Maîtrise universitaire en médecine - 1re année

Coordinateur des cours à option : Prof. M. Hofer, coursoption_med@unil.ch

Les cours à option peuvent être effectués au sein de l'Ecole de médecine ou de la Faculté de médecine de Genève. Ils ont lieu durant le semestre d'automne, le jeudi après-midi, également pour Genève.

♦ Attention votre choix ne peut être que dans l'une OU l'autre des Facultés; si votre premier choix se porte sur un cours de l'Ecole de médecine (EM) les autres choix doivent l'être aussi obligatoirement. Identique pour un premier choix de la Faculté de médecine de Genève, les autres choix doivent obligatoirement être de cette Faculté.

Ils peuvent aussi être effectués dans le cadre du "PhD Programm in Cancer & Immunology" de la Faculté de biologie et de médecine, deux Summer School sont proposés.

Ecole de médecine (EM)

36 périodes de 45 minutes sur 12 semaines. L'offre de cours proposés se trouve ci-dessous.

Summer School

Deux Summer School du "PhD Programm in Cancer & immunology" de la Faculté de biologie et de médecine (3 crédits ECTS) sont disponibles et reconnus par l'Ecole Doctorale

Faculté de médecine de Genève

Les étudiants genevois sont prioritaires. Leur fréquence et nombre d'heures hebdomadaires sont propres à l'organisation de la Faculté de médecine de Genève, la charge de travail peut être conséquente.

Veuillez vous référer au site de la Faculté de médecine de Genève pour le programme des cours ici.

MD-PhD

Pour les étudiants qui ont décidé d'effectuer leur formation préparatoire au MD-PhD, nous leur conseillons fortement de choisir des cours à option en BMed3 et MMed1 reconnus par l'Ecole doctorale (3 crédits ECTS), la liste des cours reconnus peut être consultée ici.

Cours de l'Ecole de médecine - Semestre d'automne

OPT 1 Gène et vision : comprendre une pathologie pour développer des thérapies
Coordinateur Yvan Arsenijevic et C. Kostic
Discipline  Ophtalmologie
Période d'enseignement  Semestre d’automne

Ce cours comprend l’approfondissement de la connaissance sur les pathologies de la vision liées aux affections rétiniennes (maladies héréditaires, liées à l’âge ou tumorales) ou à une altération des voies visuelles. L’identification des patients atteints de maladie génétiques, l’importance de phénotyper précisément les patients pour atteindre un diagnostique fiable, les aspects de réhabilitation ainsi que l’encadrement des patients malvoyants et les traitements innovants en voie de développement seront abordés par des discussions auprès de spécialistes des différents domaines, des exemples de cas cliniques, une séance avec patients ou des mises en situation de malvoyance par exemple. Nous souhaitons faire un pont entre la médecine et la biologie des pathologies pour sensibiliser les étudiants à la médecine personnalisée de demain.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  1. Décrire les différentes origines des dégénérescences de la rétine en intégrant les connaissances cliniques et des sciences fondamentales (compréhension moléculaire de la pathologie).
  2. Définir les concepts de la recherche de mutations dans une famille
  3. Expliquer ce que les modèles animaux peuvent apporter à la compréhension d’une pathologie
  4. Résumer comment le cerveau se remodèle après une perte sensorielle                                                         
Attitudes
  1. Être conscient de l’apport des sciences fondamentales pour mieux comprendre les pathologies
  2. Être conscient de l’utilité potentielle du développement des nouvelles technologies en clinique
  3. Intégrer le besoin de rechercher des connaissances médicales et scientifiques complémentaires
Compétences et savoir-faire
  1. Se montrer actif dans la recherche de la connaissance
  2. Résumer et critiquer un article

TOP ^

OPT 2 L’hypophyse reine des glandes : la servir et la protéger
Coordinateur M. Messerer et G. Papadakis
Discipline  Neurochirurgie
Période d'enseignement 

Semestre d’automne – 1re année Master

Ce cours vous permettra de revoir certaines notions anatomiques et physiologiques de la région hypothalamo-hypophysaire, ce qui va vous permettre de reconnaître les principaux syndromes et maladies liés à l’atteinte de l’axe hypothalamo-hypophysaire.

On se focalisera sur les aspects cliniques des adénomes hypophysaires sécrétants et non sécrétants, responsables de maladies graves telles que l’acromégalie ou la maladie de Cushing dont l’absence d’un traitement approprié peut s’avérer fatale pour les patients.

La partie théorique de ce cours sera bonifiée dans la mesure du possible par des visites de vrais patients. Dans le cas où ceci ne sera pas possible, les séances seront animées par des témoignages via vidéos. De cette façon, vous aurez l’occasion d’observer ces patients qui sont atteints de ces maladies. Ce qui vous aidera à reconnaître dans votre pratique médicale future les symptômes et à mieux gérer ces maladies. Mais également à être exposés à la charge physique et psychique, entraînée par ces pathologies. L’observation d’une opération au bloc opératoire fera partie du cours.

On vous donnera également des notions radiologiques, anatomo-pathologiques et ophtalmologiques. Pour se faire, vous serez initiés à la collaboration interdisciplinaire puisque vous serez en contact avec différents spécialistes, comme le neurochirurgien, l’endocrinologue, le radiologue, le pathologue et l’ophtalmologue.

Objectifs d’apprentissage

Connaissances

  1. Restituer les notions principales concernant l’anatomie et la physiologie de la région hypothalamo-hypophysaire.
  2. Reconnaître les pathologies touchant la région hypothalamo-hypophysaire et identifier les perturbations hormonales associées à ces atteintes.
  3. Exposer les aspects radiologiques, anatomo-pathologiques et ophtalmologiques liés aux maladies hypophysaires et leur thérapie.

Attitudes

  1. Réaliser l’importance impérative d’une collaboration interdisciplinaire pour la prise en charge efficace des pathologies hypophysaires.
  2. Promouvoir l’empathie envers les patients atteints de maladies hypophysaires rares, accompagnées par des symptômes physiques et psychiques parfois invalidants.

Compétences et savoir-faire

  1. Observer les patients atteints des maladies hypophysaires et être exposés aux symptômes et signes cliniques caractéristiques des adénomes hypophysaires sécrétants tels que les prolactinomes, l’acromégalie et la maladie de Cushing.
  2. Être familiarisé avec les démarches diagnostiques et thérapeutiques principales face aux maladies hypophysaires
  3. Être initié à la collaboration interdisciplinaire puisque vous serez en contact avec différents spécialistes, comme le neurochirurgien, l’endocrinologue, le radiologue, le pathologue et l’ophtalmologue
  4. Renforcer les compétences de pensée critique et de communication via des enseignements interactifs et variables (jeu de rôles, quiz, journal club)
 
OPT 3 Inéquités en santé : Yes we can !
Coordinateur Prof. Patrick Bodenmann, Dr Rainer Tan et collaborateurs/collaboratrices
Discipline  Santé communautaire, Santé publique, santé globale, médecine sociale
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

« Pourquoi traiter les gens et les renvoyer aux conditions qui les ont rendus malades ? Les déterminants sociaux de la santé s'attaquent aux conditions qui ont rendu les gens malades. » Sir Marmott, Health Gap; 2015.

Ce cours à option explorera le réseau complexe des déterminants sociaux de la santé qui contribuent aux disparités, aux inéquités et aux inégalités en matière de santé; les « conditions qui rendent les personnes malades ». Ces inégalités/inéquités expliquent en grande partie l’écart parfois de plus de 30 ans d’espérance de vie entre certains pays, de 4.4 ans parmi les populations les plus favorisées et les plus précaires en Suisse, et le fait que 15 % des Suisses doivent renoncer à des soins pour des raisons économiques. En effet, ce sont ces déterminants sociaux de la santé qui ont un impact plus important sur la morbidité/mortalité de nos patient·e·s que les soins médicaux dispensés.

Thématiques :

Chaque cours examinera une thématique d’inéquité en santé, en intégrant un enseignement théorique robuste avec une composante pratique, afin de comprendre les problématiques, l’ampleur et ce que nous pouvons en tant que médecin.

Les sujets incluent notamment :

  • les différentes formes de discrimination telles que le racisme, le sexisme et l’homophobie ;
  • la réalité des populations en situation de vulnérabilités telles que lors de migration forcée, les handicaps, la santé pénitentiaire ;
  • le changement climatique et l’inéquité.

Approche pédagogique :

  • Présentations interactives d’invité·e·s varié·e·s de différents domaines médicaux, de patient·e·s, et d’acteurs·trices dans la lutte contre les inéquités en santé
  • Livre « Vulnérabilités, diversités et équité en santé » donné à chaque étudiant·e au début du cours à option
  • Articles de littérature pertinente
  • Vidéos, podcasts
  • Travaux en petits groupes
  • Visite de sites de soins de populations en situation de vulnérabilités
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  1. Décrire les principaux déterminants socio-économiques de la santé
  2. Identifier les principales populations en situation de vulnérabilité, actuellement présentes en Suisse
  3. Énumérer les différents facteurs de précarité en fonction des caractéristiques spécifiques des populations, leur mode de vie, leurs prises de risques par rapport à leur santé et leur principale pathologie
  4. Définir le rôle joué par le médecin dans la prise en charge interdisciplinaire de telles populations
  5. Intégrer les défis de santé publique actuels
  6. Comprendre ses propres biais implicites et explicites, la discrimination sociétale et structurelle, et l’impact sur la santé de populations discriminées
Attitudes
  1. Adopter une posture et un comportement permettant une approche nuancée, respectueuse, empathique, du patient·e précaire, quels que soient son statut socio-économique, sa politique et son origine
  2. Insérer sa réflexion dans une perspective transversale interdisciplinaire et de réseau
Compétences et savoir-faire
  1. Évaluer les déterminants sociaux de la santé pour chaque patient·e
  2. Établir un climat de confiance dans un setting approprié afin de mieux déterminer les principaux critères de précarité et de vulnérabilité pour chaque patient·e
  3. Tenir compte des spécificités de l’origine, du milieu socio-économique et de l’environnement de chaque patient·e
  4. Acquérir des compétences dites transculturelles dans la prise en charge de patient·e·s d’origines diverses, que ce soit en termes de pays de naissance, du niveau socio-économique, d’orientation sexuelle, etc.
OPT 4 Le corps dans tous ses états : entre TCA, obésité et stress de performance
Coordinateur Dr. Giorgio E. Maccaferri, MER
Discipline  Psychiatrie-psychothérapie, addictologie, cardiologie, médecine du sport, médecine du métabolisme, diététique, soins palliatifs, psychomotricité
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

L’individu contemporain accorde une importance croissante à son propre corps : maitrise du poids, idéaux de minceur, comportement alimentaire orthorexique, et recherche de performances sous stress sportif en sont quelques déclinaisons.

Cette pression sociétale peut contribuer à l’apparition ou favoriser le maintien de l’apparition de conditions pathologiques telles que la restriction cognitive, l’anorexie mentale, la boulimie, l’obésité, l’anxiété et la dépression. Corrélativement, repousser les limites corporelles fonctionne aussi comme mécanisme de défense pour faire face à des émotions négatives, anxiété, tristesse, sentiment de vide ou traumatismes -par exemple-. Toutefois le corps vieillit, « s’abime » et le stress devient stress de maladie dans certaines conditions (maladies évolutives chroniques).

Ainsi, d’un point de vue psychopathologique, aussi bien la recherche effrénée de la minceur que l’on peut observer dans les troubles alimentaires ou dans le stress de performance sportif et l’addiction au sport, que l’excès pondéral, jusqu’à l’obésité morbide, doivent être considérés comme témoignant d’une même problématique.

Ce cours est réparti en quatre sous-modules : surpoids et obésité d’un point de vue psychiatrique ; troubles du comportement alimentaire et conditions évolutives chroniques; le corps en psychothérapie; le corps à l’épreuve du sport. Les modalités d’enseignement seront théoriques, mais aussi expérientielles. De plus, un accent sera porté sur l’utilisation du corps en psychothérapie dans chacune des écoles reconnues, psychanalytique, cognitivo-comportementale et systémique.  

Afin d’acquérir les connaissances, attitudes et compétences visées, ce cours à option donnera la possibilité aux étudiant.e.s de rencontrer des professionnel.le.s de différentes spécialités qui travaillent ensemble autour de ces questions : psychiatres et psychologues psychothérapeutes, psychiatres de liaison, palliativistes, addictologue, médecins du sport et cardiologue.

Parmi les moyens pédagogiques proposés, les étudiant.e.s pourront tester et pratiquer des techniques d’entretien avec un patient simulé et/ou visionner des vidéos de vrai.e.s patient.e.s. Les étudiant.e.s pourront aussi expérimenter l’impact des émotions au niveau physiologique, ainsi que certaines techniques psychothérapeutiques (sculpture ou psychodrame par exemple), ou encore passer des échelles psychométriques et remplir un carnet alimentaire.

Enfin, les étudiant.e.s auront également l’occasion de discuter avec un ancien athlète paralympique sur des thématiques touchant le handicap physique, la dépression et la motivation au changement.
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  1. Enumérer les répercussions des TCA, de l’obésité et des addictions au sport sur l’état psychosomatique de la personne.
  2. Expliquer les différents types de traitement et la place de la psychothérapie dans le traitement du corps à l’épreuve de l’excès pondéral, de la privation alimentaire et des pathologies du sport.
  3. Reconnaître une addiction au sport et en décrire le périmètre.
  4. Analyser la complexité découlant de la pluralité des écoles de psychothérapie (psychanalytique, cognitivo-comportementale et systémique) dans le traitement du corps malade lors de l’anorexie et la boulimie, l’obésité et le stress de performance en médecine du sport.
Attitudes
  1. Reconnaître la nécessité et la complémentarité du travail pluridisciplinaire dans ces conditions cliniques.
Compétences et savoir-faire
  1. Observer et pratiquer un entretien médical autour d’une situation classique d’anorexie mentale ou d’obésité au cabinet d’un généraliste.
  2. Proposer différents types de traitements psychothérapeutiques dans le cadre des TCA, de l’obésité et des addictions au sport et décrire leurs spécificités.
  3. Apprécier l’importance de la collaboration active avec d’autres spécialistes dans le cadre des conditions psychosomatiques liées à la prise en charge des TCA, de l’obésité et de la médecine du sport.
OPT 5 Les logiques de la dépression: psychopathologies, psychothérapies et neurosciences
Coordinateur Gilles Ambresin
Discipline  Psychiatrie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
L’introduction du DSM-III en 1980 incarne la reconnaissance de la complexité du fait mental pathologique : la notion de trouble remplace celle de maladie en raison de la difficulté de trouver un lien univoque entre un syndrome est un possible déterminisme étiopathogénique. Mais reconnaître la complexité des troubles psychiatriques n’implique en rien de céder sur les exigences méthodologiques propres aux sciences fondamentales comme aux sciences cliniques.

Ce cours poursuit deux objectifs complémentaires : premièrement sensibiliser l’étudiant à la diversité et à la spécificité des méthodes auxquelles la psychiatrie peut recourir dans une approche scientifique des maladies psychiques ; deuxièmement rendre attentif le futur médecin à la complémentarité des ces méthodes, par là à la nécessité d’une approche pluridisciplinaire dans son approche de la maladie et du sujet malade.

Le thème de la dépression est choisi en raison de la fréquence de cette maladie et de la multiplicité des facteurs qui sont susceptibles d’être incriminé dans une meilleure connaissance de ses déterminants : historiques, génétiques, neurobiologiques, épidémiologique, psychopathologique et psychothérapiques.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Connaître et distinguer les définitions de la dépression proposée par différentes approches
2. Connaître les différents types de traitement de la dépression
3. Différencier les modalités et les objectifs d’un traitement médicamenteux et d’une psychothérapie
4. Connaître les avantages et les limites d’une approche pluridisciplinaire de la dépression
Attitudes
1. Etre capable de se reconnaître et respecter la pluralité des méthodes de recherche appropriées à l’étude de la dépression
2. Etre capable de discuter la complexité découlant de la pluralité des méthodes de recherche en médecine
3. Etre capable d’appréhender la complémentarité nécessaire de ces approches dans leurs applications cliniques
Compétences et savoir-faire
1. Appréhender les différents types de savoir requis pour une approche multidisciplinaire d’un trouble psychiatrique
2. Lire et résumer de manière critique un chapitre de livre ou un article scientifique dans une des approches présentées
3. Mettre en évidence les symptômes dépressifs dans un entretien clinique
4. Proposer différents types de traitements de la dépression et décrire leurs spécificités

TOP ^

OPT 6 Chirurgien pédiatre, pédiatre, enfant et famille autours de la croissance et du développement
Coordinateur Aline Bregou et Eleuthere Stathopoulos
Discipline  Pédiatrie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

La croissance et le développement font partie intégrante des sciences de la vie et sont au cœur de la discipline pédiatrique. Ce cours a option se centre sur divers aspects du développement du fœtus, du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent, impliquant de nombreux processus et phénomènes de nature cellulaire, génétique, physiologique, psychosociale et environnementale.  Il s’en suit que cet enseignement émarge à de nombreuses disciplines comme la biologie, la physiologie et l’endocrinologie, l’obstétrique, la néonatologie, la pédiatrie, la médecine de l’adolescence, la psychologie et la pédopsychiatrie, la médecine sociale et préventive voire la sociologie. Ce cours propose aux participants d’aller au delà de l’assimilation de connaissances vers une réflexion théorique et un questionnement portant sur la nature et le déroulement de divers processus de croissance. A ce titre, il constitue un bon entraînement à la réflexion interdisciplinaire critique propre notamment à l’exercice de la pédiatrie et de la médecine en général.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Décrire quelques mécanismes de la naissance, du développement et de la mort cellulaire (normale et pathologique)
2. Identifier les déterminants génétiques, biologiques, nutritionnels et psychologiques de la croissance pré et post natale, y compris la puberté
3. Détailler quelques étapes significatives du développement physique, psychologique et social du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent et comment  en tenir compte dans le travail clinique 
4. Définir et reconnaître quelques troubles fréquents de la croissance et du développement et leurs principales causes 
5. Définir et reconnaître quelques troubles fréquents du développement psychosocial et leurs principales causes
6. Décrire ce qu’il y a de spécifique dans la croissance et le développement des humains par rapport à d’autres espèces
Attitudes
1. Adopter une posture intellectuelle critique face aux théories appréhendant les phénomènes de croissances et de développement.
2. Participer activement aux sessions d’enseignement
Compétences et savoir-faire
1. Evaluer le développement d’un nourrisson, d’un enfant et d’un adolescent dans une perspective clinique
2. Appliquer les concepts de développement bio psychosocial dans l’approche et la prise en charge clinique d’un nourrisson/ d’un enfant/d’un adolescent

TOP ^

OPT 7 Urgences neurochirurgicales et Neuroréanimation
Coordinateur Dre Giulia Cossu, MER, Service de Neurochirurgie, CHUV
Dr Nawfel Ben Hamouda, MER, Service de Médecine Intensive Adulte, CHUV
Discipline  Neurochirurgie - Neuroréanimation – Urgences - Neurologie – Médecine Intensive - Chirurgie spinale
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

Les urgences dans le domaine neurochirurgical et spinal sont multiples et nécessitent une prise en charge efficace et rapide. Cette prise en charge implique différents intervenants en passant par le médecin de famille, à différents spécialistes : urgentistes, neurochirurgiens, neurologues, intensivites, anesthésistes, neuroradiologues, orthopédistes, endocrinologues, et pédiatres. La clé d’une bonne prise en charge inclut non seulement un diagnostic précoce, mais aussi la prévention des dommages secondaires et la mise en place d’une étroite collaboration multidisciplinaire pour garantir au patient la meilleure prise en charge.

Les buts de cet enseignement sont de guider l’étudiant à :

  • Reconnaitre les urgences neurochirurgicales et spinales les plus communes et entamer une prise en charge rapide et efficace.
  • Examiner un patient critique et souvent non collaborant.
  • Evaluer le moment pour le recours au spécialiste et prescrire les examens complémentaires nécessaires pour obtenir un diagnostic rapide et complet.
  • Définir des différentes étapes de la prise en charge dans l’urgence et dans le cadre de la neuroréanimation.
  • Comprendre l’importance d’une approche multidisciplinaire.
  • Illustrer les différentes étapes de certains gestes vitaux neurochirurgicaux lors d’une séance de dissection cadavérique.

Au cours de cet enseignement, nous favoriserons un apprentissage interactif avec la présentation de vignettes cliniques représentatives au cours des différentes sessions qui seront discutées avec les étudiants pour montrer la mise en pratique des connaissances exposées.

Une séance sera dédiée à un travail pratique au laboratoire d’anatomie avec une dissection cadavérique expliquant les différentes structures osseuses, méningés et parenchymateuses avec réalisation d’une craniectomie décompressive, mise en place d’une dérivation ventriculaire et d’un monitorage de la pression intracrânienne.

Nous organisons aussi une visite du bloc opératoire et du service de médecine intensive adulte pour une immersion clinique auprès de patients comateux.

Cette formation offrira de larges échanges interprofessionnels entre neurochirurgiens, neurologues, intensivistes, orthopédistes, neuroradiologues, neuroradiologues interventionnels, neurorééducateurs, endocrinologues, néonatolologistes et pédiatres. Cette collaboration qui est soulignée dans ce cours, reste fondamentale dans la vie pratique pour une prise en charge optimale et rapide de nos patients.

Objectifs d’apprentissage

Connaissances

  1. Définir et diagnostiquer les principales urgences neurochirurgicales, dans la population adulte et pédiatrique.
  2. Approfondir les connaissances sur la prise en charge des principales pathologies urgentes du système nerveux central.
  3. Exposer les principes de neuroréanimation chez un cérébrolésé, en particulier dans le cas de traumatisme crânien, de traumatisme vertébro-médullaire et en cas d’une hémorragie sous-arachnoïdienne post-anévrismale.
  4. Décrire les principes de prise en charge chirurgicale dans l’urgence (théorique et pratique).

Attitudes

  1. Analyser de façon critique les différentes options de prise en charge et de traitement selon l’état clinique et la pathologie du patient.
  2. Orienter le patient vers la structure la plus adaptée à sa prise en charge.
  3. Avoir un comportement professionnel lors de visite au bloc opératoire ou dans une unité d’hospitalisation.
Compétences et savoir-faire
  1. Diagnostiquer efficacement les pathologies neurochirurgicales urgentes.
  2. Intégrer les expériences de plusieurs spécialistes qui contribuent à une prise en charge optimale des patients cérébrolésés.
  3. Examiner un patient comateux (Service médecine Intensive Adulte).
  4. Présenter, discuter un travail de recherche.
  5. Observer et pratiquer en atelier les principes de la pose d’un capteur de pression intracrânienne, de dérivation ventriculaire externe et de craniectomie décompressive (au laboratoire d’anatomie du CHUV).

TOP ^

OPT 8 Being a Leader and Exercising Leadership as your Natural Self-Expression
Coordinateur Pierre-Yves Jeannet
Discipline  Leadership - This course will be given in English
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

The medical profession unquestionably requires skills in leadership. The Joint Commission of the Swiss Medical Schools states in PROFILES (https://www.profilesmed.ch) that it must be part of Medical Schools curriculum.

What is leadership? The experts themselves don’t agree on the definition. In this Course you will discover that leadership is not what you thought it was. You will discover that everyone can be a leader, that you do not need to have a formal leadership role or position to lead and that leadership starts with being able to lead yourself. You will also discover that there are instances in which you can only be effective as a leader by being a follower or by saying and doing nothing, just listening in a certain way.

The Course has one aim: to leave you Being a leader and exercising leadership effectively as your natural self-expression. It uses a methodology continuously developed over the last 2 decades and is being offered in universities at a pre- and postgraduate level across the world.

The course is not based on Informative Learning, its purpose is not to increase the sum of what you already know, it is based on Transformational Learning. You will be invited to examine the validity of what you already know and how that ‘knowing’ may constrain, shape, and distort skills and cognitive capacities that would otherwise be available when exercising leadership. The course is highly interactive, it is challenging and stimulationg. It requires intellectual rigour and sometimes emotional courage. You will have a chance to discover the constraining nature of some of your unexamined ideas, beliefs, prejudices, and taken-for-granted assumptions that constitute your frames of reference relative to being a leader and exercising leadership. It will be given in English but you will be welcome to ask questions or make comments in French if that it easier for you.

References:

More information about the course is available on:

Harvard’s Handbook for teaching leadership, Chapt 16, 2011 https://www.foleducation.org/wp-content/uploads/2021/07/Harvard-Business-Handobook-chapter.pdf

and https://beingaleader.org

Objectifs d’apprentissage

Connaissances

  • Learn a new language that gives you access to the effective exercise of leadership.

Attitudes

  • Recognize that authenticity and integrity are fundamental to being a leader.
  • Identify and recognize when your own inauthenticity interferes with your effectiveness when exercising leadership.
  • Identify when you (or your team) are “at effect” of the circumstances rather than responsible for them.
  • Recognize that being a leader requires that you are committed to something “bigger than yourself”, bigger than your concerns for yourself.
  • Recognize that the “context is decicive” and learn how to create a context to be able to lead effectively.
  • Identify what is the “past derived future” of a given situation and be able to formulate a “created future” for that situation.
  • Recognize what are the constraints that limit your Natural Self-Expression as a Leader.
  • Recognize that a certain kind of listening is required of Leaders.
  • Discover that there are instances in which you can only be effective as a leader by being a follower or a bystander or by saying and doing nothing, just listening in a certain way.
OPT 9 Anesthésie: de la physiologie appliquée à la médecine periopératoire et de réanimation
Coordinateur Yann Bögli
Discipline  Anesthésiologie
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

Bienvenue en anesthésiologie !

L’anesthésie a pour mission principale d’assurer le confort et la sécurité des patients lors de gestes médicaux (endoscopie, radiologie…), chirurgicaux ou lors d'un accouchement.

Pour ce faire, nous veillons sur l’état de santé du patient afin de réduire, voire supprimer les conséquences physiologiques et psychologiques des actes interventionnels.

D’autre part, notre discipline a la particularité d’avoir une activité transversale, autrement dit, nos équipes interviennent dans différents services de l’hôpital où des prestations d’anesthésie sont nécessaires et côtoient de nombreux intervenants.

Le but de ce cours à option vise à offrir aux étudiant.es intéressé.es les bases théoriques et pratiques de la médecine péri-opératoire et permets d’acquérir les notions fondamentales de la prise en charge de nos patients. De l’évaluation préopératoire au traitement de la douleur en passant par la gestion des voies aériennes, la majorité des spécificités de l’anesthésie sera discutée sur la base de vignettes cliniques, discussions, travaux de groupes et simulations, accompagné de nombreux spécialistes du domaine ouverts aux discussions.

On se réjouit de vous accueillir prochainement.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  1. Identifier les principes de physiologie, d’anatomie et de physiopathologie appliquées à la prise en charge péri-opératoire du patient
  2. Décrire les notions de base primordiales dans la prise en charge d’un patient (état clinique, monitoring, évaluation du risque)
  3. Décrire les notions de base dans la prise en charge péri-opératoire de patients à risque : enfants, femme enceintes, polytraumatisés…
  4. Formuler les principes de soutien et du monitoring des fonctions vitales pendant une anesthésie
  5. Justifier des liens entre physiopathologie et stratégie anesthésiologie
  6. Résumer les principes de base de la pharmacologie (anesthésiques généraux, locaux, opiacés, curares…)
Attitudes
  1. Reconnaître la nécessité et la complémentarité du travail pluridisciplinaire de l’anesthésie
  2. Intégrer les principes du consentement éclairé et de la protection des données
  3. Être conscient des enjeux de durabilités liés à l’anesthésie (pollution) et des risques liés au métier (burn-out, addictions…)
Compétences et savoir-faire
  1. Formuler une stratégie anesthésiologie globale basée sur l’évaluation du patient, les facteurs de risque anesthésiques et/ou chirurgicaux
  2. Formuler et justifier les mesures thérapeutiques nécessaire à appliquer
  3. Démontrer les gestes de base (contrôle des voies aériennes et du soutien ventilatoire ; accès veineux)

TOP ^

OPT 10 Neurosciences cliniques : de la clinique à la recherche
Coordinateur Jocelyne Bloch; Marie Theaudin; Peggy d'Honincthun
Discipline 

Neurologie, Neurochirurgie, Neuropsychologie et neuroréhabilitation

Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

Ce cours à option est un des rares à permettre aux étudiants de découvrir les activités de recherche clinique et fondamentale en neurosciences de façon très polyvalente : visite de laboratoires, expérimentation de la réalité virtuelle immersive en neuroréhabilitation, observation d’une séance de rééducation à la marche par stimulation médullaire d’une personne paraplégique, et apprentissage de la critique de protocoles de recherche. Ce cours permet aussi aux étudiants d’approfondir leurs connaissances sur la physiopathologie, les corrélats neuro-anatomiques, les modèles théoriques et les traitements actuels et futurs, y compris les thérapies innovantes des pathologies neurologiques les plus fréquentes. Enfin, ce cours donne l’occasion aux étudiants d’intéragir directement avec des patients atteints de maladies neurologiques chroniques et avec des intervenants de nombreuses spécialités (médicales et paramédicales) afin de mieux comprendre le vécu des patients, et l’importance d’une prise en charge holistique, multidisciplinaire, centrée sur le patient.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  1. Identifier les différents mécanismes physiopathologiques des principales maladies du système nerveux, en intégrant les connaissances actuelles issues des neurosciences.
  2. Décrire les différentes approches issues des neurosciences permettant d’appréhender les maladies du système nerveux
  3. Expliquer la nécessité de l’approche multidisciplinaire dans les maladies du système nerveux
  4. Evaluer les avantages et les limitations des différents modèles utilisés dans l’approche des maladies du système nerveux
Attitudes
  1. Se sensibiliser à l’approche transversale allant des neurosciences fondamentales aux neurosciences cliniques afin de mieux comprendre les maladies du système nerveux
  2. Se sensibiliser au développement des nouvelles technologies et thérapies afin de pouvoir analyser leur utilité potentielle pour la clinique
  3. Percevoir le vécu d’un patient atteint de maladie neurologique
Compétences et savoir-faire
  1. Intégrer l’approche transversale et multidisciplinaire des maladies du système nerveux
  2. Critiquer une approche diagnostique ou thérapeutique actuelle ou nouvelle (travail en petits groupes) : pouvoir analyser un cas clinique et proposer une prise en charge, critiquer un protocole de recherche.

TOP ^

OPT 11 Introduction à la médecine d’urgence ambulatoire
Coordinateur Philippe Staeger; Alexandre Béguelin
Discipline  Médecine d’urgence ambulatoire
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
Les urgences représentent une activité essentielle de toutes les structures pratiquant la médecine ambulatoire, comme les cabinets de médecine de premier recours, permanences, spécialistes, policliniques et hôpitaux. Cette dimension transversale est susceptible d’intéresser un grand nombre d’étudiants en médecine, quelle que soit la carrière à laquelle ils se destinent. L’acquisition de compétences dans ce domaine permet aux étudiants concernés de faire face aux situations imprévues, notamment par l’identification des symptômes et signes de danger, la prise rapide de décisions, la connaissance des moyens à engager, ainsi que la réalisation des gestes essentiels.

Ce cours à option aborde divers aspects de cette activité : arbres décisionnels en médecine d’urgence ambulatoire, ateliers pratiques, démonstrations de structures et dispositifs existants, présentations de cas sous diverses formes, et finalement travail personnel. Apprendre, mettre en pratique, et enseigner aux collègues apporteront aux participants des compétences supérieures dans le domaine de la médecine d’urgence ambulatoire.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Connaître les modalités de prise en charge des principales situations en médecine d’urgence ambulatoire
2. Connaître les principales urgences communautaires
3. Connaître les interventions possibles en terrain difficile
4. Connaître le réseau et les moyens locaux et cantonaux en médecine d’urgence ambulatoire, hospitalière et pré-hospitalière
Attitudes
1. Savoir effectuer les principaux gestes en médecine d’urgence ambulatoires : petite chirurgie, fixations, etc.
2. Participer activement aux sessions d’enseignement
3. Etre capable de réaliser un travail personnel dans le domaine de la médecine d’urgence ambulatoire
Compétences et savoir-faire
1. Evaluer une situation d’urgence ambulatoire en connaissant les principes de prise en charge individuelle
2. Appliquer les connaissances acquises dans des situations fictives, lors des démonstrations et ateliers pratiques

TOP ^

OPT 12 Fondements du traitement chirurgical de l’insuffisance cardiaque
Coordinateur Piergiorgio Tozzi
Discipline  Chirurgie cardiaque (Cardiac Surgery)
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master
L’incidence de l’insuffisance cardiaque est en nette augmentation et de nombreuses approches thérapeutiques ont été développées, en particulier dans le domaine chirurgical.  Les patients pour lesquels hier encore n’existait aucun traitement peuvent désormais bénéficier de nouvelles stratégies thérapeutiques.  Ces stratégies sont la synthèse de plusieurs compétences qui vont de la bio-ingénierie à la science des matériaux en passant par la biologie moléculaire. Il s’agit certes d’une discipline très pointue qui s’adresse à des hyper-spécialistes des maladies cardiaques. Cependant, la connaissance de ce domaine en pleine évolution affine la formation du jeune médecin, qu’il soit destiné à travailler en cabinet ou dans un hôpital universitaire.
Objectifs d’apprentissage
Connaissances
1. Acquérir les principes de la pathophysiologie de l’insuffisance cardiaque et du traitement médical et chirurgical
2. Acquérir les techniques chirurgicales pour la restauration de la fonction ventriculaire et valvulaire
3. Acquérir les principes de la thérapie cellulaire appliquée à l’insuffisance cardiaque
4. Acquérir les principes de fonctionnement des systèmes d’assistance ventriculaire et leurs limites
5. Connaître les indications cliniques à l’utilisation de chaque stratégie thérapeutique
6. Comprendre les enjeux techniques et économiques du développement d’un dispositif médical implantable
Attitudes
1. Analyser de façon critique les différentes options thérapeutiques relatives à l’insuffisance cardiaque
2. Orienter le patient souffrant d’une cardiopathie vers les nouveaux traitements
Compétences et savoir-faire
Acquérir des compétences spécifiques dans le domaine de la pathophysiologie de l’insuffisance cardiaque, de la bio-ingénierie et de la chirurgie cardiaque.

A la fin du cours, un jeu de rôle permettra aux étudiants de mettre en pratique les acquis.

TOP ^

OPT 13 Vivre face à la mort
Coordinateur Emmanuel Tamches (coordinateur); Claudia Gamondi; Ralf Jox
Discipline  Soins palliatifs et éthique médicale
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

Attention: les étudiants qui choisissent ce cours devront être très motivés car ils rencontreront à deux reprises un patient palliatif.

Vous recevrez également plusieurs jours avant le premier jour de cours un texte à lire, des informations seront données par mail à ce sujet.

A la fin du cours, il vous sera demandé de rédiger une lettre à un patient, document qui pourra faire l’objet d’une recherche scientifique pédagogique conduite par le Service de Soins Palliatifs et de Support. Cette recherche pourrait par la suite aboutir à des améliorations du cours, mais aussi à une publication.

Le médecin, comme les autres professionnels de la santé, est régulièrement confronté à la mort. Ce peut être la mort inattendue et brutale d’un patient, les conséquences naturelles d’une maladie évolutive d’un patient, mais aussi les conséquences d’un geste iatrogène ou encore la mort d’un collègue ou d’un proche.

Réparti en deux grandes parties, à la fois pratiques, expérientielles et théoriques, ce cours vise à aborder les concepts qui tournent autour de la mort, tant au niveau médical, psychologique, éthique ou encore spirituel.

Afin d’acquérir les connaissances, attitudes et compétences nécessaires, ce cours à option permettra aux étudiants de rencontrer des professionnels de différentes spécialités (urgences, soins intensifs ou encore pédiatrie, p.ex.) mais aussi de discuter avec un patient en situation de fin de vie.

A noter qu’il sera attendu des étudiants de pouvoir s’exprimer sur ce que la confrontation à  la mort génère en eux, raison pour laquelle ce cours à option n’est proposé qu’à des étudiants volontaires. Une équipe d’encadrement assurera évidemment la sécurité des participants.

Pour finir, ce cours est ouvert depuis 2016 à quelques étudiants hors Faculté de Médecine, ce qui enrichira l’expérience des étudiants de médecine.
Objectifs d’apprentissage

Connaissances
1. Expliquer les aspects médicaux de base liés à la mort d’un individu ;
2. Expliquer les aspects éthiques liés à la mort d’un individu ;
3. Expliquer les aspects psycho-spirituels liés à la mort d’un individu ;
4. Rechercher des informations sur la thématique des soignants face à la mort ;
5. Identifier des ressources (théoriques ou pratiques) pour faire face à la mort ;

Attitudes
1. Identifier les enjeux soulevés chez les étudiants en médecine confrontés à des situations cliniques pouvant avoir une issue fatale;
2. Se positionner personnellement (prendre du recul) face à ces enjeux et à sa propre finitude;
3. Débattre de ces enjeux avec des personnes d’horizons différents.

Compétences et savoir-faire
1. Devenir une ressource pour ses collègues confrontés à la mort.

TOP ^

OPT 14 Médecine du sport : de la physiologie de base à la médecine du sport sur le terrain
Coordinateur Prof F. Amati, Prof V. Gremeaux
Discipline  Physiologie et Médecine
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

La médecine du sport est la médecine spécialisée qui s’intéresse à tout pratiquant sportif, quel que soit son âge, son sexe ou son niveau de capacité sportive.

Dans un contexte où de de nombreux sportifs souhaitent se lancer dans des compétitions de plus en plus longues comme les marathons ou les trails, elle a pour but d’accompagner les sportifs en insistant sur les aspects de prévention.

Les blessures liées à l’activité physique sont malheureusement nombreuses. La médecine du sport a dans ses tiroirs tout un arsenal de moyens permettant au sportif de pouvoir retourner à son sport favori tout en essayant de limiter le risque de récidive.

Par ailleurs, l’accroissement de l’espérance de vie et le fait que l’on se retrouve à la retraite dans un état de santé bien meilleur qu’auparavant, la médecine du sport s’intéresse aussi au vétéran actif en l’accompagnant dans son activité en tenant compte de certaines co-morbidités qui, il y a peu étaient encore incompatibles avec une certaine activité physique, comme la mise en place d’une prothèse par exemple.

Ainsi, la médecine du sport met en avant les effets bénéfiques (ou parfois risques) de l'activité physique, de l'entraînement et du sport, ainsi que les risques de la sédentarité sur l'être humain en bonne santé ou malade. De plus, elle applique les connaissances issues du monde médical et des sciences du sport à la prévention, au traitement et à la réhabilitation des athlètes, mais aussi de la population générale.
Objectifs d’apprentissage

Connaissances

  1. Introduction à la médecine de l’exercice
  2. La mort subite en sport
  3. Ateliers de réanimation cardio-vasculaire
  4. Physiologie de l’exercice
  5. Ateliers de laboratoire et sur le terrain pour tester la capacité sportive
  6. Le sport chez les enfants
  7. Le sport pour la population à risque
  8. Le RED’S
  9. Les aspects sociologiques du sport
  10. Le dopage
  11. Atelier de Taping
  12. L’activité physique en environnement extrême
  13. Atelier : De la blessure au retour sur le terrain

Attitudes

  1. Intégrer les notions de base de la physiologie de l’exercice
  2. Savoir interpréter les résultats d’une exploration fonctionnelle
  3. Savoir prodiguer les conseils pour une reprise saine de l’exercice
  4. Savoir reconnaître les limites entre le trop peu et l’excès

Compétences et savoir-faire

A la fin du module, l’étudiant devra élaborer une présentation orale

TOP ^

OPT 15 "Les compétences relationnelles et émotionnelles du médecin" Savoir être avec l'autre et avec soi
Coordinateur Dre MER Anne-Emmanuelle AMBRESIN (cheffe de la DISA), Dre Dominique CASSIDY, MSc Elena MARTINEZ (IHM)
Discipline  Compétences et savoir-être du médecin
Période d'enseignement  Semestre d’automne – 1re année Master

Les compétences relationnelles et émotionnelles sont de plus en plus reconnues comme essentielles aujourd’hui dans les métiers de la santé. Les médecins sont particulièrement concernés par ces questions car exposés régulièrement à des situations chargées émotionnellement, à des stress intenses et à une charge de responsabilité importante. Devenir médecin et s’y épanouir nécessite d’acquérir un bagage non seulement de connaissances et d’habiletés médicales, mais aussi un savoir être personnel et relationnel.

 

La santé des médecins peut être mise à mal pour toutes ces raisons et le phénomène du burnout devient de plus en plus fréquent. Ce cours à option décrit et explique ces mécanismes. Il a surtout pour objectif d’apporter un bagage théorique et expérientiel sur les compétences relationnelles et émotionnelles et pour favoriser leur développement.

Différentes méthodes et outils seront présentés et expérimentés, empruntés aux domaines de la pleine conscience, de la psychologie positive, des méthodes d’auto-régulation corps-esprit, d’introspection et de questionnement spirituel, etc

Objectifs d’apprentissage

Connaissances

  • Enjeux relationnels et émotionnels du métier de médecin
  • Principales données sur la santé des médecins et des professionnels de santé
  • Effets du stress/burnout/épuisement sur l’exercice de la médecine
  • Outils de développement des compétences relationnelles et émotionnelles
  • Ressources existantes individuelles et collectives

Ces connaissances seront transmises à la fois de manière ex-cathedra, mais également par le biais de témoignages, vignettes, jeux de rôles, ainsi que par des exercices pratiques.

Attitudes

  • Ouverture à la connaissance de soi et à l’équilibre entre métier et vie personnelle
  • Adaptabilité relationnelle
  • Capacité à l’auto-régulation émotionnelle

Compétences et savoir-faire

  • Savoir utiliser et appliquer des techniques d’auto-régulation dans la stabilisation émotionnelle, pouvoir mobiliser des ressources individuelles (comportementales, relationnelles, spirituelles, etc.) et collectives
  • Capacités d’écoute, compassionnelle et adaptabilité en fonction des personnes et des situations (relations conflictuelles, grandes souffrances, etc.)

Evaluation : tenir un journal durant le semestre et présenter à la fin 3 moments ou situations différentes où ils ont appliqué ce qui a été appris et décrire l'impact sur eux et sur l'autre.

OPT 16 Allaitement et nutrition infantile : nourrir pour l'avenir
Coordinateur Dre C. Fischer Fumeaux, PD-MERc, Médecin cheffe, Lactarium-Allaitement-Nutrition périnatale, Service de Néonatologie, Département Femme-mère-enfant, CHUV
Discipline  Pédiatrie, Obstétrique, Santé materno-infantile, Santé reproductive, Médecine Générale, Nutrition, Prévention, Santé publique, Santé environnementale
Période d'enseignement  Semestre d’automne

Breast milk makes the world healthier, smarter and more equal, proclamait un éditorial du Lancet en 2016.

Le début de la vie (période dite des « 1000 jours », de la conception au 2ème anniversaire) est une période critique et unique de développement, de croissance et de plasticité, durant laquelle différents facteurs, notamment nutritionnels, mais aussi environnementaux ou émotionnels, peuvent durablement influencer la trajectoire de santé des individus.

L’allaitement maternel et la nutrition infantile ont un impact majeur et reconnu sur la santé à court et long terme de la mère et de l’enfant, également en termes de santé publique. L’allaitement maternel s’associe en outre à des avantages économiques, écologiques, et psycho-sociaux.

Le lait humain est un système biologique complexe, dynamique, seulement partiellement élucidé et techniquement inégalé. Cependant, moins de la moitié des enfants dans le monde et en Suisse en bénéficient conformément aux recommandations.

Au-delà du choix parental, les conditions cadres pour favoriser l’allaitement impliquent à la fois des ressources adaptées pour les parents et familles, un système de santé soutenant, une culture favorable, et des politiques de protection fortes.

Les professionnel.le.s de santé ont une responsabilité importante dans la promotion, la protection, et le soutien de l’allaitement maternel. Ils doivent également pouvoir conseiller et accompagner les familles sur les alternatives appropriées lorsque l’allaitement n’est pas possible ou pas souhaité. Pourtant, les études et les enquêtes pointent un défaut de formation dans ce domaine. We further call for a marked expansion in health professional training on breastfeeding and infant and young child nutrition, concluait un autre article du Lancet en 2023.

Dans une perspective factuelle, interdisciplinaire et interprofessionnelle, ce cours propose d’acquérir des compétences à travers une approche originale, variée et interactive, en alternant : notions théoriques, exemples pratiques, vignettes cliniques, mises en situations, jeux de rôles et exercices de simulation, lectures critiques d’articles ou de documents, et discussions. D’autres points de santé préventive précoce, comme certains facteurs environnementaux, ou émotionnels, seront discutés.

Objectifs d’apprentissage

Connaissances

  1. Reconnaître les enjeux de l’allaitement et de la nutrition infantile en termes de santé materno-infantile, santé publique, économiques et psycho-sociaux
  2. Apprécier ces enjeux à l’échelle globale, nationale et individuelle
  3. Résumer les recommandations nationales et internationales, décrire l’épidémiologie de l’allaitement
  4. Comparer les propriétés nutritionnelles et bioactives du lait humain et des autres laits infantiles (préparations infantiles industrielles)
  5. Identifier les difficultés et problèmes fréquents en matière d’allaitement et de lactation, pour la mère, l’enfant, la dyade et la famille
  6. Cibler les situations à risques , identifier les vulnérabilités
  7. Interpréter les niveaux de preuves, distinguer les connaissances et les croyances
  8. Défendre les pratiques de soutien de l’allaitement et de la nutrition infantile fondées sur des preuves
  9. Questionner et critiquer les limites des connaissances et les pratiques infondées ou délétères, les conflits d’intérêts, et le marketing industriel

Attitudes

  1. Écouter, poser des questions, débattre de ces enjeux avec des personnes d’horizons différents, dans une perspective de complémentarité et de respect interprofessionnels
  2. Pouvoir se positionner, en tant que professionnel.le.s de la santé, comme acteurs clés de la promotion et du soutien de l’allaitement maternel en faveur de la santé materno-infantile, de la santé publique, de l’équité et de l’environnement, tout en adoptant une approche nuancée et non dogmatique
  3. Intégrer, respecter et soutenir les situations de non-allaitement

Compétences et savoir-faire

  • Développer des compétences, y compris relationnelles, interprofessionnelles, et dans la communication et le partenariat avec les familles, pour le conseil en nutrition infantile et l’allaitement maternel
  • Proposer des mesures de prévention nutritionnelles et environnementales pour les femmes enceintes et les enfants en bas âges
OPT 17 Prendre en charge un patient suspect d'infection
Coordinateur F. Lamoth; Gilbert Greub; Pierre-Yves Bochud
Discipline  Microbiologie/Maladies infectieuses
Période d'enseignement  Semestre d'automne - 1re année Master

Les maladies infectieuses constituent une source majeure de morbidité et de mortalité, tant en médecine ambulatoire qu’hospitalière. Leur importance est accrue du fait de l’apparition constante d’infections émergentes, qui souvent prennent la forme de crises de santé publique, ainsi que de la propagation des résistances aux antibiotiques, qui rendent plus difficile voire impossible le traitement de certaines infections.

 

Suite aux réformes des études de médecine, la dotation horaire pour l’enseignement systématique de la microbiologie et des maladies infectieuses dans le cadre du Module B3.3 (intitulé Inflammation) est insuffisante.

 

Le développement de ce cours à option vise à offrir aux étudiants intéressés (en troisième ou quatrième année) une opportunité de réfléchir aux principes qui sous-tendent le diagnostic et la prise en charge des maladies infectieuses, et de les exercer dans le cadre de présentations de cas.

 

Le cours est donc constitué des éléments suivants :

  1. séminaires fondamentaux sur la démarche intellectuelle en diagnostic et thérapeutique lors d’infections causées par divers microbes (voir programme détaillé)
  2. études de cas interactives pour mettre en pratique ces raisonnements (cas choisis afin de couvrir des sujets non traités en cours lors du module B3.3)
  3. séminaires de recherche donnés par des chercheurs actifs dans notre institution pour donner des exemples de ces activités
  4. contact privilégié avec les enseignants, avec une présentation des perspectives de stages et de carrière en microbiologie (titre FAMH, master, MD-PhD) et en maladies infectieuses (titre FMH, master, MD-PhD).
  5. visites de laboratoires (routine et recherche)
  6. visite de la nouvelle Unité des isolements de médecine (chambres spéciales pour patient immunocompromis ou « contagieux »)
Objectifs d’apprentissage
Connaissances

Connaître et comprendre les concepts fondamentaux permettant d’interpréter des

résultats de laboratoire dans le diagnostic des maladies infectieuses, dans le cadre d’un diagnostic différentiel, et de prescrire des traitements antimicrobiens empiriques et/ou ciblés sur les microorganismes mis en évidence.
Attitudes

Comprendre l’importance de la connaissance de la pathogenèse bactérienne et virale dans la prise en charge des maladies infectieuses.

Compétences et savoir-faire
  1. utiliser dans le raisonnement diagnostique une interprétation bayésienne des résultats de laboratoire
  2. utiliser dans le raisonnement diagnostique l’information concernant les mécanismes des maladies infectieuses (quel prélèvement, quand, quelle méthode de détection) et les notions de flore microbienne physiologique
  3. établir un diagnostic différentiel étiologique, et établir un régime antimicrobien empirique couvrant une fraction acceptable des hypothèses
  4. exercer l’application de ces concepts sur des cas concrets dans un format de présentations de cas interactives (avec un dialogue entre clinicien et microbiologiste)

 

TOP ^

OPT 19 Médecine et Spiritualité

Prendre en compte la dimension spirituelle du patient : enjeux et impacts sur la clinique

Coordinateur

Prof. tit. Stéfanie Monod, Ph.D Etienne Rochat

Discipline 

Médecine, santé et spiritualité

Période d'enseignement  Semestre d'automne - 1re année Master

A l’heure où les développements de la médecine sont principalement techniques, on assiste en parallèle à un intérêt croissant pour restaurer la place de l’humain au cœur des soins. Un nouveau champ se dessine autour des liens entre la santé et la spiritualité, sous le terme anglo-saxon de spiritual care. Il se destine non seulement à étudier mais à promouvoir la compréhension, la reconnaissance et l’intégration de la spiritualité dans la médecine. Dans un temps de maladie et de vulnérabilité, la spiritualité se réfléchit comme une dimension faisant partie intégrante des expériences de transitions, de handicaps, du vieillissement, de la fin de vie ainsi que du recours aux médecines alternatives. Cette dimension impacte non seulement la santé physique et psychique du patient, mais influence également la relation thérapeutique avec ce dernier ainsi que sa prise en soin. En tant que médecin, comment intégrer la dimension spirituelle dans sa clinique pour améliorer ses compétences, optimiser les options de soins pour le patient et initier un débat en éthique clinique au sein du travail interdisciplinaire.

Ces connaissances seront transmises à la fois de manière ex-cathedra, mais également par le biais de témoignages, vignettes et vidéos ainsi que par des exercices pratiques.

Les étudiant·e·s auront également l’occasion de rencontrer en binôme des patient·e·s au CUTR de Sylvana.

 

Intervenants dans ce cours : Prof. Serge Margel, Anne-Sophie Hayek MsC, Dre Noemi Zurron, Prof. Philip Larkin, Prof. Gérard Waeber, Dr. Jean-Baptiste Mercoli, Dre Sabine Galland, Mario Drouin MTh, Geneviève Spring, Dr. Christos Karatzios, Prof. Peter Vollenweider, des représentants des grandes traditions religieuses et spirituelles, D.Th. Etienne Rochat.

Objectifs d’apprentissage
Connaissances
  • Définir les conceptions de la spiritualité et du système de croyances du patient en médecine.
  • Esquisser les conceptions de la spiritualité et du système de croyances du patient dans les autres champs disciplinaires du soin.
  • Esquisser le point de vue des grandes traditions religieuses et spirituelles présentes en Suisse sur la santé.
  • Résumer les différents outils existant en médecine pour entrer en dialogue avec le patient à propos de sa spiritualité.
  • Repérer les différentes utilisations d'un modèle biopsychosocial et spirituel en routine clinique.
  • Concevoir le projet thérapeutique comme la dimension spirituelle du patient.
Attitudes
  • Cerner son propre rapport à la spiritualité.

Compétences et savoir-faire

  • Intégrer la dimension spirituelle du patient dans la communication et les pratiques interdisciplinaires.
  • Evaluer la dimension spirituelle d’un patient à l’aide d’une procédure.
  • Présenter et discuter une ou plusieurs situations cliniques selon une approche bio-psycho-sociale et spirituelle
  • Concevoir les enjeux de l’intégration de la spiritualité dans le projet thérapeutique pour les décisions de soin et les traduire en termes d’éthique clinique.

 

TOP ^

Cours de la Faculté de médecine de Genève

Veuillez vous référer au site de la Faculté de médecine de Genève pour le détail des cours ici.

Cours reconnus par l'Ecole doctorale

Formation préparatoire au MD-PhD, liste des cours reconnus ici.

Cours Summer School

Deux Summer School du "PhD Programm in Cancer & immunology" de la Faculté de biologie et de médecine (3 crédits ECTS) sont disponibles et reconnus par l'Ecole Doctorale.

SS - Perspectives in Cancer Prevention, programme détaillé ici.

SS - Immunology course, programme détaillé ici.

Nous contacter

Lucia Palazzo
École de médecine
Bureau de l'enseignement
Rue Dr César-Roux 19
1005 Lausanne

Niveau 04, bureau 40.06

Tél: +41 21 692 50 44
coursoption_med@unil.ch

Responsables académiques

Pr Michaël Hofer - B3.9 / M1.9

Partagez:
Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV)Unisanté