Le son à l'UNIL et à l'EPFL

Image n°1 ©Matthieu Gafsou.jpg

©Matthieu Gafsou

De nombreuses personnes sur notre campus s’intéressent aux sons, dans le sens large du terme. Nous proposons sur cette page de découvrir la richesse de ces différentes approches dans une présentation « in progress ». 

Vincent BARRAS

Professeur ordinaire en Biologie et Médecine, Vincent Barras s’intéresse particulièrement à la question de l’oralité qu’il intègre dans ses enseignements d’histoire des sciences de la médecine. Il enseigne l’anthropologie et l’histoire du son à la haute école d’art et de design de Genève (HEAD) où il développe une pratique sonore sous la forme de performances artistiques.

Pierre BATAILLE

Premier assistant en sciences sociales, Pierre Bataille a travaillé avec Marc Perrenoud sur l’enquête Musician’s LIVE (2011-2015). Menée du point de vue de la sociologie du travail, ces recherches s’intéressent à la production de la musique dans le cadre « professionnel » romand. Ces recherches aboutissent sur la création d’un réseau international de chercheurs et chercheuses travaillant sur la question du travail musical en 2016. Il co-anime en 2019 une recherche sur les musicien.ne.s belges, dans une perspective comparative avec les résultats des analyses menées en Suisse. Pierre Bataille a depuis organisé la deuxième conférence du réseau à l’UNIL en 2018 ; une troisième conférence internationale est prévue pour avril 2020 à Turku (Finlande).

Marc PERRENOUD, Pierre BATAILLE, "Etre musicien.ne interprète en Suisse romande. Modalités du rapport au travail et à l'emploi", Swiss Journal of Sociology, De Gruyter, 2017, 43 (2), p. 309-334.

Alain BOILLAT

Professeur ordinaire de la section d’histoire et esthétique du cinéma, Alain Boillat s’intéresse à la question du son dans les productions audiovisuelles. Ses recherches ont trait au rôle de la voix et de l’oralité dans les dispositifs audiovisuels, abordés en particulier à travers des objets comme l’accompagnement oral des projections de lanterne magique et du cinématographe, les discours sur la parole dans le cinéma parlant, les questions de l’enregistrement de la voix, la voix-over, les télécommunications et les pratiques du doublage.

Bibliographie

Alexandre CAMUS

Sociologue et Project Manager au Metamedia Center à l’EPFL, Alexandre Camus aborde la dimension sonore par ses médiations sociotechniques et dans le cadre de son terrain d’enquête. Après avoir écrit une thèse sur l’ethnographie des pratiques de valorisation du patrimoine audiovisuel et musical au sein du Montreux Jazz Festival, il travaille pour le Montreux Jazz Digital Projet (début en 2019) et participe à divers projets comme le projet d’histoire et de sociologie publique en collaboration avec Nelly Valsangiacomo, portant sur la mémoire orale de ce même festival : Montreux Jazz Memories

 

Bibliographie

 

Nicolas CARREL

Auteur, poète et musicien, Nicolas Carrel s'investit dans des projets mêlant littérature, poésie sonore et musique expérimentale en restant avant tout sensible aux mots et à la parole comme matière sonore, expérimentant le souffle, le mot réduit à ses phonèmes, la langue orale et rythmique. Il est collaborateur culturel à La Grange de Dorigny. Dans ce cadre il a créé le Blog de la Grange, qui réunit des podcasts sur les liens entre art et culture scientifique et a initié des soirées de performances sonores : Labos 6x15’.
 

Danielle CHAPERON

Professeure ordinaire de la section de Français et directrice du Centre d’études théâtrales, Danielle Chaperon s’intéresse à la question du son comme étant l’une des composantes du théâtre contemporain. Dans le cadre du CAS (Certificat de formation continue en Dramaturgie et performance du texte) et de ses enseignements à la Manufacture notamment, elle développe une réflexion théorique et pédagogique qui permet d’intégrer cette dimension à une réflexion globale sur la production et la réception des spectacles. Elle aborde également ce domaine dans ses enseignements à l’UNIL et a ainsi tenté en 2018-19, à travers la création d’un feuilleton radiophonique, de rendre les étudiants sensibles à l’aspect sonore des performances scéniques.

Yves ERARD

Maître d’enseignement et de recherche en Français langue étrangère, Yves Erard travaille sur la voix et plus précisément sur la lecture à haute voix. Il a participé au développement de la plateforme Phonocolor, qui est une aide à l’apprentissage de la lecture (pour enfants et adultes). Il a également organisé du 7 au 9 juin 2018 une journée d’étude intitulée « trouver sa voix dans les mots des autres », dont le contenu a été filmé.

Vidéo conférence de la journée d'études "Trouver sa voix dans les mots des autres" 

Constance FREI

Professeure assistante en section d’histoire de l’art, Constance Frei s’intéresse à la musicologie ainsi qu’à l’histoire de la musique.

Martine HENNARD DUTHEIL

Professeure associée en section d’anglais, Martine Hennard Dutheil axe ses recherches sur le conte (littéraire et populaire), ses réécritures et transmédiations. Elle applique cette approche notamment pour les pièces radiophoniques d’Angela Carter, où elle questionne l’oralité et sa représentation (simulation) dans les contes de Perrault et leur réception (traduction, transposition). Son article sur la question est paru dans Les voies contemporaines sur l’oralité, un ouvrage collectif réalisé sous la direction de Camille Vorger.

Hervé LISSEK

Hervé Lissek, collaborateur scientifique de l’EPFL, est spécialisé dans le son, ou plus généralement l’acoustique (« science des sons »). Il s’intéresse principalement aux aspects techniques dans des domaines tels que le contrôle actif en acoustique (réduction du bruit ou amélioration de la qualité acoustique d’une salle) ou le traitement du signal audio, mais aussi à la perception sonore du point de vue des mécanismes cognitifs à l’œuvre dans l’audition humaine. Il participe au développement et à la réalisation de nombreux projets comme par exemple au premier Montreux Jazz Heritage Lab (2012) qui permet l’écoute immersive des archives du MJF.

Bibliographie

Juliette LOESCH

Assistante diplômée en section d’anglais, Juliette Loesch porte ses recherches principalement sur les dynamiques de traduction et de transcréation entre littérature et danse. Dans ce cadre, elle en consacre une partie à la façon dont la danse (plus particulièrement dans le Boléro de Maurice Béjart) peut « traduire » la musique en mouvements, ainsi qu’une autre partie à la musicalité de pièces de théâtre (en l’occurrence la Salomé d’Oscar Wilde), en se focalisant sur la construction du texte entre différents médias (musique, danse, image).

Daniel MAGGETTI

Daniel Maggetti, professeur ordinaire de la section de français et directeur du centre des littératures en Suisse romande, s’intéresse au son surtout en tant que conservateur d’archives d’écrivains, au travers desquelles il se trouve confronté à la question de ce type de traces. Il a donc connaissance de nombreuses archives de nature sonore.

André OUREDNIK

Chargé de cours à l’EPFL, André Ourednik aborde les univers du son sous différents angles. Il utilise surtout le son sur le plan artistique en utilisant des environnements sonores dans le cadre de performances, en collaboration avec des professionnels (ingénieurs son et/ou bruitistes). Son intérêt dans ce domaine se porte sur la question du son en tant que manifestation de la « nature » au sens cybernétique du terme. Le son intervient donc dans un grand nombre de ses activités, que ce soit dans ses romans ou dans ses performances comme sa collaboration avec l’ingénieur son Jérémie Conne, au cours de laquelle le son de la matière était mis à l’honneur.

Marc PERRENOUD

Marc Perrenoud est sociologue, anthropologue et maître d'enseignement et de recherche pour la faculté des sciences sociales. Il a également été musicien professionnel par le passé. Il s’intéresse principalement à la question du travail musical. Il a travaillé avec Pierre Bataille sur le projet de recherche Musician’s LIVE (2011-2015) et a également participé à la création du réseau de recherche international Working in Music en 2016. Il s’intéresse surtout à la socio-anthropologie du travail et de la production des « biens symboliques » et est très actif sur la scène artistique, que ce soit dans le milieu de l’improvisation musicale (jusqu’en 2011) ou dans la réalisation sonore d’un spectacle de danse contemporaine (Paris, 2018).

Joséphine STEBLER

Joséphine Stebler est Maître d’enseignement et de recherches à l’Ecole de français langue étrangère et Directice de l’Ecole du Cours de vacances de la Faculté des lettres. Anthropologue et enseignante de FLE, elle axe surtout ses recherches sur l’éducation et/à la question de la voix, dans une perspective qui cherche à réhabiliter la voix humaine en philosophie et en anthropologie. Dans cette perspective, la voix est, d’après elle, autant à entendre dans un sens politique (mon langage, mes mots sont-ils représentatifs de ceux de la communauté ?) que corporel et physique (une voix c’est toujours d’abord un corps qui s’exprime, une certaine tonalité, un certain rythme, un souffle). Dans le sillage de la philosophie du langage ordinaire, elle travaille notamment sur l’enseignement/apprentissage du français comme langue étrangère, de la lecture, et sur diverses pratiques de l’oral en milieu scolaire. Elle participe le 1er mars 2018 au Labo 6x15 consacré à la voix et organisé à la Grange de Dorigny.

Benoît TURQUETY

Professeur assistant en histoire et esthétique du cinéma, Benoît Turquety s’intéresse au son dans la perspective du cinéma dans une histoire et une géographie des dispositifs sonores. Il privilégie pour cela une articulation entre l’histoire des techniques esthétiques, l’épistémologie des dispositifs et, surtout, l’émergence des sound studies ;  Il autant de sujets sur lesquels il donne des séminaire ainsi que quelques conférences.

Peter UTZ

Professeur ordinaire de la section d’allemand, Peter Utz s’intéresse à plusieurs aspects du champ acoustique en rapport avec son domaine, la littérature allemande. Dans cette optique il touche à plusieurs sujets, tels que la question de la concurrence des sens et de la valorisation de l’ouïe dans les discours anthropologiques du 18ème siècle, la question de la sonorité, de l’oralité et de la polyphonie dans la littérature du début du 20ème siècle ou encore le sujet de la pièce radiophonique. De surcroît, il possède une petite collection d’enregistrements.

Camille VORGER

Maître d’enseignement et de recherche pour l’école de français langue étrangère, Camille Vorger porte ses recherches principalement sur le slam, la chanson, les performances poétiques en général et l’éloquence. Elle se concentre également sur le « malentendu », soit les multiples jeux de mots qui prêtent à équivoques, ainsi que sur la façon dont le geste accompagne la voix.

Thibault WALTER

Thibault Walter, chercheur à l’ECAL et au CHUV et co-directeur du LUFF, mène sous plusieurs formes une cartographie des pratiques aurales tant sur le plan académique que sur le plan artistique. De manière générale, son intérêt est avant tout guidé par la potentialité qu’offre l’angle d’approche du son et de l’écoute afin d’ajouter un niveau de complexité supplémentaire à la description du réel et à la connaissance des expériences individuelles et collectives, passées et contemporaines. Il créé l’association Sonorama pour la promotion des pratiques du son dans les sciences humaines et sociales et dans les arts et co-dirige une collection de traduction et d’édition de textes écrits par des acteurs, théoriciens et praticiens du son contemporain.

Bibliographie

Archives de l'Université de Lausanne

Les archives de l’Unil offrent un accès aussi large que possible aux fonds de l’Université. En outre, leur Portail des Archives Numérisées, des Documents et Ressources Électroniques de l’Unil (PANDORE) donne accès en ligne à une sélection de documents publics, souvent sériels, et autres informations relatives à l’histoire et à la vie de la haute école lausannoise depuis le XVIe siècle. (La plupart des documents sont majoritairement datés du XXe siècle.).

Inventaire de la collection audiovisuelle qui se télécharge sur PANDORE

Contact de référence : Olivier Robert

Fréquence Banane

Fréquence Banane est une radio ainsi qu’une association active sur le campus Unil/EPFL et à l’UNIGE à Genève. Elle a été créée Par les étudiant.e.s et pour les étudiant.e.s en 1993. L’association s’investit dans la conservation de ses archives, qui sont à disposition sur le site internet.

Grange de Dorigny

Le théâtre de la Grange de Dorigny situé au centre du campus de l’Unil offre un espace à de nombreux collectifs, troupes et/ou associations travaillant avec le son. Par exemple, le collectif Ici-Même en résidence à la Grange de Dorigny explore le campus depuis 2016 et enregistre des sons de l’université. Ces sons ont ensuite été assemblés dans le but d’établir un portrait sonore de l’université de Lausanne. Une présentation de ce projet, appelé « Conseil extraordinaire », a été présenté le 21 mars 2019 à la Grange de Dorigny.

                                                                        

Contact de référence : Dominique Hauser

LCAV

LCAV ou le Laboratoire des Communications Audiovisuelles est basé sur le campus de l’EPFL. Il s’occupe principalement de l’aspect spatial du son, c’est-à-dire, par exemple, de ses propriétés en tant que phénomène spatiotemporel et de son interaction avec différents espaces.

 

TOP ^

Partagez: