Présentation

ciej.png

La caractéristique du judaïsme est de reposer sur trois fondements imbriqués et insécables : une tradition religieuse, un peuple, un rapport particulier à un territoire. Pour le dire autrement, on peut aborder le judaïsme du point de vue de sa tradition textuelle et en tant qu’histoire nationale se déployant dans une chronologie et une géographie singulières. Cette histoire est déterminée par un rapport complexe et dialectique à un territoire spécifique, conçu par la tradition comme promesse, avec lequel a été entretenu un lien fort au-delà de l’exil. Mais cette histoire est également celle d’un « peuple monde », pour reprendre l’expression de Simon Dubnov, dont les diasporas ont été enrichies par des contextes culturels extrêmement divers.
C’est de cette singularité historique qu’il s’agira de rendre compte dans ce Centre interdisciplinaire d’études juives. Elle se traduit par la nécessité de multiplier les approches et de croiser les regards, tant du point de vue disciplinaire que du point de vue des compétences culturelles et linguistiques. Ce Centre aura pour fonction de faire se rencontrer à l’UNIL, l’ensemble des personnes intéressées par ces thématiques. Il sera également largement tourné vers la Cité.


« En Suisse française, nous avons réussi à faire un ‘petit tour autour du lac de Genève’, selon la ligne Lausanne-Vevey-Clarens-Montreux. Ici la sévère grandeur de l’Oberland bernois faisait place aux doux contours du Sud. L’ombre de Rousseau et de la Nouvelle Héloïse m’accompagnait en ces lieux. Les paisibles promenades, effectuées entre Vevey et le château de Chillon en passant par Clarens et Montreux, au milieu des vignes me mettaient d’humeur romantique. Au retour, je fus charmé par la proprette ville de Neuchâtel (…). Je dis à mon compagnon de route : voilà où j’aimerais passer toute ma vie à penser et à travailler. Les huguenots français ont trouvé ici un asile autrefois, pourquoi un huguenot juif de Russie ne pourrait-il pas s’y réfugier ? Pendant longtemps, au milieu des tempêtes russes, j’ai rêvé d’une paisible demeure sur les rives du lac de Neuchâtel, d’une vie avec la Nature et l’Histoire… »
Simon Doubnov, Le livre de ma vie

Partagez: