Nicolas Senn

senn.jpg
© Gilles Weber, SAM

Version du 10 février 2017

Nicolas Senn, professeur associé

Après une formation en médecine générale et un long détour par la médecine tropicale, la trajectoire de Nicolas Senn s’oriente définitivement vers la médecine de famille dont il est aujourd’hui un expert reconnu loin à la ronde. Médecin adjoint à la Policlinique médicale universitaire dès 2012, il a été nommé, au 1er août 2016, professeur associé de l’UNIL et directeur de l’Institut universitaire de médecine de famille à la Policlinique médicale universitaire.

C’est son activité de chercheur sur la malaria en Papouasie Nouvelle-Guinée qui amène Nicolas Senn à développer une réflexion critique sur la manière d’évaluer l’efficacité d’interventions de santé dans des situations de pratique courante plutôt que dans le cadre d’études cliniques contrôlées chez des patients très sélectionnés. Avec le soutien du FNS, il poursuit dans cette perspective une recherche initiée en collaboration avec le Service de gériatrie du CHUV concernant le diagnostic précoce et la prise en charge des syndromes gériatriques par les médecins généralistes ; il s’intéresse par ailleurs également à l’apport de nouvelles technologies en médecine de famille comme le diagnostic de la pneumonie par ultrasons.

Dans le cadre de la recherche sur le système de santé en lien avec la médecine de famille, il initie le programme SPAM-Swiss Primary Care Active Monitoring qui vise à mieux comprendre le fonctionnement de la médecine de famille en Suisse et à en évaluer les performances («effectiveness») ; une vaste étude, incluant 56 indicateurs de monitorage sélectionnés parmi ceux utilisés à l’échelon européen et dont les résultats viennent d’être publiés par l’OBSAN sous le titre «La médecine de famille en Suisse». Dans ce cadre, et sous mandat du Service de la santé publique du Canton de Vaud, il développe par ailleurs de nouveaux modèles d’organisation des cabinets médicaux afin d’assurer une interface plus efficace avec les autres acteurs d’un système de santé encore trop fragmenté ; des solutions qui visent une «coordination décentralisée».

Impliqué dans l’enseignement prégradué à la FBM, Nicolas Senn assume également, en tant que directeur de l’IUMF, l’animation d’un important réseau de médecins de famille-enseignants impliqués dans la formation clinique des étudiants dans les cabinets médicaux.

Parallèlement à ces activités, il assume toujours une consultation de médecine générale qui lui permet de rester au cœur des missions de l’institut qu’il dirige.

Nicolas Senn entend donner pleinement sa place à la médecine de famille, tant dans le cursus de formation des étudiants en médecine que dans un système de santé confronté à d’importants défis dont celui de la «déshospitalisation» des soins.

Bio express

1970 Naissance à Genève
1998 Diplôme fédéral de médecin, UNIL
1999-2004 Formation clinique en médecine générale
2005 Diplôme en médecine tropicale à l’Institut tropical suisse et de santé publique de Bâle
2005-2008 Research fellow dans le groupe du Prof S. Rogerson à l’Université de Melbourne (Australie) et basé en Papouasie Nouvelle-Guinée
2006 Thèse MD, UNIL
2011 Titre suisse de spécialiste en médecine interne générale
2011 PhD en épidémiologie à l’Institut tropical suisse et de santé publique, Bâle
2012-2016 Privat-docent et Maître d’enseignement et de recherche à la FBM, UNIL
dès 2012 Médecin adjoint à la PMU, Lausanne
2013 Bourse bridge-relève de la Fondation Leenaards
dès 2016 Professeur associé à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL et   directeur de l’IUMF-Institut universitaire de médecine de famille

Par: Véronique Jost/Communication FBM

TOP ^

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg