2011

VIIe Colloque SHC - "Le théâtre des nerfs: cultures neurologiques, psychologiques et spectaculaires autour de 1900" | VIe Colloque SHC - "Le film sur l'art, entre histoire de l'art et documentaire de création"
 

VIIe Colloque SHC - "Le théâtre des nerfs: cultures neurologiques, psychologiques et spectaculaires autour de 1900"

Jeudi 24 au samedi 26 novembre 2011, UNIL

Organisation: Vincent Barras (Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique, CHUV/Faculté de biologie et de médecine, UNIL) - Mireille Berton (Section d’histoire et esthétique du cinéma, Faculté de Lettres, UNIL) - Céline Eidenbenz (Section d’histoire de l’art, Faculté de Lettres, UNIL).

"Le théâtre des nerfs" se propose d’examiner une thématique située au croisement de trois champs : l’histoire des sciences et de la médecine, l’histoire des arts visuels, l’histoire des cultures corporelles et du spectacle. Le tournant des XIXe et XXe siècles offre un terrain d’exploration extrêmement fécond qui permet de mobiliser un faisceau de savoirs appliqués à l’étude d’objets-carrefour aux frontières de la littérature, du cinéma, de la photographie, de la médecine, de la psychopathologie, des technologies, sans oublier les sciences occultes ni la tradition du café-concert, du cabaret et de la danse. Récemment, différentes études emblématiques ont attiré l’attention sur ces interactions (J. Carroy, D. Gamboni, R.B. Gordon, J-C. Valtat et d’autres).

Placé sous les auspices du Centre des sciences historiques de la culture, ce colloque vise à présenter les travaux de ces chercheurs-euses confirmé-e-s et de jeunes chercheurs-euses partageant intérêts et méthodologies connexes, afin d’enrichir l’état présent de la recherche. Il convie également des artistes contemporain-e-s dont les démarches font écho à ces thématiques. Il s’inscrit ainsi dans le développement d’approches historiques soucieuses d’épistémologie et guidées par une vision à la fois intermédiatique et interdisciplinaire, conjuguant analyses des discours, des représentations, des pratiques et des objets.

Les organisateurs souhaitent que ce colloque contribue à rassembler et à mieux faire connaître des travaux originaux et dispersés, tout en dynamisant le débat autour des questions complexes et plurielles qu’il soulèvera.

TOP ^

VIe Colloque SHC - "Le film sur l'art, entre histoire de l'art et documentaire de création"

Du jeudi 14 au samedi 16 avril 2011, UNIL

Organisation: Université Haute-Bretagne Rennes 2, dans le cadre du projet de recherche ANR Filmer la création artistique (FILCREA), et l’Université de Lausanne (SHC, section d’histoire et esthétique du cinéma, section d’histoire de l’art).

Comité de direction du colloque: François Albera, Laurent Le Forestier, Kornelia Imesch, Philippe Kaenel, Mario Lüscher, Valentine Robert.

Le «genre» du film sur l’art, après des débuts discontinus et occasionnels dans les années 1930, prend un essor significatif à partir de 1945. Lors du Congrès international du cinéma de Bâle (septembre 1945), plusieurs interventions instituent l’importance de ce nouveau «genre» au croisement de l’histoire de l’art et du cinéma documentaire, de l’engagement de certains artistes plasticiens dans le cinéma et dela volonté d’enregistrer les «gestes» créateurs. Certains voient dans le film sur l’art une nouvelle méthode d’histoire de l’art procédant «directement» par l’image, la comparaison, le détail, etc., prenant la relève de la photographie et de l’édition. Ce courant n’est pas séparable de la mise en place dès 1948 d’une institution dans le cadre de l’Unesco: la FIFA (fédération internationale des films sur l’art) que préside Fernand Léger et dont Pierre Francastel sera le secrétaire plusieurs années durant.

Une production internationale importante s’est alors développée, jusqu’à l’arrivée des technologies vidéo et numérique, dont le corpus est difficile à établir et le bilan n’a jamais été dressé. L’élection de quelques titres liés à des réalisateurs devenus par la suite fameux dans un autre cadre (comme Resnais) ne laisse en rien apercevoir la richesse de cet ensemble, ni les contradictions qui les a traversés.

Ce colloque international entend essayer de répondre à un certain nombre de questions sur ce «genre» jusqu’ici peu étudié:

  • Quelle place les tendances proprement dites de l’histoire de l’art d’après-guerre occupent-elles dans le développement de ce courant cinématographique?
  • Que nous disent ces films, à travers les oeuvres d’art traitées et leur mode de traitement, de la socialisation de l’histoire de l’art?
  • Comment l’histoire de l’art et ses différentes applications dans différents médias (livres, expositions, etc.) circule-t-elle dans ces films?
  • Quels liens réciproques furent noués entre historiens de l’art, critiques d’art et réalisateurs?
  • Quel apport à l’histoire de l’art cette production représente-t-elle?
  • Quel effet en retour sur le cinéma «comme art plastique» cet intérêt pour l’art a-t-il pu produire?
  • Que comprendre de l’histoire de ces films, d’abord rattachés au documentaire, voire au cinéma pédagogique, avant de trouver une autonomie au sein du genre «film sur l’art»?
  • Comment ce «genre» s’est-il institutionnalisé, socialisé (quelle diffusion pour ces films?), à travers notamment la création de la FIFA? Quels commanditaires a-t-il (ministères, institutions muséales, etc.)?
  • Au final, ces films ont-il contribué à renouveler l’histoire de l’art, tant dans sa forme que dans ses objets (seuls les artistes déjà reconnus ont-ils été filmés?) ou n’ont-il fait qu’en reproduire le discours et les codes?

Il s’agit donc d’un colloque transdisciplinaire, offrant une multitude d’approches diverses: études de cas singuliers, analyse de vastes corpus de films, histoire économique, technique, sociale et institutionnelle du genre, etc.


Liens:

 

TOP ^

Partagez: