Les manifestations de chômeurs à La Chaux-de-Fonds (1932-1935) - par Eamon Byrne Jossen

ANALYSE CRITIQUE DU TRAITEMENT ARCHIVISTIQUE D'UNE COLLECTION DE PHOTOGRAPHIES

La collection de 14 photographies noir et blanc, « Divers cortèges du 1er Mai et manifestations de chômeurs entre 1932 et 1935 », est conservée au DAV (Département audiovisuel) de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds. Les clichés numérisés sont accessibles en ligne via le catalogue RERO-RBNJ et la banque d'images de l'institution : IconoBV.

Les photos sont du Chaux-de-Fonnier Marcel Dupan, horloger de formation, pratiquant la photographie comme activité annexe. Le travail de Marcel Dupan, traité par le DAV, montre son intérêt pour les manifestations populaires (braderies, fêtes de gymnastique, etc.) Il couvre surtout la période 1920-1940. La majorité de sa production consiste en des photographies de presse. Les 14 photographies portent sur les festivités et cortèges du 1er Mai à La Chaux-de-Fonds entre 1932-1935. Elles représentent une foule compacte et nombreuse défilant sur l'avenue Léopold-Robert, axe central de la ville, ou se réunissant à la Place de la Gare.

manifestations 1.png

L'analyse du catalogage de la collection photographique est intéressante. Les archivistes-bibliothécaires du DAV doivent traiter les photographies avec des informations le plus souvent lacunaires. L'usage du crochet est une norme de catalogage qui indique que les informations placées entre ceux-ci ont été trouvées hors des sources prescrites. Dans le cas présent, les entrées du catalogue en zones de titre et de datation sont entre crochets, ce qui pourraient signifier qu'ils n'apparaissent pas au verso des tirages photos analogiques et ont été trouvés ou créés à l'aide d'informations externes aux documents. La collection a été construite suite au legs de la production de Marcel Dupan à la Bibliothèque de la Ville en 1978. Le titre et le choix des photographies a probablement été conçu en interprétant au mieux le contenu des images dans l'idée de donner une certaine cohérence à la collection. De fait, le titre de la collection dans la notice bibliographique RBNJ, « Divers cortèges du 1er Mai et manifestations de chômeurs entre 1932 1935 », rend problématique l'interprétation des images.
En effet, l'historiographie de la crise économique en Suisse durant les années 1930 ne mentionne pas de manifestations de chômeurs à La Chaux-de-Fonds. Ainsi, le titre de la collection des 14 photographies n'est pas confirmé par la littérature secondaire ni par le dépouillement du journal L'Impartial. En fait, les clichés de Marcel Dupan représentent des manifestations du 1er Mai à La Chaux-de-Fonds avec la présence très probable de chômeurs au sein des cortèges.

manifestations 2.png

Le titre de la collection est inexact dans une optique historique mais est utile au niveau d'un catalogue, notamment en ce qui concerne la visibilité des documents. La mention chômeurs dans le titre permet une plus grande visibilité et un accès à la consultation des clichés numérisés plus aisé. Deux photographies de la collection montrent deux hommes portant une banderole avec la mention « Les chômeurs demandent du travail votons l'initiative ». Ce slogan a manifestement eu une influence sur le choix du titre. Ces deux clichés permettent aussi d'affiner la périodisation (1932-35). Le slogan fait référence à l'initiative dite de crise lancée par l'USS et le PSS qui sera rejeté le 2 juin 1935. Il paraît vraisemblable que ces slogans étaient présents dans le cortège du 1er Mai 1935 à un mois de la votation.
Les chômeurs s'organisent en un comité dès l'été 1930 à La Chaux-de-Fonds. En juillet 1932, le Congrès des chômeurs de la Suisse occidentale appelle à des manifestions de masse. Les sections neuchâteloises refusent d'y participer. Le 16 juin 1935, l'échec de l'initiative dite de crise, amène les chômeurs neuchâtelois à manifester en ville de Neuchâtel, contre l'avis des instances syndicales qui gèrent des caisses de chômage en partie financées par la Confédération. Il s'agit de la seule manifestation de chômeurs à proprement parlé qui aura lieu dans le canton de Neuchâtel durant les années 1930. On demanda aux chômeurs de s'impliquer fortement dans le cadre de cette initiative populaire fédérale, notamment à Neuchâtel, canton fortement industrialisé et grevé par un chômage élevé.

manifestations 3.png    manifestations 4.png

Aux 14 clichés de la collection il serait possible d'ajouter 2 photos traitées individuellement par le DAV en lien avec le 1er Mai . La première représente Henri Jaquet, président du comité des chômeurs de La Chaux-de-Fonds à partir de 1930 puis élu socialiste au Conseil Général de la ville à partir de 1933, faisant un discours à une tribune devant l'Hôtel des Postes sur la Place de la Gare. La notice bibliographique ne nous indique pas s'il s'agit d'un 1er Mai. La deuxième montre un groupe de politiciens socialistes, dont Henri Jaquet, posant devant l'Hôtel des Postes lors d'un 1er Mai. Les deux documents ont comme datation la période 1932-1935 et sont de Marcel Dupan. Une hypothèse serait qu'il s'agit de photos ayant fait partie de la collection des 14 clichés. Le traitement différent de ces deux clichés pourrait s'expliquer par soucis de cohérence. En effet, la collection se focalise sur l'aspect festif (chorale et fanfares) et démonstratif (le cortège qui défile dans la ville) de la fête populaire. Les deux clichés individuels, quant à eux, traitent de l'aspect politique du 1er Mai avec des élus socialistes. Ces deux photographies rendent compte du caractère politique de cette fête. Le 1er Mai est une démonstration de force du mouvement ouvrier favorisant la rencontre entre les travailleurs et leur représentants tant politiques que syndicaux. Les choix du DAV de retirer du lot ces deux photos dépolitise l'événement et conduit à une « dé-historisation », d'abord des séries photographiques et ensuite de la portée et de la signification du 1er Mai durant les années trente dans cette ville.

A un niveau plus interprétatif, ces archives photographiques permettent d'aborder la question de la visibilité des chômeurs lors des fêtes du 1er Mai. Les chômeurs ne sont pas identifiables dans le corpus, mis à part éventuellement quand ils défilent avec le slogan lié à l'initiative dite de crise. Ils sont comme agrégés au mouvement ouvrier. L'historiographie évoque des relations complexes entre syndicats et comités de chômeurs durant ces années de crise. Le chômeur est lié aux syndicats par le biais des caisses de chômages. Les chômeurs issus de l'industrie horlogère sont le plus souvent affiliés à la caisse de la FOMH (Fédération des ouvriers sur métaux et horlogers). La FOMH était une organisation assez conservatrice prônant une politique réformiste et de négociation avec le patronat et les autorités politiques. La FOMH et les socialistes de La Chaux-de-Fonds craignent que les chômeurs paupérisés (de même que les travailleurs) touchés par la crise se radicalisent et se tournent vers l'anarcho-syndicalisme ou le parti communiste. Ainsi, les comités de chômeurs neuchâtelois sont noyautés par les socialistes et les syndicats réformistes. Les comités de chômeurs ne doivent pas s'organiser de façon trop autonome ni employer des formes d'actions radicales comme la manifestation ou la grève des loyers. Ce contexte politique expliquerait la manifestation tardive (Neuchâtel, 1935) de chômeurs ainsi qu'une visibilité contenue des chômeurs dans les photographies de Marcel Dupan.

Une autre question de représentation liée à la collection de photos concerne la place des femmes au sein des cortèges du 1er Mai. Elles défilent à part et le cortège semble reproduire une division sexuée du travail, très présente dans l'industrie horlogère. En effet, les femmes occupent la majorité des emplois peu ou pas qualifiés (faible niveau de scolarité et de formation). Certains métiers sont même inaccessibles car considérés comme des métiers nobles réservés à une aristocratie ouvrière masculine (orfèvrerie, gravure ou terminage). Les femmes sont discriminées par l'assurance chômage (salaires et droits aux indemnités) et peu syndiquées. Certains syndicats véhiculent également une idéologie machiste. Ils considèrent l'homme comme unique soutien de famille et voient le travail féminin comme une concurrence déloyale. Ces explications permettraient une interprétation de la séparation genrée visible sur les photos. Les femmes occupent une place bien délimitée par leur situation de sous-qualification sur le marché du travail.

Une grande partie des informations utiles à la critique des bases de données et du traitement archivistique et bibliographique des documents photographiques ont étés fournies grâce à des échanges de courriels avec le DAV. Je tiens à remercier tout particulièrement pour leur collaboration et leurs explications Clara Gregori (Responsable du DAV) et Gilles Taillard (Bibliothécaire en charge des recherches iconographiques au DAV).

POUR UN APPROFONDISSEMENT :

BOILLAT, Valérie et alli (dir.), La valeur du travail : histoire et histoires des syndicats suisses, Lausanne : Éditions Antipodes, 2006.
COP, Raoul, Histoire de La Chaux-de-Fonds, La Chaux-de-Fonds : [Ville de La Chaux-de-Fonds], [1981].
MULLER, Philipp, La Suisse en crise (1929-1936) :les politiques monétaire, financière, économique et sociale de la Confédération helvétique, Lausanne : Éditions Antipodes, 2010.
PERRENOUD, Marc, « Entre la charité et la révolution : Les Comités de chômeurs face aux politiques de lutte contre le chômage dans le canton de Neuchâtel lors de la crise des années 1930» in BATOU Jean, CERUTTI, Mauro, HEIMBERG, Charles (éds.), Pour une histoire des gens sans histoire : ouvriers, exclues et rebelles en Suisse, 19e-20e siècles, Lausanne : Éditions d'en Bas, 1995, pp. 105-120.
PERRENOUD, Marc, « Corporatisme horloger et paix du travail (1926-1937) », in PFISTER, Ulrich, STRUDER, Brigitte et TANNER, Jakob (Hg.), Arbeit im Wandel : Deutung, Organisation und Herrschaft vom Mittelalter bis zur Gegenwart = Le travail en mutation : interprétation, organisation et pouvoir, du Moyen Age à nos jours, Zürich, Chronos, cop. 1996, pp. 291-313.
TABIN, Jean-Pierre et alli, Temps d'assistance : le gouvernements des pauvres en Suisse romande depuis la fin du XIXe siècle, Lausanne, Éditions Antipodes, 2008.
TABIN, Jean-Pierrre et TOGNI, Carola, L'assurance chômage en Suisse : une sociohistoire (1924-1982), Lausanne : Éditions Antipodes, 2013.

Partagez:
Anthropole - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 28 92
Fax +41 21 692 29 35