Publications des membres de la FTSR (liste non-exhaustive)

Vous trouverez ici une sélection des publications des enseignants et chercheurs de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Lausanne. Vous pouvez accéder à la liste exhaustive des publications des membres des différents instituts de la FTSR en consultant les pages "Publications" de l'IHAR, de l'IRSB, de l'ISSR, de l'ORS et de l'ILTP.

Solfaroli Camillocci D., Fornerod N., Crousaz K., Grosse C. (eds.), La Construction internationale de la Réforme et l’espace romand à l’époque de Martin Luther, Paris, Classiques Garnier, 2021.

 

NfdMS01b_couv.jpgDans les premières années de diffusion de la Réforme, l’espace romand a représenté un laboratoire d’expériences originales et cruciales pour l’histoire religieuse européenne. À partir des marges géographiques et zones de passages, ce collectif interroge les dynamiques complexes des confrontations religieuses.

 

In the first years of the spread of the Reformation, the French-speaking part of Switzerland was a laboratory for original experiments crucial to European religious history. From the geographical margins and zones of passage, this collective work questions the complex dynamics of religious confrontations.

 

Site de l'éditeur

 

Halawi H. W., Les Druzes aux marges de l'Islam. Esotérisme et normativité en milieu rural XIVe-XVIe siècle. Editions du Cerf, 2021.

Druzes.jpgMinorité religieuse du Moyen-Orient actuel, les Druzes de Syrie, du Liban et d’Israël forment des communautés dont les chefs spirituels se caractérisent par une pensée ésotérique originale. Leur livre saint, la Sagesse, développe une interprétation nouvelle du Coran et jette les fondements d’un ésotérisme dogmatique qui tranche avec le shi’isme ismaélien dont il est issu. Sur le socle de leurs doctrines secrètes, les savants druzes du xve siècle établirent une doctrine juridique singulière en islam et des institutions propres à gérer les affaires privées des croyants. Le droit druze en dit long sur cette normativité, à l’instar de l’interdiction de la polygamie, de la répudiation ou du mariage mixte. Quels sont les fondements historiques de ce particularisme communautaire ? D’aucuns l’attribuent à un personnage mythique, l’émir al-Sayyid (m. 1479), quand d’autres y voient la preuve d’une singularité religieuse. Wissam H. Halawi examine cette période de transition en confrontant sources narratives et juridiques inédites.

Site de l'éditeur
 

Amiotte-Suchet L., Frères de douleur. Récit d'un ethnologue en pèlerinage à Lourdes, éditions Alphil, 2021.

1528-sitealphil-freres-de-douleur_1.jpgQue connaissent de Lourdes celles et ceux qui ne s’y sont jamais rendus ? Quelques images tout au plus : d’énormes basiliques aux architectures variées qui se chevauchent autour de la grotte des apparitions, des magasins de bondieuseries qui envahissent toute la ville, d’interminables files d’attente de malades en chaise roulante qui prient la Vierge Marie pour qu’elle soulage leur existence…
Au début des années 2000, l’auteur a choisi de participer à des pèlerinages à Lourdes pour mieux saisir, de l’intérieur, ce qui pouvait bien motiver ces hommes et ces femmes à effectuer un si long voyage pour réciter des chapelets devant une statue de pierre. Il a revêtu le costume des brancardiers et s’est impliqué dans une association diocésaine franc comtoise. Durant plusieurs années, il a côtoyé les pèlerins, accompagné les personnes malades, partagé la vie d’équipe des brancardiers et des hospitalières, assisté aux offices et aux réunions. Fidèle à la démarche ethnographique, il a consigné dans son journal de terrain tout ce qui lui était donné à voir et à entendre afin de mieux comprendre ce que vivent et partagent les pèlerins de Lourdes.

Site de l'éditeur
 

Müller D., Petit dictionnaire de théologie, Labor et Fides, 2021.

Denis.jpgDans ce petit dictionnaire alerte et précis, Denis Müller tente de cerner les contours du christianisme et de la théologie en prenant également en compte leur dimension éthique. Le pari se veut de définir avec concision et indépendance plus de 150 mots de base dont la combinaison permet de saisir quelque chose de l’essence du christianisme.

Écrit par un seul auteur, un tel ouvrage porte inévitablement la marque d’une subjectivité singulière, mais il débouche aussi sur une forte recherche de cohérence et de consistance. Toutes les définitions proposées ne puisent pas à une même conception classique de la théologie; certaines se veulent même délibérément provocantes et dissidentes, afin de stimuler de nouvelles créativités, aussi éloignées de la répétition de la tradition que des modes en cours.

Le lecteur est ainsi invité à reconstruire lui-même, à partir des thèmes esquissés, la possibilité d’une identité et d’une conviction fortes.

Site de l'éditeur
 

Hamidovic, D., L'insostenibile divinità degli angeli, Brescia, Queriniana, 2021.

Angeli.pngQuest’opera costituisce il primo saggio storico che presenta la comparsa degli angeli. Prendendo in esame le tre grandi religioni monoteiste (giudaismo, cristianesimo e islam), presenta sia la comparsa degli angeli sia la loro diffusione: dalle origini (oltre 4.000 anni fa), lungo tutta l’epoca d’oro, fino al periodo moderno.
Di norma, l’idea corrente è questa: gli angeli sono principalmente delle creature celesti al servizio degli esseri umani. Hamidovic mostra invece che devono la loro esistenza soltanto al loro rapporto speciale con Dio. Ed è rilevante che gli angeli trovino posto proprio nel contesto delle tre religioni che proclamano la credenza in un Dio unico, diventando presenze magari discrete, ma ineludibili.
Lo studio di Hamidovic raccoglie e ordina i dati (continuità e discontinuità, mutazioni di forma nel tempo e nello spazio), scava nelle zone d’ombra, racconta il rovesciamento della situazione, spiega l’onnipresenza degli angeli nell’arte occidentale e, più ampiamente, nella nostra cultura fino a oggi. Per quanto l’infatuazione per gli angeli si sia affievolita con l’avvento del pensiero razionale, ovunque restano tracce dell’antica passione per queste simpatiche creature celesti.

>> Site de l'éditeur

 

David HamidovicDas endlose Ende der Welt. Historischer Essay über die Apokalyptik im alten Judentum und Christentum, Münster-Zürich-Vienne, LIT Verlag, coll. Zeitdiagnosen 48, 2020.

Das Ende.png

Von den Fragmenten der Maya bis zu den Vorhersagen des Nostradamus, vom Jahr Tausend bis zum Jahr Zweitausend, von den Prophezeiungen des Altertums bis zum Coronavirus - das Ende der Welt verfolgt die Menschheit gestern wie heute. David Hamidović führt uns zu den Wurzeln dieser Überzeugung, die ständig aktualisiert wird. Er erforscht die Mutationen der göttlichen Repräsentation, die Infragestellung der traditionellen Weisheit, die Produktion von Eschatologie und die Kreise, die apokalyptische Texte in krisengeschüttelten Welten schreiben.
 
 
 
 

Ansen Zeder E., Brandt P.-Y., Besson J. (dir.) (2020), Clinique du sens, Editions des archives contemporaines, France, 2020.

clinique_sens.png

Dans nos sociétés sécularisées, où sont prônées laïcité et neutralité, on assiste à un effort de conceptualisation pour penser la spiritualité en clinique. Cet effort s’organise autour d’un consensus consistant à placer la personne humaine au centre de la prise en soins. Serait-il alors possible d’envisager un avenir construit sur une « spiritualité universelle » au-delà des religions et des barrières culturelles ? Dans cette perspective, l’anthropologie proposée par Viktor Frankl (1905-1997) constitue un paradigme fédérateur entre théologiens, accompagnants spirituels, soignants, médecins, psychiatres et psychothérapeutes permettant de nourrir et d’entretenir un dialogue fécond pour les questions soulevées par ce que l’on peut ranger sous l’appellation de « clinique du sens ». En effet, le terme « sens » occupe un rôle central aussi bien dans la pensée de Viktor Frankl que dans la plupart des modèles de « Spiritual Care ».

>> Site de l'éditeur
 

Meylan N. and Rösli L (eds.), Old Norse Myths as Political Ideologies. Critical Studies in the Appropriation of Medieval Narratives, Brepols, 2020.

Old_North.jpgThe mythology of the Norse world has long been a source of fascination, from the first written texts of thirteenth-century Iceland up to the modern period. Most studies, however, have focused on the content of the narratives themselves, rather than the broader political contexts in which these myths have been explored. This volume offers a timely corrective to this broader trend by offering one of the first in-depth examinations of the political uses of Norse mythology within specific historical contexts. Tracing the changing interests and usages of Norse myths from the medieval period, via the nineteenth century and the importance of ancient Norse beliefs to both the Romantic and völkisch movements, up to the co-option of mythology and symbolism by political groups across the twentieth and early twenty-first centuries, the papers gathered here offer new and critical insights into the changing nature of historiography and the political agendas that Old Norse myths are made to serve, as well as shedding new light on the way in which ‘myths’ are conceptualized.

>> Site de l'éditeur
 

Hamidovic D., Les racines bibliques de l'imaginaire des pandémies : des plaies d'Egypte aux coronavirus, Paris, Bayard, 2020.

racines.pngLes crises sanitaires perçues dans l'Antiquité peuvent nous donner quelques pistes de compréhension de la crise sanitaire que nous venons de vivre. L'historien David Hamidovic montre que chaque civilisation entretient son propre rapport à la mort, son propre imaginaire issu d'un long et lent processus culturel. Cet imaginaire à l'oeuvre s'appuie en partie sur des ressorts très anciens. Le Moyen Âge occidental a fourni la matrice à la perception européenne des crises sanitaires à cause de différentes épidémies dévastatrices. Mais cette perception n'est pas née en Europe au Moyen Âge. Elle repose en grande partie sur un héritage venu du Proche-Orient ancien, notamment la culture biblique prenant place dans le judaïsme ancien et le christianisme primitif. Comprendre la nature de cet héritage, c'est connaître l'imaginaire contemporain à l'oeuvre pour le mettre à distance. Comprendre notre imaginaire de la crise sanitaire, c'est aussi pouvoir agir sur celle-ci.

>> Site de l'éditeur
 

Francis E. et Rousseleau R. (éds.), Rāja-mandala. Le modèle royal en Inde, éditions EHESS, collection Purushartha, 2020.

Puru37-RajaMandala.jpgAu regard de l’Occident, les Rajas indiens évoquent souvent un luxe fané, cependant que la société indienne continue d’être /principalement/avant tout/plutôt/ appréhendée par le biais des castes ou de la tradition textuelle hindoue.
Ce recueil d’études sur la royauté en Inde n’entend pas relancer le débat sur la nature de celle-ci, mais aborder la société de cour, au-delà du roi, comme
une matrice de relations et de pratiques, autrement dit considérer la royauté comme un modèle de « civilisation ».
Comme l’ont montré Norbert Elias et, pour l’Inde, Daud Ali, les relations de cour constituent non seulement un cadre d’actions politiques, mais aussi « une arène d’activités et de savoirs » artistiques et cérémoniels, ainsi qu’un centre de diffusion de normes éthiques et comportementales.
En croisant les perspectives d’anthropologues, d’historiens de l’art, d’archéologues et d’historiens, l’ouvrage montre de quelle manière la culture de cour
permet d’expliquer des pratiques observées sur le temps long dans la société sud-asiatique, au-delà des cadres royaux qui les ont produites.
En un tour d’horizon de différentes régions d’Asie du Sud, avec une dominante concernant l’Inde méridionale et des éclairages complémentaires venant de l’est (Odisha) et du nord (Népal), ainsi qu’une incursion dans le Cambodge indianisé, le volume fait apparaître la pérennité des symboles royaux du pouvoir et détaille continuités et ruptures dans leurs usages, notamment dans le contexte de l’État démocratique contemporain.

Site de l'éditeur
 

Müller D., Virages, Editions Olivétan, 2020.

VIRAGES.jpg

En pleine crise mondiale du coronavirus, ce petit livre tente de réunir deux trajectoires que la pandémie semble vouloir séparer à tout prix : les souvenirs du monde d’avant, et le drame que représente le confinement.

L’auteur, Denis Müller, laisse remonter à la surface de sa mémoire écorchée les beaux jours, les voyages, la vie de famille, l’amour, le travail, tout ce qui lui a procuré du bonheur et de la passion. L’arrivée foudroyante du COVID-19 a pour ainsi dire arrêté le cours du monde et de la vie. La maladie, les infections et les décès sont sources d’inquiétude et de chagrin. Apparemment, rien ne sera plus jamais comme avant. Le confinement, vécu de manière très différente sur la planète, est ressenti comme une sorte d’exil. Les êtres humains semblent dépouillés de leur liberté et privés de toute joie de vivre. Un vent de catastrophe, voire d’apocalypse, souffle partout.

Nous entrons dans une ère de déconfinement progressif, qui fait naître un nouvel espoir, mais pose de nombreuses questions pratiques et psychologiques. C’est l’occasion, pour les chrétiens et pour l’ensemble de l’humanité, de s’interroger sur le monde nouveau, sur le changement personnel et collectif requis par cette expérience crucifiante. Aux souvenirs doit se joindre le temps de la réflexion et de la méditation. Une nouvelle éthique se dessine, une spiritualité mieux incarnée se profile.

>> Site de l'éditeur
 

Bauer O., Esprit du vin, esprit divin, Labor et Fides, 2020.

esprit_vin.jpgAprès avoir lu ce livre, vous ne boirez plus votre vin comme avant. Au-delà de la terre et de la vigne, de la cave et de la bouteille, il vous aura fait découvrir au fond de votre verre des mondes dont vous ne soupçonniez peut-être pas même l’existence.

Assemblage de huit auteurs, avec huit perspectives et huit approches, il dévoile un peu des mystères du vin. Une moitié de réflexions porte sur la valeur du vin, de la vigne et des vignerons au sein du judéo-christianisme, sur l’ivresse de Noé, sur les paraboles viti/vinicoles de Jésus, sur leur relecture par les premiers théologiens, sur l’eucharistie et la cène. Mais il fallait l’équilibrer. Et c’est fait grâce à la mythologie grecque avec ce goût particulier d’un vin créateur plutôt que créé et deux cépages venus de nouveaux mondes, ceux d’un vin sans alcool islamo-compatible et d’une spiritualité biodynamique, liée à la nature et à ses rythmes. À consommer sans modération.

>> Site de l'éditeur
 

Meylan N., Religion, mythe et politique en Islande médiévale, Presses Universitaires de Liège, 2020

religions9.jpg

La religion des Vikings fascine depuis longtemps. Toutefois, si l’on connaît les aventures de Thor ou d’Odin, les conditions dans lesquelles leurs mythes furent transmis n’ont pas fait l’objet d’un même type d’attention. Or, un constat s’impose : dans leur très grande majorité, les sources qui nous renseignent sur cette religion sont le fait d’auteurs chrétiens, qui les mirent par écrit des siècles après la conversion dans des contextes sociopolitiques précis. C’est dire que ces textes — mythes, sagas, poèmes, lois — posent problème pour la reconstruction de l’histoire de la religion de la Scandinavie préchrétienne. Adoptant un point de vue critique, ce volume problématise l’ancrage chrétien, et donc tardif, des sources et propose une analyse articulant les représentations religieuses « païennes » d’avant la conversion au contexte de leur production. Il s’agit ainsi de se demander comment et pourquoi des Islandais médiévaux mobilisèrent les esprits de la terre, le sacrifice humain, la magie, le destin, ainsi que Thor ou sa mère la Terre.

Fondé sur une étude détaillée de sources provenant de l’Islande des xiie et xiiie siècles, attentive aux désaccords entre celles-ci, ce volume propose également une réflexion sur les méthodes, les objets et les visées d’une histoire des religions critique. Prenant le contrepied de travaux synthétiques sur la religion préchrétienne, il accorde une place centrale aux conflits qui traversent les sociétés scandinaves et montre comment les discours religieux, « païens » aussi bien que chrétiens, sont instrumentalisés pour maintenir ou, au contraire, bouleverser les configurations sociopolitiques, à une époque où la royauté norvégienne opère violemment sa centralisation et manifeste ses visées impérialistes sur une Islande secouée elle aussi par les ambitions de ses chefs.

>> Site de l'éditeur
 

Bauer O., 500 ans de Suisse romande protestante (1526-2019). Alphil Presses universitaires suisses, 2020

500ans.jpgD’où vient la frontière entre Jura sud et Jura nord? Pourquoi le train Yverdon-Sainte-Croix ne circulait-il pas le dimanche? Depuis quand le Conseil œcuménique des Églises est-il installé à Genève? Qu’est-ce qui lie les Dames de Morges à la communauté de Grandchamp? Pourquoi peut-on faire ses courses à Bulle le lundi du Jeûne? D’où venait le bois utilisé pour construire la chapelle des Mayens de Sion? Pourquoi Henri Druey, James Fazy et Alexis-Marie Piaget ont-ils nationalisé les Églises réformées?

Cet ouvrage répond à ces questions, à d’autres que vous vous posez, à celles que vous n’osez pas imaginer. Il vous mène du premier culte célébré en 1526 par Farel jusqu’au synode de l’Église réformée évangélique de Suisse en 2020. Il vous conduit d’Aigle à Porrentruy, à Saxon, à Morat, aux Ponts-de-Martel, à Corgémont ou à Genève. Il offre une vision panoramique et détaillée de chacun des six siècles de l’histoire protestante dans les sept cantons suisses francophones ou bilingues. Il met en lumière six fortes personnalités — trois hommes et trois femmes —, six beaux gestes, mais aussi six grandes hontes du protestantisme romand.

>> Commander l'ouvrage
 

Kulik A., Boccaccini G., DiTommaso L., Hamidovic D., Stone M. (dir.)A Guide to Early Jewish Texts and Traditions in Christian Transmission, Oxford University Press, 2020.

pastedImage.pngThe Jewish culture of the Hellenistic and early Roman periods established a basis for all monotheistic religions, but its main sources have been preserved to a great degree through Christian transmission. This Guide is devoted to problems of preservation, reception, and transformation of Jewish texts and traditions of the Second Temple period in the many Christian milieus from the ancient world to the late medieval era. It approaches this corpus not as an artificial collection of reconstructed texts—a body of hypothetical originals—but rather from the perspective of the preserved materials, examined in their religious, social, and political contexts. It also considers the other, non-Christian, channels of the survival of early Jewish materials, including Rabbinic, Gnostic, Manichaean, and Islamic. This unique project brings together scholars from many different fields in order to map the trajectories of early Jewish texts and traditions among diverse later cultures. It also provides a comprehensive and comparative introduction to this new field of study while bridging the gap between scholars of early Judaism and of medieval Christianity.

La recherche présentée dans le volume s’est effectuée dans le cadre de l’European Research Council (FP7/2007-2013 / ERC grant agreement 263293) sous les auspices de l’Université hébraïque de Jérusalem (A. Kulik), l’Université de Lausanne, Faculté de théologie et de sciences des religions, Institut romand des sciences bibliques (D. Hamidovic), l’Université Concordia à Montréal (L. DiTommaso), et l’Université du Michigan (G. Boccaccini).
 

Hamidovic D., L’Interminabile fine del mondo, Saggio storico sull’apocalittica nel giudaismo e nel cristianesimo antichi, Queriniana, 2019.

Interminabile fine del mondo.pngDai frammenti maya alle Centurie di Nostradamus, dalle profezie dell’Antichità alle predizioni New Age, la fine del mondo ossessiona le coscienze, abita la letteratura e pretende di anticipare la storia. Sono però il giudaismo e il cristianesimo la matrice dell’apocalittica. Ed è da lì che l’apocalisse riceve tutto il suo significato.

Ecco allora che David Hamidovi ci guida fra bestiari, esseri celesti, creature soprannaturali. Ci illustra giudizi universali, inferi spaventosi e paradisi sognati. Ci accompagna a interpretare gli universi futuri delineati dal libro di Daniele e da quello di Enoc, dai Giubilei e dall’Apocalisse di Giovanni. Ci mostra quanto le visioni sulla fine dei tempi dipendano ogni volta dal tempo in cui furono scritte.

Rinnovando questo campo di ricerca – l’apocalittica –, lo storico francese esplora i diversi modi in cui muta la rappresentazione del divino, in cui viene rielaborata la sapienza tradizionale, in cui l’escatologia si produce in forme singolari. E illustra da quali ambienti sorgono questi fenomeni culturali e religiosi, in epoche di rivolgimenti.

Questo studio, svelandoci come l’esaltazione dell’onnipotenza costituisca un antidoto per i tempi di crisi, mette in luce la parte di Dio e quella degli uomini. In una lezione che vale per ieri e, a maggior ragione, vale per oggi.


Butticaz S., Le Nouveau Testament sans tabous, Labor et Fides, 2019.

NT2.jpg

Le monothéisme est-il intolérant ? Paul était-il misogyne ? La foi et l’homosexualité sont-elles incompatibles ? Dieu tente-t-il ? Le tombeau de Jésus était-il vide ? Pourquoi le Nouveau Testament ne condamne-t-il pas l’esclavage ?

Autant de questions que chacun, croyant ou non, se pose fréquemment, mais que l’on enjambe dès que l’on tombe nez à nez avec ces thèmes dans les pages du Nouveau Testament. Autant de questions et d’autres encore que ce livre se propose de saisir à bras-le-corps, dans un dialogue entre exégèse critique et interprétation pour aujourd’hui. Sans tabous.

>> Site de l'éditeur

 


Nizard C., Du souffle au corps. Apprentissage du yoga en France, en Suisse et en Inde, L'Harmattan, 2019.

souffle_corps.pngCe livre plonge au coeur des pratiques du yoga moderne, à travers une analyse ethnographique fine menée en France et en Suisse romande et complétée par des coups de projecteurs sur des terrains indiens.
Alors que le yoga connaît un engouement planétaire, la question du corps reste aujourd’hui peu explorée parmi les ouvrages scientifiques. L’auteure s’appuie sur un principe fondateur : le sujet a un corps et est un corps et propose une méthode intégrée d’étude du corps, c’est-à-dire inscrivant les discours sur les ressentis sensibles, dans ses dimensions sociales, culturelles et biologiques. À l’issue de l’analyse des discours et de descriptions attentives des pratiques, l’auteure montre comment, grâce à l’apprentissage du yoga, les pratiquants changent leur rapport à leur corps et leur vision du monde.
En suivant les itinéraires de pratiquants, l’ouvrage offre une perspective d’ensemble et interroge aussi d’autres comportements
en termes de santé, de sport, de religion, d’alimentation et d’environnement. Enfin, parce que l’auteure complète ponctuellement l’approche anthropologique par des références et des emprunts pluridisciplinaires, ce livre est vraiment novateur.

>> Site de l'éditeur

 

Amir-Moezzi M-A. et Dye G. (dir.), Le Coran des historiens. Etudes sur le contexte et la genèse du Coran, Editions du Cerf, 2019.

coran.jpgPremière mondiale, ce monument savant et accessible, qui réunit trente spécialistes internationaux, offre, en trois mille pages, une synthèse complète et critique des travaux passés et des recherches présentes sur les origines du Coran, sa formation et son apparition, sa composition et sa canonisation : vingt études exhaustives sur le contexte introduisent ici à l’analyse circonstanciée du texte, les éléments archéologiques et épigraphiques, les environnements géographiques et linguistiques, les faits ethnologiques et politiques, les parallèles religieux éclairant, verset après verset, en un commentaire total les cent quatorze sourates du livre fondateur de l’islam.

>> Site de l'éditeur

 


Gisel P., Sortir le religieux de sa boîte noire, Labor et Fides, 2019.

LF_SotirReligieux_Gisel_191007.jpgLa question religieuse occupe beaucoup l’espace de la discussion civile et politique. Mais c’est le plus souvent pour décliner les formes, réussies ou en échec, de l’intégration sociale. Ou pour en appeler à des programmes de déradicalisation. On y recourt aux sciences sociales, ou psychologiques, mais en se gardant d’entrer sur le terrain du religieux et des croyances. Or c’est là un appauvrissement et un aveuglement, du coup une voie sans issue. C’est que le religieux est porté par des pulsions humaines dont le déni se paie. Que ce soit dans ses visées, refoulées, ou dans certaines de ses inflexions, dangereuses. Le présent essai entend ouvrir la « boîte noire » du religieux pour faire voir ce qui y est en travail et comment. Il est notamment attentif à en circonscrire la forme de
« religion totale », dont il suit les avatars, tout en en montrant des correctifs possibles sur le terrain même des croyances. En forme de sagesse, de spiritualité, de réflexion sur la condition humaine. Et à l’encontre d’un messianisme unilatéral, articulé à une vérité de Dieu seul.

>> Site de l'éditeur

 

Hamidović D., Thromas A. et Silvestrini M. (eds.), "Retribution" in Jewish and Christian Writings. A Concept in Debate, Mohr Siebeck, 2019.

Retribution.jpgThe authors of this volume attempt to define the concept of retribution by looking beyond its diversity in Jewish and Christian writings, and seeking the common objects and components that govern it in Ancient Judaism and Early Christianity, as well as Greek, Islamic and Buddhist texts. They argue that the concept should not be seen as a set of ideas acquired and accepted, but rather as an on-going process. The epistemological current of the Begriffsgeschichte understands conceptualization as a continual process of contesting and questioning, rather than something fixed or final. Each study therefore explicitly examines the actors involved, their environments and receptions, and whether they were accepted, rejected, or modified as components of compensation. The associations made with concepts of wealth, poverty, power, their exchange, transfer, and instance are also taken into consideration.

>> Site de l'éditeur

 

Mancini S., Historia de las religiones. Un recorrido critico entre genealogía de las ideas y constructivismo, Querétaro, Rialta Ediciones, 2019.

cubierta.jpgEl conjunto de ensayos de la profesora Silvia Mancini que aquí presentamos constituye una rigurosa puesta en escena de los principales retos a los que la historia de las religiones, en particular, y las ciencias de las religiones, en general, deberán enfrentarse. Partiendo de un análisis de los usos históricos del concepto de «religión» y pasando, entre otros tópicos, por una revisión exhaustiva de los desafíos teóricos del comparatismo cultural, por el debate en torno al historicismo, y por una caracterización de los temas presentes en la escuela morfológica alemana, este libro ofrece además un novedoso abordaje a nivel conceptual. Abordaje que, debido a su carácter vinculante y orgánicamente interdisciplinar, permitirá a la autora someter a crítica, desde la epistemología y la historiografía comparadas, las teorías, métodos y prácticas de las ciencias de las religiones en Alemania, Francia e Italia.
 

Meylan N., Qu'est-ce que la religion ?, Labor et Fides, 2019.

meylan.jpgQu’est-ce que la religion ? présente onze définitions de la religion formulées par autant d’anthropologues, sociologues et historiens des religions, du xixe siècle à nos jours. Que ce soit l’animisme d’Edward Burnett Tylor, l’idée d’une opposition entre sacré et profane d'Emile Durkheim ou la conception politico-religieuse de Bruce Lincoln, on découvre un passionnant parcours historique et critique sur la notion de religion.

Ces onze définitions originales sont à chaque fois précédées d’une introduction générale présentant les enjeux théoriques et pratiques qu’implique l’acte de définir, ainsi que de brèves notices situant l’auteur et son œuvre. Dans ces temps troublés, où la religion est sans cesse invoquée – sans que l’on sache réellement de quoi il en retourne –, ce livre de vulgarisation de l’historien des religions Nicolas Meylan se révèle aussi précieux qu’indispensable.

>> Site de Labor et Fides
 


Amiotte-Suchet L. et Salzbrunn M. (dir.), L'événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses, Beauchesnes, 2019.

événement prévisible.jpg

Lorsqu’un événement survient dans le quotidien de l’histoire, il bouscule l’ordre des choses. Pendant un temps, le monde semble vaciller. La société fait face à une possible rupture, puis finit par trouver un nouvel équilibre. Confrontés à l’événement, les historiens, sociologues et anthropologues tentent d’en percer les secrets. Ils fouillent dans son passé pour découvrir les raisons de son surgissement ou analysent les conséquences du bouleversement qu’il a généré.

Mais l’événement lui-même, qu’est-il ? Comment est-il produit et comment se déroule-t-il ? Comment la société se recompose-t-elle après une rupture ? Comment l’événement est-il vécu, appréhendé, interprété par celles et ceux qui l’éprouvent ? Comment les acteur-e-s, dans l’immédiateté angoissante du désordre que semble produire l’événement, élaborent-ils des alliances et des compromis pour réélaborer un nouvel ordre social ?

C’est, entre autres, à ces questions que ce livre entend donner des réponses, en proposant de nouveaux outils conceptuels issus de la philosophie, de la sociologie et de l’anthropologie politique. Analysant les événements sous le prisme du politique et du religieux, les auteur-e-s appliquent leurs réflexions théoriques à des cas concrets. Entre crises sociales, rassemblements religieux, cérémonies mobilisatrices ou incidents politico-religieux, l’événement est au centre de l’analyse, à la fois prévisible et imprévisible, mais toujours aussi difficile à saisir dans son immédiateté.

Ont participé à cet ouvrage : Laurent Amiotte-Suchet, Alban Bensa, Céline Béraud, Marc Bessin, Mathias Blanc, Viviane Cretton, Philippe Gonzalez, Laurence Kaufmann, Michaela Pfadenhauer, Louis Quéré, Hervé Rayner, Monika Salzbrunn.

>> Site de l'éditeur
 

Hamidovic D., Clivaz C., Bowen Savant S. (dir.), Ancient Manuscripts in Digital Culture, Brill 2019.

9789004382107.jpgAncient Manuscripts in Digital Culture presents an overview of the digital turn in Ancient Jewish and Christian manuscripts visualisation, data mining and communication. Edited by David Hamidović, Claire Clivaz and Sarah Bowen Savant, it gathers together the contributions of seventeen scholars involved in Biblical, Early Jewish and Christian studies. The volume attests to the spreading of digital humanities in these fields and presents fundamental analysis of the rise of visual culture as well as specific test-cases concerning ancient manuscripts. Sophisticated visualisation tools, stylometric analysis, teaching and visual data, epigraphy and visualisation belong notably to the varied overview presented in the volume.

Site de l'éditeur

Ouvrage en open source
 

 

Müller D., La marche en avant de l'écrevisse, éditions de l'Aire, 2019

Denis_Muller_VL.jpgUn théologien contemporain décrit ici sa vie, son métier et ses activités par le biais de mémoires narratifs, à la fois sélectifs et électifs. On y découvre un fils d’ouvrier neuchâtelois qui se construit comme un self-made man. Sa socialisation passe aussi par le football. Vie de couple et de famille, amitiés, études, voyages, activité pastorale puis métier universitaire – aux universités de Lausanne et de Genève – sont autant de médiations par lesquelles se donne à penser et à vivre l’exigeante et surprenante quête de Dieu. Denis Müller apparaît ici comme un esprit engagé, capable d’appeler un chat un chat et de dénoncer l’hypocrisie bien-pensante qui lui paraît menacer. Il décrit aussi les tourments causés par la maladie psychique, notamment sous la forme de la dépression, et évoque le rôle des psychologues et des psychiatres pour l’aider à surmonter de telles crises. Mais il n’hésite pas à utiliser l’humour pour rire de lui-même et de la fatalité. Ce n’est ni un roman, ni un livre d’histoire. Un récit de vie, direct et personnel, où l’auteur se donne à connaître dans la diversité de ses centres d’intérêt et dans la vivacité de ses humeurs. Denis Müller, né en 1947 à Neuchâtel, est pasteur de l’Église réformée évangélique neuchâteloise et agrégé au corps pastoral de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud. Il a enseigné l’éthique théologique aux universités de Lausanne et de Genève pendant 25 ans. Chercheur de renommée internationale, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles dans des domaines très variés (la théologie allemande, l’éthique protestante, la pensée de Jean Calvin et de Karl Barth, l’homosexualité, l’astrologie et la réincarnation, mais aussi la dignité de l’animal et, last but not least, le football).

Site de l'éditeur
 

Finkelstein I. et Römer T., Aux origines de la Torah : nouvelles rencontres, nouvelles perspectives, éditions Bayard, 2019.

Couv_Aux_origines_de_la_TORAH-224x300.jpg

« Repenser les frontières entre histoire, historicité et récits bibliques. »

Seize ans après la parution de l’ouvrage La Bible dévoilée (2001), le bibliste Thomas Römer, professeur au Collège de France et l’archéologue Israël Finkelstein publient aux éditions Bayard Aux origines de la Torah qui réinterrogent chronologies et historicité des textes bibliques.

>> Site de l'éditeur

 

 

Salzbrunn M. (éd.), L'islam (in)visible en ville, Labor et Fides, 2019.

Islam invisible.jpg

En combinant les perspectives des sciences des religions et des études urbaines avec l’analyse d’événements et de mises en scène artistiques et musicales, le présent ouvrage montre comment les acteurs musulmans performent leurs appartenances de manière situationnelle, dans le but de « faire communauté », mais aussi de se faire une place dans des espaces et des entités qu’il convient d’appréhender à différentes échelles : du voisinage de quartier aux réseaux transnationaux, en passant par les associations et les instances politiques. Cette perspective invite donc à reconnaître, du côté des acteurs, la pluralité des appartenances, des raisons d’agir et des régimes d’engagement, et du côté des terrains étudiés, la pluralité des scènes de visibilité, des territoires aussi bien que des logiques qui sous-tendent la vie publique.

Avec les contributions de Salima Amari, Talia Bachir-Loopuyt, Barbara Dellwo, Matteo Gianni, Pierre Gisel, Philippe Gonzalez, Denis Laborde, Eva Marzi, Simon Mastrangelo, Christophe Monnot, Alexandre Piettre, Monika Salzbrunn (dir.), Olivier Voirol.

>> Site de l'éditeur

 

Angelini, A., Dal Leviatano al drago. Mostri marini e zoologia antica fra Grecia e Levante, éditions Il Mulino, Bologne, 2018.

Angelini.pngPrototipo del mostro acquatico nell’immaginario occidentale, fonte di ispirazione per filosofi e romanzieri, il Leviatano biblico è il punto di partenza per una indagine originale volta ad analizzare, in un confronto fra tradizioni classiche, ebraiche e cristiane, il sapere degli antichi in merito a draghi e mostri marini. Queste creature fantastiche, che presentano tratti comuni nelle diverse culture di area semitica e mediterranea, rivestono forti significati simbolici, impersonando il caos, l’avversario contro cui lotta la divinità. Nella tradizione cristiana sarà sotto le sembianze del drago che il diavolo si dedicherà a infestare la vita dei cristiani.

>> Site de l'éditeur

 

 

 


Ortar N., Salzbrunn M. & Stock M. (dir.), Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l'épreuve du terrain, PUP, 2018.

couv_MIGRATIONSCIRCULATIONS.jpgAu cours de la dernière décennie, l’usage du terme mobilité, porté par le mobility turn, s’est progressivement substitué à migration dans la sphère politique et dans la recherche sans que ce glissement conceptuel n’ait réellement fait l’objet d’un questionnement approfondi. Ont ainsi été intégrées au sein d’un même corpus analytique toutes les formes de déplacement physique des personnes, les mobilités imaginaires, virtuelles et de communication comme celles des objets. L’ouvrage les interroge dans une perspective pluridisciplinaire en proposant une réflexion épistémologique autour des termes « mobilité » et « migration » et de leurs relations afin d’interroger les présupposés des mobilities studies. Articulé en trois parties destinées à explorer les liens, porosités et impermanences de ces concepts, il porte sur la production des catégories par le politique et l’administration, les représentations de la migration et de la mobilité, et les reconfigurations apportées par les nouvelles technologies aux frontières entre mobilité et migration.

>> Site de l'éditeur
>> Compte rendu de l'ouvrage

Butticaz S. et Norelli E. (éd.), Memory and Memories in Early Christianity, Mohr Siebeck, 2018.

Memory.jpgBringing together thirteen talks given at the international conference »Memory and Memories in Early Christianity«, held at the Universities of Lausanne and Geneva in June 2016, this interdisciplinary volume explores a fresh problem in the study of the origins of Christianity and of the New Testament, namely the »work of memory« undertaken in the discourses and practices of the believers in Jesus. The studies collected here not only apply a heuristic analytical tool – »social memory theory« – to the literature and history of Christian beginnings, but also endeavour to show the socio-religious resonance of this »work of memory« in the language and ideology of the early believers. The historical Jesus, the Pauline writings, the Gospel of John, the Acts of the Apostles, Marcion, ancient Christian epistolography, Hegesippus, Irenaeus, etc. are explored by some of the world's top specialists in »social memory studies« as applied to Christian origins.

>> Site de l'éditeur


Erard Y., Mobio F., Reitz M., A contrario: L'éducation du regard. Philosophie du langage ordinaire, anthropologie visuelle et cinéma, BSN Press, 2018.

A contrario.jpgS'étonner de ce que nous avons sous les yeux;
Apprendre à reconnaître: de l'éducation des adultes à l'éducation du regard;
Travail de deuil, philosophie et expérience cinématographique;
Catastrophe, silences et voix dans quelques films post-Fukushima: de l'aveuglement à l'éducation de notre regard;
La cinéphilie comme éducation de soi;
Le secret comme ordinaire: Le Bureau des légendes et la modification du regard;
Panser et repenser une expérience ethnographique;
Mettre en scène les langues.

Sommes-nous insensibles à notre vie quotidienne, comme anesthésiés ? Voyons-nous encore l’importance de nos vies ou vivons-nous sans trop y penser, comme à côté de nos pratiques de tous les jours et des mots ordinaires qui nous permettent de les dire aussi bien que de les mener ? Sommes-nous capables de trouver aujourd’hui un sens à nos vies ordinaires sans le remettre à demain, avec l’irruption de...

>> Site de l'éditeur


Römer T., Monoteismo y poder: La construccion de Dios en la Biblia Hebrea, Universidad Biblica Latinoamericana, 2018

Monoteismo.jpgLa comprensión del fenómeno monoteísta pasa, necesariamente, por la comprensión de sus orígenes. Este profundo ejercicio de dilucidación de dichos orígenes emprendido por el prof. Thomas Römer tiene el mérito de mostrar el monoteísmo, con diáfana claridad, como un fenómeno de síntesis religiosa en el que el pensamiento religioso de otros pueblos, fuera de los límites estrechos de la Tierra Santa, han contribuido decididamente a conformar. No en balde, expresado esto en las designaciones actuales, Abraham era iraquí, Moisés egipcio, Esdras iraní y san Pablo turco. Precario es por tanto el reclamo de su paternidad con pretensiones de exclusividad. La experiencia religiosa, se comprueba nuevamente, es crisol humano. En ella convergen diversas culturas y está presente, sin poder medir porcentajes, el aporte valioso de una experiencia humana acumulada que capta, en lo que es una herencia común, algunas de las intuiciones filosóficas y arquetipos culturales más relevantes de la historia humana.


Bert J.-F., Comment pense un savant? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer, édition Anamosa, 2018.

Cartes-crop.pngLes archives inédites du savant Georges-Louis Le Sage, constituées de 35 000 cartes à jouer, sont un document exceptionnel sur la pensée telle qu’elle chemine. Drôle et énigmatique, ce matériau étonnant se révèle tout à la fois laboratoire, autobiographie et véritable boîte noire de la recherche.
Ce physicien genevois, contemporain de Rousseau, est un anticonformiste. Refusant les codes du monde savant, il écrit absolument tout sur des cartes à jouer : eurêka et tâtonnements, amertume de ne pas être reconnu, rapports polémiques avec ses pairs ou poème pour Newton, mais aussi angoisse face à sa mémoire qui peut flancher et à un corps qui vieillit… Classer ses cartes, les empaqueter et les étiqueter est pour Le Sage un travail quotidien, à la fois excitant et harassant. Ce sera sa seule véritable oeuvre, et sans doute aussi la source de ses désillusions sur la science et ses méthodes.
Trois siècles plus tard, Jean-François Bert s’empare avec tendresse de ces cartes, matériaux de la pensée. Il propose une plongée dans la recherche en train de se faire et son pouvoir imaginatif, tout en rendant hommage à ce performer avant-gardiste. La force de ce témoignage est que chacun y reconnaîtra le cheminement complexe de ses pensées et l’échafaudage perpétuel de listes sans cesse réagencées.

>> Site de l'éditeur

>> Article dans Le Monde (23 août 2018)

>> Article dans The Conversation (août 2018)
 

Monnot C. et Stolz J. (eds.), Congregations in Europe, Springer, UK, 2018.

Congregations.jpgThis volume describes and maps congregations of Christian confessions and denominations, aswell as groups with Jewish, Buddhist, Muslim, Hindu, and various other spiritual faiths, in different European countries. Consisting of three parts, it presents concrete sociological studies addressing how established and not established, old and new congregations of various faiths create a new kind of religious diversity at the country level; how religious congregations are challenged and thrive in large cities; and how religious congregations change in the 21st century. The book enlightens by its descriptive analysis and the theoretical questions it raises concerning the religious transformations happening all over Europe.It addresses issues of religious diversity in the cities of Europe by presenting large studies conducted in cities such as Barcelona in Spain, and Aarhus in Denmark.By means of large-scale censuses taken in areas such as North Rhine-Westphalia in Germany and in countries like Switzerland and Italy, the book shows how the historically established churches restructure their congregations and activities. It clarifies for the new gatherers where and how a new diversity of religious congregations is in the process of being established. Finally, the book covers two important topical issues: pluralisation and secularisation. It provides new data on religious diversity, painting a new picture of secularisation: the impact and structural consequences of the long- term decrease of membership in the established churches.

>> Site de l'éditeur
 

Grosse C., Dunant A., Fornerod N., Grosse G., Solfaroli Camillocci D., Vernhes Rappaz S., Côté chaire, côté rue. L’impact de la Réforme sur la vie quotidienne à Genève (1517-1617), éditions La Baconnière, 2018.

cote_chair.jpg

En sortant des sentiers battus de l’histoire des grands réformateurs, ce livre présente l’impact de la Réforme sur la vie quotidienne genevoise. Si la protestation de Martin Luther (1483-1536) contre les indulgences par ses 95 thèses en octobre 1517 n’a en effet pas eu de véritables répercussions sur Genève avant le début des années 1530, les idées luthériennes ont engendré une agitation religieuse qui n’est pas le fait de l’action individuelle d’un réformateur, mais qui émane d’une mobilisation collective. 

À travers vingt-deux courts chapitres assortis d’illustrations et de documents d’archive retranscrits et modernisés, on comprend comment les Genevoises et les Genevois se sont impliqués dans le processus de Réforme et la manière dont la conversion religieuse de la ville a affecté leur quotidien. Les archives se font l’écho de l’activisme, des résistances ou de l’adaptation des hommes, des femmes, comme des enfants et témoignent des changements qu’impose la pratique du nouveau culte, qui ont parfois donné lieu à des représentations mythifiées. L’ouvrage couvre l’ensemble du XVIe siècle, jusqu’aux premières commémorations de la Réforme qui interviennent en 1617.

>> Site de l'éditeur

Hamidovic D., Levieils X., Mézange C (éd.), Encyclopédie des messianismes juifs dans l'Antiquité, Peeters, 2017.

encyclop_messianismes.gifSi le messianisme est encore aujourd’hui un objet d’étude qui passionne les historiens et les théologiens, c’est certainement parce qu’il a contribué à façonner la conception occidentale du déroulement du temps et de l’aboutissement de l’Histoire. La société moderne, pourtant sécularisée, semble plus que jamais dans l’attente du surgissement d’un monde nouveau. Cet appel sourd à un changement radical est motivé soit par le désir d’en finir avec un monde encore imprégné de valeurs jugées dépassées et inadaptées à la modernité, soit par le désir contraire de voir les valeurs traditionnelles bientôt rétablies dans leur pureté originelle. Un tel constat existe dès l’Antiquité. Certes, la croyance en Jésus devenu le Christ, c’est-à-dire le messie, façonne l’originalité chrétienne, mais elle puise dans le judaïsme ancien où fleurissent déjà les attentes messianiques. Ce livre entend restituer la pluralité des voix messianiques afin d’en saisir les spécificités dans l’histoire.

>> Site de l'éditeur

 

Hamidovic D., L'insoutenable divinité des anges, Cerf, 2018.

Anges.jpg

Rarement un livre aura été aussi attendu par le grand public et les chercheurs du monde entier. Appelé de leurs voeux depuis des dizaines d’années, cet ouvrage constitue le premier essai historique présentant le déploiement des anges depuis les origines, il y a plus de 4 000 ans, jusqu’à l’âge d’or, à l’époque moderne, en passant par le judaïsme, le christianisme et l’islam. Contrairement à l’idée reçue que les anges existent principalement face aux hommes, David Hamidovic montre que ces créatures ne doivent leur existence que dans leur rapport à Dieu. Longtemps menacés dans le contexte des trois religions qui proclament la croyance en un dieu unique, aussi surprenant soit-il, les anges trouvent tout de même une place au point de devenir incontournables. L’ouvrage raconte ce retournement de situation qui explique l’omniprésence des anges dans l’art occidental et plus largement dans notre culture jusqu’à aujourd’hui.

>> Page de l'éditeur

 

Brandt P.-Y., Jesus P. et Romano P. (dir.), Récit de soi et narrativité dans la construction de l’identité religieuse, Editions des archives contemporaines, 2017.

Recitsdesoi.jpg

L’identité se construit en partie en référence à des modèles. Ces modèles sont transmis entre autres par le moyen de récits auxquels il est possible de s’identifier. Dans le champ religieux, on peut distinguer quatre grands types de textes proposés comme matrices identificatoires: les mythes, des récits exemplaires (vies de saints…), des fictions utilisées à des fins pédagogiques (paraboles, visions…) et des récits autobiographiques (témoignages d’expériences). L’ouvrage parcourt ces quatre types de textes qui participent à la construction de l’identité narrative (Ricœur) par le tissage de l’histoire personnelle avec les matériaux fournis sous la forme d’histoires.

>> Page de l'éditeur

 

Butticaz S., Grosse C., Unité et diversité des Réformes, Labor et Fides, 2018.

Réformes.jpg

Longtemps perçue comme l’impulsion initiale de la modernité occidentale et à l’origine de profonds changements socioculturels, la Réforme protestante est ici arpentée par quelques-uns de ses meilleurs spécialistes francophones dans une perspective interdisciplinaire.

Les questions suivantes en guident l’examen: quel rôle revient à Luther et aux 95 thèses qu’il affiche en 1517 dans le déclenchement de ce mouvement réformateur ? Autour de quels foyers théologiques cette « renaissance » religieuse s’est-elle cristallisée ? Quelles lectures de la Bible en ont accompagné le discours et la pratique ? À l’heure où les confessions s’affrontaient partout en Europe, comment protestants et catholiques ont-ils cohabité dans les « bailliages communs » du Pays de Vaud ? Et quelle histoire de la réception retracer de cette mémoire de la Réforme, au XIXe siècle notamment ?

À la lumière de ces questions, cet ouvrage redessine un récit de la Réforme qui prend en compte aussi bien les continuités qui traversent cinq siècles d’histoire que la diversité des formes spirituelles et culturelles adoptées par le protestantisme.

Avec les contributions de Matthieu Arnold, Simon Butticaz, Christophe Chalamet, Pierre Gisel, Christian Grosse, Sarah Scholl et Marc Vial.

>> Page de l'éditeur

 

Gisel P., Tétaz J.-M. (dir.), Revisiter la Réforme, Editions Olivétan, 2017.

Capture d’écran 2017-10-23 à 15.36.12.png

« Revisiter la Réforme », ce peut être pour retrouver son « esprit », mais en même temps pour prendre de la distance et être capable de porter un regard critique.

Rendre la Réforme à l’histoire, c’est donc aussi en examiner les suites. Le présent ouvrage le fait dans trois directions :

  • le rapport des Réformateurs au judaïsme ;
  • la question de la liberté individuelle. La Réforme a-t-elle préparé les révolutions politiques modernes ?
  • le débat théologique sur le Dieu caché et le Dieu révélé.

Les plus éminents spécialistes de ces questions dans le monde francophone sont réunis sous la direction de Pierre Gisel et Jean-Marc Tétaz pour nous faire réfléchir, à travers cette plongée passionnante dans la complexité de la Réforme protestante, sur le rapport à l’antécédence, sur l’individu et sa liberté, sur le statut des références ultimes et donc sur ce qui peut être tenu pour vrai. Des questions on ne peut plus pertinentes dans notre modernité.

>> Page de l'éditeur

 

Cohen-Lévinas D. et Ehrenfreund J., Circoncision. Actualités d'une pratique immémoriale, Hermann, 2017.

circoncision.jpg

En mai 2012, le tribunal de Cologne interdisait la circoncision et déclenchait une polémique juridique, politique et religieuse majeure. Rappelons brièvement que le jugement ne visait pas d’abord et prioritairement la communauté juive et que la pratique de la circoncision est commune au judaïsme et à l’islam. Cette polémique récente est l’occasion d’un retour sur le sens de cette pratique inscrite depuis des temps immémoriaux dans l’histoire du peuple juif. Elle apparaît comme le symptôme d’une difficulté moderne à saisir le sens d’un rituel qui trouve son origine dans le texte de la Thora et qui est l’expression de l’inscription dans la généalogie juive et de la soumission à l’injonction divine faite à Abraham. Il existe une tension historique irrésolue entre l’affirmation moderne de la nécessaire préservation de l’intégrité du corps et du libre arbitre de l’individu que ce rituel de la circoncision semble contredire. La question se pose dès lors de savoir pourquoi cette tension a-t-elle été ravivée et quelle est la nature du malaise dont elle témoigne.

>> Page de l'éditeur

 

Meylan, N., Mana: A History of a Western Category, Brill, 2017.

Mana1.jpg

In Mana: A History of a Western Category Nicolas Meylan proposes a critical account of Western imaginations of mana, a word belonging originally to Oceanic languages but borrowed by European languages in which it acquired the meaning ‘supernatural power.’
While mana is best known for its tenure in the disciplines studying religion, Nicolas Meylan situates such academic uses in a wider context, analyzing the ways Westerners conceptualized mana in the earlier colonial context as well as its mobilizations in the late 20th and early 21st centuries by (video)game designers and Neo-Pagan witches. This focus on various Western uses of mana allows for the critical investigation of the ways power has been mystified in conjunction with religion.

>> Page de l'éditeur

 

Bert J.-F., Une histoire de la fiche érudite, Presses de l'enssib, 2016.

Bert_Histoire-erudite.jpg



Lucien Febvre avait en tête d’écrire une histoire de la fiche érudite. Un dispositif connu dans le monde des bibliothèques, mais qui eut aussi des effets très concrets sur les savoirs savants, leur accumulation, leur validation, et leur diffusion depuis le XVIIe siècle.
En s’appuyant sur la matérialité des fiches, en revenant sur les différentes évolutions technologiques qui émaillent cette histoire, en décrivant les gestes routiniers ainsi que les stratégies graphiques qui organisent cette pratique, cet ouvrage explore un territoire surprenant de l’érudition occidentale.
Faire des fiches n’est pas qu’une activité machinale et répétitive, compulsive ou abrutissante. Ficher suppose méthodes de recherche, rhétorique savante, archivage des connaissances ; mettre en fiche engage des formes, des usages et une certaine mesure des savoirs.

>> Consulter l'ouvrage en ligne

 

Gisel P., Qu'est-ce qu'une tradition ? Ce dont elle répond, son usage, sa pertinence, Editions Hermann, 2017.

Tradition.jpg

Les sociétés contemporaines sont marquées par l’avènement de l’individualisme. Elles ne connaissent que les réalités individuelles et se révèlent oublieuses de toute tradition, religieuse ou culturelle. S’appuyant sur la reconnaissance de la pluralité des voies de l’humain, cet ouvrage préconise la mise en place de nouvelles conditions de confrontation : sans verser dans le communautarisme, il importe de reconnaître l’hétérogénéité des traditions et la fécondité des différends. C’est peut-être même la meilleure voie pour renouveler nos sociétés aujourd’hui. Mais quel mode de rationalité publique faut-il mettre en place pour parvenir à dépasser le heurt des logiques diverses, voire divergentes ? Par-delà, comment repenser nos identités, nos rapports au passé et nos imaginations d’avenir ?

Site de l'éditeur


Clivaz C., Dilley P., Hamidovic D. (eds.), Ancient Worlds in Digital Culture, Brill, 2016.

Ancient Worlds.jpg

The volume presents a selection of research projects in Digital Humanities applied to the “Biblical Studies” in the widest sense and context, including Early Jewish and Christian studies, hence the title “Ancient Worlds”. Taken as a whole, the volume explores the emergent Digital Culture at the beginning of the 21st century. It also offers many examples which attest to a change of paradigm in the textual scholarship of “Ancient Worlds”: categories are reshaped; textuality is (re-) investigated according to its relationships with orality and visualization; methods, approaches and practices are no longer a fixed conglomeration but are mobilized according to their contexts and newly available digital tools.

Site de l'éditeur


Mancini S. et Rousseleau R. (dir.), Processus de légitimation entre politique et religion, Presses de l'enssib, 2016.

processus.jpg

Approches historico-culturelles et analyses de cas dans les mondes européen et extra-européen.

L’actualité oblige à prendre acte d’un lien constitutif entre politique et religion, souvent sous-estimé par la recherche, à l’encontre d’une tendance moderne dissociant a priori le politique et le religieux, et loin de l’idée que le religieux participerait d’une temporalité différente de celle des autres institutions culturelles : technologie, science, organisation sociale, politique, rapport de production, droit. Nous proposons ici de revenir sur l’articulation du politique et du religieux en interrogeant les pratiques, les codes symboliques, les rhétoriques, les dispositifs liturgiques, les topoï argumentatifs, les cadres socioculturels de l’imaginaire qui informent les prises de pouvoir et son maintien. Pour chaque dossier, le religieux sera envisagé en termes de fonctions : mythico-fondatrice ou légitimante, rituelle, sacralisante ou de consécration. L’ouvrage s’ouvre sur une mise au point concernant les « religions du politique » (Emilio Gentile), avant d’examiner les cas du national-socialisme, de la Cuba contemporaine et de l’Inde coloniale. Un deuxième groupe de contributions explore les logiques discursives du monothéisme biblique et ses persistances, puis des innovations religieuses en Afrique (mourridisme au Sénégal, kimbanguisme au Congo) et en Chine (mettant en perspective la thèse de Gentile au sujet de Mao). Les perspectives utopiques ou cosmopolitiques constituent un dernier ensemble : messianismes latino-américains, discours politico-utopiques renvoyant à la Terre-mère, parallèles entre discours écologistes et religieux, emprunts de l’OMS aux cosmovisions indigènes, questionnements conjoints de la théologie de la libération, du symbolisme catholique et des cultes d’origine africaine au Brésil, l’identité nationale israélienne dans son lien au judaïsme, la complexe différenciation de sphères politique et religieuse au Tibet.

Site de l'éditeur

Bert J.-F., Introduction à Michel Foucault, Le Découverte, collection "Repères", 2016.

Foucault_intro1.jpg

Michel Foucault (1926-1984) aura été en France le plus novateur des maîtres à penser – maître sans programme qui a su offrir à ses lecteurs une « boîte à outils » qu’il expose par fragments dans ses entretiens, cours, articles et livres...

Philosophe « par défaut », Foucault était loin d’ignorer les méthodes, les auteurs et surtout les controverses qui agitaient les sciences humaines, qu’il ne se priva d’ailleurs pas de critiquer ouvertement. En retour, plusieurs notions qu’il élabora tout au long de son parcours (« savoirs », « gouvernementalité », « subjectivation ») continuent de faire débat autant chez les historiens, les sociologues ou les anthropologues, que chez certains praticiens comme les criminologues, les psychanalystes ou les spécialistes du droit, sans oublier le vaste domaine des cultural studies.

Foucault n’est pas de ceux qui se laissent facilement saisir et l’objectif de cet ouvrage est d’éclairer les enjeux de sa pensée pour en faire ressortir l’intérêt actuel et, pourquoi pas, montrer comment penser différemment l’enfermement, les institutions, le rapport à soi ou à la vérité.

Site de l'éditeur

Lire un extrait

Brandt P.-Y., Besson J. (éds.), Spiritualité en milieu hospitalier, Labor et Fides, 2016.

Spiritualite_PYB.jpg Face à une demande de plus en plus large et diversifiée, est-il possible d’intégrer la spiritualité dans des hôpitaux laïques ? Plusieurs auteurs, chercheurs ou médecins, font part de leurs expériences et de leurs réflexions et tentent de répondre à ce défi nouveau qui transforme considérablement le rôle des aumôniers et plus largement du rapport entre personnel hospitalier et patients. Il s’agit désormais de définir à la fois le cadre théorique de l’intégration de la spiritualité et de la religion dans les modèles de soins mis en place dans un système hospitalier, mais aussi d’examiner plus en détail comment la dimension religieuse et spirituelle peut être intégrée dans des contextes variés, en particulier dans le domaine des soins palliatifs. Un ouvrage qui propose de nombreuses pistes à la fois théoriques et pratiques sur un sujet nouveau, mais amené à prendre de plus en plus d’ampleur.

Avec les auteurs suivants : Gian Domenico Borasio, Jean-Bernard Daeppen, Adrian Dinu, Claudia Dinu, Claude-Alexandre Fournier, Maria Chiara Giorda, Dorothea Lüddeckens, Elena Messina, Rafael Walthert, Barbara Zeugin.

Site de l'éditeur

Müller, D. Dieu. Le désir de toute une vie, Labor et Fides, 2016.

9782830916126.jpgDans ce remarquable essai, intime et accessible, le théologien et éthicien Denis Müller pose frontalement la question de l’existence de Dieu. Comment la transcendance divine est-elle comprise par la théologie chrétienne ? Quel discours pour parler de Dieu ? Comment lier foi et contradictions de l’existence ?

Dans un style alliant récit personnel et figures théologiques majeures (Karl Barth, Dietrich Bonhoeffer, Paul Tillich…), l’auteur n’évite aucune question qui fâche et propose une réflexion sur la foi contemporaine aussi audacieuse qu’originale.

Site de l'éditeur

 

Römer T, Moïse en version originale. Enquête sur le récit de la sortie d'Egypte, Labor et Fides, 2015.

moisevo.jpg Qui était Moïse ? De nombreuses réponses sont possibles, rappelle ici Thomas Römer, un des meilleurs spécialistes de l’Exode et du Pentateuque. Prophète, législateur, intercesseur, libérateur… il n’hésite pas à tuer de ses propres mains ceux qui se révoltent contre les lois qu’il a transmises au nom de son Dieu. Il libère son peuple de l’esclavage, il est le premier à recevoir le nom de Dieu…
Il appartient à plusieurs cultures. Freud dira : « Moïse a inventé le Juif. » Dans cet essai, Thomas Römer nous introduit à la lecture des mystères du personnage en suivant le récit du livre de l’Exode dont il donne une traduction personnelle et originale. Il présente et discute avec brio les thèses et les hypothèses les plus récentes des biblistes, des historiens et des archéologues. Ce livre transmet ainsi une véritable culture de Moïse, biblique à travers le texte hébraïque, mais aussi archéologique et historique, artistique, philosophique… Le récit de la libération d’Egypte fait l’objet d’une étude particulière, avec de nouvelles interprétations.

Site de l'éditeur

Prescendi F., Rois éphémères. Enquête sur le sacrifice humain, Labor et Fides: Genève, 2015.

Prescendi.jpg

Les sacrifices humains ont-ils réellement eu lieu dans l’Antiquité ou les nombreux récits qui les relatent sont-ils avant tout fantaisistes ? C’est à cette question fascinante que souhaite répondre l’historienne des religions Francesca Prescendi en invitant le lecteur sur les chemins de son enquête. Celle-ci débute par l’étude d’un texte du célèbre anthropologue français Claude Lévi-Strauss qui médite le récit de l’autodafé d’une effigie du Père Noël par des catholiques français à Dijon en 1951 qu’il rapproche de la mise à mort d’un roi éphémère qui avait lieu au terme des Saturnales, fête romaine célébrant le solstice d’hiver. Pour établir cette interprétation, Lévi-Strauss convoquait James Frazer dont Francesca Prescendi va à son tour scruter les écrits, notamment ceux qui figurent sur ce sujet dans les éditions successives du Rameau d’or, son œuvre la plus célèbre. Revenant à d’autres textes peu connus de l’Antiquité et du haut Moyen Age, Francesca Prescendi déroule une recherche passionnante et au terme de laquelle l’énigme trouvera, peut-être, une réponse.

Francesca Prescendi, docteur en histoiredes religions, est chargée de cours à l’Université de Genève. Spécialiste des religions grecques et romaines, notamment sur la thématique des sacrifices et des rites relatifs à la mort, elle a notamment publié l’ouvrage collectif « Religions antiques » (Labor et Fides, 2008, 2015).

 

Page de l'éditeur

Gisel P., Ullern I. (dir.), Penser en commun? Un « rapport sans rapport ». Jean-Luc Nancy et Sarah Kofman lecteurs de Blanchot, éditions Beauchesne: Paris, 2015.

Penser_en_commun.gif Jean-Luc Nancy et Sarah Kofman, deux lecteurs de Blanchot en différend.

Jean-Luc Nancy dialogue avec Maurice Blanchot sur le fil historique du communisme et d’un fondement théologique inavouable de la communauté comme étant d’emblée humaine et politique. Y a-t-il entre communisme et communion une déconstruction possible du «commun» qui restitue le tragique? Trois interlocuteurs l’interrogent ici dans cette configuration, où c’est la «déconstruction du christianisme» qui opère l’autocritique de la modernité.
Sarah Kofman traverse et déplace le texte-Blanchot, sa pensée de l’écriture et de l’«absolu» de l’histoire, pour revenir à la parole et à la lecture «après Auschwitz». Dans cette épreuve, l’intellectuel est le témoin contraint de dire. Parvenir à renverser cette contrainte périlleuse en « parole sans pouvoir » rouvre un pouvoir de tenir parole, laisser parler, promettre, qui seul s’oppose au «pouvoir de tuer».
Sans spéculer, mais sans renoncer à la rigueur philosophique, ce livre appose ces deux dialogues en valorisant leur différend. Et avec Nancy lui-même, deux interlocuteurs interrogent le geste méconnu de Kofman.
Les interrogations du livre arpentent un espace pluriel négligé de l’autoréflexion culturelle marquée par la perte de la modernité – perte de l’expérience de la liberté et du temps, et perte de la confiance dans la culture. Pour frayer d’autres voies dans le rapport des sociétés contemporaines à elles-mêmes, où règnent trop uniment le présentisme, le désenchantement politique et la disjonction des sphères publiques.

Site de l'éditeur

Gros F. (dir.), avec la collaboration de Bert J.-F., Defert D., Delaporte F. et Sabot P., Michel Foucault, Oeuvres, Bibliothèque de la Pléiade n°607: Paris, 2015.

FOUCAULT COFFRET.jpg Son œuvre, entre philosophie, histoire et littérature, est difficile à situer. Les disciplines traditionnelles peinent à la contenir. Sa chaire au Collège de France s’intitulait «Histoire des systèmes de pensée». Lui-même ne cessa jamais de relire Kant, Nietzsche, Heidegger, mais il cite moins les classiques de la philosophie que d’obscurs traités, règlements ou manuels conservés dans des fonds d'archives, royaumes des historiens. Des historiens «professionnels» de son temps Foucault partage d’ailleurs l’ambition : ouvrir l’histoire à de nouveaux objets. Il reste que ce sont bien des problématiques philosophiques que renouvellent ses «histoires» (de la folie, de la sexualité), ses «archéologies» (des sciences humaines, du savoir), ses récits de «naissance» (de la clinique, de la prison). «Et j'ai beau dire que je ne suis pas un philosophe, si c'est tout de même de la vérité que je m'occupe, je suis malgré tout philosophe.» Philosophe «malgré tout», Foucault a inventé une nouvelle manière de faire de la philosophie. Il n’a pas apporté une pierre de plus à l’édifice compartimenté de la pensée : en en abattant les cloisons, il en a bouleversé l’architecture. Il a rendu les disciplines communicantes. Certains spécialistes n’ont pas manqué de le lui reprocher.
Et la littérature? Ses livres sont savants. Ils témoignent d’une érudition stupéfiante. Encore faut-il donner forme à l’informe de l’archive. Les citations, le maillage de références, la mise en scène d’épisodes historiques, tout, chez Foucault, est déplié, exposé dans une écriture tour à tour baroque et rigoureuse, austère et splendide, démesurée et classique. En bibliothèque, il se sent porté par les mots des autres. Leur intensité nourrit son écriture. «La lecture se prolonge, se renforce, se réactive par l’écriture, écriture qui est elle aussi un exercice, elle aussi un élément de méditation.» Le matériau des historiens et l’horizon tracé par les philosophes s’augmentent chez lui d’une exigence littéraire apprise auprès de Flaubert, Blanchot, Beckett. Le traiter de «styliste» serait réducteur. Foucault, qui se disait artisan, est un écrivain.

Site de l'éditeur

Bert J.-F., Basso E. (dir.), Foucault à Münsterlingen. À l’origine de l’Histoire de la folie, Éditions de l’EHESS: Paris, 2015.

Foucault_Munsterlingen.jpg (Foucault_Munsterlingen2) En 1954, Michel Foucault participe à une fête des fous à l’asile psychiatrique suisse de Münsterlingen, dont il reste des photos, inédites. Étrange cérémonie, survivance d’un rituel hérité directement du Moyen Âge, qui marqua le jeune philosophe en train d’élaborer une nouvelle manière de parler de la folie et de son histoire.
Cette visite de Michel Foucault en mars 1954 à l’asile psychiatrique suisse de Münsterlingen le jour d’un carnaval des fous nous apprend beaucoup à la fois sur le jeune philosophe – l’année 1954 est riche en événements pour lui –, mais aussi sur ce rituel qui a perduré jusqu’au milieu du xxe siècle.
Photos, archives, textes éclairent ce moment trop souvent négligé par les spécialistes de Michel Foucault. Ce début des années 1950 est pourtant marqué par l’entrée de Foucault dans les asiles et par sa passion pour les innovations qui touchent la psychologie clinique.
C’est la germaniste Jacqueline Verdeaux, munie d’un Leika, qui photographie. Ces images laissent entrevoir l’étrange sensation qu’a pu ressentir Foucault lors de ce jour improbable où les fous « jouent » aux fous. Une sensation d’autant plus étrange que l’asile cantonal est, avec la clinique universitaire du Burghölzli de Zürich, l’une des plaques tournantes de la psychiatrie suisse.
Ce livre, qui aborde une période inexplorée, et non abordée dans La Pléiade à paraître, nous pousse à renverser les perspectives familières concernant Michel Foucault.

Site de l'éditeur

Vidéo de présentation

Bert J.-F., Cavagnis J., Grosse C. (dir.), Michel Foucault et les religions, collection "Religions, Histoire, Cultures", éditions Le Manuscrit, 2015.

Foucault_Religions1.jpg Foucault nous a donné de multiples potentialités pour repenser certaines des questions classiques posées par l’histoire et les sciences des religions. Cet ouvrage fait état des nombreux excursus du philosophe vers les domaines de la spiritualité antique, de l’histoire du christianisme primitif, de l’ascétisme chrétien, ou encore de la question des marginalités religieuses. Il est l’occasion, surtout, de réfléchir sur quelques uns des « outils » mis en place par le philosophe et de montrer comment ceux-ci peuvent se révéler pertinents pour saisir les phénomènes religieux de notre modernité. Des phénomènes qui se comprennent à l’intérieur de problèmes historiques, politiques et sociaux, culturels. Seule manière, répète Foucault, de nous protéger contre les synthèses toutes faites et les découpages familiers, mais aussi d’ouvrir la réflexion à l’épreuve de la réalité et de l’actualité.

Site de l'éditeur

Argumentaire et sommaire de l'ouvrage

Bert J.-F. (dir.), Henri Hubert et la sociologie des religions, Presses universitaires de Liège, 2015.

couv_hubert.jpg Henri Hubert (1872-1927) est une figure importante de la période qui a vu le développement de l’anthropologie et de la sociologie des religions. Proche d’Émile Durkheim, il fut aussi l’ami de Marcel Mauss avec lequel il signa deux études majeures sur le sacrifice (1899) et sur la magie (1904). Les analyses de cet auteur prolifique se situent à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie, de la linguistique et de l’archéologie, de l’histoire des religions et de l’orientalisme. Mais ses travaux n’ont pas connu la postérité de l’oeuvre de Mauss, en dépit de la richesse des perspectives comparatives qu’Hubert y développe, et surtout de leur indéniable actualité. Qu’il aborde la question de la magie dans l’antiquité, celles du sacré, du temps ou encore des héros, Hubert étonne par sa largeur de vue, par les perspectives novatrices qu’il déploie, et par sa solide érudition.
La réédition de quelques textes majeurs signés par Henri Hubert offre l’occasion de mieux comprendre l’importance de ce chercheur injustement négligé dans les débats qui agitent, en ce début du XXIe siècle, la réflexion sur les questions religieuses.

Site de l'éditeur

Barbu D., Meylan N., Volokhine Y., Mondes clos. Les îles, Infolio, Gollion, 2015.

mondes-clos-les-iles.jpg (Couv_Mondes-Clos-36mm.indd) Après « Mondes clos. Jardins », voici « Mondes clos. Les îles ». Un groupe de chercheurs d’horizons différents s’interroge sur les rapports que les hommes entretiennent avec ces objets de fantasmes, de rêves mais aussi de désillusion que sont les îles. Qu’elles soient réelles ou imaginaires, les îles occupent une place privilégiée dans l’art, la littérature ou la religion. Comment, dans des cultures et des époques variées, l’espace insulaire se fabrique-t-il, quelle place l’homme lui attribue-t-il, quelle place s’y prête-t-il ?

Daniel Barbu : MA, Berne. Nicolas Meylan : MER, Lausanne. Youri Volokhine : MER, Genève. Dominique Barbe : maître de conférences, Nouvelle Calédonie. Angela Benza : assistante, Genève. Jan Blanc : professeur ordinaire, Genève. Philippe Borgeaud : professeur honoraire, Genève. Philippe Bornet : MER, Lausanne. Doralice Fabiano : chercheuse FNS, Lausanne. Neil Forsyth : professeur honoraire, Lausanne. Frank Lestringant : professeur, Paris-Sorbonne. Philippe Matthey : chargé d’enseignement, Genève. Anne-Caroline Rendu Loisel : chercheuse FNS, Genève.

Site de l'éditeur

Mancini S., El Humanismo etnográfico. Ocho lecciones sobre la historia de la antropología y el debate sobre cultura popular, Instituto cubano de investigación cultural Juan Marinello : La Havane, 2015.

El Humanismo etnografico_mini.jpg Heredero, por un lado, de cierta tradición crítica asociada al universo intelectual del marxismo italiano, y por otro, del intenso clima de discusión de la escena académica francesa, el presente volumen, que parte de un enfoque de evidente filiación con la obra de Ernesto de Martino, constituye una novedosa introducción a los principales conceptos y problemáticas de la antropología y de los estudios sobre cultura popular. El Humanismo etnográfico se propone dar cuenta de los itinerarios de constitución de los que han surgido ambas disciplinas, al tiempo que construye un relato apasionante sobre la historia de los saberes relativos a las diferencias culturales. Siguiendo una trayectoria que va de Heródoto a Stuart Hall, la profesora Silvia Mancini propone en este libro además un adecuado marco de discusión en torno a los problemas epistemológicos y metodológicos de las Ciencias Sociales en general.

Stolz J., Könemann J., Schneuwly Purdie M., Englberger T., Krüggeler M., Religion und Spiritualität in der Ich-Gesellschaft. Vier Gestalten des (Un-)Glaubens, Theologischer Verlag: Zürich, 2014.

Religion und Spiritualität in der Ich.jpg

Religiosität und Spiritualität zeigen sich in der Schweiz – so die These dieser Studie – in vier grossen Milieus: «Institutionelle» sind traditionell und freikirchlich christlich, «Alternative» setzen auf Esoterik und spirituelle Heilung, «Säkulare» sind indifferent oder religionsfeindlich. Die grosse Mehrheit der Bevölkerung aber gehört den «Distanzierten» an. Ihnen ist Religion nur in bestimmten Situationen wichtig, ihre religiösen und spirituellen Überzeugungen sind oft diffus. Anhand repräsentativer Umfragen und Tiefeninterviews zeigen die Autoren, wie sich diese Milieus innerhalb der letzten fünf Jahrzehnte aufgrund von Wertwandel und sozialen Trends tiefgreifend verändert haben.

Page de l'éditeur

Stolz J., Fabre O., Gachet C., Buchard E., Phänomen Freikirchen. Analysen eines wettbewerbsstarken Milieus, Pano Verlag: Zürich, 2014.

Phänomen Freikirchen.jpg

Worauf gründet der erstaunliche Erfolg der evangelischen Freikirchen in der modernen Gesellschaft? Wie sieht die Lebenswelt der Mitglieder dieses Milieus aus? Auf der Basis von fast 100 Tiefeninterviews und einer Reihe von repräsentativen Untersuchungen wird das Phänomen Freikirchen in einer bisher nicht erreichten Tiefenschärfe analysiert und verstehbar gemacht. Das Buch zeigt im Detail, wie sich die Mitglieder zum Glauben bekehren, wie sie glauben, praktizieren, mit Autorität umgehen, einen Lebenspartner finden, ihre Kinder erziehen, evangelisieren, die Kirche wechseln und eventuell auch aus dem Milieu austreten. Die These des Buches ist, dass der Erfolg der evangelischen Freikirchen in einer Kombination von Abschliessung des Milieus und starker Kompetitivität der milieuinternen Angebote liegt. Die Ergebnisse beziehen sich in einem engeren Sinne auf das Phänomen der Freikirchen in der Schweiz; viele der beschriebenen Mechanismen lassen sich jedoch auch auf andere westeuropäische Länder übertragen.

Page de l'éditeur

Müller D., Convocation et provocation de l'éthique. Dialogues philosophiques et théologiques, Lit Verlag, 2014.

Ethique2.jpg (80170-8_Müller.indd) Se mesurer aux auteurs les plus critiques mais aussi à des auteurs qui construisent une voie nouvelle vers une éthique reconstructive ou vers une nouvelle théologie politique oblige la théologie et l'éthique à s'interroger sur l'articulation qu'elles entretiennent avec la pensée la plus exigeante. Elles doivent aussi se questionner radicalement de l'intérieur, afin d'éviter le dérapage autoritaire des rethéologisations ou des moralisations indues.

Entre le relativisme et l'absolutisme, nous pensons nécessaire de tracer un troisième chemin, celui d'une intensification de la recherche de la vérité.

Page de l'éditeur

Mobio F., Mille trois cent vingt-cinq fois trente-six. La Havane de Luc Chessex, Lausanne: Association des Amis de Luc Chessex, Claude Champion, Francis Mobio, VPS prod. 2014.

1325x36_mini.jpg

Film documentaire inclus dans le DVD Por los caminos del Mundo, autour du photographe Luc Chessex et de son oeuvre.

En janvier 2013, Luc Chessex s'en retourne à la Havane pour le vernissage d'une exposition de ses photos cubaines des années 60, qu'il a offertes à un Centre culturel de la Habana Vieja. Francis Mobio l'accompagne et en profite pour brosser un portrait du photographe. C'est un film qui cherche plus à évoquer des aspects de la personnalité de Luc Chessex qu'à raconter ou expliquer dans le détail le parcours d'un photographe.

Durée 51', format 16/9, version originale française et espagnole, sous-titres français.

Extrait du film de Francis Mobio (ouvrir avec Safari ou Explorer)

Ehrenfreund J. et Schreiber J.-P., Les Marranismes. De la religiosité cachée à la société ouverte, Demopolis, 2014.

marranismes.jpg

L’ouvrage interroge la notion de marranisme dans une perspective large et comparatiste, au-delà du crypto-judaïsme. On retrouve en effet dans les aires civilisationnelles des trois grandes religions du Livre le même phénomène de « marranisme religieux », à savoir des familles ou des communautés manifestant en apparence la foi de leurs concitoyens, mais qui en réalité judaïsaient, christianisaient ou islamisaient en secret. Ce phénomène a existé dans le monde chrétien, avec le marranisme proprement dit – à savoir des crypto-juifs en pays catholiques – mais aussi avec les phénomènes liés au devenir de catholiques en terre protestante – comme aux Provinces-Unies – ou des îlots réformés en terre catholique romaine… Mais il a existé aussi dans le monde islamique, avec certains chrétiens orientaux, en particulier sous les Almohades, en Afrique du Nord et en Espagne (XIIe- XIIIe siècles) – jusque dans l’Empire ottoman, avec l’avatar du frankisme et du sabbataïsme que furent les Dönmeh d’origine juive. Ceci a induit des pratiques sociales et religieuses particulières, des emprunts, des syncrétismes, une culture du secret et de la dissimulation, des appartenances fluides, la naissance de sectes ou d’hérésies et, surtout, une remarquable aptitude à passer des rites et pratiques d’une religion à l’autre, et donc d’un corpus doctrinal à l’autre.

>> Page de l'éditeur

Ehrenfreund J. et Gisel P. (dir.), Mises en scène de l'humain. Sciences des religions, philosophie, théologie, Paris, Beauchesne, 2014.

JE_PG-resize200x300.gif

La théologie et la philosophie ont longtemps été seules à parler de religion. Aujourd’hui, des sciences des religions s’imposent, contestant leurs approches et marquant des déplacements significatifs. En termes de types d’approches, d’enjeux discernés, de réalités sociales en transformation.

Sociologie de la religion, philosophie marquée de déconstruction, histoire du judaïsme, anthropologie mise en œuvre sur de l’ethnoculture extraeuropéenne, transferts de l’Orient indien sur fond de New Age occidental, éléments de contre-culture à partir des Sound Studies, conjoncture socioculturelle d’une naissance des sciences religieuses à la fin du XIXe siècle : c’est à partir de ces données et regards qu’un dossier se met en place. Qui donne à voir une large part des débats actuellement en cours dans le champ du religieux.

Mais il y a ici plus qu’un dossier. C’est que les éléments proposés l’ont été en dialogue avec Pierre Gisel. Qui répond longuement à chacun. Non pour clore, mais pour approfondir, ouvrir, déplacer ou prolonger. Du coup se tissent divers fils rouges. Autour de ce qu’il en est des constructions historiques, des traditions, des médiations, des institutionnalisations, du couple particularités/universalité. Ce qu’il en est, et ce qu’il convient d’en penser.

Page de l'éditeur

 

Salzbrunn M., Vielfalt / Diversität, Genève, Transcript, 2014.

Vielfalt_Div.jpg

Diversität – Diversity – Diversité: Gesellschaftliche Vielfalt ist mehr als nur ein Modewort und wird in Unternehmen, Universitäten und politischen Interessengruppen auf unterschiedliche Weise ausgehandelt. Mit diesem Band wird erstmals eine theoretische und ideengeschichtliche Einführung in den Begriff »Vielfalt« vorgelegt. Aktuelle Anwendungsbeispiele aus der internationalen Stadt- und Migrationsforschung sowie dem Diversity-Management in Wirtschaft und Verwaltung ergänzen den Band und machen ihn nicht nur für Studierende von sozial- und kulturwissenschaftlichen BA- und MA-Studiengängen, sondern ebenso für Lehrende und Praktiker/-innen im Bereich angewandtes Management zu einer nützlichen Lektüre.

Page de l'éditeur

Leseprobe

 

Dietrich W., Mathys H.-P., Römer T., Smend R., Die Entsteehung des Alten Testaments, Kohlhammer-Verlag, Stuttgart, 2014.

Entstehung_mini.jpg Auteurs: Prof. em. Dr. Walter Dietrich, Universität Bern. – Prof. Dr. Hans-Peter Mathys, Universität Basel. – Prof. Dr. Thomas Römer, Collège de France und Universität Lausanne. – Prof. em. Dr. Rudolf Smend, Universität Göttingen.

Dieses Lehr- und Studienbuch beschreibt die biblischen Schriften zunächst nach Inhalt und Aufbau und verfolgt dann ihren Werdeprozess zurück bis zum jeweiligen Entstehungsgrund. Den Rahmen gibt der Kanon der hebräischen Bibel vor, der im Einleitungsteil von der griechischen bzw. christlichen Bibel und den sog. Apokryphen abgegrenzt wird. Die vier Kanonteile werden durch Überblickskapitel eröffnet: der Pentateuch als ganzer, das deuteronomistische Geschichtswerk, das Phänomen der Prophetie, die hebräische Poesie. Gang und Stand der Forschung kommen angemessen zur Geltung. Umfassende Bibliographien durchziehen das Werk. Wer sich intensiv mit dem Alten Testament und seiner Entstehung befassen will, erhält hier fundierte Information.

Site de l'éditeur

Smith J. Z. (auteur), Magie de la comparaison. Et autres études d'histoire des religions, traduit en français par Barbu D. et Meylan N., Labor et Fides, Genève, 2014.

Smith.jpg

Pratiquant un comparatisme inattendu entre des religions très différentes dans le temps et l’espace, Jonathan Z. Smith a suscité de nouvelles manières de comprendre les mythes et les rites. Pour ce savant formé à l’origine à la botanique, la religion n’est qu’un mot servant à décrire des relations que des êtres humains entretiennent avec des acteurs surhumains dont la culture postule l’existence. A cet égard, il n’existe pas de religion pure et originelle, mais des sociétés reprenant à leurs comptes des représentations de mythes qui elles-mêmes en relisent de plus anciennes.
Avec cet ouvrage, qui réunit six articles majeurs écrits entre 1974 et 2004, le public français a enfin un accès direct à Jonathan Z. Smith sur des points décisifs de sa pensée. La recherche, à ses yeux, doit davantage se déployer dans le voisinage immédiat de l’historien des religions. On y trouve des institutions et des mythes à décrypter aussi intéressants que ceux qu’on peut partir analyser au bout du monde.

Site de l'éditeur

Meylan N., Magic and Kingship in Medieval Iceland. The Construction of a Discourse of Political Resistance, Brepols Publishers, Belgique, 2014.

Doc_Nico.jpg Focusing on discourses of magic in thirteenth - fourteenth century Icelandic texts that are concerned with kingship, this book examines the performative and ideological functions of texts dealing with magic in contexts of social and political conflict.

This volume examines the performative and ideological functions of texts dealing with magic in contexts of social and political conflict. While the rites, representations, and agents of medieval Scandinavian magic have been the object of numerous studies, little attention has been given to magic as a discourse. As a consequence, Old Norse sources mobilizing magic have been analysed mainly as evidence for a stable extra-textual phenomenon. This volume breaks with this perspective.

The book focuses on the use of discourses of magic in thirteenth- and fourteenth-century Icelandic texts concerned with kingship. It is argued that Icelanders constructed magic as a discursive answer to the increasingly pressing question of how to deal with the reality of their subordination to kings. This they did by telling stories of flattering Icelandic successes over kings brought about by magic in a bid to challenge dominant definitions and the social and political status quo. The book thus follows the conditions of emergence that made these subversive discourses of magic meaningful; it describes the various forms they were given, the various constraints weighing upon their use, and the particular political goals they served.

Site de l'éditeur

Bert J.-F. Qu'est-ce qu'une archive de chercheur ?, OpenEdition Press, Marseille, 2014.

Archive_chercheur.png

Depuis les années 1980, archivistes, historiens et scientifiques se sont préoccupés de la collecte et de la sauvegarde des archives dites « scientifiques ». D’abord les archives institutionnelles et administratives puis, plus récemment, les archives personnelles des chercheurs.

Avec cet ouvrage, Jean-François Bert montre l’intérêt de la prise en compte de ces archives dans un processus d’appréhension globale du travail des savants. Il donne les outils essentiels à une meilleure compréhension et à un usage profondément renouvelé des archives de chercheur.

L'ouvrage en libre accès

Site de l'éditeur

Stolz J., Usunier J-C., Religions as brands. New perspectives on the marketization of religion and spirituality, Ashgate, January 2014. 

During the twentieth century, religion has gone on the market place. Churches and religious groups are forced to 'sell god' in order to be attractive to 'religious consumers'. More and more, religions are seen as 'brands' that have to be recognizable to their members and the general public. What does this do to religion? How do religious groups and believers react? What is the consequence for society as a whole? This book brings together some of the best international specialists from marketing, sociology and economics in order to answer these and similar questions. The interdisciplinary book treats new developments in three fields that have hitherto evolved rather independently: the commoditization of religion, the link between religion and consumer behavior, and the economics of religion. By combining and cross-fertilizing these three fields, the book shows just what happens when religions become brands.

 

>> Page de l'éditeur

 

 

Bert J.-F., Lamy J. (dir.), Michel Foucault. Un héritage critique, CNRS Editions, Paris, 2014.

Les écrits de Michel Foucault sont stratifiés, hiérarchisés, entre les livres, les entretiens et les cours au Collège de France, mais ils sont surtout disséminés dans leurs usages. Désormais, et en plus de l’histoire des sciences et de la philosophie, les « effets » Foucault sont palpables sur la théorie de la littérature et du cinéma, l’histoire culturelle et sociale, les théories du genre, la pensée politique, les sciences de gestion… C’est dans ce chantier ouvert que se situe cet ouvrage. Il s’agit pour Jérôme Lamy, Jean-François Bert et leur équipe de spécialistes de resituer et d’analyser une pensée empruntant des questionnements à d’autres champs, de la psychologie à l’économie, de la science politique à la géographie, tout en ne se réclamant pas de ces sciences humaines et sociales. Pour comprendre la position de Foucault, les grands axes méthodologiques qu’il a parcourus sont retracés, telle l’archéologie, l’épistémè, la problématisation. Les concepts, des ouvrages maintenant classiques aux cours et à l’histoire de la sexualité, sont également revisités. Cette lecture critique des écrits et des usages de Foucault permet de le confronter aux analyses les plus récentes en sciences sociales, comme les postcolonial studies, ou de suivre les dialogues engagés (parfois à distance) avec des auteurs comme Norbert Elias, Michel de Certeau et Pierre Bourdieu. Un inventaire aussi rigoureux qu’éclairant.

L’ouvrage a été coordonné par Jean-François Bert (maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne, IRCM) et Jérôme Lamy (chercheur à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines).

Sommaire de l'ouvrage

Page de l'éditeur

 

Rodier Ch., La question Halal. Sociologie d'une consommation controversée, Paris, PUF, 2014.

Le halal en France a fait l’objet de nombreuses polémiques ces dernières années, notamment lors des débats concernant l’abattage rituel, les cantines scolaires ou encore la multiplication des rayons estampillés halal. Quelles significations doit-on toutefois donner à ces mouvements d’affirmation d’appartenance alimentaires des uns et des autres ? En quoi manger halal s’avèrerait-il incompatible avec les pratiques de consommation en France ? Manger halal entraîne-t-il inéluctablement un processus de communautarisation ? Et, en arrière-fond, le halal questionne-t-il uniquement le débat récurrent de l’intégration de l’islam en France ?
À rebours de ces positions, l’auteur propose ici de dépasser l’écueil de l’assignation communautaire dont font l’objet les pratiques alimentaires des musulmans en France pour nous révéler au travers d’un terrain d’investigation original (l’observation des pratiques alimentaires quotidiennes au sein des familles, de l’approvisionnement à l’assiette, en passant par les préparations culinaires) l’éclectisme des pratiques alimentaires de migrants marocains et de leurs descendants français.

Page de l'éditeur

 

Römer Th., Dark God. Cruelty, Sex and Violence in the Old Testament, New Jersey, Paulist Press, 2013.

Treats the question of interpreting difficult texts of the Bible that seem to shock our modern understanding of God and religious ideas.

Page de l'éditeur

 

Artières P., Bert J.-F., Potte-Bonneville M., Revel J. (éds.), Michel Foucault. La grande étrangère. A propos de littérature, coll. "Audiographie", EHESS, Paris, 2013.

Michel Foucault entretient avec la littérature une relation complexe, critique, stratégique. Les documents inédits qui composent le présent volume en témoignent magnifiquement.. Sade, Cervantes, Artaud, Shakespeare....Le philosophe se livre à une description de sa bibliothèque littéraire.
Ce recueil regroupe pour la première fois plusieurs de ces interventions : émission de radio, enseignements et conférences. Prononcés à l’oral sur une période de moins de dix ans — entre 1963 et 1971 — chacun entretient avec l’écrit et la langue un rapport particulier.
Les deux premiers documents sont la transcription intégrale de deux émissions de radio diffusées à a radio française en janvier 1963, consacrées à la représentation de la folie dans le langage. Foucault y fait entendre de nombreux extraits : Shakespeare, Cervantès, Diderot, Sade, Artaud, Leiris.
Le deuxième ensemble est formé de deux conférences successives sur Langage et littérature. À la faveur d’une analyse de l’étrange « triangulation » qu’il décèle entre le langage, l’œuvre et la littérature, Foucault reprend l’ensemble des thèmes qui traversent ses écrits sur la littérature de ce début des années 1960.
Enfin, ce volume livre un article en deux parties prononcé en 1971 à l’université de Buffalo aux Etats-Unis, résultat d’une expérimentation à l’oral d’une étude du Marquis de Sade dont les manuscrits ont été conservés. Pour le philosophe La Nouvelle Justine est intégralement écrit sous le signe de la vérité.
À lire ces prises de parole consacrées à la littérature, le souci de Michel Foucault prend l’allure d’un véritable redoublement de son propre discours, c’est-à-dire tentative, menée à l’extrême, de dire à la fois l’ordre du monde et de ses représentations à un moment donné.

Page de l'éditeur

 

Frevel C., Nihan C. (éds.), Purity and the Forming of Religious Traditions in the Ancient Mediterranean World and Ancient Judaism, Brill, 2012.

Purity is a cultural construct that had a central role in the forming and the development of religious traditions in the ancient Mediterranean. This volume analyzes concepts, practices and images associated with purity in the main cultures of Antiquity, and discusses from a comparative perspective their parallel developments and transformations. The perspective adopted is both synchronic and diachronic; the comparative approach takes into account points of contact and mutual influences, but also includes major transcultural trends. A number of renowned specialists contribute a large variety of perspectives and approaches, combining archaeology, epigraphy and social history; in addition, particular attention is given to concepts of purity in ancient Israel and early Judaism as a ‘test-case’ of sorts. Through its extensive coverage, the volume contributes decisively to the present discussion about the forming of religious traditions in the ancient Mediterranean world.

Page de l'éditeur

 

Brandt P.-Y. et Day J. (éd.), Psychologie du développement religieux, Genève, Labor et Fides, 2013.

Depuis l’émergence de la psychologique comme discipline scientifique, nombre de chercheurs se sont intéressés à la relation entre les croyances religieuses et spirituelles, les attitudes, les pratiques et les indices de bien-être psychologique. Peut-on décrire, expliquer, mesurer et prédire le développement spirituel et religieux et a-t-il des liens avec les développements cognitif, affectif ou moral ? Cet ouvrage réunissant des spécialistes propose de faire le point sur les recherches menées depuis quarante ans dans ce domaine et de montrer le champ passionnant des possibilités nouvelles de comprendre les croyances. Sur le Dieu des enfants, le sens de la religiosité à différentes étapes de la vie ou les liens entre émotions et développement spirituel, cet ouvrage offre un éclairage nouveau sur les mystères de la prégnance de la religion dans nos sociétés sécularisées.

>> Page de l'éditeur

 

Becci I., Burchardt M., and Casanova J., Topographies of faith. Religion in urban spaces. BRILL, April 2013.

Based on ethnographic explorations in cities across the globe, Topographies of Faith offers a unique and compelling analysis of contemporary religious dynamics in metropolitan centers. While most scholarship on religion still sidelines questions of spatiality and scale, this book creatively draws on perspectives from urban studies to study the spatiality of religion in modern cities. It shows how globalization, transnational migration and urban expansion in big cities engender new religious forms and practices and their spatial underpinnings. Space affects urban religious diversity, religious innovations, decline or vitality. But it also shapes the relationships between religion and social equalities. Spanning distances between New York, Delhi and Johannesburg, the book also engages with issues of secularity and religious vitality in genuinely new ways.

>> Page de l'éditeur

 

Fournier C.-A., Odette Fournier, sage-femme, Attitudes religieuses face à la naissance en Valais entre 1930 et 1970, Genève: Labor et Fidès, 2013.

Prenant racine dans les carnets des naissances d’Odette Fournier, sage-femme à Haute-Nendaz en Valais entre 1930 et 1970, ce livre revisite l’histoire et la psychologie de la naissance sur plus de quarante ans dans les Alpes valaisannes. Au travers de l’analyse des pratiques obstétriques et religieuses, il met en évidence la cassure engendrée dans les communautés montagnardes par la construction des grands barrages hydroélectriques entreprise après la Seconde Guerre mondiale. Avec un monde qui s’évanouit alors, la sage-femme perd sa fonction « d’apporter dans les familles les bébés qui lui ont été confiés par l’ermite ». Dans l’avènement d’une ère nouvelle, elle deviendra à la fois l’incarnation mythique d’un monde perdu et une figure de transition entre une vocation et une professionnalisation du « naître », entre une pratique obstétrique à domicile puis en institution et entre une transmission des savoirs mortuaires dans le cadre familial et leur gestion ultérieure par les professionnels. Odette Fournier, grand-mère de l’auteur, sert ainsi de guide pour reconstituer un fil rouge dans cette rupture de l’histoire. 

>> Page de l'éditeur

 

Becci, I., Imprisoned Religion. Transformations of Religion during and after Imprisonment in Eastern Germany, Aldershot, Ashgate, 2012.

This book explores the profound transformations that prisons and offender rehabilitation programmes in Eastern Germany have undergone with respect to religion. Drawing on participant observation and interviews of inmates, ex-prisoners, chaplains and prison visitors, this book connects the institutional to individual: focusing on the religious changes individuals experience when they are imprisoned and released. Including comparative studies from Italy and Switzerland, Becci reveals that despite diverse local, historical, denominational, political and social contexts the transformation patterns of individuals' relationship to religion, and their use of religious resources, are strongly shaped by the total character of prisons. Becci also explores the difficulties faced by released people in keeping their religious life alive under the harsh conditions of social stigma in a highly secular outside society.

>> Page de l'éditeur

 

Ehrenfreund J. et Gisel, P. (dir.)., Religieux, société civile, politique. Enjeux et débats historiques et contemporains, Lausanne, Editions Antipodes, 2012.

La question religieuse revient au cœur de nos sociétés sécularisées qui ne savent pas bien comment y faire face ni même comment l'interpréter, après qu'on a pensé pouvoir la renvoyer à la seule dimension privée de la conviction subjective.
Pluralité de traditions dans la manière d'organiser le vivre-ensemble; désinstitutionnalisation des traditions héritées; nouvelles affirmations identitaires ; sectes et nouveaux mouvements religieux; religiosité diffuse, voire spiritualités athées: toutes ces réalités valent comme symptôme de ce qui arrive à nos sociétés. Et à quoi ces sociétés doivent faire face, sur le plan de l’école, de l’espace public, des rythmes, des symbolisations et des ritualités, de l’articulation au bien commun et à l’état de droit.
Le présent ouvrage est né d’un colloque de l’Institut Religions, Cultures, Modernité de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne, où ont été invités à s’exprimer des historiens, des politologues, des sociologues, des anthropologues, des philosophes. 
Y sont présentés et interrogés des données historiques sur quatre siècles de modernité européenne, diverses réalités extra-européennes (pays arabes, Afrique, Israël, Inde…), de nouveaux types de positionnement des acteurs contemporains (créationnistes étasuniens, reprises et transcriptions venant de la gauche radicale…).

Page de l'éditeur

 

Edelman D., Davies P., Nihan C., Römer T., Opening the Books of Moses, Equinox Publishing, Sheffield, 2012.

Opening the Books of Moses presents an introduction to the first five books of the Old Testament: Genesis, Exodus, Leviticus, Numbers and Deuteronomy. It is written for any student engaged in the scholarly study of these most important of biblical texts. The aim throughout is to examine the books with a view to illuminating the ideas, beliefs and experiences of the time. The book presents a broad overview, which provides a survey of the current state of Pentateuchal research; an analysis of how the texts were shaped by their time and audience; an outline of Jewish areas in the Persian period; and an examination of key concerns and topics, notably the Torah, geography, ethnicity, Yahweh and other deities, theories of cult, treaties and oaths, and Moses.

The book is the first volume in a six volume collection within the BibleWorld series that will explore in detail each of the individual books of the Pentateuch in turn. This first volume sets the stage as serves as a general introduction.

Page de l'éditeur

 

Mancini S., Faivre A. (éds.), Des Médiums. Techniques du corps et de l’esprit dans les deux Amériques, Imago, Paris, 2012.

Peut-on agir sur le corps grâce à l’esprit ? Visionnaires et guérisseurs, les médiums, à l’inverse des idées communément répandues, l’ont toujours affirmé. Anthropologues, historiens des religions, philosophes ont observé sans a priori leurs pratiques à travers des lieux et des temps différents, et nous entraînent ici vers un étrange continent. Du chaman exerçant ses dons, au coeur de la violence urbaine de Mexico, aux cliniques spirites brésiliennes, inspirées d’Alan Kardec et fréquentées par toutes les classes sociales, le monde de l’Amérique du Sud reste empreint de croyances ancestrales vécues au quotidien. Plus au nord, nous croisons d’étonnantes figures, celle d’Andrew Jackson Davis, proche du magnétisme animal, ou celle de Leonora Piper qui, par ses dons de voyante, passionna le grand psychologue, William James. De nos jours, le spiritual healing connaît aussi un remarquable essor, et le bouddhisme Vipassana prend une large place dans la quête du mieux-être… L’armée américaine elle-même, dans un but
stratégique, a employé certains médiums dans un programme d’expérimentation portant sur la vision à distance…
Sans jamais renoncer à la rigueur scientifique, cet ouvrage nous offre ainsi une réflexion sur des phénomènes insolites venus du fond des âges, et persistant encore aujourd’hui.

Page de l'éditeur

 

Hamidovic D., L'Écrit de Damas. Le manifeste essénien, Leuven, Peeters, 2011.

L’Écrit de Damas est un document à part dans la bibliothèque de Qumrân découverte entre 1947 et 1967 sur les bords de la mer Morte. Une partie du document est connue dès la fin du XIXe siècle grâce à la découverte de deux manuscrits dans la synagogue du Vieux-Caire en Égypte. L’un de seize pages date du Xe siècle de notre ère, l’autre de deux pages est une copie du XIIe siècle. Dix manuscrits de Qumrân, copiés au tournant de l’ère chrétienne, comblent en partie les lacunes des manuscrits découverts au Caire. Malgré les dix siècles de différence entre les manuscrits palestiniens et les parchemins égyptiens, une des copies médiévales est très fidèle aux manuscrits de Qumrân. C’est pourquoi on propose un texte reconstruit à partir des différents manuscrits. Ainsi, les manuscrits palestiniens de l’Écrit de Damas permettent de restituer des parties du texte perdues dans les copies cairotes. Le Prologue, la première série de lois, la dernière partie du code pénal et la conclusion avaient disparu des manuscrits abîmés de la synagogue du Caire mais ils ont été retrouvés dans les manuscrits de Qumrân.

Page de l'éditeur

 

 

Mobio F., Santa Muerte. Mexico, la Mort et ses dévots, Paris : Éditions Imago, 2010.

Quatrième de couverture :

Autrefois cité lacustre décrite comme un véritable paradis terrestre, Mexico est devenu synonyme de précarité, d’insécurité, de violence et de mort. Du centre à la périphérie, vingt-quatre millions d’habitants assèchent les cours d’eau et bâtissent des habitations qui dévorent le paysage: l’eldorado de Cortés s’est transformé en enfer.
Pour tenter de vivre dans cette ville géante et protéger corps et âmes, deux millions de personnes — pour la plupart issues du monde ouvrier ou artisan, ou liées à la criminalité, à la prostitution ou au narcotrafic — instaurent un dialogue direct avec la mort et ses représentations, en pratiquant le culte de la Santa Muerte. Exposée dans des centaines d’autels situés en plein air, ou enfermée dans des châsses en verre, l’effigie apparaît le plus souvent sous la forme d’un squelette somptueusement habillé, et peut se trouver à un coin de rue, dans un marché populaire ou dans un garage aménagé avec soin pour lui rendre honneur.
En nous plongeant au coeur même du quotidien des dévots de la Santa Muerte, Francis Mobio  nous entraîne ainsi dans un itinéraire photographique étrange et fascinant..

Page de l'éditeur

 

Fournier C.-A.S'engager dans la vie religieuse. Etude psychologique de 16 vocations monastiques, Genève: Labor et Fides, 2010

 

Seize moines et moniales se sont confiés à l’auteur dans le cadre d’une recherche menée sur l’identité. Aujourd’hui, la rupture avec son milieu ou les traditions obligent l’individu à justifier ses révolutions personnelles auprès d’instances très diverses. L’enracinement communautaire et familial ayant perdu de sa profondeur, la compréhension de soi de développe au gré de processus de plus en plus aléatoires. Dans ce contexte, le récit de vie permet d’explorer son identité, et de façon particulièrement favorable lorsque le religieux est à l’oeuvre dans un changement radical d’existence. A partir d’un travail minutieux relatif au statut des récits de vie, convoquant principalement la psychologie mais aussi la philosophie, Claude-Alexandre Fournier explore les apports de telles confidences pour la compréhension du rôle endossé par le religieux dans une construction de soi. Au-delà de la mise en évidence des ressorts d’une vocation, place de Dieu ou expériences spirituelles, cette recherche montre que raconter sa vie permet d’en dévoiler des dimensions cachées.

Claude-Alexandre Fournier est maître-assistant en psychologie de la religion à l’Université de Lausanne.

ISBN : 978-2-8309-1391-0

Page de l'éditeur

 

Suivez nous:    
Partagez: