont elle est propriétaire et peut édicter des règles de gestion. La notion de droits patrimoniaux se réfère à l’art. 10 LDA. Ces droits concèdent à l’auteur un droit exclusif de décider si, quand et de quelle manière son oeuvre peut être utilisée. Au contraire du droit moral, le droit patrimonial peut être transféré par l’auteur à des tiers.

 

Les données n’appartenant pas à l’UNIL peuvent être utilisées uniquement selon les autorisations accordées par leur propriétaire et dans le but annoncé dans le formulaire de consentement. Les données personnelles ou les données issues de la recherche sur l’être humain ne peuvent être utilisées que conformément au consentement donné et à la législation applicable.

 

Les droits moraux restent quant à eux liés à l'auteur·e de la recherche. Le droit moral protège l’auteur·e dans son rapport personnel avec l’œuvre et ne peut donc pas être transféré. Cela signifie que l'auteur·e de la recherche peut faire valoir les droits inhérents à sa personnalité qui en découlent (droit de divulgation, droit de faire reconnaître sa qualité d'auteur·e, droit à l'intégrité de l'oeuvre, droit de reproduction, droit de communication au public, etc.). A noter que l’auteur·e peut, sans transférer son droit moral qui est incessible, renoncer à exercer la plupart des droits qui en découlent. Le droit de paternité reste néanmoins systématiquement attaché à l'auteur·e.

 

Pour rappel, toute utilisation d'une oeuvre protégée nécessite une autorisation de l'auteur sous forme de licence.

 

Les droits liés à la propriété intellectuelle ne sont pas traités ici et doivent être réglés avec l'unité de l'UNIL responsable du transfert technologique, le PACCT (Powering Academia-industry Collaborations and Technology Transfer).

 

Who owns the research data processed at UNIL ?

According to directive 4.5 of UNIL and in accordance with the Article 70 of the Law on the University of Lausanne (LUL), research data initially collected or created as part of research carried out by members of the teaching staff, collaborators who carry out their research activities at UNIL, including administrative and technical staff who participate in research and collaborators paid by external funds, are the property of UNIL.

Cases that have been the subject of special agreements with external partners on intellectual property resulting from collaborative projects remain reserved.

UNIL has the patrimonial rights to the data resulting from the research it owns and can lay down management rules. The notion of economic rights refers to art. 10 LDA. Data not belonging to UNIL may only be used according to the authorisations granted by their owner and for the purpose stated in the consent form. Personal data or data resulting from research on human beings may only be used in accordance with the consent given and the applicable legislation.

Moral rights remain with the author of the research. The moral right protects the author in his or her personal relationship with the work and cannot be transferred. This means that the author of the research can assert the rights inherent in his or her personality that flow from it (right of disclosure, right to have his or her authorship recognized, right to the integrity of the work, right of reproduction, right of communication to the public, etc.). It should be noted that the author may, without transferring his moral right, which is non-transferable, waive most of the rights arising therefrom. However, the right of paternity remains systematically attached to the author.

As a reminder, any use of a protected work requires authorization from the author in the form of a license.

Intellectual property rights are not covered here and must be settled with the UNIL unit responsible for technology transfer, PACCT (Powering Academia-industry Collaborations and Technology Transfer).

Follow us:    

Legal Questions

The Competence Centre for Digital Law (CCDigitallaw) offers support to the Swiss Universities (students, academic and administrative staff) in order to deal with legal risks concerning digitisation, new media and digital technologies.