Enseignants, assistants, collaborateurs scientifiques et administratifs

Voutat Bernard

Coordonnées Curriculum Recherches Enseignements Publications

Axes de recherche

Sociologie de la vie et des institutions politiques

Droit et politique

Identités collectives et mobilisations politiques

Sociologie des comportements politiques

Histoire de la science politique

Epistémologie des sciences sociales

 

Projets

Projets FNS

Les institutions politiques suisses à l'épreuve d'un scandale : emergence et désamorçage du scandale des fiches
2015 - 2018  (36  mois)
Requérant·e: Bernard Voutat (co-requérant) et André Mach (co-requérant)
Autres collaborateurs-trices: Hervé Rayner (chercheur), Fabien Thetaz (doctorant)
Pourquoi et comment le scandale des fiches a t-il pris ? Pourquoi et comment est-il retombé ? Répondre à ces deux questions impliquera, d'une part, de saisir la dynamique pertubatrice du scandale (imputable à des stratégies concurrentielles de délégitimation versus de relégitimation de l'ordre politique) et, d'autre part, de rendre compte des ressorts de la solidité des institutions politiques suisses, sous l'angle notamment des répertoires juridiques mobilisés dans ce contexte de crise. C'est précisément parce que ce type de conjoncture critique, si rare en Suisse, met à l'épreuve les représentants des autorités que l'on peut y observer les pratiques contribuant à (dé)stabiliser les échanges entre les acteurs et les secteurs qui composent l'Etat fédéral, des conseilleurs fédéraux aux juristes et autres professionnels du droit, des dirigeants des services de sécurité (police fédérale, armée, renseignement) aux parlementaires. En s'inspirant des travaux de Michel Dobry sur les crises politiques, notre cadre d'analyse focalise l'attention sur l'émergence de mobilisations multisectorielles, sur la dynamique de crise consécutive au processus de désectorisation, puis sur le désamorçage de cette série de conflits. Considérant que le scandale des fiches a in fine faiblement perturbé les clivages politiques, l'une des hypothèses centrales qu'il nous faudra tester impute la capacité des institutions à désamorcer ce scandale au maintien des loyautés parmi les dirigeants du camp bourgeois, maintien qui aurait permis à leurs ripostes institutionnelles de resectoriser le litige. Adoptant une approche processuelle (relationnelle et diachronique), le projet de recherche suppose une connaissance approfondie de la chronologie du scandale, une cartographie dynamique de ses acteurs, ainsi que l'identification des opérations de cadrage de l'enjeu et autres définitions concurrentes de la situation.

Droit et politique dans la révision totale de la Constitution fédérale
2010 - 2013  (36  mois)
Requérant·e: Voutat Bernard
Autres collaborateurs-trices: Pascal Mahon (co-requérant), Marc Renkens et Olivier Bigler (doctorants)
Formulé d'une façon très générale, l'objectif de la recherche consiste à analyser le rapport entre droit et politique tel qu'il se réalise dans le cadre du long processus de révision totale de la Constitution fédérale (1965-2000). Il s'agit plus précisément de rendre compte de ce processus, au demeurant peu étudié, dans sa double dimension juridique et politique. D'un côté, en effet, l'élaboration d'une Constitution s'effectue selon les formes et les techniques requises par le droit. De l'autre, le texte juridique met en forme, traduit et sanctionne des options politiques. Cette double dimension induit alors une dynamique qui comporte deux versants étroitement liés.
Le premier relève de ce que l'on pourrait désigner sous l'appellation générale de juridicisation du politique, par quoi il faut entendre non pas seulement l'encadrement de l'univers politique par le droit constitutionnel (comme ensemble de règles contraignantes structurant de l'extérieur le jeu politique), mais aussi et surtout la place croissante de l'argument juridique dans le débat politique et donc la pénétration dans cet univers des catégories juridiques de perception du jeu politique lui-même et de ses enjeux. Le second concerne, de façon symétrique, le phénomène de politisation du droit que l'on peut observer à travers l'intervention des professionnels du droit dans le processus de révision, l'expertise savante et technique (académique, judiciaire et administrative) ne pouvant jamais être complètement dénuée de ses enjeux politiques, aussi bien par son contenu que par ses effets sur la conduite de la révision et sur les décisions qui y sont prises.

Configurations contrastées du processus de disciplinarisation des sciences de l'éducation en Suisse (fin 19è - première moitié du 20è siècle). Les exemples de Fribourg, Genève, Lausanne et Zürich
2001 - 2004
Requérant·e: Rita Hostetter (requérante principale)
Autres collaborateurs-trices: Bernard Schneuwly, Pierre.-Ph. Bugnard et Bernard Voutat (co-requérants)
FNS - Division I

La science politique en Suisse: genèse, situation et perspectives d'une discipline scientifique
1994 - 1998
Requérant·e: Bernard Voutat (requérant principal)
Autres collaborateurs-trices: René Lévy et Bertrand Muller (co-requérants)
FNS - Division I

Modèles normatifs de l'égalité et justifications des pratiques inégalitaires
1993 - 1997
Requérant·e: Patricia Roux (requérante principale)
Autres collaborateurs-trices: Marianne Modak & Bernard Voutat (co-requérants)
FNS - PNR 35 : Femmes, droit et société.

Programmes Européens

A Framework for Socio-economic Developpment in Europe ? The Consensual Political Culture of the Small West European States in Comparative and Historical Perspective
2003 - 2006
Requérant·e: prof. Hans-Ulrich Jost et prof. Bernard Voutat
Recherche financée par le 5ème programme-cadre de la Commission européenne.
Coordinateur : Uwe Becker (Université d'Amsterdam), avec une collaboration internationale entre les Universités de Copenhague, Helsinki, Graz et Göteborg et Lausanne.

Autres projets

Le défi humanitaire posé aux professionnels des services publics
1998 - 2001
Université et canton de Genève.
Direction scientifique de Marie-Claire Caloz-Tschopp. Supervision des professeurs Thomas Harding et Pierre Dasen (UNIGE).

 

Collaborations

Interuniversitaires

FoLo / Les formes de la loyauté et de la fidélité politiques
Membre du comité de coordination du groupe de projet FoLo  (Association française de science politique - AFSP) avec Vanessa Bernadou, Félix Blanc, Raphaëlle Laignoux, Yohann Morival, Francisco Roa Bastos.
Coordination et animation d'un réseau de chercheur·e·s
France

ComPol / Une sociologie politique de la communication. Médiatisation, controverses et jeu politique.
Participant au groupe de projet COMPOL.
Responsables scientifiques du groupe de projet COMPOL (Association française de science politique - AFSP) : Nicolas Hubé, Clément Desrumaux
France


Retour

Suivez nous:  
Partagez: