Vous êtes iciUNIL > Revue "Etudes de lettres" > Table des sommaires > 1990-1994 > 233 (1992/4)

233 (1992/4) Etudes des religions

SOMMAIRE

Johannes BRONKHORST - En guise d'introduction: l'étude des religions à la Faculté des lettres (p. 1-2)

Thomas BARDELLE et Jean-Daniel MOREROD - La lutte contre l’usure au début du XVe siècle et l’installation d’une communauté juive à Lausanne (p. 3-20)

La première communauté juive de Lausanne apparaît en 1408; elle se place sous la protection de la commune, puis du comte Amédée VIII de Savoie et, enfin, de l'évêque. Les Juifs de Lausanne se consacrent surtout au prêt d'argent; la commune a sans doute souhaité leur installation, pour disposer d'une nouvelle source de crédit. C'est que les confréries usuraires avaient été supprimées en 1404, sous l'influence de la prédication de saint Vincent Ferrier.

Maya BURGER - La notion de viraha dans la nirguna et la saguna bhakti de trois poètes médiévaux (p. 21-40)

Le but du présent travail est l'analyse de la notion de viraha (séparation) dans la bhakti émotionnelle. Le viraha se dégage comme une composante essentielle de la culture indienne, que ce soit dans l'imaginaire populaire ou en tant que voie spirituelle. Son étude éclaire un chapitre important de l'histoire religieuse de l'Inde, en montrant les relations qui existent entre
les traditions savantes et populaires.

Claude CALAME - Narration légendaire et programme poétique dans l’Hymne à Apollon de Callimaque (p. 41-66)

Loin de constituer un en-soi, les mythes et légendes des Grecs sont toujours mis au service d'une occasion précise, à travers les formes littéraires que leur forme performative et sociale requiert. Il en va encore ainsi à l'époque de la poésie érudite alexandrine, où la légende de fondation peut être réorientée, à travers la forme culturelle traditionnelle de l'hymne, pour défendre une poétique.

Justin FAVROD - Les évêques des Gaules et la fête de Cernunnos: une hypothèse sur l’origine des rogations (p. 67-82)

Au Bas-Empire et pendant le Haut Moyen Age, les évêques des pays celtiques ont lutté contre une cérémonie païenne qui se déroulait le premier janvier. Ce culte, probablement voué au dieu celte Cernunnos, avait pour but d'assurer l'abondance; les participants, déguisés en cerfs et en d'autres animaux, effectuaient des processions. Les évêques ont usé d'admonitions, de menaces et de violences; pour éradiquer ces pratiques, ils ont instauré une fête chrétienne le premier janvier et ont créé d'autres processions dont la fonction était proche; parmi celles-ci figurerait celle des Rogations.

Neil FORSYTH - D. H. Lauwrence’s «Bavarian Gentians»: a Miltonic Turn toward Death (p. 83-100)

L'importance de la religion dans la tradition littéraire anglaise est telle que même un D. H. Lawrence, qui rejetait avec passion le Christianisme, fut toujours attiré par les langages religieux, surtout à la fin de sa vie quand il mourrait de tuberculose. Un de ses derniers poèmes montre, à titre d'exemple, comment il déploie le mythe classique de Perséphone contre les concepts judéo-chrétiens de Dieu et de l'enfer, mais toujours en s'appuyant sur quelqùes phrases du poète chrétien John Milton.

Claude RAPIN - Les sanctuaires de l’Asie centrale à l’époque hellénistique: état de la question (p. 101-124)

Par les trouvailles qui y ont été faites, le temple gréco-bactrien de Takht-i Sangin est l'un des plus remarquables monuments religieux découverts dans le monde iranien. Il s'inscrit dans une tradition architecturale orientale connue seulement par ses développements de la période hellénistique. Alors que l'Iran ne connaissait à l'origine que des sanctuaires à ciel ouvert, de nouvelles traditions architecturales religieuses surviennent à la fin de l'époque achéménide ou au début de l'époque hellénistique. L'importance de la Mésopotamie dans la genèse des temples couverts des mondes iranien et centre-asiatique apparaît notamment dans la situation des sacristies par rapport à la cella. Les temples du feu ont souvent été reconnus à tort sur la simple présence de constructions à cella carrée à quatre colonnes et à couloir périphérique. Mais, quand il s'agit bien de temples, ces édifices ne sont pas nécessairement liés au culte zoroastrien, car ce dernier n'est pas reconnaissable dans l'architecture avant la fin de l'époque parthe.

Tom J. F. TILLEMANS - Amour et religion: Vingt-cinq poèmes tirés d’une nouvelle collection attribuée au sixième Dalaï Lama (p. 125-142)

Traduction et interprétation de vingt-cinq poèmes tibétains provenant d'une nouvelle collection qui en comporte quatre cent cinquante-huit. Bien que l'attribution de cette collection au sixième Dalaï Lama reste incertaine – car bon nombre de ces poèmes trouvent probablement leurs origines dans des chansons populaires – les thèmes qui y figurent sont typiques de la poésie du sixième Dalaï Lama. Cette collection, authentique ou non, montre donc très bien le statut très complexe et ambigu dans la culture tibétaine de ce personnage religieux fort controversé.

Kathrin UTZ TREMP - Montaillou n’est pas une île: les derniers Cathares, Pierre Clergue et Pierre Maury, devant leur juge (p. 143-168)

En 1975, l'historien français Emmanuei Le Roy Ladurie publie son livre «Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324», sorte de chronique d'un village cathare, basée sur le registre d'inquisition de l'évêque Jacques Fournier de Pamiers (1317-1326). Au cours de l'année académique 1991/1992, Mme Kathrin Utz Tremp a dirigé à l'Université de Lausanne un séminaire d'histoire médiévale de «re-lecture critique» de l'ouvrage de Le Roy Ladurie, en privilégiant une approche davantage centrée sur les acteurs dans une perspective historico-biographique. Le fait que tous les témoignages sont autant d'aveux consentis devant l'évêque inquisiteur Jacques Fournier, ne doit jamais être perdu de vue. Il constitue le filtre au travers duquel il faut écouter les dépositions de deux des accusés cathares, dont Le Roy Ladurie avait fait les «héros» de son livre: Pierre Clergue, curé de Montaillou, et Pierre Maury, simple berger.

Compte rendu bibliographique

Roberto BARBONE - Antonio Stäuble, «Parlar per lettera». Il pedante nella commedia del Cinquecento e altri saggi sul teatro rinascimentale, Roma, Bulzoni, 1991 (p. 169-172)

Etudes de lettres. Table des matières (p. 173-174)

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom

EDL1992_4.jpg

Disponibilité:

En stock

Prix du volume:

5 CHF

Pour commander:

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 07
Swiss University