Romano Regazzi

regazzi.jpg
© Félix Imhof, UNIL

Version du 21 novembre 2012

Romano Regazzi, professeur ordinaire

Spécialiste des cellules bêta du pancréas et de la physiopathologie du diabète, Romano Regazzi a été promu professeur ordinaire au Département des neurosciences fondamentales de l'UNIL (anciennement Département de biologie cellulaire et morphologie) dès le 1er août 2012. Il est aussi actuellement vice-directeur de l'Ecole de médecine et président du Conseil scientifique de la Société suisse d'endocrinologie et diabétologie.

Né en 1960 à Locarno, Romano Regazzi est titulaire d'une licence en sciences naturelles de l'UNIL qu'il obtient en 1983. Il décide ensuite d'effectuer un doctorat dans le domaine de la biochimie à l'Université de Bâle. Son travail de thèse, parachevé en 1987, porte sur le rôle des protéines kinase C dans la prolifération des cellules du carcinome mammaire. Il poursuit sa carrière de chercheur à la Division de biochimie clinique de l'Université de Genève en qualité de chercheur postdoctorant, puis de maître assistant. C'est depuis cette période qu'il s'intéresse aux mécanismes moléculaires à l'origine du diabète sucré. En 1997, il décroche un poste de professeur assistant au Département de biologie cellulaire et morphologie de l'UNIL. Il y sera nommé professeur associé en 2001, avant sa promotion au titre de professeur ordinaire en 2012.

Le diabète sucré est une maladie métabolique caractérisée par une hausse chronique du taux de glucose sanguin. Elle résulte d'un dysfonctionnement ou de la perte des cellules bêta pancréatiques qui produisent l'insuline, une hormone qui joue un rôle capital dans le contrôle de la glycémie sanguine. Les causes du dysfonctionnement des cellules bêta à l'origine du diabète sont au centre des recherches de Romano Regazzi. Son équipe a contribué de manière tout à fait significative à la compréhension des mécanismes qui contrôlent les activités des cellules bêta et a été parmi les premières à identifier les protéines permettant la libération par exocytose de l'insuline.

Plus récemment, Romano Regazzi s'est focalisé sur une nouvelle famille de régulateurs de l'expression des gènes, les microARNs, dans le contrôle des fonctions des cellules bêta. Ces petites molécules d'ARN sont impliquées dans les processus de division cellulaire, d'apoptose et de différenciation et participent au développement de certaines maladies comme le cancer. L'équipe de Romano Regazzi a montré que les microARNs jouent aussi un rôle-clé dans le développement du diabète et dans les processus adaptatifs de la masse des cellules bêta qui ont lieu au cours de la grossesse et dans les cas d'obésité. Ces recherches pionnières ouvrent la voie à l'élaboration d'outils thérapeutiques inédits et placent l'équipe de Romano Regazzi en leader de ce domaine prometteur.

Très impliqué dans l'enseignement, Romano Regazzi s'est notamment investi dans la réforme des études de médecine en assumant la coordination de la 2e année de Bachelor. Membre du Conseil de l'Ecole de biologie, il a récemment également pris la charge de vice-directeur de l'Ecole de médecine de la FBM.

Par: Pascal Vermot/Communication FBM

TOP ^

Suivez nous:  
Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg