Projets en cours

What is Governed in Cities: Residential Investment Landscapes and the Governance and Regulation of Housing Production

Réquérants : Prof. Mike Raco (Bartlett School of Planning, University College London)
Collaboratrice : Julie Pollard (IEP-UNIL)

Période: 2019-2022

Résumé

This project draws on a precise comparative, inter-disciplinary methodology to examine the inter-relationships between contemporary investment flows into the housing markets of major metropolitan centers and the governance arrangements and public policy instruments that are designed to regulate them.

Our case studies are the Amsterdam Metropolitan Area, Greater London, and Grand Paris. The project asks what is governed in major cities and draws on two streams of analysis: mapping and explaining the types of investment that are shaping housing production in the 3 cities; and developing understandings of the effectiveness of public policy instruments that are in place to regulate them.

 

The project is timely as major cities have been faced with unprecedented development pressures as their populations and economies have expanded and their built environments have become highly attractive locations for global investment. These pressures have been particularly acute in the production and consumption of housing, where the impacts of investments on markets, citizens, and places are generating a widely perceived crisis and set of governmental challenges to produce affordable housing”.

 

Website: https://whatisgovernedincities.eu/

Wealth inequalities and the dynamics of housing market : Interpreting real-estate market-based regime of spatial inequalities

Réquérants : Prof. Renaud Le Goix (Université Paris Diderot, UMR Géographie-cités)
Collaboratrice : Julie Pollard (IEP - UNIL)
Période : 2019-2022

Résumé :
The project analyzes growing socio-economic inequalities induced by property prices inflation. Housing prices have increased faster than the income of buyers in most of post-industrial city-regions. Real estate has become a major driver of these inequalities because the flows of household real estate investments are instrumental to the dynamics of asset capitalization. The project structures a multidisciplinary research group to investigate the systemic dimension of inequalities induced by the dynamics of French housing markets and their political and financial context since the end of the 1990s. In French metropolitan areas, the most salient dynamics for the last two decades have been a continuous and steep increase in property prices and a steady increase of homeownership, analyzed as a « resilient bubble » (Timbeau, 2013), and therefore described as a new price regime (Tutin, 2013).

The following paradox has emerged in the post-financial crisis era: while the evolution of both price to income ratio (i.e. affordability index) and rent to price ratio should discourage homebuyers and investors in metropolitan areas, housing markets have remained active and the price trend did not reverse. We assume this situation is linked to many parameters, from the national level (financial and credit affordability conditions, pro-homeownership policies, shift toward asset-based welfare) to the local level (pro-market housing policies, spatial differentiation of housing prices). Our research question stems from this analysis: to what extent contemporary social inequality is shaped by one’s relationship to housing markets? We will examine it through three overlapping dimensions: urban policies to promote the production of residential real estate; local access and affordability to participate in that market; specific trajectories of wealth accumulated through home ownership – and its attendant effects on urban policies.

Performance-Information Use in Switzerland: Do Organizational Climate and Cooperation Among Actors Matter?

Réquérant principal : Prof. David Giauque (UNIL/IEP/LAGAPE)
Membre de l’équipe : Stefano Assanti (assistant-doctorat FNS)
Période : 2019-2023

Résumé :
Le système politico-administratif suisse est entré dans l’ère de la « gouvernance par les chiffres » ou « gouvernance par les indicateurs ». Afin de s’assurer de la bonne conduite et de la pertinence des différents programmes administratifs, la plupart des entités publiques ont mis en place des systèmes de gestion complexes. Ces derniers se basent sur le développement, la génération et l’utilisation d’informations de performance censées permettre un suivi régulier des prestations délivrées par les administrations publiques et ses partenaires. La gestion de la performance devient donc un élément important dans la gouvernance publique.

Employees’ Performance and Well-Being in Different Contexts: Do New Ways of Working Matter?

Réquérant principal : Prof. Yves Emery (IDHEAP)
Membres de l’équipe : 2 doctorants FNS
Période:  du 01.09.2019 au 31 août 2022

Résumé :
Les organisations publiques et privées visent tout à la fois à augmenter le bien-être de leurs employés ainsi que leur performance. Les nouvelles manières de travailler constituent-elles des moyens appropriés pour atteindre ces objectifs ? L’idée à la base de cette recherche est de questionner l’impact des nouvelles manières de travailler au sein des organisations, à la fois sur la performance et le bien-être (satisfaction, relations sociales, santé) des travailleurs. Celles-ci peuvent être définies comme des pratiques organisationnelles qui permettent aux salariés de travailler en s’affranchissant des contraintes organisationnelles, de temps, d’espace, de lieu géographique, ceci grâce à un environnement de travail favorable, un style de leadership approprié et des technologies adaptées au travail mobile. Cette recherche vise à déterminer quelles sont les nouvelles manières de travailler les plus favorables pour les salariés. Nous souhaitons également déterminer si les effets sont plus importants grâce à des pratiques isolées ou si des « grappes » ou « Bundles » de pratiques s’avèrent plus judicieuses. D’autres facteurs d’interaction seront également pris en compte, tels que, par exemple, le type de leadership et le soutien organisationnel perçu par le personnel. Mobilisant des approches sociologiques et managériales des organisations, ce projet s’appuie sur une méthodologie mixte combinant des entretiens auprès de salariés, managers et spécialistes RH, ainsi que la passation d’un questionnaire auprès du personnel d’organisations publiques et privées, afin d’identifier d’éventuelles différences sectorielles. Il va donc contribuer à identifier des leviers permettant de créer des environnements de travail tout à la fois performants et favorables aux salariés.

Bypassing the Nation State? How Swiss Cantonal Parliaments Deal with International Obligations

Requérants : Evelyne Schmid, Martino Maggetti
Autres collaborateurs : Jonathan Miaz, Constance Kaempfer, Matthieu Niederhauser 
Période: 2019 - 2023 (48 mois),
Organisme subventionnaire: FNS

 

Résumé
Today, international law frequently requires legislation by domestic parliaments. Yet, a thorny problem that international law continues to face is precisely its limited ability to influence the behaviour of domestic legislators and the 'relative impermeability of national systems to international legal imperatives' (Cassese 2012, 188). Moreover, the expansion of international law and its shift away from regulating interstate relations towards a complex system of governance virtually concerning all societal domains has sparked opposition. Starting with the premise that 'the future of international law is domestic' (Slaughter and Burke-White, 2006), we claim that the challenges at the intersection of international obligations and domestic legal realities are particularly acute with respect to parliamentary processes located at the subnational level. Domestic legislatures, let alone subnational parliaments, have, however, been largely overlooked so far both internationally and in Switzerland and existing research has predominantly focused on courts rather than on domestic legislative actors. Although the literature recognises the importance of national and subnational legislative actors for the effectiveness of international law, when and how cantonal legislatures engage with international obligations has not yet been systematically studied.

To fill this gap, we are building a research team of legal and political science researchers to answer two tightly connected questions. First, we want to find out through which formal and informal mechanisms cantonal parliaments and other actors involved in cantonal legislative processes engage with international obligations that require them to legislate and that are contained in two sets of international treaties: i) selected obligations related to the protection of human rights of particularly vulnerable individuals (such as Travellers, persons with disabilities, or undocumented minors) and ii) selected obligations from the bilateral agreements between Switzerland and the E

Integration of the Swiss Energy System info the European Energy Policy

Requérant : Matthias Finger, Manuel Fischer, Martino Maggetti and Géraldine Pflieger
Période: 2018 - 2019 (12 mois)

Résumé
This project will identify the main characteristics of the current and expected future energy policies of Switzerland and Europe. For this purpose it will study Switzerland's and Europe's energy policies from the point of view of governance. It will analyse not only the formalised rules, but also the institutions, the formal and informal political processes and the interactions between governmental and non-governmental players.

L'utilisation des informations de performance en Suisse: le climat organisationnel et la confiance entre les acteurs comptent-ils?

Requérant : David Giauque
Période : 2019 - 2023
Organisme subventionnaire : FNS

Résumé
Le système politico-administratif suisse est entré dans l'ère de la « gouvernance par les chiffres » ou « gouvernance par les indicateurs ». Afin de s'assurer de la bonne conduite et de la pertinence des différents programmes administratifs, la plupart des entités publiques ont mis en place des systèmes de gestion complexes. Ces derniers se basent sur le développement, la génération et l'utilisation d'informations de performance censées permettre un suivi régulier des prestations délivrées par les administrations publiques et ses partenaires. La gestion de la performance devient donc un élément important dans la gouvernance publique.

Ceci étant, si toutes les institutions politico-administratives suisses mettent en place ce type d'instruments de gestion et de pilotage, toutes ne les utilisent pas de la même manière. Certaines consacrent même des ressources et beaucoup d'énergie afin de réunir une telle information en lien avec la performance des prestations publiques, mais cette information n'est finalement que peu utilisée dans les processus décisionnels. La question est dès lors de mieux comprendre les raisons pour lesquelles les organisations publiques adoptent de tel dispositif de gestion ainsi que les facteurs qui expliquent leur utilisation ou leur non-utilisation dans le cadre des prises de décision stratégiques et politiques. Le point de vue adopté dans le cadre de cette recherche est de type "sociologie des organisations" dans la mesure où nous allons nous concentrer sur les relations entre les acteurs du système politico-administratif ainsi que les processus de coopération et la confiance entre ceux-ci.

La performance et le bien-être des employés dans différents contextes: Les nouvelles manières de travailler comptent-elles?

Requérant : Giauque David. Autre collaborateur : Emery Yves 
Période : 2019 - 2022
Organisme subventionnaire: FNS

Résumé :
Les nouvelles manières de travailler dans les organisations contemporaines, qu'elles soient publiques ou privées, permettent-elles d'affecter le bien-être et la performance des employés? Telle est la question que cette recherche va principalement investiguer. Par nouvelles manières de travailler nous entendons à la fois via des nouvelles technologies de l'information et de la communication, mais également via des nouvelles méthodes de gestion et d'organisation du travail. En particulier, nous souhaitons savoir si ces nouvelles manières de travailler ont des effets bénéfiques à la fois sur le bien-être et la performance, uniquement sur l'un de ces deux indicateurs, ou aucun impact.

When and why do governments integrate policy sectors? A comparative analysis of eleven countries and four policy areas

Requérant : Martino Maggetti. Collaborateurs: Philipp Trein, Iris Meyer
Période : 2016 - 2019
Organisme subventionnaire : FNS

Depuis quelques années, les gouvernements des pays développés ont commencé à re-intégrer certains secteurs de politiques publiques, surtout dans des domaines considérés comme prioritaires. Par exemple, la politique de la santé fait l'objet de tentatives de coordination accrue avec la politique en matière de migration. Ce projet vise à étudier ces nouvelles dynamiques.

Contenu et objectifs du travail de recherche
La littérature scientifique a mis l'accent sur la fragmentation croissante de l'autorité de l'Etat, sur la délégation de certaines de ses prérogatives à d'autres niveaux de décision, et sur la mise en place de reformes administratives visant à réduire la bureaucratie étatique. Par contre, la re-integration et coordination des secteurs de politiques publiques n'a pas encore été étudiée de manière systématique et comparative.
Ce projet répond à cette lacune en étudiant la la re-integration de quatre secteurs prioritaires dans onze pays sur une période de 34 ans. Plus précisément, ce projet couvre la sécurité intérieure, la politique environnementale, la politique migratoire et la santé publique. Les pays à comparer sont les suivants: Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Etats-Uni, France, Italie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Suisse, sur la période 1980-2014.
Dans ce cadre, il s'agit d'examiner la variation entre pays et secteurs, et d'identifier les facteurs politico-administratifs qui facilitent, ou, au contraire, qui entravent la re-intégration des politiques publiques.

Contexte scientifique et social du projet de recherche
En combinant des approches politologiques avec l'étude des administrations publiques, et grâce à l'utilisation de méthodes mixtes, cette recherche vise à développer une nouvelle théorie concernant l'intégration des secteurs de politiques publiques. Qui plus est, les résultats de ce projet pourront aider les décideurs et les citoyens à mieux comprendre les défis et les avantages de la coordination des politiques publiques.

Plus d'informations

Partagez: