Colloques et conférences

2019
Date Titre Intitulé
09.2019 Semaine de découverte du grec ancien Semaine de découverte du grec ancien
06.2019 Fouilles Visite guidée du chantier des fouilles de Vidy
06.2019 Colloque XXIVème Colloque CORHALI : voix et paroles des dieux dans l’Iliade, l’Odyssée et les Hymnes homériques
05.2019 Conférence A Political History of Wit in the Late Roman Republic
05.2019 Conférence Esplanade Saint-Antoine : petit abrégé des rites funéraires genevois
05.2019 Colloque international Les Romains dans les Alpes. Histoire, archéologie, épigraphie
05.2019 Festival Mille et une Iliades
05.2019 Journée d'études Repenser la religion à Rome : crise de la République et représentation des dieux.
05.2019 Conférence Conférence annuelle du Département interfacultaire d’histoire et sciences des religions (DIHSR) : « Les Grecs face à leur Dieux de quelques stratégies de représentation du divin »
05.2019 L’Association des Amis de l’Art Antique et la Section d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne ont le plaisir de vous inviter à la conférence : Les impostures scientifiques et leurs conséquences pour la recherche : l’exemple du dossier éleusinien
05.2019 École doctorale Idéologies et sciences de l’Antiquité
04.2019 Conférence Dans le cadre du cours du Prof. Michel Fuchs « Le canton de Genève et le Genevois à l’époque romaine », M. Franck Gabayet donnera sa conférence intitulé
04.2019 Conférence Where Oedipus meets Agamemnon. Discovery of the city of ancient Tenea.
04.2019 Café scientifique Un étonnant banquet antique interactif : A Table! Cena Poetica
03.2019 Soutenance de thèse Die römische Stadtmauer von Aventicum/Avenches
03.2019 Table-ronde Prométhée Enchaîné, rencontre à l'issue de la représentation
03.2019 Conférence Egypte romaine : société, variété, diversité
02.2019 Conférence Aperçu de la protohistoire alpine
01.2019 Colloque 40ème colloque : Metageitnia
01.2019 Conférence TELLIS, l’épopée de Guillaume Telle suivie d’une étude sur la facture de l’hexamètre dactylique épique
2018
Date Titre Intitulé
13.2018 Café scientifique Petit déjeuner poétique
12.2018 Colloque Actualité archéologique ukrainienne: Olbia Pontique, le limes et les Barbares
12.2018 Table-ronde Rhétorique, argumentation, communication. Les "progymnasmata" entre hier et aujourd’hui
11.2018 Conférence Jouer dans l’au-delà
11.2018 Conférence La construction du sauvage
11.2018 Conférence Femmes sur et autour du champ de bataille
11.2018 Colloque Le vécu des couples dans l’Antiquité
10.2018 Conférence Après-midi d'archéologie russe
10.2018 Conférence Nil sine ratione facio : la structure en énigmes de la Cena Trimalchionis
10.2018 Colloque Colloque sur la pratique de la paraphrase : l'exemple de l'Iliade
10.2018 Conférence Athletics and Politics in the ancient Greek game
09.2018 Colloque Aux frontières de la composition et de la dérivation : les composés « hypostatiques » dans les langues indo-européennes
09.2018 Journée thématique Journée thématique sur le site des Mosaïques romaines d’Orbe-Boscéaz
09.2018 Colloque Semaine de découverte du grec ancien
09.2018 Soutenance de thèse La céramique d'Erétrie à l'époque hellénistique. Une chrono-typologie au service de l'histoire d'une ville grecque entre la fin du IVe et le Ier siècle av. J.-C.
09.2018 Conférence La muraille romaine d'Avenches: un rempart pour la capitale des Helvètes
07.2018 Fouilles Portes ouvertes au chantier archéologique de Vidy
06.2018 Colloque La santé du prince
05.2018 Conférence Les premières églises de l'Arc jurassien, apports de l'archéologie
05.2018 Conférence The Agora Bone Well. Neonatal Mortality and Alternative Burial in Hellenistic Athens
05.2018 Conférence « Un monde connecté : la circulation des savoirs dans le monde grec archaïque »
05.2018 Table ronde La diffusion de messages politiques aux époques hellénistique et impériale dans le monde gréco-romain
05.2018 Conférence Pourquoi prendre deux fois les auspices pour le même rituel ? Le cas du Lustrum romain et de la lustratio ombrienne
04.2018 Conférence Les normes rituelles grecques : des « lois sacrées » qui ne sont ni des lois ni sacrées...
04.2018 Conférence L'Antiquité au Théâtre
04.2018 Conférence L’image et la dimension cultuelle de la figure d’Héra
04.2018 Conférence Cityscapes of Hellenistic Sicily : a reassessment (conférence donnée en anglais)
04.2018 Conférence Les textes funéraires à l'époque tardive en Égypte ancienne
03.2018 Colloque Vers de rues
03.2018 Colloque Dimensions thérapeutiques de la parole dans l’Antiquité: des représentations poétiques aux réactions émotionnelles
02.2018 Soutenance de thèse Messaggeri di Zeus e degli uomini. Comunicazione verbale a distanza e ripetizione verbatim nell'Iliade
04.2018 Conférence Séance d'information pour les fouilles école de Vidy - du 4 juin au 13 juillet 2018

TOP ^

2017 - Colloque de grec

Le colloque de grec est un groupe de lectures grecques qui se réunit 6 fois par année, entre octobre et juin, pour traduire et commenter une œuvre de la littérature grecque, alternant d'une année à l'autre prose et poésie.

Il est ouvert à toute personne intéressée, mais se compose en grande partie d'enseignant-e-s de grec des établissements secondaires et des gymnases vaudois, pour lesquels il est reconnu comme activité de formation continue.

Nos rencontres ont lieu le mercredi après-midi, de 16h30 à 18h, au Séminaire de philologie classique, Gymnase de la Cité (à Lausanne).

L'institution du Colloque de grec (fondé par le professeur André Bonnard) existe depuis 1942, tout comme son pendant le Colloque de latin.

Nous accueillons avec plaisir de nouveaux membres : renseignements complémentaires et inscriptions auprès du secrétaire, Silvain Bocksberger.

Lecture de la Vie d'Alexandre de Plutarque : 

Programme 2017_2018  (411 Ko)

2017
Date Type Intitulé
12.2017 Conférence Présentation des ouvrages de l’exposition « Ovide: vingt siècles en reflets » à l’occasion du démontage
12.2017 Conférence « Roma, Forma Urbis ».
12.2017 Présentation des fouilles Présentation des résultats des chantiers et des prospections de la section
11.2017 Table ronde internationale Regards croisés sur les couples exceptionnels dans l'Antiquité
11.2017 Soutenance de thèse Blandimentum versuum. Une étude stylistique du Carmen Paschale de Sédulius, accompagnée d’une traduction française
11.2017 Conférence Ovide en scène
11.2017 Conférence L’Ovide galant des classiques : les métamorphoses de La Fontaine
11.2017 Conférence Érotisme ésotérique à la cour de Prague. Spranger, Rodolphe II et les Métamorphoses d’Ovide
11.2017 Conférence La musique d'antique
11.2017 Soutenance de thèse Caractérisation des assemblages métalliques laténiens à partir de l’exemple de l’Oppidum de Corent (Puy-de-Dôme, France)
11.2017 Conférence Restaurer, numériser et décrire un manuscrit des Métamorphoses (BCUL, ms. 403, XIIe s.)
11.2017 Conférence Ovide et l’image romaine de la métamorphose (peintures et mosaïques)
11.2017 Conférence Qu'est-ce que l'heurématologie grecque ?
10.2017 Conférence Pénélope entre Moyen Âge et Renaissance : Les XXI Epistres d’Ovide d’Octovien de Saint-Gelais en contexte
10.2017 Conférence L’ensemble monumental d’Aregenua et son forum (Vieux, Calvados)
10.2017 Conférence Transmettre Ovide : éditions, annotations, traductions, illustrations (XVIe–XVIIe s.)
10.2017 Conférence Ovide en musique : Verwandlung et métamorphose dans l’œuvre de Richard Strauss
10.2017 Conférence La peur à l'âge de l'anxiété. Histoire d'une émotion contemporaine
10.2017 Conférence Ovide, poète éternellement contemporain
10.2017 Conférence La réception d’Ovide à travers l’histoire de l’édition, du commentaire et de la gravure
10.2017 Exposition Visite guidé de l'exposition « Ovide : vingt siècles en reflets »
10.2017 Conférence Des pigments utilisés en peinture murale romaine antique
10.2017 Conférence Ovide, poète éternellement contemporain
09.2017 Vernissage Vernissage de l'exposition « Ovide : vingt siècles en reflets »
09.2017 Atelier Semaine de découverte du grec ancien
09.2017 Soutenance de thèse Des lauriers et des hommes. Couronnes funéraires et empreintes monétaires des nécropoles de Panticapée à l’époque romaine.
07.2017 Soutenance de thèse Early Medieval Carved Stones from Ireland, Scotland and Scandinavia: A Comparative Study Through Place, Movement, Memory and Identity.
07.2017 Chantier archéologique de Vidy Portes ouvertes au chantier archéologique de Vidy
05.2017 Conférence "Gymnasia in Hellenistic Sicily" A Critical Reassessment of Typology and Function
05.2017 Conférence Les prémisses de l'abolitio memoriae
05.2017 Conférence L'époque romaine dans le canton de Fribourg
05.2017 Soutenance de thèse Fragmenta Saturnia heroica. Édition critique, traduction et commentaire des fragments de l'Odyssée latine de Livius Andronicus et de la Guerre punique de Cn. Naevius
05.2017 Conférence Les premières églises fribourgeoises, apports de l'archéologie
04.2017 Conférence Danse et interprétation dans les « Métamorphoses » d’Apulée
04.2017 Conférence "A Summer’s Day?” To What and How Should We Compare the Dead Sea Scrolls?
04.2017 Conférence "Where many Paths and Errands Meet” : approche interdisciplinaire de l’univers protéiforme de J.R.R. Tolkien
04.2017 Fouilles Prochaines fouilles à Vidy du 5 juin au 14 juillet 2017
03.2017 Conférence Ulysse le mal aimé chez Tzetzès
03.2017 Conférence "La morte dipinge la vita". Aspetti della cultura odrisia alla luce della pittura funeraria tra tarda classicità e primo ellenismo.​
03.2017 Conférence The Hellenistic Gymnasion of Pergamon Recent Research
03.2017 Conférence Que révèlent les inscriptions peintes trouvées dans le Rhône ? Les fouilles subaquatiques à Arles
03.2017 Conférence Topographie sacrificielle à Delphes : bilan et perspectives de recherche
03.2017 Table ronde internationale Les productions céramiques d’Érétrie (Eubée, Grèce) de l’Helladique ancien à l’époque hellénistique
03.2017 Conférence La pierre de Shabaka (British Museum 498) et son récit de la création du monde
03.2017 Ciné-club Astérix et Obélix : mission Cléopâtre
03.2017 Conférence Marsens-En Barras (FR) : agglomération d’artisans ou vicus ?
2016
Date Type Intitulé
12.2016 Conférence Phaleron Delta - The archaic necropolis at the southern edge of the city
11.2016 Conférence Présentation des résultats des chantiers et des prospections de l'Institut
11.2016 Conférence Mycenean Images of Death. On the Emergence of Greek Funerary Iconography
11.2016 Conférence L'Iliade d'Ulysse dans les Métamorphoses d'Ovide
11.2016 Conférence Atelier de lecture et d'analyse en commun de l'épisode de l'enlèvement d'Europe dans les Métamorphoses d'Ovide (II, 833-875)
11.2016 Conférence Les fouilles récentes du tumulus KASTAS et le lion d'Amphipolis (2012-2014)
11.2016 Conférence Rencontre de poésie latine chrétienne
11.2016 Conférence L'iconographie d'Artémis à Délos, du VIIe siècle av. J.-C. à la fin de l'époque hellénistque
10.2016 Conférence "The Beginnings of the Artemision of Ephesos in the Protogeometric Periods : How to verify cultic activity in the Early Iron Age?"
10.2016 Conférence Pas seulement la colonne Trajane. Remarques sur deux reliefs historiques des époques flavienne et trajane.
09.2016 Jeux Olympiques Les Jeux Olympiques de l'ASA
09.2016 Colloque XIIIe colloque de l'Association Internationale pour la Peinture Murale Antique
07.2016 Soutenance de thèse Le culte de la Mère des dieux dans l'Empire romain
05.2016 Lecture Homère au banquet
05.2016 Conférence Antiquities from Euboea in the National Archaeological Museum in Athens. A contribution to the study of the early excavations and their Archives
05.2016 Conférence Alexander Revisited - "Alexander the Great became a legend amongst mortal men"
05.2016 Conférence The Symposium at Athens from the Archaic to Hellenistic Period
05.2016 Conférence Mythes et mystifications du savoir
05.2016 Conférence DVD "La déclamation antique: un exercice pour l'école d'aujourd'hui"
05.2016 Conférence "The times, they are a-changing": Lefkandi and the transformation of Early Greece
05.2016 Conférence Une anthropologie comparative du désir : et si Ovide était le précepteur en amour des romancier grecs ?
05.2016 Ecole doctorale Programme doctoral en sciences de l'antiquité
05.2016 Ciné-Club Le PEPLUM, un genre cinématographique
04.2016 Conférence Gladiateur - "a very Republican Roman Empire"
04.2016 Conférence Le repas carné dans l'Orient ancien : un sacrifice sanglant ?
04.2016 Conférence Not (just) a Women's Thing : The Athenian Stemmed Exaleiptron
04.2016 Conférence Aventicum, capitale des Helvètes. Les artisanats urbains/suburbains et leur interaction avec les productions rurales
03.2016 Ciné-club Hélios - Cycle de Films-Conférences : Cléopâtre et Marc-Antoine (II)
03.2016 Cine-club Hélios - Cycle de Films-Conférences : Cléopâtre et César (I)
03.2016 Conférence Archéologie au Pérou : Sur les traces du mythe ou de la réalité ?
02.2016 Conférence Comparer les polythéismes. Enjeux et méthodes d'une pensée plurielle du divin

TOP ^

2015 - « Maîtres » et « Indigènes » : fouiller le passé des autres

COLLOQUE INTERNATIONAL

UNIVERSITÉ DE LAUSANNE

Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité
(IASA, Faculté des lettres)

Salle de conférence de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne

28-29 janvier 2016

Présentation

Dans sa démarche tendant à repenser l’histoire complexe des empires, l’historiographie s’oriente depuis quelques années vers l’analyse des phénomènes liés à l’évolution des situations coloniales / post-coloniales des deux derniers siècles. Ce domaine de recherche vise à comprendre des mécanismes par lesquels les savoirs ont été construits dans des contextes impériaux / impérialistes faisant en même temps appel à une reformulation des mémoires collectives et des visions du passé. Bien que la situation politique générale ait changé il y a plus de vingt-cinq ans, cette approche n’a été qu’effleurée en ce qui concerne l’espace russo-soviétique-postsoviétique et plus généralement le camp communiste. En revanche cet angle d’analyse est désormais courant pour ce qui concerne le contexte du sous-continent indien et les chercheurs s’accordent à reconnaître le rôle majeur de la période coloniale pour la reconstruction d’un passé national, en particulier au travers de l’archéologie.

Après s’être en un premier temps concentrées sur les traditions nationales, les études se regroupent aujourd’hui sous l’égide d’une approche diversifiée des histoires croisées / connectées / branchées et des transferts inter-impériaux. Privilégiant une approche comparative des grandes puissances et des pratiques mises en place par elles à l’adresse des colonies, les études accordent une attention bien moindre aux relations entre les métropoles et leurs périphéries extra-européennes. En se concentrant plus spécialement sur les représentants du pouvoir impérial (le «Centre» déléguant les «colonisateurs» ou «maîtres»), ces études ont laissé de côté, à quelques notables exceptions près, le rôle qu’ont pu jouer les acteurs locaux (représentants de la «périphérie», des «colonisés», «indigènes», «subalternes» ou «amateurs») et leurs expertises. Les empires modernes ont tous, pourtant, été façonnés par leurs colonies ou des périphéries extra-européennes. C’est plus précisément par le biais de transferts interculturels et d’échanges de connaissances à vecteurs multiples que ces deux pôles ont formé une nouvelle vision du passé des régions extra-européennes tout en créant des mémoires collectives résultant d’appropriations favorisées par la circulation des idées, des techniques et des êtres humains.

Afin de contribuer à combler cette lacune, cette journée d’étude propose une réflexion sur la dynamique relationnelle entre les «maîtres» et les «indigènes» en portant l’accent sur les seconds, les «oubliés» des études post-coloniales récentes. Pour ce faire, ces réflexions pourraient prendre pour point de départ l’analyse proposée lors de de la conférence «Archéologie en situation coloniale»*, l’une – parmi d’autres – des approches consacrées à la problématique relative à la construction du savoir dans un contexte colonial extra-européen.

Prises dans les limites du champ disciplinaire relatif à la recherche archéologique en Asie(s), les questions abordées seront donc les suivantes:

1) Comment lors des contacts les élites métropolitaines et locales se sont-elles façonnées les unes les autres?

2) Comment, malgré des rapports d’inégalité, les sujets locaux ont pu s’imposer comme intermédiaires lors de la production des savoirs modernes sur les périphéries coloniales / impériales et même faire parfois passer, voire imposer aux «maîtres» leur vision du passé?

3) Comment des savoirs locaux ont-ils été instrumentalisés par les pouvoirs en place? Et, vice versa, comment les représentants locaux ont-ils adopté les outillages de la modernité européenne pour construire une image d’eux-mêmes, de leur passé et finalement créer leurs nationalismes?

4) De quelle manière des appropriations réciproques ont-elles déterminé les mémoires collectives du passé dans une Asie plurielle et participé à la construction des identités nationales / impériales / locales, puis à la réinvention sur place de leurs traditions?

* Alexandra Galitzine-Loumpet, Svetlana Gorshenina et Claude Rapin (éd.), Archéologie(s) en situation coloniale: paradigmes et situations comparées (vol. 1), in Nouvelles de l’archéologie, n° 126, décembre 2011; Alexandra Galitzine-Loumpet, Svetlana Gorshenina et Claude Rapin (éd.), Archéologie(s) en situation coloniale, 2. Acteurs, institutions, devenirs (vol. 2), in Les nouvelles de l’archéologie, n° 128, juin 2012.

Comité scientifique

Maître d’enseignement et de recherche Philippe Bornet (Université de Lausanne)

Professeure Maya Burger (Université de Lausanne)

Professeur Hédi Dridi (Université de Neuchâtel)

Professeur Michel Fuchs (Université de Lausanne)

Chercheure FNS senior Svetlana Gorshenina (Université de Lausanne)

Chargé de recherche Claude Rapin (CNRS-ENS)

Programme

 

Jeudi 28 janvier 2016, 15h00, BCU (Unithèque), salle de conférence 511
Thursday, January 28, 2016, 3:00 p.m., BCU (Unithèque), conference room 511

15h15: Philippe Bornet et Svetlana Gorshenina : Introduction. L’esprit de l’aventure : un « héros » archéologue en face des mondes inconnus dans l’espace et le temps / Introduction: The spirit of adventure: The archaeologist-cum-hero and his aides in the middle of unknown worlds

15h45: Léonid Heller : Les archéologues de la littérature russo-soviétique

16h15: Pause café / coffee break

17h00: Mehdi Derfoufi : A travers le miroir du temps : codages et reconfigurations postcoloniales de la figure de l’archéologue au cinéma, à la télévision, et dans les jeux vidéo (locaux de la section de cinéma,BCU)

19h00: Dîner à la Brasserie de Montbenon / Dinner at the « Brasserie de Montbenon »

 

 

Vendredi 29 janvier 2016, 9h00, BCU, salle de conférence 511
Friday, January 29, 2016, 9:00 a.m, BCU (Unithèque), conference room 511

L’archéologie au temps des empires : « maîtres » et « indigènes » en Asie centrale
Archaeology in the time of empires: “masters” and “natives” in Central Asia
Modération / Chair: Philippe Bornet

9h00: Svetlana Gorshenina: Des invisibles aux subalternes : réfléchir sur le passé au Turkestan précolonial et colonial

9h30: Michel Bukharin: Russian Archaeological Expeditions in the Eastern Turkestan: Aims and Means

10h00: Barbara Kaim: Au service du colonisateur. Léon Barszczewski et sa passion archéologique

10h30: Pause café / coffee break

L’archéologie au temps des empires : « maîtres » et « indigènes » du Pakistan au Proche Orient
Archaeology in the time of empires: “masters” and “natives” from Pakistan to the Middle East
Modération / Chair: Bruno Genito

10h45: Rachel Mairs & Maya Muratov : Mohammed Hassan Attwa, Solomon N. Negima and Daniel Z. Noorian: Dragomans and Archaeologists in the Middle East

11h15Karl Reber : Maîtres contre indigènes : Edward Daniel Clarke et le « vol » de la « déesse » éleusinienne

12h00 : Lunch (réfectoire)

L’archéologie en contexte soviétique : « maîtres » et « élèves » lors de la formation des « écoles nationales »
Archaeology in the soviet context: “masters” and “students” in the development of “national schools”
Modération / Chair: Barbara Kaim

13h30: Igor Demchenko: Instrumentalized or instrumental? Stalinist project of peripheral modernization in the professional biography of usto Shirin Muradov, a master-builder

14h00: Irina Arzhanceva & Heinrich Härke: ‘The General and his Army’: Metropolitans and locals on the Khorezmian Expedition

14h30: Pause café / coffee break

L’archéologie entre situation coloniale, post-coloniale et néo-coloniale : des « maîtres » et « subalternes » aux « partenaires » ?
Archaeology between colonial, post-colonial and neo-colonial settings: from “masters” and “subalterns” to “partners”?
Modération / Chair: Hédi Dridi

14h45: Luca Maria Olivieri: Early Archaeology in a ‘Native State’: khans, officers and archaeologists in Swat (1895-1939). With a digression on the 1950s

 

15h15Agnès Meyer: Archéologie « indigène » et étrangère en Iran et en Afghanistan entre 1918 et 1980, une continuelle négociation

15h45: Pause café / coffee break

16h15-18h15 : Table ronde des archéologues : travailler en contextes extra-européens Archaeologists’ roundtable: to work in extra-European contexts
Modération / Chairs: Philippe Bornet & Svetlana Gorshenina

Bruno Genito: Excavating in Iran: Cooperation or Competition: Archaeology and Art History of Iran and Central Asia. A question of Terminology?
Thierry Luginbühl: Inversion des rôles : « ethno-expertise » asiatique de données archéologiques occidentales
Claude Rapin : Publier une découverte archéologique entre le « Nord » et le « Sud »

A télécharger

Programme  (1174 Ko)

Comité d’organisation

Chercheure FNS senior Svetlana Gorshenina, MER Philippe Bornet et Prof. Michel Fuchs

Langues

français et anglais

Champs disciplinaires / Mots-clés

Histoire, archéologie, épistémologie, historiographie, histoire des idées, altérité, orientalisme, impérialisme, colonialisme, patrimoine, mémoires collectives, identités

Régions / pays concernés

Grèce, Turquie, Iran, Asie centrale, Afghanistan, Pakistan, Inde, Népal, Cambodge, Japon, Corée, Russie

TOP ^

2013 - Chanter au banquet

Poésie et contexte symposiaque de la Grèce archaïque à la Rome d'Horace

Colloque-atelier international à l'Université de Lausanne 

Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013, 09h30-17h30, Anthropole 2120

 

Organisation : Université de Lausanne, en partenariat avec l'École normale supérieure de Lyon et l'UMR 5189 "Histoire et sources des mondes anciens" : David Bouvier et Olivier Thévenaz (UNIL), Bénédicte Delignon et Nadine Le Meur (ENS-Lyon/HiSoMA)

 

Pour tous renseignements : olivier.thevenaz@unil.ch

Programme du collque : 

Programme_banquet.pdf  (2324 Ko)

TOP ^

2013 - Colloque de latin

Le colloque de latin est un groupe de lectures latines qui se réunit 6 fois par année, entre octobre et juin, pour traduire et commenter une œuvre de la littérature latine, alternant d'une année à l'autre prose et poésie.

Il est ouvert à toute personne intéressée, mais se compose en grande partie d'enseignant-e-s de latin des établissements secondaires et des gymnases vaudois, pour lesquels il est reconnu comme activité de formation continue.

Nos rencontres ont lieu le mercredi après-midi, de 16h30 à 18h, à la salle 308 du Gymnase du Bugnon (Place de l'Ours, à Lausanne), à l'exception de la dernière séance de l'année, tenue extra muros, qui est suivie par la visite d'un musée et par un repas, au cours duquel est décidé le programme de l'année suivante.

L'institution du Colloque de latin existe depuis 1939, tout comme son pendant le Colloque de grec.

Nous accueillons avec plaisir de nouveaux membres: renseignements complémentaires et inscriptions auprès du secrétaire, Olivier Thévenaz (021 692 29 66).

 Programme de la saison 2013-2014

a quo incepto studioque me ambitio mala detinuerat
eodem regressus, statui res gestas populi Romani carptim,
ut quaeque memoria digna uidebantur, perscribere.

« Revenu à ce projet et à cet effort dont une ambition funeste m’avait tenu écarté,
je décidai de rédiger les hauts faits du peuple romain par morceaux,
selon ce qui me semblait digne de mémoire. »

Salluste, Catilina, 4

Cette année, nous lirons des extraits du Catilina de Salluste : 

- 30 octobre 2013: introduction par M. Éric Chevalley et lecture d'extraits des §§ 1-5, par M. Olivier Thévenaz
- 27 novembre 2013: lecture d'extraits des §§ 6-22, par Mme Anne Bassin et M. Luc Favre
- 15 janvier 2014: lecture d'extraits des §§ 23-36a, par MM. Alexandre Burnier et Éric Chevalley
- 19 février 2014: lecture d'extraits des §§ 36b-49, par Mme Anne-Isabelle Thévoz et M. Vivien Andrey
- 26 mars 2014: lecture d'extraits des §§ 50-55, par Mme Alessandra Rolle et M. Julien Pingoud
- 14 mai 2014: lecture en commun d'extraits des §§ 56-61

 

2012 - Le banquet au carrefour des savoirs

Table ronde du Parsa 2012

Le 23 novembre 2012, 15h00-18h30, Amphimax, salle 413

Organisateurs: David Bouvier et Olivier Thévenaz, avec la participation de Aurélie Matthey.

Intervenants invités: Antonio Aloni, Pascal Payen, Ezio Pellizer, Jaume Pòrtulas, Luciana Romeri, Xavier Riu, Pauline Schmitt-Pantel, Maria Vamvouri Ruffy.

* * * * * * * * * *

 <<< Accéder à l'argument du colloque >>>

 

<<< Associez-vous au débat on-line >>>

Banquet versus Colloque

Vulci, détail du tondo d'une coupe attique à figures rouges montrant un banqueteur et une musicienne jouant de l'aulos. D.: 32 cm. Peintre de Colmar. Vers 490 av. J.-C.  Colloque de Marbourg, anonyme, gravure sur bois, 1557. Ce colloque a eu lieu entre le 1er et le 4 octobre 1529 au château de Marbourg situé en Hesse (Allemagne). Il a réuni les principales figures du Protestantisme. Luther, Brenz, Osiander et Melanchton se sont opposés à Zwingli et à Œcolampade, tandis que Bucer, Hedion et Capiton se sont efforcés de concilier les deux partis. 

 

TOP ^

2011 - Le visage : expressions de l'identité

Quelques clefs d'une lecture interdisciplinaire de l'être et du paraître

Université de Lausanne

3-5 novembre 2011

(La Ferme de Dorigny, les 3 et 5 novembre et La Grange de Dorigny - Foyer du théâtre, le 4 novembre)

organisé par

Brigitte Maire
(Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité, IASA)

&

Lazare Benaroyo
(ETHOS – Plateforme interdisciplinaire d'éthique)

en partenariat avec l'Interface Sciences-Société de l'UNIL et La Grange-Dorigny, espace culturel de l'UNIL

 

 

Présentation

La surface la plus passionnante de la terre,
c'est, pour nous, celle du visage humain.

Georg Christoph Lichtenberg

Le visage, qu’il soit au naturel ou fardé, s’offre aux regards et nous interpelle. Ses traits sont autant de signes à interpréter pour celui ou celle qui le regarde et dont il mobilise le système de reconnaissance et de représentations. Que dit-il? Comment le déchiffre-t-on et à partir de quels critères? Que se joue-t-il dans ce lieu privilégié du corps dans sa relation à autrui? Interface entre l’intime et le social, l’intériorité et l’expressivité, quelles réactions et interprétations suscite-t-il? Dévoile-t-il une face cachée et intérieure pour celui qui sait, ou croit savoir le décrypter? Révèle-t-il la personnalité, l’état de santé, les émotions ressenties ou l’empreinte sociale ou culturelle? Divers spécialistes ont été réunis dans le but de croiser les approches et les méthodes d’analyse. Ils expliqueront comment le visage a été analysé, interprété, représenté, reconstruit, transformé, utilisé, manipulé voire instrumentalisé par la littérature, l’histoire, l’art, le cinéma, la photographie, la sculpture, l’éthique, la sociologie, la criminologie, la neuropsychologie ou encore la médecine antique et moderne ainsi que l’art de la prothèse.

TOP ^

Programme et résumés des communications

TOP ^

Exposition

Figures du pouvoir I – Olivier Roller

 
© olivier roller


  La Grange de Dorigny - Foyer du théâtre

27 octobre 2011 - 29 janvier 2012

 

conférence du photographe le 4 novembre 2011 à 17h00

vernissage dès 17h30

 

Présentation de l'exposition: feuillet à télécharger

Présentation du photographe: http://www.olivierroller.com

Revue de presse:

Spazionuovo - Olivier Roller

Visionnez la vidéo

Dernière mise à jour : 2 novembre 2011

TOP ^


© O. Roller

Affiche à télécharger

Auditeur-trice

Qui a peur de Virginia Woolf

Météo

Cliquer ici

Librairie

Publications de la Faculté des lettres de l'Université de Lausanne

En particulier :

• François Lasserre et Philippe Mudry (éds.), Formes de Pensée dans la « Collection hippocratique », 1983, 541 p.
Les Actes de ce colloque tenu à Lausanne en 1981 témoignent de la place faite à la philosophie et à la médecine antiques dans cette université, la médecine allant d'ailleurs devenir une de ses spécialités. Les participants furent fort nombreux (plus de quarante), ce qui dit assez la richesse et la diversité de ce recueil.

TOP ^

2011 - Atelier EDOCSA

Entre philologie, philosophie et littérature: jusqu'où expliquer une oeuvre

Université de Lausanne

15-16 septembre 2011

(Anthropole, salle 2013)

organisé par

Prof. D. Bouvier (Unil, langue et littérature grecques), Prof. F. Karfik (Université de Fribourg, philosophie antique), Prof. T. Schmidt (Université de Fribourg, langue et littérature grecques) et Prof. A. Schniewind (Unil, philosophie antique)

Présentation

Un des problèmes récurrents des doctorants qui travaillent sur des œuvres littéraires, philosophiques ou sur des documents est celui d'une inflation explicative. Souvent tâtonnant dans la phase initiale, le chercheur accumule un matériel exhaustif qui le décourage bientôt. Face à un texte, jusqu'où faut-il développer un commentaire? Quelle information donner à son lecteur pour qu'il comprenne l'interprétation avancée? «Entre philologie, philosophie et littérature», cet atelier veut partir d'exemples précis, proposés par les participants, pour aider le chercheur qui travaille sur les textes grecs antiques à cibler son propos dans son travail exégétique.

Cet atelier d'école doctorale n'impose pas une thématique. Chacun est libre de venir avec la matière ou le document qui l'intéresse. En revanche, on attend du participant qu'il expose un problème rencontré dans son analyse, un moment difficile de l'écriture. Sur tel aspect, tel problème ou telle question, qu'est-ce qui vient bloquer son analyse et la progression de son travail? Trop d'informations? Pas assez d'informations? Long détour pour exposer un point mineur mais nécessaire à la démonstration, problèmes de traduction, etc.

Cette formule de travail devrait permettre au jeune chercheur de présenter à la fois sa matière et d'interroger les participants sur des solutions possibles aux problèmes rencontrés.

Programme

JEUDI 15 SEPTEMBRE 2011

9h30 Mise en route - accueil
   
10h00-10h30 Marie-Rose Guelfucci (Besançon)
  Introduction

A. présidence: Alexandrine Schniewind (UNIL) – Filip Karfik (UNIFR)

10h30-11h15 Michael Hertig (UNIL)
Séminaire, conférence, article scientifique, chapitre de thèse? Déterminer le degré de précision et la longueur d'un argument

Résumé:
Au livre VII de son Ethique à Nicomaque, après avoir présenté le personnage de l'akratês, le type d'agent souffrant de faiblesse de la volonté, Aristote introduit son opposé: l'enkratês. Il les différencie par le fait que ce dernier, au contraire du premier, s'en tient (emmenei) à sa décision. Il résiste en quelque sorte aux appétits qui le poussent à renoncer à ce qu'il croit être le meilleur. Au contraire, l'akratês se laisse emporter par ses désirs, bien qu'il sache que son action n'est pas vertueuse. Autrement dit, il ne s'en tient pas à sa décision.
Aristote n'explique pas cette différence. Il ne fait que quelques remarques sur l'explication du phénomène de l'akrasia, qui ont laissé plus d'un commentateur perplexe, et ne donne tout simplement pas d'explication de l'enkrateia. Récemment, David Charles a proposé une explication de l'akrasia basée sur la notion de persuasion (pistis). D'après lui, l'akratês échoue à accomplir ce qu'il croit être le meilleur, car il n'a pas suffisamment de conviction dans sa décision d'agir.
Dans cette présentation, je poursuis la position de Charles en l'applicant au cas de l'enkratês et en faisant du concept de pistis une propriété caractéristique de la connaissance pratique. L'enkratês, au contraire de l'akratês, possède suffisamment de persuasion dans sa propre croyance pour résister à des désirs irrationels. L'argument que je vais présenter repose donc sur la proximité sémantique présumée entre deux notions: pisteuein et emmenein. La raison principale qui permet à l'enkratês de tenir bon consiste en la confiance suffisante qu'il a dans sa croyance.
   
11h15-12h00 Marianne Garin (UNIFR)
Le trop et le trop peu. Problèmes d'interprétation au sein du corpus fragmenté d'Héraclite

Résumé:
Le mot «texte» est issu du terme latin textus qui signifie «tissu». Or, s’atteler aux textes appartenant aux corpus présocratiques, c’est bien souvent se pencher sur une bande de tissu trouée dont il incombe au chercheur de restituer la forme première en «rapiéçant», souvent de manière très spéculative, une trame devenue lacunaire. La tâche est d’autant plus ardue que les motifs originellement pensés par ces intellectuels de la Grèce archaïque nous parviennent de manière hétéroclite, en une forme de cadavre exquis où s’enchaînent les époques et les doxographes les plus variés et, ce faisant, les intentions, les arrière-fonds, les terminologies et les interprétations de seconde main (au meilleur des cas).
Mon travail actuel porte sur l’énonciation au sein des Fragments d’Héraclite d’Ephèse dont je tente de dégager, au travers de l’identification de la voix qui énonce et de ses possibles destinataires, un autoportrait philosophique et la vision d’une discipline que chevauchent encore allègrement anatomie, astronomie, physique ou théologie.
Dans le cadre de cette Ecole doctorale consacrée à la difficulté d’interprétation de textes oscillant entre philosophie et littérature, j’aimerais présenter, à l’aide d’un petit corpus de Fragments, deux nerfs douloureux de mon travail de recherche: (1) d’une part, la question de la cohésion interne d’un corpus dans lequel un même terme peut endosser plusieurs sens, opérant dans des contextes fort différents, (2) d’autre part, le problème de ce que j’appellerai «les interprétations par connotations».
Mon exposé portera donc sur l’analyse de plusieurs Fragments représentatifs de ces deux problèmes méthodologiques que sont (1) la polysémie parfois déroutante de termes techniques utilisés par l’auteur à des fins apparemment contradictoires et (2) la nécessaire évaluation de diverses nuances inhérentes au vocabulaire et d’intonations qui sont plus affaire de conviction que de démonstration.
   
12h15-14h00 Repas

B. présidence: Michel Fartzoff (Besançon) – Antonio Gonzales (Besançon)

14h00-14h45 Daniel Battesti (Besançon)
Thucydide, V, 43: commentaire philologique et analyse géopolitique

Résumé:
Pour Thucydide, «une ambition, due à l’orgueil, dictait aussi [à Alcibiade] son opposition [aux Lacédémoniens] – οὐ μέντοι ἀλλὰ καὶ φρονήματι φιλονικῶν ἠναντιοῦτο –» (V, 43, trad. J. de Romilly). La plupart des traductions françaises (pour nous en tenir temporairement à celles-là) et des commentateurs mettent en avant cette “ambition” et cet “orgueil” d’Alcibiade, mais sans définition claire et en négligeant complètement ses compétences pour la guerre. Pourtant, le texte grec semble moins exclusif et pourrait être commenté à l’aide d’une autre méthode.
En effet, l’édition même du texte est problématique. Alors que les six manuscrits les plus anciens sont identiques en V, 43, des corrections ont été faites au XIXe siècle et sont désormais suivies. En outre, malgré une apparente uniformité des traductions, deux lignes s’opposent à propos des acceptions de φρονήματι et de φιλονικῶν. Enfin, ce commentaire philologique devrait aussi réinscrire ce passage dans le contexte géopolitique décrit par Thucydide: les négociations croisées au cours de la première année de la paix de Nicias, véritable «paix belliqueuse» pour reprendre la formule de Raymond Aron.
   
14h45-15h30 Laurène Leclercq (Besançon)
Décrire l'humain chez Thucydide

Résumé:
L’œuvre de Thucydide est «un trésor pour toujours», car il s’intéresse au ressort humain des événements. A cause de son détachement, Denys d’Halicarnasse qualifie Thucydide d’auteur trop intellectuel. Pourtant l’historien décrit l’homme dans sa grandeur et sa bassesse jusque dans certains détails délaissés. Il raconte la nature humaine en situation de guerre et les déviations engendrées par ce «maître aux façons violentes» (III, 82, 2). Il peint la libération des pulsions bridées par les conventions et la paix.
Où poser les limites du sujet? Pour saisir le ressort humain de l’histoire suffit-il de s’arrêter à l’histoire politique, aux réflexions générales sur l’homme et au corpus formé par la famille du mot anthrôpinon (I, 22, 4)?
Vient ensuite le problème de bibliographie, foisonnante, mais relativement pauvre sur le sujet. Comment choisir ce qui est utile? Jusqu’où étendre la bibliographie?
- Comment en faire une aide pour comprendre Thucydide tacticien, médecin, juriste, rhéteur…?
- Peut-on, par ailleurs, en faire un outil exploratoire pour traiter certaines parties du sujet?
- Comment faire face aux problèmes d’interprétation ou de surinterprétation du texte lui-même?
- Entre surinterprétation et utilisation, que retenir des analogies élaborées par la suite dans des conditions similaires?
Reste le plus difficile, l’universalité du sujet et la méthode de Thucydide. En quoi cette méthode est-elle un art d’écrire particulier?
   
15h30-16h00 Pause

C. présidence: Rudy Chaulet (Besançon) – Jérôme Meizoz (FDI-UNIL)

16h00-16h45 Valérie Von Allmen (Besançon)
Questionnements méthodologiques autour des manuscrits de Jules Chifflet (1615-1676). Normes de transcription, paratexte, intertextualité et "plurilinguisme"

Résumé:
L’ordre de chevalerie de la Toison d’or fut fondé en 1430 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Or, si la bibliographie s’est longuement intéressée jusqu’ici à la période antérieure à 1560, on en sait finalement fort peu sur ce qu’il advint de l’Ordre au XVIIe siècle. C’est dans ce cadre d’une étude de l’Ordre au XVIIe siècle que s’inscrivent la transcription puis l’examen de certains manuscrits de Jules Chifflet (1615-1676) conservés à Besançon. Cependant, au moment de définir des normes de transcription, premier passage obligé, se posent certains problèmes de méthodologie. En effet, ces manuscrits se caractérisent par une écriture foisonnante, celle d’un homme issu d’une famille d’érudits franc-comtois, à la fois historiographe, abbé de Balerne et chancelier de l’ordre de la Toison d’or à Madrid, et qui se place ainsi sous le double héritage bourguignon et espagnol. Au-delà des problèmes de lisibilité de certains passages et de la question de la modernisation ou non du texte, le lecteur de ces manuscrits est ainsi confronté à des textes principalement écrits en français, mais où abondent les citations en langue espagnole (écrits antérieurs sur l’ordre de la Toison d’or par exemple), en langue latine (référence à des auteurs antiques) ou encore en italien. En plus de ces nombreuses références intertextuelles et du «plurilinguisme» qui pose le problème de la traduction ou non des passages en question, le lecteur doit faire face à un péritexte abondant (phrases en marge du texte par exemple). Comment établir alors des normes de transcription qui respectent cette richesse des textes tout en permettant au lecteur un accès direct aux textes et à leur contenu? Telle est la question à laquelle nous nous proposons de répondre ici.
   
16h45-17h30 Matthieu Pellet (UNIL)
Corpus de recherche, établissement et usage de graphiques: un parcours informatique?

Résumé:
Travailler sur une catégorie fortement présente dans la littérature grecque antique, le «ἥρως» dans notre cas, demande forcément d’établir un corpus de recherche précis. Or, si l’on ne se concentre pas sur un auteur en particulier ou encore sur une typologie héroïque spécifique, comment sélectionner les textes les plus pertinents pour repenser cette figure dans son ensemble?
Si le chercheur peut compter sur une tradition de recherche concernant son sujet, il peut également se servir d’outils informatiques lui permettant d’ordonner et de sélectionner la presque totalité des occurrences d’un terme dans l’ensemble des textes grecs anciens. Cette présentation questionnera alors les résultats d’une telle méthode en la confrontant aux textes eux-mêmes, de sorte de voir ses atouts et ses limites.
   
  Souper

 

VENDREDI 16 SEPTEMBRE 2011

A. présidence: Jean-Yves Guillaumin (Besançon) – Marie-Rose Guelfucci (Besançon)

09h00-09h45 Emilie Piguet (Besançon)
Un corpus épigraphique de 500 inscriptions: comment gérer et jusqu’où commenter les textes? Entre analyse interprétative et outil informatique

Résumé:
Notre thèse de doctorat porte sur l’étude du culte et des sanctuaires du dieu de la médecine grecque, Asclépios, dans les îles égéennes et dans les cités côtières d’Asie Mineure à l’époque hellénistique et au Haut-Empire romain. Les sources faisant connaître le culte d'Asclépios sont pour l’essentiel épigraphiques.
Comment rassembler les textes? Notre recherche consiste en une analyse sérielle de la documentation épigraphique, afin d'établir un catalogue raisonné des inscriptions. Nous avons dépouillé systématiquement les corpus régionaux et thématiques, ainsi que les revues qui référencent annuellement les nouvelles publications (SEG, Année épigraphique et Bulletin épigraphique). Près de 500 textes ont été répertoriés.
Dès lors, comment gérer un corpus aussi volumineux? Nous avons décidé de classer la documentation épigraphique selon les exigences scientifiques modernes et donc de la gérer sous la forme d’une base de données qui sera mise en ligne via internet. Une réflexion préalable très poussée a été indispensable pour la constitution d'une métasource fonctionnelle. Il a fallu sélectionner les informations à conserver, choisir comment les conserver et comment les lier entre-elles. En mettant à terme en accès direct les inscriptions sur Asclépios, l’objectif est double: il s’agit de donner accès au plus grand nombre à un outil méthodologique, autant que de permettre une lecture non linéaire des inscriptions, par le croisement de l’information.
Jusqu’où commenter chaque texte? Il s’agit de mettre l’épigraphie au service d’une étude historique ciblée. Grâce à la variété des inscriptions permettant des approches multiples, il est question d’observer et de comprendre quelle place le culte d’Asclépios tenait dans la vie politique, religieuse et sociale. A travers un exemple significatif – une loi sacrée relative à l’incubation dans l’Asklepieion de Pergame (IvP II, n° 264) –, nous montrerons les problèmes rencontrés et la méthode utilisée.
   
09h45-10h30 Julien Demaille (Besançon)
Peut-on reconnaître un individu d’origine italienne dans le corpus épigraphique de Dion (Piérie, Macédoine)?

Résumé:
La question de méthodologie soulevée est celle de l’exploitation du corpus épigraphique de la colonie romaine de Dion et de son territoire. Il s’agit d’un ensemble de textes composé en grande partie d’inscriptions funéraires de l’époque impériale. Il faut donc mettre en place une méthodologie spécifique pour dégager une sociologie de la colonie.
Cette étude épigraphique qui s’appuie avant tout sur une analyse des formulaires onomastiques, est orientée délibérément vers une approche culturelle davantage que juridique, même s’il convient de prendre en compte les statuts sociaux. Notre objectif est de tenter de différencier à travers les noms des personnes les individus d’origine italienne des individus d’origine hellénique ou même d’autres origines.
Cette analyse permet de dégager des critères onomastiques précis qui permettent à leur tour de reconnaître l’origine des personnes. Malgré ces critères, il demeure pour une partie de la population concernée des doutes concernant leur origine culturelle.
Jusqu’où possède-t-on les éléments nécessaires pour procéder à cette reconnaissance onomastique? Ces limites sont-elles préjudiciables pour les conclusions de notre recherche?
   
10h30-11h00 Pause

B. présidence: Thomas Schmidt (UNIFR) – Pierre Voelke (UNIL)

11h00-11h45

Sophie Gällnö (UNIGE)
Des hommes maniant la quenouille en Egypte romaine? A propos d'un passage lacunaire dans un procès-verbal du Conseil de la ville d'Oxyrhynque

Résumé:
Cette présentation s’inscrit dans le cadre de ma thèse de doctorat, qui porte sur la représentation du travail féminin et masculin dans les papyrus documentaires, dans une perspective de genre.
L’intérêt pour ce sujet d’étude est né d’un constat paradoxal: alors qu’à l’époque romaine et byzantine, l’Egypte était un important centre de production de textiles, et que d’autre part, une étape essentielle de la fabrication du textile – le filage – constituait une activité typiquement féminine, les attestations papyrologiques de femmes exerçant cette activité sont extrêmement rares. En revanche, d’autres étapes du travail textile, effectuées cette fois par des hommes, apparaissent relativement souvent dans les papyrus.
Mon hypothèse est que la documentation papyrologique ne reflète pas le travail de la même manière selon qu’il est effectué par des hommes ou par des femmes, les activités de ces dernières ayant tendance à être nettement moins présentes dans les sources. Ceci expliquerait en partie pourquoi cette tâche traditionnellement féminine qu’est le filage apparaît de manière aussi discrète.
A ce titre, le papyrus que je propose d’examiner présente un intérêt double. D’une part, il constitue la seule source papyrologique de l’époque romaine mentionnant des femmes impliquées dans une grande production de filé. D’autre part, un passage lacunaire pourrait faire penser que le filage n’était finalement pas une activité exclusivement féminine. Le but de l’exposé sera de discuter des différentes interprétations possibles de ce passage aussi intéressant que difficile.

   
11h45-12h30 Christian Pernet (UNIFR)
Sophron à la chandelle, Satyros à Olynthe. Commenter l’exemplum historique

Résumé:
Choricios de Gaza, auteur du VIe siècle, nous a laissé une production abondante et variée. Ses œuvres peuvent être classées en deux catégories: des discours ayant pour thème des événements contemporains et des exercices de rhétorique. Dans le texte qui nous occupe, l’Apologie des Mimes, l’auteur se charge d’une défense audacieuse, celle d’un genre dont la renommée était sulfureuse, décrié entre autres par la morale chrétienne; la diatribe de St-Jean Chrysostome en est un témoignage édifiant. Si l’auteur est chrétien, son discours et ses exemples ne laissent rien transparaître de cette appartenance religieuse; ils poseront des problèmes d’interprétation sérieux à plus d’un érudit moderne. Parmi ces exemples qui peuvent être tant de nature mythologique, qu’historique, deux d’entre eux ont retenu notre attention. Ces derniers permettent de formuler des questions sur le commentaire à leur apporter.
Le premier d’entre eux a pour sujet Sophron de Syracuse, auteur de Mimes dont nous avons conservé une partie. L’anecdote raconte comment Platon aurait emporté les mimes de Sophron de la Sicile vers Athènes. Là, Platon les aurait pour ainsi dire gardés comme lecture de chevet. Le premier point de commentaire porte sur la véracité de l’anecdote. Quels renseignements possède-t-on sur le personnage de Sophron? Peut-on déterminer quelle est la source de l’anecdote? Mais ce n’est pas tout. Il faudra également donner la valeur «rhétorique», la fonction de cette anecdote dans le discours. Dans ce cas précis, nous sommes en présence du premier exemple de «nature humaine», après des exemples mythologiques/divins. Il s’agit également de rappeler aux auditeurs le rapprochement entre les genres mimique et dialogique.
Le deuxième exemple que nous aborderons comporte des traits communs. Il s’agit également d’une anecdote; le personnage principal est Satyros, un acteur de mime. Lorsque celui-ci était à la cour de Philippe II de Macédoine à Olynthe, il plaida en faveur de la libération d’otages, des jeunes filles prisonnières. A nouveau, on pourra s’interroger sur le personnage de Satyros, ce point n’étant certainement pas ici le plus important. A la différence du premier exemple, Choricios ne fait que paraphraser un texte bien connu. Il s’agit d’un passage de Démosthène dans son discours Sur les forfaitures de l’Ambassade. Il faudra donc réaliser une petite étude comparative, pour mettre en évidence les parallélismes, les reformulations. Cela permettra de mettre en évidence, la lutte et l’émulation dont nous parle Quintilien à propos de la paraphrase.
Comment présenter ces deux passages, comment les commenter? Quelles informations faut-il donner au lecteur? Quant au commentaire général du texte, doit-il être linéaire? Ou faut-il rédiger des notes pour les éléments isolés et regrouper dans un commentaire plus élaboré la valeur/fonction de chaque passage en fonction de sa thématique? Telles sont les questions qui restent ouvertes.
   
12h30-14h00 Repas

C. présidence: Guy Labarre (Besançon) – Dominique Jaillard (UNIL)

14h00-14h45 Virginie Alibert (Besançon)
Quand traduire c'est déterminer: les fonctions attribuées aux esclaves syriens

Résumé:
S’il faut en croire Juvénal, Rome était submergée par les peuples provenant de l’Oronte et de l’Asie Mineure. Libres, ces étrangers fréquentaient la capitale romaine lors d’échanges commerciaux. Mais les guerres, la piraterie et le brigandage favorisèrent leur arrivée sous le joug de l’esclavage. L’abondance du vocable latin, référençant leurs fonctions, illustre l’importance de ces esclaves dans l’Urbs. De prime abord les sources littéraires accordaient peu d’intérêts quant aux origines géographiques de ces derniers. Toutefois la traduction de certains termes semble démentir ces propos. De la sorte, tibicina et ambubaia désignaient les joueuses de flûte. Alors que le premier mot fait appel à une certaine généralité le second est toujours traduit par "joueuse de flûte syrienne". Ainsi pourquoi dans l’historiographie moderne les traducteurs ont-ils choisi d’intégrer une précision géographique? En était-il de même pour les auteurs de la période romaine?
   
14h45-15h30 Florence Pasche Guignard (UNIL)
De quelques difficultés à aborder des sources grecques en histoire comparée des religions

Résumé:
Ma présentation abordera quelques problèmes majeurs auxquels est confrontée l’historien·ne des religions qui choisit d’aborder des sources antiques de façon comparatiste. Sur la base d’exemples tirés de mon travail de thèse, qui porte sur les représentations littéraires de figures féminines en lien à des dieux masculins, je montrerai quelques-unes des principales difficultés auxquelles j’ai été confrontée au cours de l’élaboration de ce travail, de la formation des corpus à la présentation des résultats. S’inscrivant dans un cadre méthodologique qui est d’emblée interdisciplinaire, cette recherche fait appel aux outils de la philologie, de l’histoire et de l’analyse littéraire aussi bien qu’à des apports des sciences sociales, comme l’anthropologie et les études genre. Comment et à quel point faire usage de tous ces outils? Alors que la comparaison différentielle s’est révélée être un processus heuristique très fructueux dans la phase de recherche et d’analyse des documents, elle a posé certains problèmes au moment de formuler par écrit les résultats. Jusqu’où doit-on contextualiser les sources grecques quand le corpus sélectionné est fragmenté et s’étend sur plus de huit siècles? Comment tirer des éléments pertinents pour la comparaison sans devoir ouvrir à nouveau des dossiers contestés (p. ex. la question des pratiques ménadiques et de leur représentation) qu’on n’entend pas aborder dans leur ensemble? La contextualisation et le commentaire des sources doit-il forcément être symétrique pour l’un et l’autre corpus quand on choisit de travailler sur des représentations tirées de deux contextes éloignés dans le temps et dans l’espace? Faut-il opter pour une présentation en deux parties distinctes et successives (l’une pour le corpus grec et l’autre pour le corpus indien) ou faut-il au contraire décliner des thématiques de recherche dans l’un et l’autre contexte ensemble? De par son ouverture à plusieurs contextes, l’historien·ne des religions se positionne autrement qu’un «ultra-spécialiste» (philologue ou historien) face à des mêmes sources et leur pose des questions différentes. Comment faire ressortir cette spécificité de la discipline au cours de la rédaction? Dans ce cadre d’EDOCSA, je présenterai les difficultés de recherche et de rédaction auxquelles j’ai été confrontée en privilégiant les exemples tirés du corpus grec.
   
15h30-16h00 Pause
   
16h00-16h45 David Bouvier (UNIL), avec la participation de Marta Caraion et/ou Alberto Roncaccia (FDI-UNIL)
Atelier d’écriture sur la base des articles tirés des présentations données à l’occasion du colloque Jeunes Chercheurs ISTA 2010 à Besançon
   
16h45-17h00 Antonio Gonzales (Besançon)
Conclusion

 

TOP ^

Coupe de Douris, début du Ve siècle av. J.-C., Berlin Staatliche Museum

Programme à télécharger

EdocsaProgramme.pdf  (2281 Ko)

Hébergement

Lausanne

TOP ^

2011 - Codes de lois et lois sacrées

La rédaction et la codification des lois en Grèce et dans l'Israël ancien

COLLOQUE INTERNATIONAL

UNIVERSITÉ DE LAUSANNE

Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité
(IASA, Faculté des lettres)

Institut romand des sciences bibliques
(IRSB, Faculté de théologie et de sciences des religions)

Bibliothèque cantonale universitaire de Dorigny, salle "Aquarium"

5-6 mai 2011

Présentation

Si de nombreux travaux ont discuté les processus de "codification" et d'écriture des lois en Grèce et dans l'Israël ancien, très peu d’études ont cherché à comparer les processus dans les deux cultures. Ce colloque se propose de reprendre le dossier dans une perspective historique et comparatiste large, entre Proche-Orient, Egypte d'époque perse et Méditerranée (Grèce, Rome), en mettant l'accent sur la question des contextes, politiques, économiques, institutionnels, et des autorités impliquées dans les différents processus. Une attention particulière sera accordée aux notions de "codification" et de "lois sacrée", à leur pertinence, et à la question de la mise par écrit des lois sacrées.

TOP ^

Programme

JEUDI 5 MAI

Codes de lois et législateurs en Grèce et en Israël

9h30-9h45 Dominique Jaillard et Christophe Nihan (Université de Lausanne)
Accueil et introduction
   
9h45-10h45 Françoise Ruze (Université de Caen)
A la recherche de la concorde sociale: "législateurs" et lois écrites en Grèce archaïque
   
10h45-11h45 Anselm C. Hagedorn (Humboldt-University in Berlin)
Sacred Law, Lawgivers, and Codification. Perspectives from Deuteronomy, Gortyn and Selinus
   
11h45-12h00 Discussion
   
12h00-15h00 Pause

Autour du concept de "loi sacrée"

15h00-16h00 Vincianne Pirenne-Delforge (Université de Liège)
Les contrats de vente de sacerdoces sont-ils des "lois sacrées"? Quelques réflexions sur l'ambiguïté de notre terminologie et ses implications
   
16h00-17h00 Christophe Nihan (Université de Lausanne)
Sacral Laws in Ancient Israel and the Writing of the Torah

   
17h00-17h30 Pause
   
17h30-18h30 Pierre Brulé (Université de Rennes II)
Les "lois sacrées" et la protection des sanctuaires
   
18h30-19h30 Dominique Jaillard (Université de Lausanne)
Prescriptions rituelles et lois sacrées en Grèce ancienne

 

TOP ^

VENDREDI 6 MAI

Codes de lois et législateurs dans le contexte de l'Antiquité méditerranéenne

10h00-11h00 Jean-Jacques Aubert (Université de Neuchâtel)
Codifications à la romaine: de la Loi des XII Tables au Code de Justinien
   
11h00-12h00 Gary N. Knoppers (University of Pennsylvania)
Moses and the Greek Lawgivers: The Triumph of the Torah in ancient Mediterranean Perspective
   
12h00-13h30 Pause

L'écriture du droit dans le Proche-Orient et en Grèce

13h30-14h30 Sophie Demare-Lafont (Ecole Pratique des Hautes Etudes)
Les lois dans le monde cunéiforme: codification ou mise par écrit du droit?
   
14h30-15h30 Rosalyn Thomas (University of Oxford)
The Codification of Laws in Ancient Greece and the Challenge of Writing
   
15h30-16h00 Pause

La mise par écrit du droit dans le contexte de l'empire achéménide

16h00-17h00 Arnaud Serandour (Ecole Pratique des Hautes Etudes)
La codification des lois juives à l'époque perse et l'apport d'Eléphantine
   
17h00-18h00 Sandra Lippert (Université de Tübingen)
Les codes de lois en Egypte à l'époque perse

   
18h00-18h30 Conclusion générale

 

TOP ^

Programme à télécharger

Programme.pdf  (581 Ko)

Plans et accès

 

Hébergement

2011 - Lieux de mémoire

COLLOQUE INTERNATIONAL

UNIVERSITÉ DE LAUSANNE

Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité
(IASA, Faculté des lettres)

Bâtiment Amphimax, salle 414

6-8 avril 2011

Présentation

La notion de "lieux de mémoire", depuis qu'elle a été développée par les travaux de P. Nora au milieu des années 80, a largement démontré sa pertinence et sa richesse dans le champ des études historiques, mais elle n'a pas été autant exploitée dans la recherche sur l'Antiquité que dans celle qui porte sur les autres périodes.
L'objectif de ce colloque est d'explorer cette notion au sens strict du terme "lieu", c'est-à-dire en son sens physique, géographique. Les participants sont invités à étudier les lieux de la mémoire (anciens champs de bataille, tombeaux, sanctuaires, cités…) qui étaient susceptibles, à l'époque impériale, d'attirer les visites et de susciter les commémorations dans l'Orient grec. On accordera un intérêt particulier à la construction de ces "lieux de mémoire" et à leur évolution dans le temps.

TOP ^

Programme

MERCREDI 6 AVRIL

9h00 Accueil des participants
   
9h15-9h45 Anne Gangloff (Université de Lausanne)
Introduction
   
9h45-10h15 François Jequier, professeur honoraire en histoire contemporaine (Université de Lausanne)
Les «lieux de mémoire»
   
10h15-10h30 Pause

 

Géographie imaginaire de la mémoire hellène

10h30-11h00 Ewen L. Bowie (Université d'Oxford, Corpus Christi College)
Mapping Greece : Apollonius’ authorised version
   
11h00-11h30 Francesca Mestre (Université de Barcelone)
L'
Héroïkos de Philostrate : lieux de mémoire et identité hellénique dans l’Empire Romain
   
11h30-12h00 Anca Dan (Institut des recherches néohelléniques, Athènes)
La mémoire des Argonautes : notes philologiques et historiques sur les stations argonautiques comme lieux de mémoire dans la Propontide, le Bosphore et la mer Noire
   
12h00-12h30 Discussion
   
12h30-14h30 Pause

 

Construction des lieux de mémoire dans le discours rhétorique et iconographique

14h30-15h00 Pilar Gómez-Cardó (Université de Barcelone)
Marathon et l’identité grecque au IIe siècle après J.C. : du mythe au lieu commun
   
15h00-15h30 Alain Billault (Université Paris-Sorbonne, Paris 4)
Un lieu de mémoire de l’hellénisme : Borysthène dans le Discours XXXVI de Dion Chrysostome
   
15h30-16h00 Discussion
   
16h00-16h15 Pause
   
16h15-16h45 Marie-Henriette Quet (CNRS)
Nature et fonctions des lieux de mémoire mentionnés par Aelius Aristide
   
16h45-17h15 Talila Michaeli (Université de Tel Aviv)
Allusions to the Nile and Nilotic Landscape in Art in Israel
   
17h15-17h45 Discussion

 

 

TOP ^

JEUDI 7 AVRIL

Lieux de mémoire et identité civique

9h30-10h00 Claude Bérard (Université de Lausanne)
"Mémoire éternelle" : Diogène d'Oenoanda et Opramoas de Rhodiapolis
   
10h00-10h30 Pierre Louis Gatier (CNRS)
Traditions localisées et revendications de Tyr à l’époque romaine
   
10h30-11h00 Discussion
   
11h00-11h15 Pause
   
11h15-11h45 Olivier Gengler (Université de Vienne)
Identité civique et représentations du passé : les « Lieux de mémoire » du Péloponnèse
   
11h45-12h00 Discussion
   
12h00-14h00 Pause

 

Lieux de culte, lieux de mémoire

14h00-14h30 Marietta Horster (Johannes Gutenberg-Université de Mayence)
Athenian sanctuaries : Layers of corporate memory
   
14h30-15h00 Anne Jacquemin (Université de Strasbourg)
Des lieux sans mémoire ou les blancs de la carte de la mémoire delphique
   
15h00-15h30 Discussion
   
15h30-15h45 Pause
   
15h45-16h15 Christian R. Raschle (Université de Montréal)
L'oracle d'Apollon à Daphné — un lieu de mémoire au milieu du conflit entre chrétiens et païens
   
16h15-16h45 Jean-Sylvain Caillou (Université de Poitiers)
Le tombeau de Jésus : origine et construction d’un lieu de mémoire entre 30 et 330 apr. J.-C.
   
16h45-17h15 Discussion

 

 

TOP ^

VENDREDI 8 AVRIL

Empereurs et lieux de mémoire gréco-romains

9h00-9h45 Éric Guerber (Université de Bretagne-Sud), Christine Hoët-van Cauwenbergue (Université Charles de Gaulle-Lille 3), Maria Kantirea (Université de Chypre)
Le souvenir de la bataille d'Actium:
- Eric Guerber, La fondation de Nicopolis par Octave : affirmation de l'idéologie impériale et philhellénisme
- Christine Hoët-van Cauwenberghe et Maria Kantirea, Lieu grec de mémoire romaine : perpétuation de la victoire d'Actium des Julio-claudiens aux Sévères
   
9h45-10h15 Discussion
   
10h15-10h30 Pause
   
10h30-11h15

Caroline Blonce (Université de Caen), Stéphane Lebreton (Université d'Artois)
Les portes de Cilicie
- Stéphane Lebreton, Le processus d'élaboration d'une frontière mentale vers un Orient éloigné
- Caroline Blonce, Issos, Alexandre le Grand et Septime Sévère

   
11h15-11h45 Agnès Bérenger (Université de Metz)
Caracalla et les lieux de mémoire en Orient
   
11h45-12h15 Discussion
   
12h15 Anne Bielman (Université de Lausanne)
Conclusions

 

TOP ^

Comité scientifique

Anne Bielman, professeur d'histoire ancienne à l'Université de Lausanne

Alain Billault, professeur de grec à l'Université Paris-Sorbonne (Paris 4)

Mireille Corbier, directrice de recherche émérite au CNRS (USR 710, "L'Année épigraphique"), directrice de publication de "L'Année épigraphique"

Michel Fuchs, professeur d'archéologie romaine à l'Université de Lausanne

Valérie Huet, professeur d'histoire ancienne à l'Université de Bretagne occidentale

Onno van Nijf, professeur d'histoire ancienne à l'Université de Groningen.
 

TOP ^

Soutiens

- Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)

- Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité (IASA, Faculté des lettres de l'Université de Lausanne)

- Fondation du 450e anniversaire de l'Université de Lausanne

TOP ^

Aff_4__b_.jpg

Programme à télécharger

Programme.pdf  (1416 Ko)

Plans et accès

Hébergement

Mise à jour

08/03/2011

2010 - À la croisée des médecines grecque et romaine. Contributions à l'histoire d'une greffe scientifique et culturelle

10e Colloque international sur les textes médicaux latins

UNIVERSITE DE LAUSANNE

Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité
(IASA, Faculté des lettres)

en partenariat avec
l'Institut universitaire d'histoire de la médecine et de la santé publique
(IUHMSP, Faculté de biologie et de médecine/CHUV)

Bâtiment Amphimax, salle 414

3-6 novembre 2010

Présentation

Les textes médicaux latins transmettent des pratiques et des conceptions de l’art médical provenant de Grèce et d’ailleurs. Cette intégration procède par juxtaposition de savoirs, mais aussi par assimilation pour penser et représenter le corps et la maladie. C’est à démêler cet écheveau que les participants à ce colloque sont invités afin de contribuer, dans la tradition de cette série de rencontres internationales centrées sur la littérature médicale d’expression latine, à une meilleure connaissance des sociétés et des cultures de l’Antiquité ainsi que de l’imaginaire antique dont l’art médical révèle diverses facettes et modes de fonctionnement.

TOP ^

Comité scientifique (par ordre alphabétique)

Arsenio Ferraces Rodríguez (A Coruña) • Klaus-Dietrich Fischer (Mainz) • Gerd V. M. Haverling (Uppsala) • David Langslow (Manchester) • Brigitte Maire (Lausanne) • Innocenzo Mazzini (Macerata) • Philippe Mudry (Lausanne) • Jackie Pigeaud (Nantes) • Manuel Enrique Vázquez Buján (Santiago de Compostela) • Heinrich von Staden (Princeton)
 

TOP ^

Programme et résumés des communications

TOP ^

Soutiens

- Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)
- Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité (IASA, Faculté des lettres de l'Université de Lausanne)
- Faculté de biologie et de médecine de l'Université de Lausanne
- Fondation Chuard-Schmid
- Fondation du 450e anniversaire de l'Université de Lausanne.

Que chacun soit vivement remercié

Brigitte.Maire@unil.ch

TOP ^

Dernière mise à jour

21 octobre 2010/bm

© Musée romain d’Avenches (CIL XIII 5079)
 

Appel à communication

AppelComm_NB.pdf  (385 Ko)

Auditeur-trice

Librairie du Colloque

Météo

2009 - Archéologie dans le bassin de la mer Noire

Archéologie dans le bassin de la mer Noire

Le Pont Euxin et le Lac Méotis. Gravure de J.D. Barbié du Bocage (fin du XVIIIe siècle)

L’Institut d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne (IASA) poursuit depuis 2006 une politique de collaboration scientifique avec quelques pays côtiers du bassin de la mer Noire. Des projets de recherche archéologique subsidiés par le FNS et la DDC dans le cadre du programme Scopes (acronyme de « Scientific Co-operation with Eastern Europe ») et menés en partenariat avec des institutions russes, ukrainiennes ou géorgiennes fournissent cadre et thématique à ce 3e cycle.

Le programme Scopes a en effet pour vocation de servir de plateforme aux chercheurs suisses et à leurs collègues d’Europe orientale – il favorise à ce titre la collaboration au profit de domaines scientifiques peu ou pas connus en Suisse (cf. www.unil.ch/iasa > Projets de recherche > Projets Scopes).

Le 3e cycle « Archéologie dans le bassin de la mer Noire » offre un enseignement spécialisé dans un domaine d’étude dont l’exploration a été initiée sous l’impulsion des projets Scopes.

Le bassin de la mer Noire constitue une aire géographique homogène durant l’Antiquité classique – les côtes de la mer Noire sont ponctuées dès le VIIe siècle av. J.-C. d’établissements fondés par des colons grecs. Ce cadre géographique et temporel figure un véritable laboratoire des cultures puisque y convergent Grecs et « Barbares » dès l’époque archaïque. Ces confrontations tantôt pacifiques tantôt belliqueuses vont donner lieu à des phénomènes d’acculturation que l’on observera du nord au sud de la mer Noire.

Le Royaume grec du Bosphore Cimmérien retient en particulier notre attention – l’étude de cette puissance régionale est significative dans ce qu’elle révèle des liens unissant les Grecs à leurs compatriotes du bassin méditerranéen et des autres cités grecques du bassin de la mer Noire; on y mesure également l’évolution des relations militaires, politiques, religieuses ou commerciales entretenues avec les populations locales.

Programme des journées d’étude

Détails pratiques et contacts


Organisation: P. Burgunder, chargé de recherche (Université de Lausanne)
Direction scientifique : Prof. M. Fuchs (Université de Lausanne), Prof. K. Reber (Université de Lausanne/ESAG) et Prof. emer. D. Knoepfler (Université de Neuchâtel).

Papillon_A5.pdf  (5532 Ko)

Affiche_A3.pdf  (12685 Ko)

2007

Mercredi 2 mai 2007 : Journée Femmes-Unil

Femmes, religion et société de l'Antiquité à nos jours : Problématique et méthodes en études genre

Nous vous invitons à participer le mercredi 2 mai 2007 à la première journée femmes-Unil. Cette journée, consacrée à la recherche en études genre en Lettres, donnera la parole à des professeures de notre institution intégrant une perspective genre à leurs recherches. Soucieuses de promouvoir la relève, les organisatrices de cette journée permettront aux mémorant-e-s et doctorant-e-s de présenter leurs travaux et leurs difficultés lorsqu'il s'agit de traiter des rapports sociaux de sexe. Pensée à la fois comme un état des lieux des réflexions adoptant la question du genre en Lettres et comme un atelier ouvert aux problématiques et difficultés liées à ce type de recherches, cette journée espère regrouper les différentes personnes intéressées à ces réflexions et sensibiliser les étudiant-e-s à ces questions.

Anne Bielman
Francesca Prescendi
Marie Widmer

Mercredi 2 mai 2007, Unithèque, salle 4201

Programme

9h00-9h30 Valérie Cossy (Filière de français moderne)
Métaphores bibliques du travail féminin : les Marthes et les Maries d'Alice Rivaz

Résumé
 
9h30-9h45 Discussion
 
9h45-10h15 Anne-Françoise Jaccottet (IASA)
Hypatie d'Alexandrie : Femme ? Savante ? Femme savante ?
 
10h15-10h30 Discussion
 
10h30-11h00 Pause
 
11h00-11h30 Claude-Emmanuelle Centlivres (IASA)
Biais d'écriture, biais de lecture: les genres chez le satiriste Juvénal
 
11h30-11h45 Discussion
 
11h45-12h15 Maya Burger (DIHSR)
Pourquoi les femmes n'avaient-elles pas accès au yoga ? une question pour l'histoire des religions
 
12h15-12h30 Discussion
 
12h30-14h30 Pause de midi
 
14h30-15h15 Jelena Ristic (Filière de français moderne)
Jeanette Winterson, « Oranges Are Not The Only Fruit » (1985) : écriture d'un « je » lesbien postmoderne et intertexte biblique

Résumé

Florence Pasche (DIHSR)Représentations des corps féminins dans la littérature religieuse. Exemples de l'Inde médiévale et de la Grèce antique

Résumé

Géraldine Roh-mérolle (Laboratoire interuniversitaire en Etudes Genre - LIEGE)Des rabbins et des femmes : le rabbinat au féminin pluriel entre révolution et perpétuation des traditions

Résumé
 
15h15-15h45 Discussion
 
15h45-16h00 Pause
 
16h00-16h30 Marie Widmer (IASA)
La place des épouses des rois séleucides au sein d'un système matrimonial polygynique : discussion sur la répudiation

Résumé

Nora Natchkova (Section d'histoire)
Méthodes pour «fabriquer» l'histoire des rapports sociaux de sexe

Résumé
 
16h30-17h00 Discussion
 

Colloque international CorHaLi XVIII


© Musée du Louvre

Thrènes et chants funèbres dans la tragédie athénienne

6-8 juin 2007
Université de Lausanne
Salle de la Fondation Jean Monnet
Ferme de Dorigny

Programme

Mercredi 6 juin 2007

9.30 Mot de bienvenue de Thérèse Jeanneret, Vice-Doyenne de la Faculté des Lettres de l'UNIL
   
9.45 David Bouvier (Université de Lausanne)
Introduction
   
10.00 Philippe Rousseau (Université de Lille)
« Le thrène prétragique »
   
10.40 Maria Piera Nappi (Paris X - Nanterre)
« Le vocabulaire de la lamentation tragique : une mise en perspective historique »
Résumé
   
11.20 pause
   
11.40 Roman Ivanov (Cornell University)
« ΠΑΙΑΝ ΑΠΑΙΩΝ. Oxymoric References to Paeans in Aeschylus, Septem, 870 and Euripides, Alcestis, 424 »
Résumé
   
12.20 repas
   
14.15 Anton Bierl (Université de Bâle)
« Lament, Ritual and Imagery in Aeschylus' Persians »
   
14.55 Emily Allen (Harvard University / CHS)
« Death, Pleasure and Perversion : Clytemnestra's non-lament in Aeschylus' Agamemnon »
Résumé
   
15.35 pause
   
16.00 Anna Silverstein (Princeton University)
« "Good Mourning Apollo" (Aeschylus' Oresteia) »
Résumé
   
16.40 Camille Semenzato (Université de Lausanne)
« Le thrène de l'Erinye »
Résumé

TOP ^

Jeudi 7 juin 2007

8.45 Frank Müller (Université de Lausanne)
« Vengeance et autodestruction : les objets de la lamentation d'Electre chez
Sophocle »
   
9.25 Daniella Reinhard (Harvard University)
« Oedipus' Funeral Song: Sophocles' Oedipus at Colonus »
Résumé
   
10.05 Camille Hemard (EHESS)
« Lamentations dans le Philoctète de Sophocle »
Résumé
   
10.45 pause
   
11.15 Rosa M. Andújar (Princeton University)
« Antiphonal Silences : Threnoi and Tragic Collectivity in Sophocles' Antigone »
Résumé
   
11.55 Sophie Bocksberger (Université de Lausanne)
« L'Ajax de Sophocle ou le thrène suspendu »
Résumé
   
12.35 repas
   
14.15 Anne-Iris Muñoz (Paris IV - Sorbonne)
« Du thrène au péan : efficacité lyrique et stratégies métriques d'un chant de lamentation différé (Eschyle, Commos des Choéphores) »
Résumé
   
14.55 Daria Francobandiera (Université de Lille)
« Les interjections dans la lamentation funéraire tragique »
Résumé
   
15.35 pause
   
16.00 Froma Zeitlin (Princeton University)
« Theban Lament »
   
16.40 Atelier dirigé par Andrew Ford et David Bouvier : Lecture collective d'un thrène
   
17.40 Discussion sur CorHaLi XIX

TOP ^

Vendredi 8 juin 2007

9.00 Piero Pucci (Cornell University)
« Le rossignol et le chant chaotique »
   
9.40 Théodora Panteli (EHESS)
« Thrène et stratégies narratives chez Euripide »
Résumé
   
10.20 Pauline LeVen (Princeton University)
« Les Sirènes du port d'Alexandrie : le thrène d'Hélène dans la parodos de l'Hélène d'Euripide »
Résumé
   
11.00 pause
   
11.30 Christos C. Tsagalis (University of Athens)
« CEG 594 and Euripides' Erechtheus »
Résumé
   
12.10 Ioanna Papadopoulou (Université Libre de Bruxelles)
« Platon et le tragique : la lamentation en spectacle »
   
12.50 repas et fin du colloque

Avec la participation également de Fabienne Blaise (Université de Lille), David Elmer (Harvard University), Pierre Judet-de-la-Combe (EHESS) et Francesca Schironi (Harvard University).


Fonds SVS/SHS et Erasmus

EDOCSA
Ecole doctorale en Sciences de l'Antiquité
DIHSR
Département Interfacultaire d'Histoire et Science des Religions

 

TOP ^

2006 - Tradition classique

Mercredi 15 novembre 2006

Anthropole, salle 2024 de 17h00 à 19h00

Soirée d'ouverture

Allocution de la Doyenne de la Faculté des lettres

Conférences inaugurales des titulaires des chaires de latin et de grec :

D. van Mal-Maeder : "La peste, les dieux et les hommes. Cheminements d'une tradition"

D. Bouvier : "Lieux et non-lieux de la guerre de Troie"

Un apéritif offert par la Faculté des lettres sera servi à l'issue de la soirée.

TOP ^

Jeudi 16 novembre 2006

Salle de conférence de l'ISDC - Institut Suisse de Droit Comparé

Programme :

9h15

P.-Y. Brandt

«L'inspiration divine pour justifier la nouveauté : quand la créativité humaine est occultée»

Le monde antique range du côté du délire les diverses formes de l'inspiration. Dans l'univers de l'Ancien Testament, les prophètes sont possédés par l'Esprit de Dieu. Platon parle de délire (μανία) pour ranger, à côté de l'inspiration prophétique, la divination, l'inspiration poétique et l'inspiration amoureuse. Dans chaque cas, l'inspiration divine sert d'explication pour justifier un saut qualitatif dans la production humaine. Une psychologie de l'insight s'accommodera aisément d'une telle interprétation. La psychologie de la créativité, en revanche, y voit une occultation de la part active de l'entreprise humaine.

9h55

G. Aragione

«La transmission du savoir entre "tradition" et "plagiat" dans l'Antiquité classique et chrétienne»

Accusés de suivre une doctrine d'origine barbare, dont on déplore la naissance récente et l'absence de tradition, les chrétiens répliquent que c'est justement aux Barbares, notamment aux Juifs, que les Grecs doivent toutes leurs connaissances. Dans ce débat sur l'antériorité de la sagesse des Grecs ou des Barbares, l'accusation de "plagiat" joue un rôle significatif. On analysera donc les contextes d'élaboration de cette notion et on essaiera d'en repérer les enjeux et les conséquences.

10h35

Pause

11h00

D. Marguerat

«Les Actes des apôtres, un récit de fondation de colonie? (Ac 10-11)»

Le genre littéraire des récits de fondation de colonie (κτίσεις) a-t-il inspiré l'auteur des Actes des apôtres? Le rapprochement est éclairant : la dialectique lien/séparation s'y retrouve dans le détachement qui s'instaure entre la synagogue et le mouvement chrétien. L'auteur a-t-il voulu ainsi rendre compréhensible à ses lecteurs gréco-romains le processus conduisant à l'émergence du christianisme ? On adoptera pour lieu-test les chapitres 10-11.

11h40

E. Junod

«Eusèbe de Césarée innovateur du fait de son attachement à plusieurs traditions»

Dans les premières années du IVe siècle, Eusèbe de Césarée, contemporain de l'empereur Constantin, compose, dans les champs de la chronographie et de l'écriture de l'histoire, des ouvrages dont le caractère novateur tient pour une bonne part à leur attachement à des traditions divergentes.

12h20

Repas

14h00

A.-F. Jaccottet

«Hypatie d'Alexandrie entre réalité historique et récupérations idéologiques. Réflexions sur la place de l'Antiquité dans l'imaginaire moderne»

En 415 de notre ère, Hypatie, philosophe et mathématicienne, fille de Théon membre du Musée, est sauvagement attaquée dans la rue et écorchée vive. La mort sordide de cette intellectuelle charismatique va, au siècle des Lumières, permettre une récupération idéologique du personnage historique. Devenue l'emblème de la liberté de pensée anéantie par le christianisme triomphant, Hypatie sera célébrée, entre autres, par Voltaire comme une martyre païenne, victime de l'obscurantisme religieux. Mais pourquoi les figures de l'Antiquité ont-elles un rôle aussi marqué dans la construction de l'imaginaire moderne?

14h40

J.-C. Mühlethaler

«Enée à la fin du Moyen Age en France : heurs et malheurs d'une figure exemplaire»

Traître à la patrie, traître en amour, Enée a mauvaise presse en France au moins depuis le XIIe siècle. Les versions en prose du Roman de Troie, mais aussi les chroniques transmettent cette image négative jusqu'à la fin du Moyen Age et à la Renaissance. Des voix plus nuancées, voire des tentatives de récupération se manifestent pourtant avant qu'Octovien de Saint-Gelais ne traduise l'Enéide pour Louis XII parti à la conquête de l'Italie. Ce sont quelques jalons de cette revalorisation que nous proposons d'étudier ici.

15h20

M. Praloran

«Aspects de la réception classique dans la Renaissance italienne : le monologue lyrique et la narration épique»

Au cours de cette présentation, il s'agit de mettre en évidence deux typologies différentes de la réception de la culture classique au cours des XIVe et XVe siècles dans la culture italienne. Dans le premier cas, il s'agira d'observer la manière dont Pétrarque façonne son moi littéraire en l'insérant dans la littérature latine en prose (surtout en relation à Sénèque et Cicéron). Dans un deuxième temps, je ferai quelques remarques sur la façon dont le monde chevaleresque italien recupère avec des finalités quelque peu divergentes un élément caractéristique du style de la poésie épique latine: l'allittération.

16h00

Pause

16h30

A. Corbellari

«Alix et Astérix»

Dans le monde de la bande dessinée francophone traditionnelle, la peinture de l'Antiquité se partage, pour ainsi dire exclusivement, entre deux séries mythiques illustrant chacune une modalité opposée de la peinture du passé: au grave Alix s'oppose le désopilant Astérix, aux scénarios lourdement historiques et (presque) impeccablement documentés de Jacques Martin l'univers loufoque et tout en clins d'oeil de Goscinny. Mais à cette évidente opposition du sérieux et du comique se superposent d'autres différences tout aussi diamétrales qui engagent l'idéologie de nos deux séries et nous prouvent que la rigueur de la reconstitution ne garantit pas davantage l'objectivité de la peinture que la désinvolture de la satire n'anéantit tout référent: constat banal sans doute, mais qui doit nous mettre en garde contre la caractérisation trop facile d'Alix en "série historique" et d'Astérix en "série parodique" comme si seul l'humour permettait de faire communiquer l'Antiquité romaine (ou plutôt "romano-gauloise", pour emprunter ici une expression typiquement astérixienne ) avec notre présent.

17h10

D. Maggetti

«Rodolphe Töpffer et les références classiques»

Inventeur de la bande dessinée et écrivain à succès pendant la Monarchie de juillet, le Genevois Rodolphe Töpffer est entré à l'Académie de Genève, où il a été nommé professeur, en misant sur sa connaissance des disciplines classiques... dont il a par ailleurs fait la satire dans sa production littéraire. C'est cette relation particulière à un savoir diversement investi que cette communication se propose d'explorer.

TOP ^

Vendredi 17 novembre 2006

Salle de conférence de l'ISDC - Institut Suisse de Droit Comparé

Programme :

9h15

U. Heidmann

«Littérature comparée et tradition classique»

Cette conférence propose quelques réflexions d'ordre interdisciplinaire au sujet de l'importance des textes anciens pour l'étude comparative des cultures et littératures européennes, des enjeux d'une méthodologie de la comparaison et du concept de dialogue intertextuel pour aborder les problèmes de source et de filiation.

9h55

R. Wachter

«Fouiller les mots. L'histoire de la langue comme partie de la tradition classique»

La tradition classique se manifeste le plus clairement dans les textes grecs et latins qui ont profondément influencé la pensée de notre culture occidentale. De plus, les témoignages archéologiques notamment en Grèce et en Italie de même que les oeuvres d'art splendides se trouvant dans les musées du monde entier ont inspiré maints architectes et artistes jusqu'à nos jours. Mais il existe un troisième fond dans lequel l'antiquité se conserve et que nous utilisons tous les jours, généralement sans nous en rendre compte: c'est la langue. Nous verrons pourquoi il vaut la peine de mener ces fouilles qui se trouvent toutes ouvertes devant nous yeux.

10h35

V. Barras

«La "tradition classique" de la médecine»

Le fossé semble immense entre la médecine de l'époque moderne (XVI-XVIIIe siècles), sa langue, sa pensée, ses pratiques, et celles des siècles ultérieurs. La proximité avec l'antique, par contre, saute immédiatement aux yeux. Faut-il pour autant parler, dans l'histoire de la médecine, d'une simple césure séparant l'antique - qui aurait duré d'Hippocrate jusqu'au XIXe siècle - et le contemporain? Sans minimiser l'importance de cette césure, qui occupe une large part des réflexions en histoire de la médecine, il convient de se pencher sur les fonctions que le rapport avec le passé antique a si longtemps rempli, voire continue de remplir, dans l'idéologie, dans la capacité réflexive de la médecine.

11h15 Pause
11h40

F. Gregorio et C. König-Pralong

«Un épisode de la tradition de l'éthique grecque au XIIIe siècle : la figure du philosophe divin»

En 1247, l'évêque de Lincoln Robert Grosseteste donne la première traduction latine intégrale de l'Éthique à Nicomaque d'Aristote. Il y joint la traduction de commentaires byzantins de l'Éthique. Dans le même temps, le monde latin hérite de la philosophie arabe. Ce nouveau dossier de textes philosophiques produit des lectures divergentes par rapport aux standards de la morale chrétienne latine : la figure nouvelle du philosophe divin émerge.

12h20

E. Barilier

«L'homme est-il merveilleux ou terrible?»

Pour Heidegger, un seul mot de l'Antigone de Sophocle, le mot "δεινόν" suffit à fonder toute la métaphysique occidentale. Ce qui est sûr, c'est que les diverses traductions de ce mot, au fil des siècles et jusqu'à nos jours, ont façonné notre moderne approche de l'homme, et de son mystère.

13h00 Repas
14h00

S. Romano

«Rhétorique et narration dans la peinture médiévale : les dettes à l'Antique»

La conférence abordera le vaste thème de la technique narrative médiévale, en analysant le problème des niveaux rhétoriques du discours, notamment en relation à leur position dans les divers secteurs de la paroi.

14h40

C. Michel

«Changement du canon ou changement du regard? Le basculement de la tradition classique à la fin du XVIIIe siècle»

Le "retour à l'antique" qui semble définir historiographiquement l'ensemble des productions artistiques de la fin du XVIIIe siècle est généralement associé aux découvertes archéologiques des villes de Campanie. Il s'agit dans cette communication de montrer comment c'est plutôt un regard renouvelé sur des oeuvres connues depuis la Renaissance qui modifie la pratique des artistes. Plus que d'un retour à l'antique, il conviendrait de parler d'une mutation du rapport à l'antique.

15h20

N. Forsyth

«Milton : son exploitation de la tradition antique»

On a l'habitude d'inscrire Milton dans la tradition des grands écrivains littéraires de l'antiquité. Et c'est lui, bien sûr, qui nous dirige vers Homère, Virgile, Ovide, auteurs de grandes épopées qu'il cite souvent, parfois de façon explicite, dans Le paradis perdu, ou encore vers Eschyle, Sophocle, et Euripide qui sont ses modèles pour Samson Agonistes.

Mais il y a aussi une autre tradition classique qui est d'une importance capitale pour ce grand révolutionnaire: la littérature "républicaine", de Platon et Cicéron à Lucain, une tradition qui arrivait directement à Milton par ses études, mais qui passait aussi par des auteurs comme Machiavel, et qui faisait partie intégrale des discours de la révolution anglaise. Y a-t-il une contradiction entre ces deux aspects de sa relation à l'antiquité?

16h00 Pause
16h30

A. Paschoud

«Athalie de Racine à la lumière des sources hébraïques et grecques : le conflit des sacralités»

OEuvre de commande destinée aux chastes pensionnaires de Saint-Cyr, Athalie (1690) marque la fin de la carrière théâtrale de Racine. Inspirée des grands textes de l'Ancien Testament, notamment le Livre des Rois, cette pièce puise également dans un vaste ensemble de sources grecques dont Ion d'Euripide. Tragédie du "schisme" (Roland Barthes), Athalie réforme dans le sens de la foi un matériau antique disparate offert aux variations sur la mort, le pouvoir, la filiation, l'origine obscure et l'élection. Plus précisément, la tragédie fait grand usage du mysterium tremendum que suggère le Dieu de l'Ancien Testament : "terreur", "horreur", "tremblement", mais aussi "ravissement" et "éblouissement" sont autant de termes qui se rapportent à une fascination pour ce que nous nommerions aujourd'hui le sacré. En peignant non sans ambiguïtés la lutte qui oppose Dieu et les dieux, Athalie présente un rapport différentiel avec le tragique.

17h10

P. Voelke

«Les Electre d'Antoine Vitez»

Depuis quelque cent cinquante ans, les représentations de tragédies grecques se sont multipliées sur les scènes occidentales. Entre recherche d'effets propres à souligner la distance temporelle et mise en évidence d'un propos pertinent - souvent politique - pour le spectateur moderne, ces mises en scène constituent par excellence un lieu où se négocie notre rapport à l'Antiquité. Comme exemples de cette appropriation moderne de la tragédie grecque, nous examinerons les trois mises en scènes de l'Electre de Sophocle proposées par Antoine Vitez en 1966, 1971 et 1986. Se tenant d'emblée à l'écart de toute tentative de restitution de type archéologique, mais également de toute actualisation qui nierait l'histoire, Vitez s'efforce de faire de ses mises en scène un point d'articulation entre le présent et l'antique, propre à faire émerger la pérennité des idées inscrites dans une pièce qu'il assimile à un «théorème».

TOP ^

Plan d'accès

planweb.jpg

TOP ^

Samedi 18 novembre 2006

Gymnase d'Yverdon, de 10h50 à 12h15

A la suite du colloque, une table ronde sur l'Antiquité au XXIe siècle prolongera nos réflexions dans le cadre de la journée du GREGL (Groupe Romand des Etudes Grecques et Latines).

Avec la participation de :

  • Claude Calame (Professeur, EHESSet Université de Lausanne)
  • Matteo Capponi (metteur en scène, Groupe de théâtre antique, Université de Neuchâtel)
  • Laurent Flutsch (directeur du Musée romain de Lausanne-Vidy)
  • Michèle Praong (directrice du théâtre du Grütli)
  • Isabelle Rüf (journaliste, Le Temps)

Modérateurs : David Bouvier et Danielle van Mal-Maeder

affiche-table-ronde1web.jpg

TOP ^

Suivez nous:              
Partagez: