Transfictions narratives

Collaborateurs·trices impliqué·e·s : Noémie Chardonnens, Alain Corbellari, Hélène Cordier, Leticia Ding, Barbara Wahlen.

 

Dès leurs origines, les littératures narratives en français ont eu pour caractéristique de développer des univers de fiction en expansion. Loin de rester fermés sur eux-mêmes, les récits médiévaux se sont complexifiés au fil de reprises en série et au gré de réécritures par des auteurs et dans des œuvres successives. Leurs composants, personnages, décors, intrigues, se sont également reconfigurés en circulant d’un genre à l’autre, d’un support de diffusion à l’autre. Le pôle se consacre à l’étude de ce phénomène dans les chansons de geste et les romans en français des XIIe-XVIe siècles, en prêtant une attention particulière au plus durable des univers transfictionnels médiévaux : le monde arthurien, dont les évolutions s’étendent du XIIe siècle à nos jours.

 

Les chercheur·se·s engagé·e·s dans ce domaine travaillent et encadrent des travaux sur :

  • Les hybridités génériques (romans, épopées, autres formes narratives).
  • La construction des univers de fiction dans les épopées et les romans en français du XIIe au XVIe siècle.
  • Les transfictionalités arthuriennes au Moyen Âge.
  • Les réécritures et adaptations modernes des mondes de fiction construits par les littératures en français du XIIe au XVIe siècle.
  • Les notions de sérialité, de transfiction, de transmédialité pour l’analyse des œuvres médiévales.

TOP ^

Suivez nous:        
Partagez: