Recherches en cours au CEG

Homosexualités et libéralisme

Co-raquérant·e·s: Marta Roca i Escoda et Thierry Delessert

Le projet de recherche Homosexualités et libéralisme est financé par la fondation zurichoise Homo Liberalis. Il a débuté le 1er juin 2017. Durant dix-huit mois, ces chercheur·e·s exploreront deux axes:

1. Etudes comparées des formes de mariage ou de partenariat homosexuels, Suisse et Espagne

Ce premier axe propose d’étudier les répercussions des derniers changements législatifs relatifs à l’institutionnalisation des couples homosexuels en Espagne et en Suisse. Il s’inscrit dans la continuité des travaux de Marta Roca i Escoda et fait appel principalement à deux approches: la mobilisation du droit par les minorités et les débats normatifs actuels sur l’ouverture du mariage homosexuel;  l’évolution de la définition de la famille et de la filiation sous la poussée d’une libéralisation des droits. Les récentes décisions de la commission des affaires juridiques du Conseil national de modifier les formes d’unions hétérosexuelles et homosexuelles augurent de débats parlementaires et publics qui vont être suivis et analysés par cette recherche.

2. Analyses des archives policières concernant les homosexualités, années 1950-1960

Ce deuxième axe s’inscrit en continuité des recherches menées par Thierry Delessert et se base sur un corpus de sources policières conservé aux Archives Cantonales Vaudoises. Au-delà de la répression, la précision des relevés policiers permet de mener une étude prosopographique sur les concernés, et de produire une histoire du quotidien et des enclaves de liberté autorisant l’expression et le vécu de formes variées d’homosociabilités. A fin d’une comparaison "au fil du Rhône", les archives des polices de mœurs de Lyon et de Marseille seront également consultées.

Embarras de la parole religieuse, débats radiophoniques et controverses autour du genre: Suisse et France, 2006-2016

Co-requérant·e·s: Marta Roca i Escoda et Philippe Gonzalez (Laboratoire THEMA, ISS)

Cette recherche FNS se propose d'enquêter sur les embarras de la parole religieuse telle qu'elle s'énonce dans l'espace public, en Suisse et de France. Notamment, sur des controverses qui portent sur les régulations entre les genres, l'égalité des sexes et la reconnaissance de la pluralité des sexualités. J'ai également codirigée avec Marylène Lieber une recherche FNS qui porte sur la sociohistoire des violences envers les femmes en tant que problème public.

Gendered Globalization

Recherche financée par le FNS et menée par Eléonore Lépinard (ISS, UNIL), Nicky LeFeuvre (ISS, UNIL), Grégoire Mallard (IHEID), et Isabel Boni-LeGoff (CEG-ISS, UNIL)

En Europe et en Amérique du Nord la profession d'avocat est affectée par deux profonds changements : sa globalisation et sa féminisation. Ce projet vise précisément à analyser les effets de la globalisation sur les trajectoires professionnelles des jeunes avocat-e-s dans trois contextes nationaux (Allemagne, Suisse, France). En s'intéressant aux conséquences des processus de globalisation sur les inégalités de genre au sein d'une activité qui se féminise de plus en plus, la recherche adopte une démarche comparative entre trois pays présentant des configurations différentes de la profession d'avocat : la France a plus de grands cabinets que l'Allemagne et la Suisse, même si la pratique individuelle du métier y est aussi développée. En outre, alors que la profession d'avocat est fortement féminisée en Allemagne et en France, cela est nettement moins le cas en Suisse, une exception qu'il s'agira d'expliquer. L'enquête se focalise sur les jeunes générations, de manière à cerner au mieux la façon dont les conditions d'exercice du métier et les processus de globalisation influencent les choix que les avocat-e-s effectuent durant les dix premières années de leur carrière.

Le projet comporte deux volets. Dans une première phase, une enquête quantitative sera réalisée auprès d'un échantillon représentatif d'avocat-e-s inscrit-e-s aux barreaux de Paris, Francfort, Genève et Zurich. Dans une deuxième phase, des entretiens semi-directifs seront réalisés auprès de jeunes avocat-e-s, afin de compléter les analyses élaborées à partir des données quantitatives. Ces résultats pourront être comparés aux conclusions d'une étude longitudinale réalisée par l'American Bar Foundation auprès des jeunes diplômé-e-s des facultés de droit inscrit-e-s au barreau de New York et Washington.

Les quotas de genre dans une perspective comparée

Organisme subventionnaire : European University Institute / Jean Monnet LifeLong Learning Program
Requérant : Eléonore Lépinard et Ruth Rubio-Marin
Gender quotas are part of a global trend to improve women's representation in decision-making bodies. In the past decade they have often been extended in terms of the numbers to be reached (40 or 50% instead of 30%), and in terms of the social field they should apply to (from politics to the economy to the administration). The aim of the project is to assess and analyse this global trend in the European context, comparing the adoption (or resistance to) gender quotas in 13 European countries in the fields of electoral politics, corporate boards and public bodies.
This project investigates legal struggles and political mobilization around gender quotas in: Austria, Belgium, Denmark, France, Germany, Italy, Norway, Poland, Portugal, Slovenia, Spain, Sweden, and the U.K.

https://blogs.eui.eu/genderquotas/

Suivez nous:      
Partagez:
Géopolis - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 38 40
Fax +41 21 692 22 11