Rochat Line

Les modalités d’accueil des nouveau-nés « à risque » dans un contexte hospitalier occidental contemporain.

Sous la direction de la Professeure Irene Maffi

A l’heure où les sociétés occidentales débattent autour de problématiques telles que le délai d’avortement, l’utilisation de tissus fœtaux dans la recherche fondamentale, l’aide vitale au travers des machines pour des enfants qui naissent de plus en plus tôt, l’élimination des embryons surnuméraires dans le cas des congélations d’embryons, la disposition des gamètes postmortem, etc., de nouveaux enjeux sociaux s’imposent amenant avec eux de nouvelles réflexions autour des limites socio-culturelles que l’on pensait stables entre vie et mort, embryon et fœtus, être humain et machine ou entre soi et non-soi. Ma réflexion porte sur les modalités d’accueil des nouveau-nés dits « à risque » dans un contexte hospitalier occidental contemporain, celui de la Division de Néonatologie et de l’Espace Parents-Familles du CHUV. Le terme de « modalités d’accueil » tel que je l’entends renvoie aux multiples dispositifs qui se mettent en place autour des nouveau-nés « à risque » dès le moment de leur venue au monde. Il s’agit donc de prendre en compte les différents acteurs en présence : le nouveau-né « à risque » lui-même, le personnel de soins, les médecins, les parents et les dynamiques relationnelles qui les relient entre eux; les gestes, les pratiques, les comportements et les langages verbaux et non-verbaux que les professionnels de la santé et les parents établissent avec les nouveau-nés. Parallèlement, la façon dont ces nouveau-nés sont accueillis, c’est-à-dire soignés, manipulés physiquement, nommés, diagnostiqués, mais aussi parfois accompagnés vers la mort constituent de précieux témoins de la façon dont se négocie, se renégocie le statut du nouveau-né « à risque » tout au long de son séjour au sein de la Division de Néonatologie.

Géopolis  -  CH-1015 Lausanne
Switzerland
Tel. +41 21 692 31 80