Projets en cours

Nikolay Sieber | Tirage au sort | Métaphores de l'équilibre et des crises et des cycles
 

Nikolay Sieber

Vers une redéfinition de l'économie politique classique avec l'économiste russe/ukrainien/suisse Nikolay Ivanovich Sieber

Projet bilatéral Suisse (FNS) - Russie (RHF). Durée: 2016-2019

La Russie impériale a été une terre d'accueil favorable pour le «Capital» de Karl Marx, avec des traductions presque immédiates des différents volumes et un succès en librairie. Mais, au gré de la censure ou de la rareté des exemplaires, les russes ont initialement découvert la théorie économique de Marx à travers la lecture qu'en offrait Nikolay Ivanovich Sieber (1844-1888) dès le début des années 1870. L'influence de cet économiste russe et suisse sur la naissance du marxisme russe tout comme le fait qu'il a le premier traduit et interprété la théorie économique de David Ricardo en Russie ne doivent pas être négligés: Sieber a durablement marqué la compréhension en Russie de l'économie politique classique, or s'il est encore aujourd'hui presque inconnu en Occident, il est en passe d'être oublié en Russie.

Le projet vise à rétablir la mémoire de Sieber dans le paysage intellectuel, ainsi qu'à l'établir comme une figure importante de l'économie politique classique européenne, via la publication de trois volumes. Le premier est la première biographie intellectuelle de Sieber avec des outils utiles aux futurs chercheurs (biographie, bibliographie, guides de lecture de ses œuvres). Le second est la première traduction accessible de son œuvre majeure (du russe vers l'anglais), «David Ricardo et Karl Marx dans leurs recherches socio-économiques» (1885, 500 p). Le troisième est une anthologie en russe d'articles non-économiques de Sieber, afin d'offrir de lui une image renouvelée en Russie.

Les deux équipes de recherche, basées à Lausanne et à Saint-Pétersbourg, et spécialisées en histoire de la pensée économique, vont pouvoir explorer les archives dans les deux pays où Sieber a vécu (Suisse et Russie), pour réaliser ce travail d'interprétation et d'édition critique. 

Requérant principal suisse : François Allisson (UNIL)
Requérant principal russe : Danila E. Raskov (St. Petersburg State University)
Collaborateur : Federico D'Onofrio (UNIL)
Partenaires russes: Leonid D. Shirokorad et Aleksandr N. Dubyansky (St. Petersburg State University)

Pour en savoir plus: 
http://p3.snf.ch/project-163856 et http://francois.allisson.co/sieber

Tirage au sort

Expériences de tirage au sort en Suisse

Les travaux récents sur le tirage au sort en politique ont tous oublié un ensemble d’exemples historiques d’utilisation des loteries pour désigner des magistrats: les cités et cantons suisses d’Ancien Régime. L’intérêt des cas suisses est multiple. Ils constituent tout d’abord parmi les derniers exemples d’utilisation du tirage au sort en Europe. Leur persistance jusqu’au moment de la disparition presque totale du tirage au sort en fait des exemples précieux, qui nous permettront de mieux comprendre les raisons d’une disparition encore aujourd’hui partiellement inexpliquée.

Entre le XVIIe siècle et le début du XIXe siècle apparaissent de nombreuses utilisations du tirage au sort dans ce qui deviendra la Suisse, réparties selon quatre foyers principaux: les cité-États oligarchiques (Berne et Bâle notamment), les cantons «démocratiques», la répartition de certains biens dans les communautés alpines et les institutions de la République Helvétique (1798-1803). Dans ce projet de recherche, deux thèses de doctorat sont en cours de réalisation sur ces différents foyers. 

 

Les cas suisses constituent des exemples extrêmement tardifs d’utilisation du tirage au sort en Europe dans des communautés politiques souveraines. Ils offrent également quelques-uns des très rares exemples d’utilisation du tirage au sort dans des communautés organisées de manière démocratique. La comparaison des différents foyers devrait enfin permettre d’apporter quelques éléments supplémentaires à la compréhension de la nature ambivalente du tirage au sort, à la fois démocratique et oligarchique, égalitaire et exclusif.

 

Toute recherche sur le tirage au sort est aussi un travail sur l’oubli et le recouvrement de pratiques autrefois largement répandues. L’étrange rareté des mentions faites à cette procédure dans les travaux historiques est en elle-même significative d’un effacement plus général des expériences démocratiques. C’est donc autant à une redécouverte qu’à une exhumation qu’invite ce projet de recherche. De nature interdisciplinaire, il se situe à l’intersection de l’histoire des idées et des institutions et de la théorie politique.

 

Pour en savoir plus : http://p3.snf.ch/project-163126

Métaphores de l'équilibre et des crises et des cycles

The metaphorical characterization of equilibrium, economic crises, and business cycles

« All businesses fluctuate. The wise man swings on the pendulum of trade; the fool knocks his head against it. » (Anon, 1894)

Les métaphores, tout comme les autres figures de rhétoriques, témoignent d’une attention qui va au-delà de l’ornement stylistique : elles sont des moyens de penser les objets. Les métaphores sont des outils de recherche en ce qu'elles aident le théoricien à comprendre son objet (la crise, dans ce cas) par les propriétés d'autres objets, qui sont mieux connus. Parfois, les métaphores permettent de mettre en lumière certaines hypothèses cachées, ou des points de vue qui ne sont pas explicites dans les modèles qui étudient la conjoncture.

Ce projet de recherche vise à explorer comment l'utilisation des métaphores a marqué la nature et le développement des théories des crises, vers la fin du XIXe siècle, au moment de la naissance de l'économie moderne. Les métaphores ont commencé à évoluer en concepts et en théories des cycles économiques en même temps que les théories de l'équilibre commençaient à être formulées en termes modernes. Le but de ce projet de recherche est de mieux saisir les notions d’équilibres et de crises, ainsi que leurs relations. Ce faisant, le projet entend également contribuer aux débats publics et professionnels actuels sur les crises, un sujet qui se présente bien souvent sous forme technique, mais dont les ressorts essentiels tiennent à des images déjà utilisées il y a plus d’un siècle : les problèmes économiques fondamentaux seraient-ils restés les mêmes ?

Pour en savoir plus : http://p3.snf.ch/project-169900

Suivez nous:  

Logo du P3 du FNS

Partagez: