Boillat Alain

La recherche avancée est accessible via Serval

Les publications peuvent être gérées en accédant à Serval via MyUnil

Publications

CHARGEMENT...
2019 | 2018 | 2017 | 2016 | ...
2019
2018
2017
2016
CHARGEMENT...
 
 
 
 
 
 
 

Retour

Axes de recherche soutenus par le FNS : 

Direction du projet "Personnage et vedettariat au prisme du genre (gender): étude de la fabrique des représentations cinématographiques (2016-2019)"
Consulter le site du projet

 

Direction du projet "Discours du scénario: étude génétique et historique des adaptations cinématographiques de Stendhal » (2014-2017)"
> Consulter le site du projet

 

Participation au projet "Histoire et théorie des feuilletons dans les périodiques de bande dessinée (2012-2014)"
> Consulter le site du projet

 

Participation au projet "Les usages de Jésus (La représentation de Jésus au cinéma et en bande dessinée) (2006-2009)"
> Consulter le site du projet

 

Participation au programme "ProDoc « Cinéma et dispositifs audiovisuels: discours et pratiques » (2009-2013)"
> Consulter le site du projet

 

Ouvrages

2018
Couverture Adaptation ouvrage.png      

Alain Boillat et Gilles Philippe (avec la collaboration de Laure Cordonier et Adrien Gaillard), L’Adaptation. Des livres aux scénarios. Approche interdisciplinaire des archives du cinéma français (1930-1960), Bruxelles, Ed. Les Impressions Nouvelles, 2018.

Le cinéma français d’après-guerre dit « de la Qualité française », longtemps éclipsé dans l’historiographie au profit de la Nouvelle Vague, plaçait au cœur de ses préoccupations la question de l’adaptation : Le Rouge et le Noir de Stendhal, Le Diable au corps de Radiguet ou le Journal d’un curé de campagne de Bernanos se voient notamment transposés à l’écran, et certains écrivains, tels Gide et Malraux, se prennent d’intérêt pour le 7e art. Les études rassemblées dans ce volume exploitent des documents d’archives méconnus afin d’offrir un éclairage nouveau sur cette production cinématographique en l’abordant sous l’angle de l’activité scénaristique d’auteurs de premier plan (en particulier le tandem Aurenche et Bost). Par le biais de comparaisons entre romans ou pièces de théâtre, variantes scénaristiques et films, les contributeurs de l’ouvrages examinent les fonctions de la référence littéraire, certaines étapes de la création (notamment le découpage technique) ou certains procédés narratifs comme le flash-back ou la mise en abyme. L’œuvre filmique apparaît alors comme le résultat d’un geste nécessairement collectif, comme l’aboutissement d’un travail d’écriture mouvant dont l’étude nous en apprend beaucoup sur le pouvoir respectif des mots, des images et des sons. Le scénario est souvent étudié dans une optique normative ; le voici réenvisagé comme le lieu des possibles.

Site de l'éditeur

2017
Couverture.jpg      

Marc Atallah (dir.), Alain Boillat et Frédéric Jaccaud, Je suis ton père. Origines et héritages d’une saga intergalactique, Paris : Huginn & Munnin (Fantask), 2017

L’ouvrage fait à la fois office d’étude scientifique des films de la saga "Star Wars" et de catalogue d’une exposition proposée par la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains) et consacrée au travail de treize artistes contemporains internationaux qui, tous, se réapproprient l’univers de Star Wars pour en proposer une version personnelle et décalée, souvent en exploitant les possibilités du numérique. L’intégralité des oeuvres de l’exposition sont reproduites en grand format dans le catalogue. Dans un essai intitulé "Stars Wars, encore et toujours : d’une logique sérielle répétitive à la création d’un mythe intemporel », illustré notamment par des pièces issues des fonds d’archives de la Maison d’Ailleurs, Alain Boillat analyse certaines de ces oeuvres contemporaines – en particulier les photographies de Cédric Delsaux, auquel Marc Atallah accorde un entretien en fin d’ouvrage – et commente sur un plan narratif et visuel les phénomènes de sérialité et de répétition présents dans les huit longs-métrages de cinéma, ainsi que les modalités selon lesquelles cette logique répétitive se poursuit en dehors des films à travers les médias et les produits dérivés. 

2016
couv_978-2-88474-821-6.jpeg

Alain Boillat, Marine Borel, Raphaël Oesterlé et Françoise Revaz, Case, strip, action! Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016.

Issu d'un projet de recherche mené sur un fonds d'archives du Centre BD de la Ville de Lausanne et consacré à l'étude narratologique des feuilletons dessinés (http://wp.unil.ch/grebd/projets-fns/), cet ouvrage richement illustré se penche dans une perspective théorique et historique sur la manière dont les hebdomadaires pour la jeunesse de l'après-guerre ont tenu en haleine leurs jeunes lecteurs et façonné leur imaginaire. Il se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de l'époque en l'envisageant dans une perspective intermédiale, en particulier grâce à l'exploration des liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique sérielle, rythme narratif, découpage de l'action) qu'analytique (pratique de l'adaptation de films en BD).

Annonce de la parution

Table des matières

   
couv_BD_US_978-2-88474-824-7_web.jpeg

Alain Boillat et Marc Atallah (dir.), BD-US : Les Comics vus par l’Europe, Gollion, Infolio, 2016.

Cet ouvrage réunit des spécialistes de l’étude de la bande dessinée qui proposent une série d’éclairages sur la manière dont les productions culturelles européennes ont diffusé, exploité, reformulé ou détourné l’imaginaire et le langage des comics venus d’outre-Atlantique. L’approche se veut résolument comparative, interculturelle et intermédiale : les chercheurs abordent autant Edgar P. Jacobs ou les récents albums de Serge Lehman que les séries TV de science-fiction britanniques ou les films d’Alain Resnais, et se proposent d’interroger la réception et les réappropriations de motifs et genres populaires situés au croisement d’influences et de références diverses. La production américaine est ainsi discutée dans toute sa richesse, des super-héros à l’underground, à travers des (re)lectures proposées en Europe.

Site de l'éditeur

Table des matières

   
NB-Dialogue_Coul.jpeg

Alain Boillat, Germain Lacasse, Vincent Bouchard et Gwenn Scheppler, Dialogues avec le cinéma. Approches interdisciplinaires de l’oralité cinématographique, Montréal, Nota Bene, 2016.

Cet ouvrage collectif propose de prolonger et d’approfondir la réflexion notamment menée par Germain Lacasse et Alain Boillat sur des pratiques filmiques où la parole tend à dominer l’image en les inscrivant dans leurs généalogies et en repérant des parentés jusqu’ici peu discutées. Les textes rassemblés ici explorent les modalités d’un dialogue entre le cinéma et diverses formes d’oralité qui l’ont pris en charge ou qui ont été intégrées dans des films. Les auteurs y définissent plusieurs paradigmes culturels où se déploient des pratiques orales du cinéma ou des échos de celles-ci. Pour ce faire, ils examinent certains agencements médiatiques particuliers qui mêlent le cinématographique à d’autres moyens d’expression, témoignant ainsi de l’importance de l’oralité – et par conséquent de l’humain – dans des phénomènes intermédiatiques trop souvent rapportés à leurs seules composantes technologiques.

Site de l'éditeur

Sommaire

 

2014
Boillat2014A.jpg

Alain Boillat et Irene Weber Henking (dir.), Dubbing. Die Übersetzung im Kino La Traduction audiovisuelle, Schüren, Marburg, 2014.

Ensemble d’études consacrées aux rapports entre le mot écrit ou parlé et les images animées, en particulier dans le cas de la traduction. Les questions d’adaptation d’un film à un nouveau public-cible sont envisagées à partir de corpus variés, du néo-réalisme italien aux productions japonaises récentes, en passant par la Nouvelle Vague. Un accent tout particulier est mis sur les premières années de la généralisation du parlant et sur le cinéma de la « modernité » (Jean-Luc Godard, Jean-Marie Straub et Danièle Huillet), examiné au niveau de l’intégration d’un texte écrit dans une œuvre filmique originale.

Site de l'éditeur

Sommaire

   
Boillat2014.jpg (StarWarsUnMondeEnExpansion_Cover-Flashage.indd)

Alain Boillat, Star Wars, un monde en expansion, Maison d'Ailleurs/ActuSF, Yverdon-les-Bains, 2014.

Star Wars, un monde en expansion, livret d’exposition édité par la Maison d’Ailleurs, part du constat selon lequel l’univers créé originellement par George Lucas constitue l’une des franchises cinématographiques les plus lucratives de tous les temps : l’étude de ses ramifications à travers différents produits dérivés – comic books, romans, jeux vidéo, etc. – est riche d’enseignements sur la culture de masse actuelle. Afin d’examiner comment se joue (dans un sens à la fois théorique et ludique), à travers l’expansion d’un monde inauguré par la première trilogie produite par Lucas, l’exploitation des pouvoirs de la fiction et du récit, l’auteur discute en particulier un type d’artefacts très souvent ignoré dans les études sur le cinéma : les jouets, envisagés au sein d’un réseau de productions médiatiques.

Site de l'éditeur

   
Boillat2014B.jpg

Alain Boillat, Cinéma, machine à mondes, Georg, Genève, 2014.

A partir d’un corpus de films récents appartenant majoritairement au genre de la science-fiction et témoignant avec acuité du contexte intermédial propre à l’ère numérique contemporaine, l’ouvrage propose une théorisation de la coprésence en un même film de mondes multiples en abordant différents paramètres comme l’hétérogénéité de la facture de l’image, le montage alterné, la sérialité, la dystopie, etc.

Site de l'éditeur

Sommaire

 

TOP ^

2011
Boillat2011.jpg

Alain Boillat, Jean Kaempfer et Philippe Kaenel (dir.) Jésus en représentation. De la Belle Epoque à la postmodernité, Infolio, Gollion, 2011.

Réflexions sur l’engouement massif qu’a rencontré au cours du XXème siècle la figure de Jésus, que cela soit au cinéma – et cela dès les Passions des premiers temps–, en littérature, dans les arts ou dans la bande dessinée. La transposition des évangiles en images, en sons et en amplifications textuelles est examinée à travers des questions de représentation, de point de vue et de récit.

Site de l'éditeur

Sommaire

   
Boillat2011A.jpg

Alain Boillat, Adrien Bürki, Adrien Gaillard et alii, Archipel n°34, « Silence, on tourne la page ! », Lausanne, décembre 2011.

Numéro consacré à une réflexion sur l’étude des pratiques scénaristiques dans le champ académique, en particulier dans une introduction méthodologique se voulant programmatique. Plusieurs études de cas y sont proposées, notamment dans une perspective intermédiale (les jeux vidéo, la conception du romancier Ramuz) et théorique (les modèles proposés par les manuels ou par Pier Paolo Pasolini).

Sommaire

 

TOP ^

2010
Boillat2010A.jpg

Alain Boillat (dir.), Les Cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue, Georg, Genève, 2010.

L’ouvrage esquisse une histoire croisée du cinéma et de la bande dessinée à travers une série d’études dont l’ambition est de renouveler le savoir quant aux origines, à l’évolution et à l’impact socioculturel de la BD, envisagée en tant que lieu où se réfléchit le cinéma. On étudie en particulier, dans une perspective intermédiale, comment les discours sur la BD ont été façonnés par la théorie du cinéma.

Site de l'éditeur

Sommaire

   
Boillat2010.jpg

Alain Boillat (dir.), "Les abîmes de l'adaptation", Décadrage 16-17 , hiver 2010.

Dossier proposant un renouvellement du regard porté sur la problématique de l’adaptation cinématographique via l’étude de films dans lesquels le passage du langage écrit à un signifiant audiovisuel se formule d’une façon à la fois singulière et emblématique de nombreux procédés induits par toute transposition dans un autre média : il s’agit de mises en abyme mêlant la biographie d’un auteur réel avec le monde fictionnel issu des œuvres romanesques ou poétiques de ce dernier. Les études de cas explorent comment le cinéma s’approprie des imaginaires littéraires.

Site de l'éditeur

Sommaire

 

TOP ^

2008
Boillat2008A.jpg

Alain Boillat, Philipp Brunner, Barbara Flückiger (dir.), Kino CH / Cinéma CH. Rezeption, Ästhetik, Geschichte. Réception, esthétique, histoire, Schüren, Marburg, 2008.

A travers une vingtaine de contributions, l’ouvrage offre un bilan des différentes approches dont le cinéma helvétique fait l’objet dans le champ des études académiques, tant sur les plans esthétique et narratif que du point de vue du contexte de production et de réception. Afin de mieux saisir l’identité plurielle de ce cinéma national, les auteurs questionnent non seulement la vision que les films suisses entendent donner du monde, mais aussi les différents discours qui ont été portés sur eux.

Site de l'éditeur

   
Boillat2008.jpg

Alain Boillat, Pierre Gisèle, Jean Kaempfer et Philippe Kaenel (dir.), Point de vue sur Jésus au XXe siècle, Etudes de Lettres, n°2, 2008.

Les « points de vue » rassemblés dans cet ouvrage se posent sur la figure de Jésus telle qu’elle a pu se montrer au XXe siècle à travers différents moyens d’expression, que cela soit sur les écrans de cinéma, dans les volumes romanesques et les albums de bandes dessinées, ou dans les travaux de plasticiens. On lui a donné des états d’âme ; on a planté avec réalisme le décor historique de sa vie : on l’a ainsi « incarné » de multiples manières qui sont autant de chemins, examinés dans ce volume, vers son devenir-profane.

Sommaire

 

TOP ^

2007
Boillat2007.jpg

Alain Boillat, Du bonimenteur à la voix-over. Voix-attraction et voix-narration au cinéma, Antipodes, Lausanne, 2007.

Du bonimenteur à la voix-over propose une réflexion historique et théorique sur la place et la fonction conférées à la voix au sein du medium machinique qu’est le cinématographe. En s’interrogeant d’abord sur l’accompagnement verbal qu’offrait un locuteur live (le « bonimenteur ») à l’époque du cinéma des premiers temps, cet ouvrage rend compte des spécificités de l’oralité du cinéma parlé, puis confronte la médiation qui s’opère au sein de ce dispositif aux principes de la voix enregistrée, notamment en ce qui concerne le cas emblématique de la voix-over, étudiée ici dans ses implications narratologiques et énonciatives. À travers l’examen de la voix-over et des discours qui lui ont été consacrés, l’auteur élabore un modèle inédit de l’énonciation au cinéma qui intègre la question de la matérialité de la voix et de son enregistrement. Par ailleurs, en abordant de façon systématique les modes de synchronisation et les relations sémantiques qui s’instaurent entre les mots et les images, il conçoit des instruments pour l’analyse filmique qu’il applique à certaines oeuvres singulières du point de vue du régime vocal telles que Le Roman d’un tricheur (Guitry), La Fiancée de Frankenstein (Whale), Lola Montès (Ophuls) ou Hiroshima mon amour (Resnais).

Site de l'éditeur

 

TOP ^

2001
Boillat2001.jpg

Alain Boillat, La Fiction au cinéma, L'Harmattan, Paris, 2001.

A partir de méthodologies issues de la filmologie, de la sémiologie, de la narratologie et des théories linguistiques de l’énonciation, l’ouvrage se propose de fournir, à travers plusieurs analyses de films, un cadre théorique destiné à appréhender la fiction et le documentaire en envisageant ces notions comme deux pôles d’un continuum constitué de nombreuses possibilités définies en fonction de certains critères, notamment le type d’ingérence de l’instance filmante sur le « réel ». L’accent est mis sur l’étude de l’effet produit sur le spectateur et sur le travail inférentiel de ce dernier, tel que suscité par des films associés à la fiction (Sixième Sens de Shymalan) ou au documentaire (Les Maîtres fous de Rouch). Un accent tout particulier est mis sur des films sortis à la fin des années 1990 qui adoptent une facture pseudo-documentaire (C’est arrivé près de chez vous ; Le Projet Blair Witch).

Site de l'éditeur

 

TOP ^

TOP ^

A télécharger

Curriculum vitae  (198 Ko)

Publications  (169 Ko)

Partagez:
Anthropole - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 29 10
Fax +41 21 692 29 15
reseau_cinema_ch-logo.svg