Psychologie du vieillissement

englishSSP.png

Le groupe de recherche de la Prof. Daniela Jopp étudie les processus de développement tout au long de la vie, en mettant un accent particulier sur le développement positif de l’individu à un âge avancé ou très avancé. Etant incorporée au Swiss Center of Competence in Research LIVES Overcoming Vulnerability: Life Course Perspectives, notre recherche vise à identifier les facteurs qui peuvent contribuer à la résilience des individus durant les différentes phases de la vie d’adulte.

Ainsi, un intérêt particulier est accordé aux aspects psychologiques qui permettent aux individus de surmonter les difficultés rencontrées durant la vieillesse.

Nous conduisons des recherches empiriques afin de mieux comprendre les mécanismes qui entrent en jeu dans un vieillissement réussi. Nous élaborons également des théories et grâce à nos découvertes, cherchons à développer des applications concrètes en incluant la prévention et des programmes d’intervention dans le but d’aider les individus concernés à vieillir de façon satisfaisante.

Etant donné que nous considérons la phase d’âge avancé comme un résultat du mode de vie adopté tout au long de l’existence, nous incluons des individus jeunes et d’âge moyen dans nos recherches. Cette démarche a pour but de créer des programmes de sensibilisation aux influences et à l’importance de faire le choix d’un mode de vie plus sain tout au long de l’existence.

Enfin, notre recherche est dédiée au développement d’une bourse pour les recherches sur le vieillissement. (En conduisant des études multiples, nous désirons offrir un aperçu de différents types de recherches, de collecte de donnée et d’analyses.)

Centenaires

Selon une estimation, 3 millions d’individus de la population mondiale atteindront l’âge de 100 ans en 2050 et pourtant, les centenaires sont encore aujourd’hui peu considérés et peu étudiés.

En effet, cette population a surtout été étudiée dans le contexte d’études démographiques et médicales, et l’on constate un manque important de recherches qui se concentrent sur les défis rencontrés par les personnes très âgées et leurs familles, ainsi que sur la qualité de vie et ses déterminants à l’âge de 100 ans.

En 2010, nous avons lancé une série d’études internationales qui avaient pour objectif d’examiner les conditions de vie des centenaires, en prenant en compte leurs difficultés (par exemple les questions de santé), leur système de support social (par exemple les soins informels), leurs atouts psychologiques (par exemple la signification donnée à l’existence), mais aussi des indicateurs de bien-être.

En plus de considérer les ressources personnelles des centenaires mais aussi les risques qu’ils peuvent encourir, nous examinons la relation qu’ils entretiennent avec leur contexte social immédiat et plus particulièrement avec leurs enfants, qui sont les plus directement concerné par leur prise en charge.

Afin de bénéficier d’une vision globale, nous considérons le contexte social et culturel en comparant des centenaires venant de pays différents. Ainsi, en se basant sur des échantillons, des évaluations quantitatives aussi bien que qualitatives et des mesures et conceptions parallèles à travers les pays, nous visons à obtenir une vision différenciée sur la grande vieillesse dans le but d’en créer une image plus réaliste, de déterminer les caractéristiques culturelles et sociales qui y sont liées et enfin d’identifier le potentiel positif pour un développement et un vieillissement réussi dans cette phase de la vie.

Jusqu’à présent, notre réseau d’études sur les centenaires inclut « The Second Heidelberg Centenarian Study » (Heidelberg, l'Allemagne; Jopp, Rott, Boerner et Kruse), « The Fordham Centenarian Study » (New York, les USA), « The Oporto Centenarian Study » (PI : profs Oscar Ribeiro, Constanza Paul et collègues, UNIBAS Oporto), ainsi que des collaborations impliquant le Japon (prof. Yasuyuki Gondo, Osaka University) et la Chine (Prof. Yuan Zhao, Prof. Hong Fu, Nanjing Normal University, and Dr. Danan Gu, United Nations). Une prochaine étude est planifiée pour la Suisse.
Le but à long terme de nos études est de développer des modèles qui soient culturellement sensibles dans un vieillissement réussi, mais aussi favoriser la prévention et créer des efforts d'intervention pour aider les individus et leurs familles à aborder de manières optimale les défis de la grande vieillesse.

Publications

Jopp, D. S., Boerner, K., Ribeiro, O., & Rott, C. (2016). Life at age 100: An international research agenda for centenarian studies. Journal of Aging and Social Policy, 28, 133-147. doi: 10.1080/08959420.2016.1161693

Jopp, D. S., Boerner, K, & Rott, C. (2016). Health and disease at age 100: Findings from the Second Heidelberg Centenarian Study/ Gesundheit und Krankheit im Alter von 100 Jahren: Befunde der Zweiten Heidelberger Hundertjährigen-Studie. Deutsches Ärzteblatt International, 113, 203-210. doi: 10.3238/artzbl.2016.0203

Jopp, D. S., Boerner, K., Cimarolli, V., Hicks, S., Jeswani, S., Paggi, M. E., Cavanagh, A., & Kennedy, E. (2016). Challenges experienced at age 100: Findings from the Fordham Centenarian Study. Journal of Aging and Social Policy, 28, 187-207. doi: 10.1080/08959420.2016.116352

Jopp, D. S., Park, M.-K., Lehrfeld, J., & Paggi, M. E. (2016). Physical, cognitive, social and mental health in near-centenarians and centenarians living in New York City: Findings from the Fordham Centenarian Study. BMC Geriatrics, 16:1. doi: 10.1186/s12877-015-0167-0.

Jopp, D. S., Rott, C., Boerner, K., Boch, K., & Kruse, A. (2013). Zweite Heidelberger Hundertjährigen-Studie: Herausforderungen und Stärken des Lebens mit 100 Jahren [Second Heidelberg Centenarian Study: Challenges and strengths of life at age 100]. Robert Bosch Stiftung, Schriftenreihe Alter und Demographie. Stuttgart: Robert Bosch Stiftung GmbH.

Boerner, K., Jopp, D. S., Park, M.-K. S., & Rott, C. (2016). Who do centenarians rely on for support? Findings from the Second Heidelberg Centenarian Study. Journal of Aging and Social Policy, 28, 165-186. doi: 10.1080/08959420.2016.1160708

Cimarolli, V. R. & Jopp, D. S. (2014). Sensory impairments and their associations with functional disability in a sample of the oldest-old. Quality of Life Research, 23, 1977-1984. DOI 10.1007/s11136-014-0657-0

Meystre, C., Jopp, D. S., & Boerner, K. (2016, June). Support networks among very old people living in New York: Do we observe cultural differences? Findings from the Fordham Centenarians Study. Poster presented at the LIVES  International Conference “Relationships in later life: Challenges and opportunities”, Bern, Switzerland.

Rott, C., & Jopp, D. S. (2012). Das Leben der Hochaltrigen – Wohlbefinden trotz körperlicher Einschränkungen [The life of the oldest old – well-being despite health limitations]. In Bundesgesundheitsblatt: Schwerpunktheft Langzeitüberlebende, 55, 474-480.

Parents d'âge avancé

L’augmentation fulgurante de l’espérance de vie moyenne est aujourd’hui une question d’envergure mondiale. En particulier, la population que constituent les personnes très âgées représente le groupe qui connaît une croissance la plus rapide dans les pays industrialisés.

Cette tendance provoque un phénomène nouveau : les membres d’une famille peuvent atteindre un âge avancé voire très avancé ensemble.

Plus spécifiquement, environ deux tiers de la population des personnes très âgées ont des enfants qui entrent eux-mêmes dans la vieillesse. Et vu que les personnes très âgées survécus à leurs conjoints et leurs amis, ce sont les enfants qui deviennent leur contact social primaire.

Ceci dit, il n’existe aucune recherche sur cette relation spécifique – parent très âgé avec un enfant lui-même d’âge avancé. Etant donné l’importance des relations sociales étroites pour le bien-être et la santé, avec les effets protecteurs et les effets néfastes de relations de mauvaise qualité, une enquête sur la constellation relationnelle parent très âgé avec un enfant âgé est impérative.
Il est également important de considérer le fait qu’un grand nombre d’enfants d’âge avancé rencontrent eux-mêmes des défis de santé et peuvent se sentir particulièrement impliqués et chargés par la prise en charge prolongée de leurs parents.

Des recherches permettent en outre de mettre en lien un certain nombre de difficultés psychiques et physiques, incluant un risque de mortalité plus élevé, qui seraient associées à une prise en charge de longue durée et pourraient donc concerner les enfants de parents très âgés.

En collaboration avec la Professeure Kathrin Boerner de (University of Massachusetts, Boston), nous avons examiné la relation entre les très vieux individus et leurs enfants d'âge avancé dans le contexte de the Second Heidelberg Centenarian Study and the Fordham Centenarian Study. Plus récemment, nous avons commencé à examiner ce phénomène en Suisse également, avec le support de Fondation Leenaards (Quality of Life in Older Adults Awards 2015, dans la catégorie Exploratory Study; avec Professeurs Joelle Darwiche et Dario Spini [Université de Lausanne] et Professeur Heining Cham [Université Fordham, New York]).
En septembre 2016, nous avons prolongé cette étude avec le support du National Research Center of Excellence LIVES (2016-2018). En septembre 2017 nous avons débuté une nouvelle étude sur ce sujet aux Etats-Unis ménée à L’Université du Massachussets (Boston) sous la direction du Professeure Kathrin Boerner et financée par l’Institut National sur le Vieillissement étude.

Publications

Jopp, D. S., & Boerner, K. (2014, November). Who helps centenarians living in New York City: Findings from the Fordham Centenarian Study. Paper presented at the 67. Annual Scientific Meeting of the Gerontological Society of America, Washington, DC.

Van Riesenbeck, I., Jopp, D. S., & Boerner, K. (2015, September). Centenarians and their advanced age children: A gratifying or challenging experience? Findings from the Fordham Centenarian Study. Paper presented at the conference of the Swiss Psychological Society, Geneva, Switzerland.

Boerner, K., Jopp, D. S., van Riesenbeck, I., & Rott, C. (2015, November). Aging together: relationship dynamics between the very old and their old children. Paper presented at the 68. Annual Scientific Meeting of the Gerontological Society of America, Orlando, FL.

 

Vieillissement réussi

Tout au long de la vie, les individus tentent d'influencer activement leur développement et d'obtenir des résultats développementaux positifs tels qu'un haut niveau de fonctionnement ou une bonne qualité de vie. Cet effort est mis à mal quand ils sont confrontés à certains événements de vie, tels que la maladie ou les pertes liées à l'âge. Notre recherche a pour objectif d'identifier les mécanismes psychologiques qui permettent aux individus de faire face ("to cope with") et de surmonter ces difficultés. Plus particulièrement, nous étudions le rôle (a) des ressources de base de l'individu (par exemple l'éducation, la cognition, la santé, le réseau social), qui ont préparé le terrain pour le développement, ainsi que les "psychological strengths"; (b) les stratégies qui sont utilisées pour résoudre des problèmes ou atteindre des objectifs (par exemple, le coping et les stratégies de gestion de vie) ; et (c) les croyances qui fournissent la motivation nécessaire pour s'engager dans l'action demandant effort et persistance (par exemple, contrôler les croyances et les attitudes envers la vie, la maladie et le vieillissement). Nos études démontrent que les ressources et les "psychological strengths" jouent un rôle important pour les résultats développementaux généraux (par exemple, le bien-être, l'adaptation positive à la perte) et spécifiques (par exemple, le fonctionnement de la mémoire), et que la prise en compte des interrelations entre ces constructions explique davantage le développement positif que si elles sont considérées de façon isolée.

L'âge très avancé est d'un intérêt particulier, présentant une situation de “testing-the-limits” pour la capacité humaine d'adaptation. Plus précisément, atteindre un âge très avancé est habituellement accompagné par de multiples pertes, incluant les problèmes de santé, la perte d'êtres chers, et l'augmentation des restrictions dans les activités qui donnent un sens à la vie. En dépit de ces pertes et limitations, les personnes très âgées semblent être plutôt heureuses et satisfaites de leur vie. Les mécanismes qui contribuent à ce paradoxe du bien-être sont inconnus. Un groupe potentiel de facteurs sont les "psychological strengths" (par exemple, l'auto-efficacité, l'optimisme, le sens de la vie) que nous étudions dans le cadre de nos études sur les centenaires. La recherche en cours étudie également l'adaptation au divorce et au deuil dans une étude de LIVES sur la perte du partenaire dans la seconde moitié de la vie (avec Profs. Pasqualina Perrig-Chiello et Hans-Joerg Znoj, Université de Berne). Dans ce contexte, Dr. Claudia Meystre, membre de l'équipe, étudie le rôle du soutien psychologique professionnel comme moyen de surmonter la perte de partenaire.

Publications

Jopp, D. S., & Schmitt, M. (2010). Dealing with negative life events: Differential effects of personal resources, coping strategies and control beliefs. European Journal on Ageing, 7, 167-180.

Jopp, D., Rott, C., & Oswald, F. (2008). Valuation of life in old and very old age: The role of socio-demographic, social, and health resources for positive adaptation. The Gerontologist, 48, 646-658.

Jopp, D., & Rott, C. (2006). Adaptation in very old age: Exploring the role of resources, beliefs, and attitudes for centenarians’ happiness. Psychology and Aging, 21, 266–280.

Jopp, D., & Smith, J. (2006). Resources and life-management strategies as determinants of successful aging: On the protective effect of selection, optimization, and compensation. Psychology and Aging, 21, 253–265.

Oswald, F., Jopp, D. S., Rott, C., & Wahl, H.-W. (2011). Is aging in place a resource for or risk to life satisfaction? The Gerontologist, 51, 238-250. 

Bien-être

Un engagement actif dans la vie représente un facteur clé pour le développement réussi et le vieillissement. Les activités de loisirs sont d'une grande importance, et il a été montré qu'elles sont associées à des conséquences bénéfiques tout au long de la vie. Notre recherche examine dans quelle mesure le fait d'être actif est associé à des aspects objectifs, notamment la santé et le fonctionnement cognitif, ainsi que la qualité de vie, incluant le bien-être et la dépression. Dans ce contexte, nous abordons aussi le rôle des aspects psychologiques, tels que les croyances sur soi-même (par exemple, les croyances de contrôle) au sujet de la mémoire ou du fonctionnement cognitif. Nous étudions par ailleurs les activités en relation avec l'hypothèse de guérison sociale, c'est-à-dire dans quelle mesure le sentiment d'être un membre d'un groupe social apporte des bénéfices supplémentaires, par exemple après des évènements de vie critiques comme le divorce ou un deuil, en collaboration avec le Prof. Dario Spini (Université de Lausanne). Par ailleurs, Charikleia Lampraki, membre de l'équipe, étudie les patterns d'activité chez les personnes de 40 à 90 ans, dans le cadre de sa thèse de doctorat sous la direction du Prof. Daniela Jopp et du Prof. Dario Spini. Un focus supplémentaire de cette recherche porte sur la façon dont les appartenances aux groupes sociaux peuvent promouvoir les processus d'identité, à savoir un sentiment de soi stable, dans le contexte des évènements critiques de la vie.

Publications

Jopp, D. S., & Hertzog, C. (2010). Assessing adult leisure activities: An extension of a self-report activity questionnaire. Psychological Assessment, 22, 108-120.

Jopp, D., & Hertzog, C. (2007). Activities, self-referent beliefs and cognitive performance: Evidence for direct and mediated effects. Psychology and Aging, 22, 811–825.

Hertzog, C., McGuire, K., Horhota, M., & Jopp, D. (2010). Does believing in “use it or lose it” relate to self-rated memory control, strategy use and recall? International Journal of Aging and Human Development, 70, 61-87.

Lampraki, C., & Jopp, D. S. (2016, June). Activities in near-centenarians and centenarians: Findings from the Fordham Centenarian Study. Paper presented at the meeting of the International Centenarian Consortium, Oporto, Portugal.

Lampraki, C., Spini, D., & Jopp, D. S. (2017). La participation sociale et le sentiment de solitude après le divorce dans la deuxième moitié de la vie/Gesellschaftliche Teilhabe und Einsamkeit nach einer Scheidung in der zweiten Lebenshälfte. Angewandte GERONTOLOGIE Appliquée. 

Paggi, M. E., Jopp, D., & Hertzog, C. (2016). The importance of leisure activities in the relationship between physical health and well-being in a life span sample. Gerontology, 62(4), 450-458. doi: 10.1159/000444415

 

Perspectives non scientifiques du vieillissement réussi

Bien que de nombreuses études examinent le vieillissement réussi, des discussions sont en cours parmi les chercheurs de ce domaine au sujet de ce que signifie le vieillissement réussi. Malgré l'absence de consensus scientifique, seules quelques études ont porté sur la conception des touts venant du vieillissement réussi. Comme il peut être problématique de communiquer et de développer des interventions efficaces lorsque les perspectives scientifiques et profanes du vieillissement ne correspondent pas, nos études explorent plus en détails les idées des touts venant sur le vieillissement réussi et observent dans quelle mesure elles sont reflétées dans les théories sur le vieillissement réussi. Plus récemment, nous avons commencé à enquêter sur la façon dont les individus développent leurs points de vue sur le vieillissement. Ceci est d'une importance particulière car les représentations de la société sur le vieillissement sont dominées par des stéréotypes négatifs, qui ont été créés pour influencer négativement non seulement la manière suivant laquelle les individus vivent leur propre vieillissement, mais aussi le processus de vieillissement réel. Ainsi, une meilleure compréhension de la façon dont les individus peuvent adopter des opinions positives sur le vieillissement qui contrecarrent ces stéréotypes négatifs est nécessaire. Un des mécanismes pourrait être le rôle de modèles de vieillissement réussi qui nous étudions dans plusieurs études en cours. De plus, nous étudions dans quelle mesure le contexte familial, notamment la qualité de la relation avec les parents, détermine la façon dont les individus plus jeunes vivent leur propre vieillissement.

Publications

Jopp, D. S., Jung, S., Damarin, A. K., Mirpuri, S. & Spini, D. (2017). Who is your role model of successful aging? Journals of Gerontology: Social Sciences, 72 (2), 237-247. doi: 10.1093/geronb/gbw138

Jopp, D. S., Wozniak, D., Damarin, A. K., DeFeo, Jung, S., & Jeswani, S. (2015). How could lay perspectives on successful aging complement scientific theory? Findings from a US and a German life-span sample. The Gerontologist, 55, 91-106. doi:10.1093/geront/gnu059

Jopp, D. S., Lampraki, C., Jung. S., & Meystre, C. (2016, February). Subjective age and activities: To what extent does activity engagement relate to how old one feels? Poster presented at the 5th REIACTIS conference, Lausanne, Switzerland.

Jung, S., Jeswani, S., Drummond, D., & Jopp, D. S. (2014, November). Who is your role model of successful aging? Poster presented at the 67. Annual Scientific Meeting of the Gerontological Society of America, Washington, DC.

 

Rêverie compulsive

Nos travaux portent également sur un nouveau trouble psychologique, que nous avons identifié dans une série d'études publiées récemment - "maladaptive daydreaming" (MD) ou "rêverie compulsive". Il semblerait que des personnes soient capables de créer des mondes imaginaires très riches et détaillés dans leur tête, mais pour certains d'entre eux, cette capacité se transforme en un problème grave. En collaboration avec Jayne Bigelsen et Jonathan Lehrfeld (Fordham University, New York) et le Professeur Eli Somer (Université de Haïfa), nous avons constaté que les personnes souffrant de rêverie compulsive passent en moyenne 60% de leur temps d'éveil dans un monde imaginaire qu'ils ont eux-mêmes créé. Ils se perdent dans ce monde imaginaire, ce qui devient une addiction, et 97% d'entre eux se sentent limités dans leur vie quotidienne. Bien que non reconnue comme une condition ayant une pertinence clinique aujourd'hui, plusieurs milliers de personnes documentent leur lutte quotidienne contre leur incapacité à limiter leurs activités de rêverie sur les pages Web et les forums internet et ne reçoivent pas l'aide des professionnels de santé. Sur la base d'un ensemble d'articles utilisant des approches qualitatives et quantitatives, notre équipe a accumulé des informations importantes sur cette condition. Après avoir développé un court questionnaire évaluant le MD, Maladaptive Daydreaming Scale, notre recherche en cours comprend l'élaboration et la validation de versions française et allemande de cette échelle MDS, ainsi qu'une enquête plus approfondie sur cette condition sous-reconnue et sous-étudiée (en collaboration avec les Professeurs Christine Mohr et Rémy Amouroux, Université de Lausanne).

Publications

Bigelsen, J., Lehrfeld, J., Jopp, D. S. & Somer, E. (2016). Maladaptive daydreaming: evidence for an under-researched mental health disorder. Consciousness and Cognition, 42, 254-266. doi: 10.1016/jconcog.2016.03.017

Somer, E., Somer, L., & Jopp, D. S. (2016). Parallel lives: A phenomenological study of people struggling with maladaptive daydreaming. Journal of Trauma and Dissociation, 17, 561-576. doi: 10.1080/15299732.2016.1160463

Somer, E., Somer, L., & Jopp, D. S. (2016). Childhood antecedents and maintaining factors in maladaptive daydreaming. Journal of Nervous and Mental Diseases, 24, 471-478. doi: 10.1097/NMD.0000000000000507

Somer, E., Lehrfeld, J., Bigelsen, J., & Jopp, D. S. (2016). Development and validation of the Maladaptive Daydreaming Scale (MDS). Consciousness and Cognition, 39, 77-91. doi: 10.1016/j.concog.2015.12.001

 

Partagez: