Ping-Chih Ho

ho.jpg (Ping-Chih Ho)
© Félix Imhof, UNIL

Version du 29 janvier 2016

Ping-Chih Ho, professeur assistant en prétitularisation conditionnelle au rang de professeur associé

Spécialiste de l’ingénierie immunitaire, Ping-Chih Ho investigue la relation entre le métabolisme des cellules cancéreuses et celui des cellules immunitaires qui infiltrent la tumeur. Sa recherche est ciblée sur la métabolomique avec de potentielles applications thérapeutiques. Il a été nommé professeur assistant en prétitularisation conditionnelle au rang de professeur associé au Département d’oncologie fondamentale et membre du Ludwig Lausanne Branch dès le 1er septembre 2015.

Né en 1982 et de nationalité taïwanaise, Ping-Chih Ho étudie la botanique puis la biochimie à l’Université nationale de Taiwan, où il obtient son Master en 2006. Il s’envole ensuite à Minneapolis (Etats-Unis) dans le laboratoire de la Prof. Li-Na Wei au Département de pharmacologie de l’Université du Minnesota. Il y effectue son doctorat qu’il obtient en 2012. Il s’intéresse alors au rôle transcriptionnel et non-transcriptionnel du récepteur interagissant avec la protéine 140 (RIP140) dans le dysfonctionnement des adipocytes et la régulation de l’inflammation par les macrophages.

En 2012, Ping-Chih Ho rejoint le laboratoire de la Dr Susan Kaech à l’Université de Yale. Fasciné par la communication entre les cellules tumorales et leur environnement, c’est là qu’il commence à explorer le domaine de l’immunologie du cancer. Il démontre que la «concurrence» métabolique entre les cellules cancéreuses et les lymphocytes T1 contribue au dysfonctionnement de ces derniers au sein des tumeurs. D’autre part, il montre que la restriction en nutriments dans les cellules cancéreuses représente un stress pour les cellules du système immunitaire infiltrant les tumeurs.

A Lausanne, Ping-Chih Ho souhaite développer une approche multidisciplinaire dans le domaine de l’immunologie tumorale en combinant biologie moléculaire et cellulaire, bioinformatique et génie génétique. Le jeune professeur désire élucider les mécanismes utilisés par les cellules cancéreuses pour échapper à la réponse immunitaire, en s’intéressant tout particulièrement à la relation entre le métabolisme des cellules cancéreuses et celui des cellules immunitaires qui infiltrent la tumeur.

Sa recherche est ciblée sur une discipline émergente, la métabolomique2. Ping-Chih Ho cherche notamment à reprogrammer le métabolisme des cellules immunitaires afin d’ajuster leur réponse contre les tumeurs ou celle déployée lors de maladies auto-immunes. Le chercheur explore également la régulation métabolique dans des contextes variés: lors de l’activation des cellules myéloïdes, lors de la différenciation des cellules T ou de leur affaiblissement, ou encore dans des conditions homéostatiques.

Il étudie aussi le rôle du contrôle effectué par le système immunitaire pour en tirer des informations sur les avantages métaboliques des cellules cancéreuses. A terme, les travaux d’immuno-ingénierie et de contrôle nutritionnel menés par Ping-Chih Ho devraient ouvrir la voie à de nouvelles immunothérapies pour le cancer et les maladies auto-immunes.

Le travail de Ping-Chih Ho a été récompensé entre autre par le Steer Family Award in Diabetes Research (2011), le Bacaner Research Award in Pharmacology (2012) et le Beatrice Z. Milne and Theodore Bradenburg Award (2012). Le chercheur a également publié une vingtaine d’articles dans de nombreuses revues scientifiques de référence, telles que :

  • Cancer Research (2014),
  • Nature Immunology (2012),
  • Cell Signaling (2011),
  • FASEB Journal (2011),
  • Cell Metabolism (2009).

Le jeune professeur est par ailleurs très impliqué dans l’enseignement: il a donné des cours en biochimie et biologie cellulaire à l’Université de Taipei à Taiwan et a supervisé des étudiants en Master ainsi que des doctorants.

1 Lymphocytes T : produits dans le thymus, cette catégorie de leucocytes (globules blancs) joue un rôle important dans l’immunité cellulaire.
2 Métabolomique : science étudiant l’ensemble des composants intermédiaires issus du métabolisme ou métabolites (sucres, acides aminés, acides gras, etc.) présents dans une cellule.

Par: Caroline Ronzaud/Communication FBM

TOP ^

Suivez nous:  

Les liens:

Page Unisciences

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg