Maîtrise universitaire ès sciences en sciences de l’environnement

| Former des professionnels de l'environnement de nouvelle génération | Le programme de la Maîtrise et ses deux orientations | Perspectives professionnelles
 

P1010068-resize1200x675.jpg

©Mariethoz © UNIL

 

Former des professionnels de l'environnement de nouvelle génération

Les activités humaines modifient les équilibres de systèmes naturels dont dépendent toutefois les sociétés, à l'échelle locale, régionale et globale. Si les technologies actuelles permettent à présent la production de données environnementales à haute fréquence et à haute résolution, ces flux de données pourtant riches en information restent toutefois largement sous-utilisés, faute de professionnels formés à leur manipulation et leur analyse. La recherche de solution aux problèmes environnementaux contemporains nécessite de déployer une approche mécanistique des processus physiques, chimiques et biologiques en jeu, nourrie par une intégration des données d'observation et d'un suivi des phénomènes concernés par des méthodes et modèles numériques. 

La Maîtrise universitaire en sciences de l’environnement fournit non seulement les bases scientifiques adéquates, mais aussi la compréhension des liens fondamentaux entre l’observation, la modélisation et le suivi des phénomènes environnementaux, chacun renforçant la crédibilité et la qualité de l’autre.

Le programme de formation s’intéresse à des zones d’études affectées par des processus tant physiques que chimiques (p. ex. nappes phréatiques, eaux de surface, glissements de terrains, décharges, pollution diffuses ou ponctuelles), ainsi que par des interactions entre des perturbateurs environnementaux et des organismes vivants. Cette interdisciplinarité permet de former de futurs professionnels capables de se confronter aux interactions de complexité croissante entre la zone critique, les écosystèmes et l’activité humaine.

 

TOP ^

Le programme de la Maîtrise et ses deux orientations

Le programme s'articule sur une première année de cours obligatoires et une deuxième année comprenant un module à choix libre et le mémoire de recherche.

De niveau 2ème cycle, ce cursus de 120 crédits ECTS a une durée prévue de 4 semestres après le Baccalauréat universitaire. Les enseignements obligatoires sont donnés en anglais (niveau recommandé C1).

Film de présentation Master ès sciences en géosciences de l'environnement

La Maîtrise universitaire ès Sciences en sciences de l’environnement comprend 2 orientations :

Sciences aquatiques

L’orientation « sciences aquatiques » vise à prodiguer des compétences pluridisciplinaires sur les enjeux relatifs aux eaux continentales. Elle a été créée et construite dans une perspective globale intégrant le continuum aquatique typique du paysage suisse pour lequel les montagnes jouent littéralement le rôle de « château d’eau » d’Europe.
Cette formation intègre explicitement le lien hydrologique entre les glaciers et environnements de haute altitude, et les sols et le sous-sol, vers les rivières et les lacs de piémont. Une telle perspective, unique dans le paysage des formations universitaires en Suisse, permet d’aborder les enjeux relatifs aux eaux de surface et subsurface à l’échelle des bassins versants, qui est l’unité à la fois de la gestion environnementale et de la compréhension fondamentale des impacts de l’Homme sur la quantité et la qualité des eaux.

Dangers naturels et risque

L’orientation « dangers naturels et risque » propose une formation en analyse des risques naturels, depuis l’étude des processus physiques jusqu’à leur gestion en passant par la quantification de leur probabilité d’occurrence (aléa).

Les principales composantes de cette orientation sont :

  • Étude des processus physiques : acquisition et analyse des données de base, cartographie, analyse et modélisation des mécanismes, techniques de monitoring. Dans cette partie, l’accent est mis sur les aléas gravitaires (glissement de terrain, éboulements, inondations, avalanches, etc.)
  • Estimation du risque et de ses différents composants (aléas, vulnérabilité, résilience, quantitative risk assessment (QRA), etc.)
  • Gestion du risque, systèmes d’alerte, élaboration et évaluation des stratégies de réduction
  • Communication du risque

TOP ^

Perspectives professionnelles

• Institutions de recherche
• Bureaux d'études
• Administrations en charge des problèmes environnementaux
• ONG pour la protection de l'environnement
• Management environnemental au sein d'entreprises

Pour plus d'informations: www.unil.ch/perspectives

TOP ^

Partagez: