Foire aux questions - Mobilité OUT

Echanges universitaires

Quelle est la différence entre les types d'accords d'échange?

La mobilité des étudiant·e·s est possible grâce à un certain nombre d’accords d’échange que l’UNIL a établis avec des universités partenaires. Le type d’accord va influencer les démarches pour la candidature ainsi que les délais d’inscription, la bourse qui vous sera allouée, mais également les possibilités que vous aurez sur place.

Tous les accords d’échange ainsi que les principales informations se trouvent sur la base de données, accessible sur www.unil.ch/echanges. Il s’agit de la seule source complète et régulièrement tenue à jour.

Accords SEMP
Le Swiss-European Mobility Program, remplace le programme Erasmus+ pour les universités suisses suite au résultat de la votation de février 2014. Le programme SEMP suit les principes des accords Erasmus et, dans les faits, les possibilités offertes aux étudiant·e·s des universités suisses sont très proches de celles offertes aux étudiant·e·s européens.

Un accord SEMP est généralement créé par un enseignant de la Faculté avec un collègue d’une autre université; il est prévu pour une discipline particulière, voire un domaine d’études précis. Cela peut avoir une importance si vous prévoyez d’étudier deux disciplines ou plus durant votre séjour: l’université partenaire peut vous refuser ou limiter l’accès aux enseignements de disciplines qui ne sont pas prévues par l’accord d’échange. Il est important de vous renseigner à ce sujet auprès de la personne responsable de l’accord.

Cet obstacle ne doit cependant pas vous décourager: les accords SEMP sont nombreux et constituent souvent le moyen le plus efficace d’effectuer un séjour mobilité. Les démarches administratives sont relativement légères et les chances de placement sont très bonnes, même si les places sont limitées.

Accords facultaires
Comme les accords SEMP, les accords facultaires sont généralement créés par un enseignant de la Faculté pour une ou plusieurs disciplines. L’accès aux enseignements dans les disciplines non prévues par l’accord peut être limité. Ils peuvent concerner des destinations en Europe comme ailleurs. Les places sont limitées et les dossiers de candidatures sont considérablement plus fournis que pour les accords SEMP.

Les candidatures doivent être soumises dans un premier temps à la personne responsable de l’accord. Cette personne rédige un rapport à l’appui de son préavis et transmet le dossier au décanat de la Faculté, qui se prononce sur la validité du séjour et sur l’octroi de la bourse.

Accords généraux (co​nventions d’échange)
Les conventions d’échange sont des accords établis par la Direction de l’UNIL avec des universités partenaires. A ce titre, elles sont ouvertes aux étudiant·e·s de toutes les facultés de l’UNIL. Les candidat·e·s déposent un dossier à une date fixe dépendant de la destination (le 15 décembre, le 20 février ou le 15 avril, selon les indications de la fiche de l’accord dans la base de données des RI). Pour les destinations non francophones, l’ensemble des documents doit être remis en anglais. Un Comité de sélection se réunit ensuite et sélectionne les étudiant·e·s.

Pour faciliter la tâche du Comité, vous êtes vivement encouragés à indiquer sur le formulaire de candidature plusieurs destinations par ordre de préférence. Cela permet de vous réorientez sur une des autres destinations que vous aurez indiqué, au cas où toutes les places pour son premier choix auraient été attribuées à d’autres.

Chaque accord général est pourvu d’une bourse, dont le montant est indiqué sur la fiche de l’accord dans la base de données des RI.

Ces accords sont créés par la Direction de l’UNIL. Comme leur nom l’indique, ils sont ouverts aux étudiant·e·s de toutes les facultés et permettent en principe d’étudier toutes les disciplines. Il faut toutefois vérifier que vos disciplines sont enseignées sur place: le fait que l’accord vous soit ouvert ne signifie pas forcément que votre discipline est enseignée.

Comme le nombre de places est limité, il y a généralement une concurrence importante pour ces accords. Les dossiers de candidature doivent être détaillés et réalisés avec un soin particulier pour augmenter vos chances d’obtenir une place. De plus, il est vivement conseillé de sélectionner plusieurs destinations.

Mobilité Suisse
Vous avez aussi la possibilité d’effectuer un séjour dans une université d’une autre région linguistique en Suisse. La mobilité suisse offre plus de souplesse que les séjours à l’étranger: les places ne sont pas limitées, les délais d’inscription sont plus larges et les procédures d’inscription sont plus simples. Les candidatures doivent être soumises directement au Service des affaires sociales et de la mobilité étudiante (SASME).

Il n’est pas prévu que des séjours mobilité soient effectués dans les autres universités romandes. En revanche, il est possible de suivre des enseignements à Fribourg, Genève ou Neuchâtel en tant qu’étudiant·e externe, tout en restant inscrit comme étudiant·e régulier·ère à Lausanne. On parle alors de « mobilité partielle ». Cette possibilité est régie par la convention « Triangle Azur + Fribourg », qui fixe la procédure à suivre pour être inscrit comme étudiant·e externe et permet le remboursement des frais de transport. Plus d'informations sur la mobilité partielle.

Free mover
Il est possible de partir étudier dans une université avec laquelle l’UNIL n’a pas d’accord d’échange. Les conditions d’accès, les procédures d’inscription, les délais et toutes les autres contraintes administratives sont fixés par l’université d’accueil. Dans la plupart des cas, vous devrez payer des taxes d’inscription. De plus, vous ne recevrez pas de bourse mobilité de la part de l’UNIL pour votre séjour.

Comment choisir une destination?

Le choix de la destination est capital pour la réussite de votre séjour mobilité. Il y a de nombreux éléments à prendre en compte et il peut être nécessaire de consacrer du temps à cette étape. Renseignez-vous suffisamment tôt, demandez conseil à vos enseignant·e·s ou à d’autres étudiant·e·s et ne vous arrêtez pas aux choix les plus évidents et aux idées préconçues.

La destination doit être choisie en fonction des disciplines d’études retenues; le but est de pouvoir suivre ailleurs des enseignements permettant de faire progresser ou de terminer les plans d’études suivis à Lausanne, et ce dans le plus de disciplines possible. Il faut être attentif en priorité aux enseignements qui sont offerts. L’idéal serait de trouver une destination où vos différentes branches sont enseignées et dont les enseignements peuvent vous permettre d’obtenir des équivalences à votre retour à l’UNIL. Pour le premier point, c’est à vous de vous renseigner directement auprès des universités d’accueil, par exemple en consultant leur site internet. Pour le second, chaque section a nommé un ou une responsable mobilité qui se charge d’examiner vos projets d’études et les équivalences qui peuvent être reconnues.

Bien que les destinations SEMP ne concernent en principe qu’une seule discipline, il est néanmoins possible de suivre des enseignements d’une autre discipline qui n’est pas prévue à l’origine dans les conditions de l’accord. Il faut pour cela prendre contact avec le responsable de l’accord SEMP retenu, qui pourra vous renseigner sur la possibilité de suivre des enseignements dans d’autres disciplines. Un contrat d’études est ensuite établi avec le responsable de la discipline concernée.

Au cas où vous ne pourriez pas trouver de destination qui offre des enseignements pour toutes vos disciplines, un séjour reste évidemment possible. Il faut cependant être conscient que cela entraînera un retard dans les disciplines qui ne pourront pas être suivies; ce retard peut être en partie compensé en planifiant votre cursus en conséquence. Mais cela peut vous obliger à effectuer un ou plusieurs semestres supplémentaires pour terminer votre cursus. Au moment où vous envisagez un éventuel départ, il faut être conscient de tous ces éléments.

Faut-il partir un ou deux semestres?

Pour les étudiant·e·s en maîtrise, la durée d’un séjour mobilité est limitée à un semestre.

Pour les étudiant·e·s en baccalauréat, le séjour peut être d’un ou de deux semestres. Dans la mesure où la préparation du séjour demande la même énergie dans les deux cas, un séjour de deux semestres sera plus «rentable». Il faut également noter qu’un semestre dure en général 3 mois et demi, ce qui laisse peu de temps pour se familiariser avec le fonctionnement de l’université d’accueil, la culture locale ou la langue. Pour toutes ces raisons, nous vous encourageons à envisager un séjour d’une année.

A côté de ces considérations pratiques, il faut également tenir compte des questions académiques. La manière dont les enseignements sont organisés à Lausanne et dans votre université d’accueil peut jouer un certain rôle, notamment s’il existe des conflits entre des cours annuels ou semestriels. Les différences éventuelles entre les calendriers académiques doivent également être prises en compte, notamment si vous devez passer des examens à votre retour.

Qu'est-ce qu'un stage SEMP?

Le programme Erasmus+ permet aux étudiant·e·s inscrit·e·s d’une université européenne ou qui en sont diplômé·e·s d’effectuer un stage dans un autre pays et de recevoir une bourse pour cela.

Cette possibilité vous est également offerte dans le cadre du programme SEMP. Le stage peut être effectué dans n’importe quel pays participant au programme Erasmus et doit durer de deux à douze mois. Il peut avoir lieu pendant les études ou dans l’année qui suit l’obtention du diplôme. Attention, dans ce dernier cas, il est obligatoire que les démarches d’inscription soient effectuées avant la fin des études.

Il n’existe pas de plateforme centralisant les offres de stages SEMP. C’est à vous de trouver une place de stage, soit en répondant à une offre publiée par l’entreprise elle-même, soit en postulant spontanément en tant que stagiaire. Il s’agit ensuite d’établir une convention de stage entre vous, l’entreprise ou l’institution qui vous accueille et la Faculté des lettres. Vous trouverez plus d'informations sur www.unil.ch/echanges.

Où puis-je trouver des informations complémentaires?

Le site internet de la Faculté des lettres vous fournit les informations principales: dates des séances d’information, fiches pratiques et Directives, liste des responsables mobilité des sections, etc.

Le site www.unil.ch/echanges contient également de nombreuses informations utiles et vous donne accès à la base de données des échanges.

Pensez également à consulter en détail le site de votre université d’accueil. Vous y trouverez les principales informations pour préparer votre séjour: programme de cours, démarches d’inscription, personnes de contact, informations pratiques. En vous y plongeant assez tôt, vous pourrez également y découvrir des règles et des restrictions qu’il vaut mieux connaître à l’avance que découvrir sur place.

Tout au long de l’année ont lieu des séances d’information autour de la mobilité. Le Service des affaires sociales et de la mobilité étudiante (SASME) organise des journées d'information sur les échanges universitaires et les stages SEMP. En outre, la Faculté des lettres vous convie durant le mois d’octobre à une séance d’information générale, qui est suivie, durant le mois de novembre, par les séances d’information des sections. Les dates de ces séances se trouvent sur le site de la Faculté et vous y serez également invités par mail.

N'hésitez pas non plus à contacter Toute une équipe de personnes à l’UNIL veille au bon déroulement des échanges universitaires. N’hésitez pas à les consulter. La conseillère mobilité peut vous aider, depuis le début de votre projet jusqu’à votre retour, vous orienter vers les bonnes personnes et les bons services et vous assister quelle que soit votre situation. Elle assure une permanence trois fois par semaine et est également disponible sur rendez-vous. Vous pouvez également lui poser toutes vos questions questions par mail ou par téléphone.

Les responsables mobilité des sections veillent sur le contenu académique des séjours. C’est vers eux que vous pouvez vous tourner pour vous aider à établir le programme académique de votre séjour.

Les responsables des accords fonctionnent comme lien entre l’UNIL et les universités partenaires. A ce titre, ce sont eux qui connaissent le mieux les conditions spécifiques de chaque échange et qui pourront vous conseiller de manière générale sur votre destination.

Le Service des affaires sociales et de la mobilité étudiante (SASME) s’occupe de l’aspect administratif de votre séjour.Si vous êtes sélectionné pour un séjour, votre dossier sera transmis au SASME, qui s’occupera de l’inscription de votre séjour dans votre dossier académique, du versement de votre bourse et, dans certains cas (accords généraux, mobilité suisse), de la transmission de votre dossier à l’université partenaire. Le SASME organise également la sélection des candidat·e·s pour les accords généraux. Vous trouverez les coordonnées et les horaires de réception de ce service sur www.unil.ch/sasme/contact

Votre université d’accueil propose également un certain nombre de services aux étudiants qu’elle accueille. Tournez-vous vers elle pour avoir des informations détaillées sur l’enseignement ou pour obtenir de l’aide sur des informations pratiques: logement, démarches administratives, etc.

Enfin, n’hésitez pas à profiter de l’expérience de vos camarades qui sont partis avant vous en mobilité. L’Association des étudiant·e·s en lettres propose dossier mobilité très complet sur son site internet. La conseillère mobilité ou le SASME peut également vous mettre en contact avec des camarades qui sont déjà partis dans la même université que vous.

Préparation du séjour et candidature

Quand dois-je commencer les démarches?

La planification d’un départ en mobilité devrait être envisagée dès que possible. En effet, le fait de partir en mobilité aura des conséquences sur la planification de votre cursus académique. N’hésitez donc pas à vous renseigner assez vite.

Il est à noter que certaines universités partenaires demandent des attestations de niveau de langue, comme le TOEFL et l’IELTS pour l’anglais. Il est essentiel d’obtenir des résultats suffisants à l’un de ces examens afin de pouvoir postuler pour certains accords; renseignez-vous assez vite et planifiez l’obtention de ce certificat assez rapidement; voir «Une attestation du niveau de langue est-elle nécessaire?»

Les démarches à proprement parler devraient débuter dès le début de l’année qui précède votre départ, ce qui vous assurera de pouvoir réunir votre dossier de candidature à temps.

Une attestation du niveau de langue est-elle nécessaire?

De solides connaissances linguistiques sont essentielles pour tout séjour dans une université non francophone. Nous vous conseillons d’y consacrer du temps assez tôt, dès le début de l’année qui précède votre séjour, voire dès le début de vos études. Vous pouvez notamment suivre des cours au Centre de langues de l’UNIL (gratuits pour les étudiant·e·s) ou participer à un tandem linguistique.

Seule une minorité des accords d’échange demande une attestation de votre niveau de langue. Consultez au préalable la fiche d’information de la destination dans la base de données des accords d’échange et ne vous lancez pas dans un examen de langue si cela n’est pas nécessaire. Si une attestation est demandée, tenez compte du fait que vous devrez passer l’examen bien avant l’échéance pour la candidature, de manière à recevoir vos résultats à temps. Prêtez attention aux types d’attestation reconnus (par exemple pour l’anglais, TOEFL, IELTS, FCE/CAE/CPE). Les exigences varient d’une université à l’autre. Ainsi, si vous prévoyez de postuler pour plusieurs destinations, soyez certain de vous inscrire à un examen qui est reconnu par toutes.

Il peut également arriver que votre université d’accueil vous demande une attestation de votre niveau de langue plus tard, par exemple lors de votre inscription. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’un critère de sélection, mais plutôt d’un contrôle. Il n’est pas nécessaire de passer par un examen officiel. Vous pouvez demander à votre section ou au Centre de langue s’ils peuvent vous délivrer une attestation de votre niveau.

Comment formuler la lettre de motivation?

Les dossiers de candidature pour les accords facultaires et pour les accords généraux doivent contenir une lettre de motivation. Celle-ci est très importante pour votre candidature et il est nécessaire d’y consacrer du temps.

La lettre ne doit pas être trop longue (entre une page et une page et demie). Ne vous attardez pas sur des objectifs culturels ou linguistiques, le but d'un séjour mobilité est avant tout académique, et c’est cela que votre lettre de motivation doit refléter. Montrez comment les destinations choisies sont en adéquation avec les disciplines que vous étudiez, évoquez les recherches que vous avez effectuées pour établir votre projet d’études, mentionnez les contacts éventuels que vous avez déjà pris avec des enseignants sur place ou les recommandations qui vous ont peut-être été faites.

Enfin, n’oubliez pas que, pour toutes les destinations non francophones, la lettre doit être écrite en anglais. Et si vous déposez une candidature pour plusieurs destinations, votre dossier doit contenir une lettre pour chacune d’entre elles. Evitez d’utiliser plusieurs fois la même lettre en changeant seulement quelques paragraphes, ce qui pourrait donner une mauvaise impression, mais prenez le temps de rédigez des lettres pertinentes. Cela peut faire la différence pour votre candidature.

Puis-je poser ma candidature pour plusieurs types d'accords différents?

La plupart des accords d’échange proposent un nombre de places limité et toute candidature comporte une part d’incertitude. Aussi est-il tentant de déposer plusieurs candidatures en même temps, afin d’augmenter ses chances de partir. Cette pratique est toutefois à éviter, car il peut arriver que vous soyez retenu pour plusieurs destinations, ce qui signifierait que vous occupez inutilement des places dont d’autres étudiants auraient pu profiter.

Par contre, il est possible d’effectuer plusieurs démarches successivement. Ainsi, vous pouvez tenter de trouver une place pour des conventions d’échange en déposant un dossier le 15 décembre. Si cette démarche n’aboutit pas, vous avez la possibilité de trouver une place pour un accord Erasmus jusqu’au 20 février, ou de vous tourner vers un échange en mobilité suisse, pour lequel le délai d’inscription est le 15 avril.

Enfin, lorsque vous postulez pour les accords généraux, vous pouvez indiquer plusieurs destinations. Il est à noter que les destinations retenues ne peuvent être que des universités avec lesquelles nous avons une convention d’échange. N’indiquez pas de destinations Erasmus, car ce ne sont pas les mêmes personnes qui en attribuent les places.

Que se passe-t-il après le dépôt de ma candidature?

Un comité de sélection (dans le cas des accords généraux) ou le responsable de l'accord d'échange (pour les accords SEMP et facultaires) examine l'ensemble des candidatures reçues et attribue les places disponibles pour chaque échange. Vous serez tenu informé dans un délai d'un mois environ de la décision qui aura été prise à votre sujet. Si votre candidature est retenue, votre dossier est transmis au Service des affaires sociales et de la mobilité étudiante (SASME) et à votre université d'accueil.

Les démarches continueront à l’UNIL par l’envoi de différents documents par le SASME, notamment le contrat pour votre bourse d’échange.

En parallèle débuteront les démarches d’inscription auprès de votre université d’accueil. Le déroulement de celles-ci dépend de votre destination. En principe, les universités partenaires prendront contact directement avec vous pour vous transmettre une marche à suivre. Si tel ne devait pas être le cas, consultez le site web de votre université d’accueil pour connaître les démarches à accomplir et les échéances à respecter et manifestez-vous spontanément.

Les démarches les plus courantes sont les suivantes:

  • S’inscrire via un formulaire en ligne. Un nom d’utilisateur et un code d’accès vous sont fournis directement par l’université d’accueil ou doivent être demandés par vous-même.
  • S’inscrire via un formulaire papier. Il doit le plus souvent être signé par un responsable (Brigitte Maire pour la Faculté des lettres et/ou Maria Velasco pour le SASME).
  • Fournir un contrat ou un projet d’études. Même si vous l’avez déjà fait au moment de votre inscription, il faut fournir à nouveau la liste de cours que vous comptez suivre pendant votre séjour, en utilisant cette fois les formulaires de votre université d’accueil. Cette étape est très importante: elle vous permettra de vous assurer que les cours que vous avez choisis vous sont ouverts et peut constituer une inscription aux cours.
  • Fournir un relevé de vos notes. Le secrétariat des étudiants peut vous fournir un document (nommé «Etudes suivies, cursus non terminé»), bilingue français/anglais et au format ECTS, qui convient très bien pour cet usage. Il faut compter quelques jours pour la préparation de ce document. Si vous êtes au début de votre maîtrise, une copie de votre baccalauréat peut également faire office de relevé de notes.

Si vous terminez votre année propédeutique, vous n'avez pas encore de notes inscrites dans votre dossier. Ceci peut être remplacé par un relevé des résultats des contrôles continus que vous avez passés, signés par les enseignant·e·s concerné·e·s.

Reconnaissance de cours et d'examens

A quoi sert le contrat d'études et comment doit-il être utilisé?

Le contrat (ou projet) d’études (en anglais learning agreement) est un élément central de votre séjour: ce document vous sert à planifier le programme d’étude de votre séjour, à le soumettre à vos sections et à la faculté pour vous assurer que votre programme sera reconnu à votre retour, enfin à le présenter à votre université d’accueil qui vous indiquera si les enseignements choisis vous sont ouverts, si le nombre de crédits indiqué est correct, etc.

Vous remplirez un contrat d’études pour chaque discipline à laquelle vous êtes inscrit. Pour le programme à options, les enseignements qui concerneraient une de vos disciplines de base peuvent être ajoutés sur le contrat de la discipline en question; les options suivies dans d’autres disciplines font l’objet d’un contrat séparé.

Vous préparez une première version de vos contrats d’études pour votre dossier de candidature. Comme cette étape a lieu plus de six mois avant votre départ, vous n’aurez certainement pas encore accès au programme académique de l’année de votre départ. Vous pouvez donc établir un programme provisoire, sur la base des horaires de l’année en cours. Prêtez attention aux semestres: dans certaines universités, l’offre de cours varie beaucoup entre le semestre d’automne et le semestre de printemps.

Ce programme provisoire sera corrigé au début de votre séjour: au moment où vous savez de manière définitive les cours que vous allez pouvoir suivre, vous remplissez le verso du formulaire, en indiquant les cours du programme initial que vous avez supprimés et ceux que vous ajoutez. Faites signer ce contrat par un coordinateur mobilité de votre université d’accueil, qui pourra ainsi vérifier que votre programme est correct.

A chaque étape, vos contrats d’études doivent être signés par les responsables mobilité de votre section, puis déposé auprès de la conseillère mobilité, qui le contrôlera et le fera signer à la responsable mobilité de la Faculté. Il est très important que vos contrats portent ces trois signatures (la vôtre, celle du responsable mobilité de section, celle de la responsable mobilité de la Faculté) au moment du dépôt de votre candidature. Durant votre séjour, chaque changement de votre programme d’étude doit être annoncé à ces responsables et recevoir leur aval. Cela est le seul moyen de vous assurer que les cours suivis seront reconnus à votre retour.

Enfin, les contrats d’études doivent toujours être accompagnés du plan d’études lausannois de la discipline correspondante. Vous reporterez sur celui-ci chacun des cours suivis pendant votre séjour, en indiquant dans quel module il entrera, quelle(s) attestation(s) ils vous permettront d’obtenir; vous indiquerez aussi si vous validerez des examens pendant votre séjour. Pour vous aider à remplir les contrats et les plans d'études, consultez notre marche à suivre.

Quelles règles régissent les séjours mobilité?

Les séjours mobilité sont réglementés par deux directives facultaires, disponibles sur le site de la Faculté.

Ces documents sont courts et accessibles, et résument toutes les règles qui touchent à la mobilité. Il est donc vivement conseillé de les lire dès le début de la préparation de votre séjour et de vous y référer à chaque fois que vous avez un doute.

Les points les plus importants concernent le nombre de crédits maximal qu’il est possible d’obtenir en tout et par plan d’études, en fonction de la durée du séjour. Le nombre et le type d’examen qu’il est possible de valider en mobilité y sont également fixés.

Est-il possible de passer des examens pendant mon séjour?

Pour les personnes soumises au règlement du Bachelor 2013, il n'y a pas de restrictions particulières: les résultats obtenus à l'étranger donnent lieu à des équivalences, avec conversion de la note obtenu dans l'université d'accueil si l'évaluation en question dans le plan d'études lausannois fait l'objet d'une validation noté ou d'un examen. Il faut noter toutefois que certaines épreuves particulières ne peuvent pas être validées à l'étranger et doivent être dans tous les cas passées à Lausanne.

Pour les personnes soumises au règlement du Bachelor 2005, vous avez la possibilité de faire valoir des notes obtenues en mobilité comme résultats d’examen. Les conditions sont les suivantes:

  • Vous ne pouvez obtenir en mobilité qu’une seule note d’examen par plan d’études.
  • Seules les épreuves à coefficient simple peuvent être remplacées par une note obtenue lors d’un séjour mobilité (les coefficients des épreuves sont indiqués sur les plans d’études).
  • La note sera acceptée uniquement si elle figure sur le relevé de notes officielles fourni par votre université d’accueil. Renseignez-vous sur place suffisamment tôt si vous avez des doutes quant à la façon dont vos résultats seront transmis.
  • Dans tous les cas, le remplacement d’une épreuve par une note obtenue en mobilité est soumis au préavis de la section. Si vous avez l’intention d’obtenir des équivalences pour des notes obtenues en mobilité, discutez-en clairement avec le responsable mobilité de la section concernée, en précisant pour quel enseignement vous souhaitez obtenir l’équivalence pour la note et pour quelle épreuve vous aimeriez la faire valoir.

Les étudiant·e·s en Maîtrise ne sont pas autorisés à remplacer une épreuve par une note obtenue en mobilité.

Quel sera mon statut pendant mon séjour?

Durant le ou les semestres de votre séjour, vous restez immatriculé à l’UNIL. Seul votre statut change: d’étudiant·e régulier·ère, vous passez à étudiant·e en mobilité départ. Ce statut permet tout d’abord la diminution de vos taxes semestrielles à Lausanne qui seront réduites à 180 francs par semestre. 

Ce statut indique en outre que vous ne vous trouvez pas à Lausanne et que, par conséquent, vous ne pouvez pas suivre d’enseignements. Il vous sera donc impossible de vous inscrire à des enseignements à l’UNIL. En revanche, il est prévu que vous puissiez passer des examens directement à votre retour. Il faudra alors simplement que vous vous inscriviez à ces examens dans les délais prévus.

Les cours que je suivrai pendant mon séjour seront-ils reconnus par la Faculté?

La reconnaissance des crédits et des notes obtenues pendant un séjour mobilité est soumise à deux ensembles de conditions: le respect de la Directive facultaire sur la mobilité et le préavis favorable de la section.

Les Directives facultaires sur la mobilité fixent le nombre maximum de crédits qui peut être reconnu aux étudiant·e·s revenant d’un séjour en mobilité et la manière dont ces crédits peuvent être répartis entre ses différents plans d’études. Il est donc important de prendre connaissance de ces règles dès la planification de votre séjour (pour les détails, se reporter à la Directive facultaire sur la mobilité).

La section donne son préavis sur les équivalences que les étudiant·e·s demandent à leur retour. Cette consultation est la suite logique du contrat d’études que vous établissez avant votre départ et que vous faites signer au responsable mobilité de la section. Par le contrat d’études, vous vous engagez à suivre un certain nombre d’enseignements définis pendant votre séjour ou de passer certains examens. En contrepartie, la section s’engage à reconnaître les crédits et les notes obtenus comme des attestations et des épreuves de votre plan d’études. Il est donc essentiel de définir dès le début à quels modules lausannois correspondent les enseignements suivis pendant le séjour, combien d’attestations vous seront attribuées pour les crédits obtenus, pour quelle épreuve vous recevrez une équivalence de la note obtenue en mobilité. Le contrat est également signé par la responsable mobilité de la Faculté, afin d’attester que le programme prévu entre dans le cadre prévu par les Directives facultaires. Pour les différentes démarches liées au contrat d’études, voir le point «A quoi sert le contrat d’études et comment doit-il être utilisé?»

Un départ en mobilité entraînera-t-il une prolongation de la durée de mes études?

Une bonne planification permet de préserver une durée d’études optimale. Si la destination retenue ne permet pas de suivre des enseignements dans toutes les disciplines de votre programme d’études à l’UNIL, vous pouvez alors suivre avant votre départ en mobilité davantage d’enseignements de cette discipline et un peu moins d’enseignements dans les autres.

Si cette répartition idéale est difficile à réaliser, la légère prolongation de la durée de vos études sera largement compensée par l’expérience incomparable et l’enrichissement personnel que vous offre tout séjour en mobilité. Les bénéfices d’un séjour mobilité s’étendent au-delà du séjour lui-même, qui pourra être mentionné avantageusement dans votre CV.

Suivez nous:          

Des questions sur les échanges universitaires?

Contactez la conseillère mobilité:

Léona Giddey

conseilmobilite-lettres@unil.ch
T +41 21 692 29 17

Bureau Anthropole 2050

Heures de réception:
Mardi et jeudi de 13h30 à 16h00, ou sur rendez-vous

Partagez:
Anthropole - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 29 78
Fax +41 21 692 29 05