Psychologie de la santé

Les travaux de l’équipe "Psychologie de la santé" du PHASE se situent dans une perspective théorico-épistémologique constructiviste et critique (au sens anglo-saxon). Ils font appel aux méthodes qualitatives, mais aussi aux méthodes mixtes.

Nos modélisations refusent la réduction de l’expérience du sujet, que ce soit au seul sujet de l'inconscient, aux seules données objectives et quantitatives, ou encore à la seule analyse institutionnelle. Nous cherchons à dépasser les modèles réductionnistes en psychologie de la santé pour appréhender les situations et individus dans leur contexte de vie au sens large (personnel, affectif, familial, communautaire, social, économique, etc.) et dans leur communauté.

Notre équipe développe une psychologie de la santé centrée sur le sujet et ses vécus corporels dans leur interdépendance aux contextes de vie. Elle s’intéresse également à l’évolution des professions du soin, et aux conséquences de la numérisation sur la relation soignant-soigné. Elle propose par ailleurs une expertise méthodologique dans l’élaboration, l’implémentation et l’évaluation de dispositifs de recherche et/ou d’intervention dans le champ de la santé, ou de mise en place de nouveaux modes de travail dans le milieu du soin.

Les travaux de l’équipe de Psychologie de la Santé se focalisent sur l’ANALYSE des PROCESSUS COMPLEXES et flexibles, en tenant compte de leur plasticité et leur interdépendance dans la vie quotidienne.

Recherches

Les différentes recherches concernent :

  • La MODELISATION des co-constructions indissociables entre corporéité vécue, mises en mots, historico-culturelles et sociales et sens donnés aux vécus de la maladie.
  • Le développement et l’évaluation de la qualité des METHODOLOGIES QUALITATIVES et/ou MIXTES
  • L’analyse des EFFETS DE LA MODERNITE SUR LA SANTE ET LA MALADIE, en particulier les enjeux associés à la « durabilité », à la médicalisation et à la « numérisation » de la santé. Ces enjeux se retrouvent à différents niveaux : dans le monde du travail, dans les rapports de sexe dans la vie quotidienne, dans l’intimité des sujets, dans la place laissée aux communautés.
Accompagnement dans la maladie chronique de l'enfant à la personne âgée
  • vécu de l'hospitalisation par des enfants entre 6 et 12 ans
  • élaboration d'un questionnaire d'évaluation de la satisfaction chez des enfants hospitalisés entre 6 et 12 ans
  • transmission de la lettre de consultation au patient : le point de vue du patient (ou de ses parents) et du médecin traitant
  • patients diabétiques adultes et mise en place d'un enseignement thérapeutique
  • prothèses, implants, transplants : la représentation de différents ajouts corporels peut-elle influencer l'acceptation du "corps étranger" et la compliance du patient (adulte) ?

 

Axe théorique : Modéliser le rapport santé et maladie

Face au modèle dominant, bio-psycho-social, objectiviste et quantitativiste de la psychologie de la santé classique, nous proposons un modèle alternatif, psycho-dynamique et développemental, corporo-socio-psychologique (embodied-socio-psychological model), composé de trois niveaux :

  • Celui des vécus somatiques et marqueurs émotionnels ayant un sens pour le sujet qui les éprouve (niveau de la corporéité);
  • Celui de la mise en mots de la socialisation dans le partage des émotions et des vécus somatiques qui donnent sens à ces vécus (niveau historico-culturel);
  • Celui du décalage réflexif, contribuant à l'élaboration de l'intériorité, issu des deux premiers niveaux et indiquant que la construction psychologique des vécus de santé et/ou de maladie est une co-conctruction (niveau psycho-dynamique).

Ce modèle corporo-socio-psychologique permet également de modéliser, d'une part, le processus de construction de la santé vécue, processus instable constitué d'ajustements perpétuels, et, d'autre part, les modifications inhérentes au passage du monde vécu de la santé au monde vécu de la maladie. Ce modèle propose une formalisation de la modification du monde qui rend compte de ce passage entre deux mondes vécus : santé et maladie.

Chutes, peur de tomber chez les personnes âgées
  • prévention des chutes et de la dénutrition chez les personnes âgées
  • analyses des paramètres de la marche en relation avec différents aspects psychologiques (dépression, peur de tomber) et facteurs de risques médicaux
  • implantation du protecteur de hanches chez des personnes âgées vivant en EMS
  • Recherche sur la relation entre des paramètres de mesures physiques et psychologiques dans le cadre de « l’Atelier équilibre » de Pro Senectute
  • Analyses des paramètres de la marche en relation avec différents aspects psychologiques – dépression, peur de tomber- et facteurs de risque médicaux
Emotions et cognition dans une perspective développementale
  • maîtrise progressive des propriétés d'objets et formation de concepts dans une tâche de classification
  • influence de l'âge dans la perception et l'interprétation de photos d'émotions
Maladies chroniques et enjeux dans la modernité

Les rapides transformations de la vie quotidienne et des milieux de vie entraînent des conséquences sur la santé et la maladie perçue et vécue. En termes de santé, les enjeux des prochaines années sont les maladies chroniques en lien avec les conditions de vie (travail, migration, effets secondaires des médicaments, etc.).

Transformations des rythmes de vie et du travail, transformation des rapports de sexe, transformations des inquiétudes face à la maladie et formes d’automédication et de « pharmacologisation » de la vie quotidienne, concourent à favoriser des troubles de l’alimentation, des troubles des rythmes de sommeil, des troubles en lien avec le stress quotidien. Ces troubles entretiennent un lien étroit avec les grandes pathologies chroniques.

Méthodologies qualitatives/mixtes

Les méthodes qualitatives sont transversales aux disciplines telles qu'on les trouve traditionnellement séparées à l'Université. Elles sont transdisciplinaires. Mais cette transdisciplinarité exige la définition de points communs qui, au-delà des tensions théoriques des différents courants, donnent une unité "éthique et épistémologique" à ces démarches.

En se focalisant sur les éléments généralisables des comportements, la recherche quantitative peut difficilement rendre compte des irrégularités et variations dans le développement psychologique et des dynamiques contextuelles de co-construction de sens. Comprendre et analyser le fonctionnement des « systèmes ouverts », tels qu’un enchaînement de comportements se déroulant dans la vie quotidienne (en intégrant contexte et temporalité, etc.), et le rôle des variations sont aussi importants pour la recherche que de dégager des invariants.

D’où l’intérêt croissant dans le champ des sciences de la santé et des sciences sociales et humaines de la santé pour ces méthodes qualitatives permettant de mieux comprendre les cas singuliers dans leur contexte affectif, social, économique, etc. De même ces méthodologies, centrées principalement sur l’activité réelle des acteurs, permettent d’évaluer finement l’efficacité et la pertinence de dispositifs institutionnels, ouvrant ainsi à une recherche plus appliquée en partenariat avec les différentes institutions de soins.

Depuis 2009, notre équipe s’intéresse également au déploiement des méthodes mixtes dans le champ des sciences de la santé. Nos travaux s’interrogent plus spécifiquement sur la manière d’intégrer les méthodes quantitatives et qualitatives au sein d’une même étude et souligne la nécessité d’un ajustement réflexif de la part du chercheur, à chaque étape de la recherche.

Santé, adaptation à l'environnement construit
Sustainable Development of the Built Environment
Santé & Travail

Le travail ne peut être considéré comme une activité parmi d'autres, puisqu'il implique l'homme dans ses différentes fonctions corpo-socio-psychologiques, non seulement durant les heures de son exercice, mais aussi dans la vie hors travail, qu'il rythme et, parfois, qu'il envahit (rêves, ruminations, etc.). L'homme au travail est totalement mobilisé dans son activité, de manière biologique, cognitive, affective et sociale. Il doit préparer ses actes, les réaliser et les ajuster en temps réel ; décisions et actions qui ont un cadre de contraintes temporelles et qui obéissent à des normes de production.

Établir un lien de causalité entre travail et santé n'est pas chose aisée. De fait, souffrance et plaisir au travail ne semblent pas être les pôles opposés d'un axe allant du mal-être au bien-être, mais bien plus les axes dialectiques de la fonction psychologique complexe qu'est le travail (Clot, 1999). Le travail peut altérer la santé (effondrements lors de la perte d'emploi ou de la mise en retraite) mais il peut aussi la soutenir (effets positifs de certaines insertions par le travail).

C’est dans ce cadre que sont conduits un certain nombre de travaux empiriques, en particulier en lien avec l’identité des professionnels des soins. Ces derniers confrontés aux évolutions de la société et aux nouvelles pathologies se trouvent parfois en souffrance dans l’exercice de leur profession. Nos travaux se sont jusque-là intéressés à l’évolution de la profession de médecin de premier recours, à celle des infirmières, ainsi qu’à l’identité du psychologue en milieu médical et à sa pratique actuelle dans les institutions. Des travaux ont également porté sur des problématiques touchant les femmes : l’insertion des femmes sur le marché du travail, en particulier des femmes migrantes, et les interactions santé/travail des femmes cadres supérieurs en Suisse.

Santé sexuelle et reproductive

La santé sexuelle et reproductive fait l'objet d'une nouvelle définition et d'un intérêt croissant au sein de l'OMS. En effet, les enjeux de cette définition touchent toutes les populations et les femmes en particulier.

Depuis 1987, nous travaillons sur la thématique des procréations médicalement assistées. Si un certain nombre de recherches ont déjà été conduites sur cette question, on ne peut qu'être étonnés, plus de trente ans après le premier bébé éprouvette, de constater les lacunes existantes quant à la connaissance de la relation du couple durant ces procréations.

Si des interrogations sur les systèmes de prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) et le Sida sont nombreuses, peu d'études s'intéressent aux représentations et prises en charge de la sexualité par les acteurs de santé (médecins généralistes, gynécologues, etc.). Depuis 2005 notre équipe s’intéresse aux représentations des médecins gynécologues face à l’abord de la sexualité en consultation et, plus récemment, à celles des soignants des EMS face à l’intime et la sexualité des personnes âgées. En réponse à la perspective dominante de la médecine sexuelle qui conçoit la sexualité comme un invariant neuro-bio-physiologique et, par conséquent, universel, plusieurs de nos travaux s’intéressent aux perceptions et vécu subjectif de la sexualité de patientes (femmes, transgenre, etc.).

Thématique :

Cancer et sexualités 

Dr Angélick Schweizer

 

Thématique :

 

Périnatalité : santé des pères en période postnatale 

Dr Angélick Schweizer, en partenariat avec la Prof. Ortiz Collado Maria Assumpta, HES Source

Santé & Communautés vulnérables

Vivre dans un monde incertain, conduit à s’interroger sur l’individualisation croissante des différents modes de vie en même temps qu’on ne peut nier le poids psychologique des communautés d’appartenance. C’est pourquoi la psychologie de la santé qualitative et critique ne peut rester à l’écart des problématiques communautaires.

Nous nous intéressons d’une part, à la manière dont certaines communautés vont être conduites à faire face à des situations de vulnérabilité extrême. Plutôt que d’accepter directement l’étiquette de « population vulnérable », nous préférons parler de « situation de vulnérabilité » dans laquelle se trouvent soumises certaines communautés, du fait de leur différence.

Ces situations ne concernent pas uniquement les communautés, elles peuvent aussi concerner des personnes ou des types de sollicitation qui rendent les personnes vulnérables, comme par exemple une sollicitation de don d’organes, alors qu’on pleure son proche disparu. Nous nous intéressons d’autre part, à la mise en place de méthodes communautaires d’intervention afin de nous appuyer sur la force des acteurs pour faire passer des messages de promotion de la santé.

Nos recherches dans ce cadre, relèvent de la psychologie communautaire, faisant place à la parole des groupes et des acteurs sur le terrain pour soutenir leur empowerment, et conduire des travaux qui soient à même de proposer des actions d’intervention dans le futur.

Thématique :

 

Etude exploratoire de type Grounded Theory sur la réalisation des Tables conviviales de Pro Senectute et de leurs conséquences, que ce soit en termes de santé, de bien-être ou de liens sociaux, sur les bénévoles et sur les bénéficiaires.

Pro Senectute Vaud. Mme Mehregan Joseph. Prof. Daniela Jopp. Fabienne Fasseur

 

Thématique :

 

Projet MEDAgDOM : Médicaments et personnes âgées à domicile

Dr Maria del Rio Carral

 

Thématique :

 

Ethnographie de la mort et des mourants dans le Canton de Vaud

Dr Francesca Bosisio. Fabienne Fasseur

Santé & Usages du médicament

Les usages par rapport aux demandes en santé sont également bouleversés dans les nouvelles formes de modernité. Ainsi les usagers font plus souvent appel à l’auto-médication, de même que les médecins ne savent pas toujours comment freiner une pharmacologisation croissante.

Ainsi la moindre « défaillance » de la vie est traduire en termes de « maladie » et toute maladie doit trouver son médicament.

A ces demandes venant parfois des usagers, s’ajoutent les « offres » croissantes de médicaments pour tout type de maladie, si bien que médicalisation, pharmacologisation se combinent pour soutenir la croyance que tout mal-être est un symptôme médical et que tout symptôme devrait être soigné par les médicaments.

En parallèle de ce mouvement, on assiste à une « résistance » des certains groupes de patients qui deviennent de plus en plus méfiants de la médecine allopathique et qui refusent certaines interventions, voire les vaccinations.

Notre équipe s’intéresse principalement à ce double mouvement et à la « cuisine » du médicament au quotidien. Comment les usagers gardent ou jettent leurs médicaments, comment ils les combinent entre eux, suivant quelles représentations et à quels usages. Nos recherches se sont, entre autres, intéressées à ces usages chez les étudiants de 1ère année et à leur différence d’appréhension suivant leurs origines disciplinaires. Nos plus récents travaux se focalisent actuellement sur les usages et représentations des médicaments chez les populations de plus de 60 ans.

Thématique :

Antibiotiques, antibiothérapie en antibio-résistance : quelles représentations dans notre société chez des adultes entre 30 et 50 ans ?

Fabienne Fasseur

Santé 2.0 et ses implications diverses aux niveaux social, culturel et psychologique

De nombreuses technologies de communication et d’information (Information and Communication Technologies ou ICT) sont désormais introduites dans différents domaines de la santé et du soin au sein de nos sociétés contemporaines occidentales. La littérature actuelle met en évidence un débat polarisé concernant les implications de ces technologies en santé – les représentations qui y sont véhiculées se positionnent ‘pour’ ou ‘contre’ ce changement culturel et sociétal. Notre approche en psychologie de la santé vise à dépasser ce débat par son intérêt envers l’étude des pratiques sociales concrètes de la vie quotidienne en lien avec ces technologies. Notre objectif est de mieux comprendre la/les fonction(s) psychologique(s) de ces technologies en tant qu’outils sociaux et culturels produits par notre civilisation, inscrits au sein d’un système de valeurs (politiques, de marketing, sociétaux) spécifiques. C’est pourquoi on étudie les vécus, attentes, besoins et usages des acteurs au sein de contextes définis.

Suivant cette perspective, nos recherches peuvent porter la numérisation en promotion de la santé ou dans le traitement des maladies chroniques. Nos travaux analysent par exemple les effets de nouvelles formes d’auto-suivi d’états corporels/physiologiques (objets connectés et applications de santé) sur le rapport des utilisateurs à leur corporéité, à leur socialité (réseaux et liens) et leur implication dans la co-construction de nouvelles théories subjectives de la santé et de la maladie. Aussi, nous étudions les manières dont l’utilisation des réseaux sociaux participe à la construction du vécu des usagers/non usagers en matière de santé. En outre, nous nous intéressons à la numérisation du travail du soin et les modifications de ces modifications dans la relation patient-soignant et dans le travail des soignants.

Santé, communautés et développement durable

Un nombre croissant de travaux mettent en évidence les impacts (in)directs des changements climatiques sur la santé, telle que l’affection des voies respiratoires ou le développement de maladies cardiovasculaires (OMS, 2009).

La promotion de comportements « durables » est une préoccupation majeure de nos sociétés industrielles contemporaines. Nos recherches mettent en évidence que les approches purement informatives ne sont pas suffisantes pour favoriser un changement de comportement. Une intervention efficace doit rendre explicite les impacts (in)directs de comportements non durables sur la santé personnelle et chercher à comprendre les raisons, les affects sous-tendant un tel comportement. Ce type d’intervention, souvent au niveau d’une communauté, permet de mieux cibler les freins au changement de comportement.

Notre équipe s’intéresse à la manière dont la population suisse et, plus particulièrement les étudiant.e.s se représentent les concepts de « développement durable », « santé » et « transition énergétique ». Elle a mis en place une recherche action visant à sensibiliser les étudiants aux enjeux sous-jacents aux changements climatique et à initier un mouvement de réflexion, voire d’action partant de l’Unil et extériorisant ses frontières.

Suivez-nous sur Twitter

Partagez: